background preloader

Le numérique permettra l'égalité scolaire

Le numérique permettra l'égalité scolaire
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Rupert Murdoch, PDG du groupe de médias News Corp Notre monde est de plus en plus, et sans aucun doute, un monde fondé sur le mérite, au sein duquel le plus grand défi à relever pour toute entreprise porte sur le capital humain et sur les moyens pour le trouver, le développer et le fidéliser. Quel que soit le secteur concerné, les salariés sont plus productifs, et ce grâce aux progrès numériques – créant des emplois inexistants voilà seulement quelques années et nous libérant des anciennes tyrannies du temps et de la distance. Ce postulat est vrai dans tous les secteurs, sauf un : l'Éducation. Nous savons que la réponse traditionnelle – qui se résume à injecter de l'argent afin de résoudre le problème – ne fonctionne pas. Je souhaiterais donner trois exemples. Prenons un exemple. Seriez-vous surpris d'apprendre que les étudiants utilisant ce nouveau programme d'algèbre réussissent mieux leurs examens que ceux qui n'y ont pas recours ?

La classe branchée : Enseigner à l'ère des technologies Dans quelle mesure l’usage régulier des technologies de l’information et de la communication peut-il influencer l’enseignement et l’apprentissage ? L’objectif du programme de recherche américain ACOT (Apple Classrooms Of Tomorrow) est de répondre à cette question. L’édition française, complétée par des adresses Internet et des notes relatives au contexte nord-américain, présente au lecteur français une expérience unique. De 1985 à 1995, les élèves et les enseignants des classes ACOT furent équipés de deux ordinateurs par personne : un pour l’école et un pour la maison. Les enseignants formés à l’usage des technologies communiquèrent régulièrement les résultats de leur expérience à l’équipe de recherche ACOT. Les répercussions de l’informatisation des classes sur l’intérêt des élèves sont également évaluées. Dans un souci de diffuser son expérience pédagogique, l’équipe ACOT crée des centres de perfectionnement dont bénéficient plus de six cents enseignants américains.

Apprendre avec les technologies Par Bruno Devauchelle La volonté des chercheurs de diffuser leurs travaux est un effort sans cesse questionné, en particulier dans les sciences de l'éducation. Aussi il nous faut saluer ce nouveau livre qui paraît à cette rentrée : "Apprendre avec les technologies", (Collection Apprendre, Sous la direction de Bernadette Charlier et France Henri, Paris, PUF 2010). Au fil des chapitres on comprendra que ce livre s'adresse à tous ceux, formateurs, chercheurs, étudiants, décideurs qui veulent avoir un panorama assez large des questions essentielles qui se posent quand au développement des technologies pour apprendre. Aussi les enseignants du primaire et du secondaire pourront se sentir "exclus" de cet ouvrage, s'ils ne sont par prêts à réfléchir au delà de l'action quotidienne dans la salle de classe. L'ambition de la collection Apprendre proposée par les PUF est de faire le pont entre la recherche et les pratiques en éducation. Bruno Devauchelle

Un nouveau label pour les masters "ingénierie" ? L'AERES lance le débat Intitulée "Formation universitaire au métier d'ingénieur", cette étude, co-pilotée par Robert Chabbal et Alain Menand, responsable de la section Formation de l'agence, souligne ainsi la nécessité de structurer l'une des filières fondamentales menant au métier d'ingénieur : celle de l'université. Unifier la filière universitaire menant aux métier d'ingénieur "Il manque un certain nombre de choses à ces formations pour être au niveau des standards internationaux et bien identifiables" Avec un objectif : unifier et mettre en cohérence ces formations encore dispersées. Une liste d'exigences (voir l'étude ) qui aboutit à la définition d'un référentiel, qui pourrait aboutir ... à un label. Et c'est là que le bât blesse. Pourquoi créer un label supplémentaire "Ce ne sont pas les masters d'ingénierie mais les masters scientifiques qu'il faut sauver. "Pourquoi créer un nouveau label alors qu'il en existe déjà un ? Pas de sujet de discorde Au final, les deux instances se veulent consensuelles.

ClavEd – Un clavier pour collaborer « 26 mai Un nouveau terme commence à apparaître dans notre paysage numérique le Claved. Que dit le web de ce néologisme ? - "Une discussion hebdomadaire en ligne sur l’éducation, inspirée du #EdChat en anglais. Christine Renaud est à l’origine du principe, Christine Vaufrey a réalisé une entrevue sur le site de Thot A l’appui des explications rédigées, j’ai mis en ligne une ressource vidéo pour illustrer le propos. La version réduite Diffuser le billet sur le web 2.0 ou l'imprimer Like this: J'aime chargement… Tags:claved Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas Les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) se concentrent souvent sur des questions d’équipements… Quitte à ne voir qu’elles. Que faire avec les technologies à l’école ? C’est le dossier de la semaine d’InternetActu. Dans le cadre d’une série sur le « pari éducatif high-tech » (dans laquelle notamment plusieurs experts américains tentent d’apporter leur vision sur ce à quoi ressemblera l’école dans 10 ans), Matt Richtel, pour le New York Times s’est rendu dans le district scolaire pilote de Kyrene en Arizona : un secteur où tous les élèves utilisent des tableaux blancs interactifs et des ordinateurs à l’école. Depuis 2005, le district a investi 33 millions de dollars pour moderniser ses écoles. Ici, c’est la nature même de la classe, du rapport à l’enseignant qui a été transformé : l’enseignant circule entre les élèves qui apprennent à leurs rythmes sur leurs ordinateurs. Au profit de qui se fait la surenchère technologique à l’école ?

From … Partners in Learning Institute / retour sur une semaine à Redmond « From Pennylane to… J’ai été sélectionnée avec 49 autres enseignants du monde entier pour participer à la 1ère session du Partners in Learning institute à Redmond, état de Washington, au siège de Microsoft. Une semaine de réflexion, de discussions autour de la pédagogie et des enjeux du XXIème siècle et des ateliers collaboratifs sur des ébauches de cours. Une semaine fort enrichissante évidemment: - Par la diversité des participants : 31 nationalités - Par la diversité des thèmes abordés - Par les outils présentés et/ou utilisés pour travailler - Par la qualité des échanges Rares sont ces opportunités de pouvoir échanger et travailler avec d’autres enseignants qui plus est internationaux. Je pointerai sur quelques points ou outils abordés: 1) Une grille d’évaluation des connaissances acquises en projet On nous a présenté le résultat des recherches réalisées par le ITL research : innovative Teaching and Learning research 2) Des outils - Pour un visuel de mots 3.

How To Set Smart Daily Goals You’re busy. I’m busy. Everyone is busy. If we want to take back control of our workday schedules and priorities, the only way to do it is by relentlessly questioning how we’re spending our time. From Leo Babauta of Zen Habits: What are you doing in this moment? The simple act of becoming more aware of where your attention is helps you to focus it where you want it to be – on creating something great. From Tony Schwartz of the Energy Project: Are you scheduling time daily to focus without interruption? Set aside at least one time period during the day – no more than 90 minutes at a time (and as close to that as possible) – to focus without interruption. The key here is control of attention. The other kind of attention, which serves creativity, is where the right hemisphere is dominant. But there are lots of ways to prompt the shift: take a walk in nature, go for a run, listen to classical music… Even take a shower. From Mark McGuinness of Lateral Action: Why do you do this every single day?

Vulgarisation, médiation et co-construction des savoirs scientifiques et sociaux* En 2011, les dramatiques événements au Japon, suite au tremblement de terre et au tsunami qui ont ravagé les zones côtières du nord-est de l'île principale et fragilisé (sinon détruit) au moins une centrale nucléaire, ont donné lieu dans nombre de pays à des débats passionnés sur les risques associés à l'industrie nucléaire. Comment le profane peut-il se faire une opinion sur le sujet face aux prises de position qu'il peut légitimement qualifier de partisanes au vu de l'appartenance politique et idéologique des débatteurs, sans même parler de l'émotion qui se dégage de la vision d'un pays en proie à une succession de catastrophes dont on ne mesure toujours pas, à l'heure où nous écrivons, les conséquences finales ? L'expert parle, les néophytes apprennent : un modèle pas toujours suffisant Il n'est pas certain qu'il faille ici doter chaque citoyen d'un kit minimal de connaissance sur l'atome, son exploitation et les risques associés à cette dernière. A lire : Illustrations

Related: