background preloader

Unnamed pearl

Unnamed pearl
Ash Carter suggère qu’il y a des failles dans l’unité de la coalition menée par les USA contre l’État Islamique (EI) en Irak et en Syrie. Plusieurs membres de la coalition menée par les USA qui attaquent le groupe Etat Islamique en Irak et en Syrie ne font « rien du tout » pour aider à détruire les djihadistes, a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter. Ses commentaires marquent un grand écart du Pentagone par rapport à la représentation typique de la coalition de 65 membres qui porte le slogan « Une seule mission, plusieurs nations », souvent mise en avant pour montrer l’effort déployé et la détermination mondiale, principalement les États-Unis, pour vaincre le groupe EI. « Beaucoup d’entre eux ne font pas assez ou ne font rien du tout », a déclaré Carter dans une interview à CNBC en marge du Forum Economique Mondial de Davos, en Suisse. « Nous avons besoin que d’autres apportent leur poids, il ne devrait y avoir aucun resquilleur », a-t-il dit. Source : The Guardian Related:  OTAN 1949Conseil de Sécurité siège New York

untitled Several members of the US-led coalition attacking the Islamic State group in Iraq and Syria are doing “nothing at all” to help destroy the jihadists, US Defense Secretary Ashton Carter has said. His comments mark a departure from the Pentagon’s typical depiction of the 65-member coalition, which carries the slogan “One mission, many nations,” and is frequently touted to highlight global resolve in the predominantly US effort to defeat the Isis group. “Many of them are not doing enough, or are doing nothing at all,” Carter said in an interview with CNBC on the sidelines of the World Economic Forum in Davos, Switzerland. “We can do a lot ourselves ... In a separate interview with Bloomberg TV, Carter called the anti-Isis alliance a “so-called” coalition, highlighting frustrations the Pentagon has with some partners – particularly Sunni Arab nations – not doing enough. “We need others to carry their weight, there should be no free riders,” he said.

Ce devait être le point de rupture des pourparlers de Genève sur la Syrie. Mais l’irruption de Mohamed Alloush, ce responsable d’un groupe salafiste radical, censé prendre la tête de la délégation de l’opposition dans les discussions, a fini par devenir presque anecdotique, tant la confusion était grande mardi autour du Palais des Nations. Alloush, l’un des chefs de l’Armée de l’islam (Jaish al-Islam, très puissante aux abords de Damas) est bien sorti de son hôtel et entré dans sa voiture, flanqué de gardes du corps, disant au passage son «pessimisme» sur l’issue des négociations. Mais sa rencontre avec l’émissaire de l’ONU Staffan de Mistura n’a semble-t-il jamais eu lieu. Mohamed Alloush? «Mohamed est un dur. Aussi bien Jaish el-Islam qu’Ahrar el-Sham sont officiellement considérées par Moscou comme des groupes «terroristes» avec lesquels il n’est pas question de négocier.

2014 "Occupy Central" à Hong Kong intervention US Je continue et termine pour l’instant les papiers sur Hong-Kong, pour avoir un autre regard (dont je ne dis pas que c’est la Vérité ultime - à chacun d’exercer son esprit critique) Les États-Unis reconnaissent qu’ils financent « Occupy Central » par Tony Cartalucci. Tony Cartalucci est un analyste en géopoltiique américian basé en Thaïlande.Son site présente un regard un peu différent sur les évènements actuels.N’ayant pas creusé le sujet (je ne peux tout faire), je n’ai aucune idée de s’il a tort ou raison (comme notre presse), mais ce contrepoint semble crédible, et peut nous inciter à nous poser les bonnes questions. A lire donc, comme toujours, avec un regard critique. Le Washington Post indiquait ainsi dans un article intitulé « Hong Kong s’enflamme au moment même où la Chine serre la vis à la société civile » que : Le Washington Post a également rapporté : L’article ajoute aussi, concernant spécifiquement le NED, que : Source : Land Destroyer, 01/10/2014

31/01/2016 ni ingérence extérieure ni conditions préalables Genève / Le chef de la délégation syrienne aux pourparlers inter-syriens à Genève, Bachar Jaafari, a déclaré que toute solution politique à la crise en Syrie ne se réaliserait pas sans la présence d’une partie sérieuse dans le processus du dialogue, affirmant que l’intérêt du peuple syrien sera la boussole pour la délégation à Genève et il doit être la boussole du dialogue. Jaafari a indiqué que l’arrivée en retard de l’opposition de Riyad donne la preuve sur son « non sérieux et son irresponsabilité », ajoutant que les déclarations de certains responsables occidentaux donnent l’impression que “nous négocions avec ces pays et non pas avec des opposants syriens”. Jaafari a fait allusion à certaines parties régionales, arabes et internationales qui veulent repartir de zéro, « ce qui constitue une perte de temps au dépend de la souffrance du peuple syrien », a-t-il ajouté.

1921 Council on Foreign Relations Le Council on Foreign Relations ou CFR est un think tank non partisan américain, ayant pour but d'analyser la politique étrangère des États-Unis et la situation politique mondiale. Fondé en 1921, il est composé d'environ 5 000 membres issus du milieu des affaires, de l'économie et de la politique. Son siège se situe à New York avec un bureau à Washington D. Mission[modifier | modifier le code] Le CFR veut être « une ressource pour ses membres ainsi que pour les officiels du gouvernement, les dirigeants des entreprises, les journalistes, les enseignants et les étudiants, les leaders civils et religieux, des citoyens, de façon à les aider à mieux comprendre le monde ainsi que les choix de politique étrangère que doivent faire tant les États-Unis que d'autres pays ». Philosophie[modifier | modifier le code] Le Council semble, au contraire, viser plutôt à fabriquer un consensus fondé sur la raison et l'étude des faits, un trait proche de la pensée de Walter Lippmann, un de ses fondateurs.

l'ONU condamne attentats durant pourparlers de paix 1 février 2016 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont condamné lundi un triple attentat commis la veille près du sanctuaire de Sayidda Zeinab, au sud de la capitale syrienne Damas, alors que des pourparlers de paix viennent de démarrer à Genève sous l'égide de l'ONU. « Selon le gouvernement syrien et des observateurs locaux, plus de 60 personnes auraient été tuées et plus de 100 autres blessées dans ces attentats odieux revendiqués par Daech/EIIL. Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Les responsables de ces attaques contre des civils doivent rendre des comptes », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse. « Les horribles attaques d'hier ont coïncidé avec le début des pourparlers de Genève. Les membres du Conseil ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes ainsi qu'au peuple de Syrie.

La Face Cachée de l'Union Européenne, sauvegarde 03/02/2016 attaques terroristes quartiers à Daraa, Damas Gouvernorats / Dix personnes sont tombées en martyr alors que 41 autres, dont la plupart sont des femmes et des enfants, ont été blessées, dans des attaques terroristes aux roquettes contre des quartiers à Daraa, a déclaré le directeur du comité général de l’hôpital national de Daraa à la correspondante de l’Agence Sana. Une source du gouvernorat a déjà affirmé à la correspondante de SANA à Daraa que des terroristes avaient lancé des roquettes sur des quartiers à Daraa, ce qui a fait 3 martyrs et 18 blessés, dont 3 enfants, et causé des dégâts matériels dans les propriétés des civils. Trois blessés dans des roquettes tirées sur le faubourg de Harasta Dans la banlieue de Damas, trois personnes ont été blessées dans une agression terroriste de «l’armée de l’Islam» contre le faubourg de Harasta dans la banlieue de Damas. Elle a fait savoir qu’ l’un des obus de mortier s’était abattu sur une école, faisant trois blessés parmi ses cadres et causant des dégâts matériels. Bulletin français

George CATLETT MARSHALL 1880-1959

Related: