background preloader

Monnaie

Monnaie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La monnaie est définie par Aristote[1] par trois fonctions : unité de compte, réserve de valeur et intermédiaire des échanges. Depuis la suppression de toute référence à des matières précieuses et la dématérialisation des supports monétaires, et après l’intervention des économistes « nominalistes »[2], les aspects légaux de l'usage de la monnaie (et notamment les droits juridiques qui sont attachés au cours légal et au pouvoir libératoire) sont plus apparents. Ces droits sont fixés par l’État et font de la monnaie une institution constitutionnelle en de multiples pays. La monnaie est l'instrument de paiement en vigueur en un lieu et à une époque donnée : du fait de la loi : on parle de cours légaldu fait des usages : les agents économiques l'acceptent en règlement d’un achat, d’une prestation ou d'une dette. La monnaie est censée remplir trois fonctions principales : Histoire[modifier | modifier le code] Usages[modifier | modifier le code] Notes Related:  Monnaies Virtuelles

Monnaie privée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La monnaie privée est un type de monnaie dont l'émission et la garantie sont assurées par un organisme indépendant de l'État, par exemple une banque privée, par opposition aux monnaies habituelles, garanties par un gouvernement ou la chose publique, soumises à un monopole d'émission monétaire direct ou délégué à une banque centrale. Il a existé quelques exemples historiques de monnaies privées. Aujourd'hui, la monnaie issue de la banque centrale est officiellement l'outil d'échange dominant, mais la réalité des choses est plus complexe : s'il n'y a officiellement quasiment pas de monnaie privée, les instruments financiers librement émis par le système financier se distinguent assez peu d'une monnaie. Le concept de monnaie privée est essentiellement mis en avant par quelques économistes libéraux, comme Friedrich Hayek ou David Friedman, en tant que moyen pour diminuer la capacité de l'État à manipuler l'économie à son propre avantage.

The MintChip Challenge Serpent monétaire européen Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir SME. Le Serpent monétaire européen (1972-1978) fut un dispositif économique qui limitait les fluctuations de taux de change entre les pays membres de la Communauté économique européenne. Pour chaque monnaie, un seuil d'intervention à la vente et un seuil d'intervention à l'achat, en fonction du taux de change par rapport à chacune des autres monnaies, étaient définis. Ainsi, une monnaie ne pouvait pas fluctuer par rapport à une autre de plus ou moins 2,25 % autour de sa parité bilatérale. Il ne faut pas confondre ce dispositif avec le Système monétaire européen, dont il est le prédécesseur. Genèse du Serpent[modifier | modifier le code] La genèse du SME débute de fait en 1944 avec les accords de Bretton Woods où plusieurs dizaines d'États décident que, la guerre finie, la nouvelle économie mondiale se fera grâce à l'aide des États-Unis et les échanges seront donc basés sur le dollar américain.

Métropole Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] Dans la Grèce antique, la métropole est la « cité mère » par rapport à ses colonies, puis dans la Rome antique la capitale administrative d’une province. Dans l’administration religieuse (notamment chrétienne), une métropole est un chef-lieu d’une région[4], celui d'une province ecclésiastique où siège l'archevêque métropolitain pour les catholiques, celui où siège le métropolite pour les orthodoxes. De nos jours, les métropoles orthodoxes sont des juridictions[Note 1]. Lyon est une métropole ecclésiastique[5] et régionale[6]. La métropole comme pôle urbain[modifier | modifier le code] On peut considérer comme métropole une ville : concentrant une population relativement importante donc plus de 3 000 000 d'habitants en ce qui concerne les métropoles de rayonnement international. Échelle mondiale[modifier | modifier le code] Les grandes métropoles de l'Union européenne (LUZ - Eurostat) P.

Le football, petit ou grand business ? (CNRS le journal, 2018) On parle aujourd’hui d’un club de football comme on parlerait d’une grande entreprise cotée en Bourse. Or si ce milieu endosse, à l’image de la société, les caractéristiques de l‘économie mondialisée, il est loin de constituer un «business» rentable. C’est ce que nous expliquent les économistes Luc Arrondel et Richard Duhautois dans ce point de vue publié en partenariat avec le site HuffPost. Ce point de vue est publié simultanément sur le site du HuffPost, dans le cadre d’un partenariat éditorial ce jeudi 7 juin. Né au XIXe siècle, le football faisait alors l'objet de compétitions nationales (ici, un match en 1909, probablement en Grande-Bretagne), bien loin des rencontres internationales d’aujourd'hui, avec des retransmissions dans le monde entier et de nombreux transferts de joueurs. SZ Photo / Scherl / Bridgeman Images Tradition contre postmodernisme Le chiffre d’affaires des cinq grands championnats européens professionnels est légèrement inférieur à celui de la Française des jeux.

Monnaies virtuelles : un réseau de blanchiment mondial a été mis à jour En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Accueil Une enquête internationale a mis fin aux activités de Liberty Reserve, une monnaie numérique qui aurait servi à blanchir près de 6 milliards de dollars dans le monde entier. C’est peut-être la plus vaste enquête internationale jamais menée en matière de blanchiment d'argent. Un système opaque Basée au Costa Rica, Liberty Reserve a été créée en 2006 par Arthur Budovsky, qui fait partie des accusés. Pour ajouter à l'opacité, les utilisateurs de la plate-forme ne pouvaient pas y virer directement des fonds, mais devaient passer par un tiers, baptisé « échangeur », selon l'acte de mise en accusation. Lire aussi : Source : Tweeter Partager

SWIFT is ready to implement sanctions against Iranian financial institutions Published on 17 Feb 2012 This article is also available in German A clear multi-lateral legal framework in relation to international financial sanctions against Iran is emerging. SWIFT stands ready to act and discontinue its services to sanctioned Iranian financial institutions as soon as it has clarity on EU legislation currently being drafted. This decision follows extensive consultation with our board and with relevant regulatory authorities. SWIFT has also informed its overseers. The responsibility of SWIFT with regard to international financial sanctions has always been to assist our member banks in meeting their responsibilities to comply with national and international regulation. Cookies help us deliver our services.

European Currency Unit Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir ECU. Cette devise internationale a été créée en 1979, avec le Système monétaire européen (SME), dans le but de donner aux pays membres de la CEE une zone de stabilité monétaire en limitant les fluctuations des taux de change entre les pays membres. Ce n'était pas une vraie monnaie mais un panier de valeurs, et la valeur de l'ECU était par définition plus stable que celle des monnaies qui le composent, la faiblesse éventuelle d'une monnaie du panier étant compensée par la force des autres monnaies. Changement de nom[modifier | modifier le code] Bien que le nom ECU ait été explicitement indiqué dans le traité de Maastricht comme nom de la future monnaie unique européenne (art. 109 notamment), ce nom a été abandonné. ECU, ancêtre de l'euro[modifier | modifier le code] Valeur déterminée par le panier de monnaies[modifier | modifier le code] Sources[modifier | modifier le code] Références[modifier | modifier le code]

Related: