background preloader

Comment le cerveau assimile une nouvelle langue

Comment le cerveau assimile une nouvelle langue
Apprendre sa propre langue est déjà un défi cérébral en soi. Alors, qu'en est-il quand il faut maîtriser une autre langue que la sienne ? Et pourquoi est-il si difficile d'apprendre une langue appartenant à une autre famille que la sienne, alors que nous manipulons finalement assez bien d'autres codes complexes comme les mathématiques par exemple ? Comment le cerveau fait-il pour maîtriser une langue? Même si les recherches récentes montrent que de nombreuses régions de notre cerveau s'activent lors de la moindre opération mentale, les fonctions utiles au langage trouvent leur source dans deux aires qui ont donc une importance primordiale : l'aire de Wernicke et l'aire de Broca. Comme le rappelle cet article, les cerveaux des enfants élevés dans des milieux bilingues ou multilingues sont un peu dissemblables puisque l'aire de Broca ne distingue pas les langues apprises simultanément. Une solution souvent citée pour apprendre une langue étrangère est l'immersion. Pfromm, Robert.

L’apprentissage par définitions : méthode, exemples et usages L’apprentissage par définitions est une méthode quasi universelle d’auto-apprentissage que tous peuvent utiliser dans tous les domaines. Je n’ai jamais rencontré de restrictions à son utilisation. Elle mène tous et chacun à une compréhension assez complète, à son niveau, à son rythme ou au rythme de groupe qui l’emploie. Avec Internet. elle est plus facile que jamais à appliquer. L’apprentissage par définitions consiste : 1- À obtenir quelques références clés d’un domaine, ce peut être un texte fondateur, un manuel ou un article spécialisé; une personne curieuse peut prendre simplement un mot. 2- De là, on circonscrit sommairement les limites du contexte du mot; par exemple si on sait que ça concerne la biochimie, on n’ira pas au delà de l’interface entre la biochimie et la chimie ou entre le biochimie et la biologie. Ces deux étapes prennent moins de deux minutes. Deux exemples animés sont présentés plus bas dans cet article. Une définition complète. Mot : «Peptide» Mot : «Didactique»

Exige-t-on trop des neurosciences? Le cerveau humain fascine. Il est le siège de nos capacités, de nos connaissances, de nos envies, etc. Malgré les avancées scientifiques, nous ne comprenons encore que très peu son fonctionnement. Barack Obama annonçait au début 2013 au Congrès américain qu'il envisageait un financement de 3 milliards de dollars sur 10 ans pour cartographier le cerveau humain! Ces investissements sont-ils réalisés à bioen escient ? Le diktat « Publie ou péris » Comment expliquer cet état de faits un peu gênant ? De plus, les publications – qui cherchent sans cesse de nouveaux lecteurs – publient plus volontiers des annonces de nouveaux résultats plutôt que des articles consolidant des positions déjà connues. Mais les neurosciences souffrent d'un handicap supplémentaire. Plusieurs théories Autre problème : les neurosciences feraient-elles trop confiance à la technologie ? L'Union européenne et les États-Unis doivent donc modérer leurs attentes. Jaslow, Ryan. Barthélémy, Pierre. Ioannidis, John P.

Quand on fait dire n'importe quoi aux neurosciences Les neurosciences essaient de comprendre cet organe vital ultrapuissant qu'est le cerveau, celui de toutes les espèces animales et celui de l'homme en particulier. Mais comme les autres sciences, il arrive que la neurobiologie soit détournée afin de lui faire dire absolument tout et n'importe quoi. L'exemple de la neuroarchitecture Fin 2010, un article du Wall Street Journal crée une vague d'intérêt pour un nouveau phénomène, la « neuroarchitecture ». Un décorateur d'intérieur aurait trouvé le moyen de créer une cuisine qui relaxe notre pauvre cerveau stressé. En effet, Johnny Grey, qui disait posséder des connaissances de neurosciences, affirmait qu'il existerait « un point de bien-être », un point G architectural en somme, qui favoriserait la détente et l'efficacité dans sa cuisine. Si les grands médias n'ont jamais remis en question ces principes, des sceptiques – comme le blogueur Neurocritic – ont rapidement publié leur vision de ces « découvertes ». L'éducation aux neurosciences

Mirror neuron A mirror neuron is a neuron which fires both when an animal performs an action and when the animal observes the same action performed by another (especially conspecific) animal. Thus, the neuron "mirrors" the behavior of another animal, as though the observer were itself performing the action. These neurons have been observed in primates, including humans, and in some birds. In humans, they have been found in Broca's area and the inferior parietal cortex of the brain. Some scientists consider mirror neurons one of the most important findings of neuroscience in the last decade. For more information about the topic Mirror neuron , read the full article at Wikipedia.org , or see the following related articles: Sensory neuron — Sensory neurons are nerve cells within the nervous system responsible for converting external stimuli from the organism's environment into internal ... > read more Mirror test — The mirror test is a measure of self-awareness developed by Gordon Gallup Jr in 1970.

L'Union européenne utilise de plus en plus un anglais... mal compris des anglophones L'Union européenne a beau compter 23 langues officielles (bientôt 24 avec le croate) et trois langues de travail, elle a beau dépenser 1,4 milliard d'euros par an de frais de traduction, l'anglais est bel et bien sur le point de devenir la lingua franca des institutions européennes. La Commission s'en défend, mais elle travaille désormais pratiquement exclusivement en anglais et l'usage des deux autres langues de travail, le français et l'allemand, est limité à la traduction depuis l'anglais des textes bruxellois. A la BCE, les choses sont claires depuis sa création en 1998 : la langue de l'institution est l'anglais, même si les seuls anglophones nés de la zone euro sont les 4,7 millions d'Irlandais sur un total de 330 millions d'habitants ! Shakespeare n'est pas fonctionnaire européen Pour autant, quel anglais parle-t-on dans les institutions européennes ? Le risque du développement d'une langue en soi Au risque de l'incompréhension Des calques dangereux Risque de contresens

Notre cerveau est neurosocial! Voici le trosième article sur les richesses incommensurables de notre cerveau! L’article s’inspire du livre Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, une œuvre présentée par Patrice Van Eersel, rédacteur en chef du magazine Clés. M. Van Eersel interviewe dans son livre cinq chercheurs. L’article présent fait suite à l’entretien avec Boris Cyrulnik, éthologue, et Pierre Bustany, neuropharmacologue qui travaille avec les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale. Un cerveau seul, même sain, ne fonctionne pas. Les spécialistes du cerveau nous disent aujourd’hui que le cerveau est «neurosocial». Les neurones miroirs La découverte des neurones miroirs a été faite par le neurophysiologue Pr Giacomo Rizzolatti. Une découverte tout à fait par hasard. Rizzolatti va consulter ce que dit l’IRM (image résonance magnétique). Conclusion : bien que le singe était immobile, il envoyait de l’énergie à son cerveau COMME SI C’ÉTAIT LUI-MÊME qui levait la main droite pour se saisir du sandwich. À suivre.

Pourquoi parvenons-nous à lire les mots même avec des lettres mélangées ? Des chercheurs britanniques ont mis au point un test qui pourrait permettre de comprendre comment notre cerveau parvient à lire les mots même quand les lettres sont mélangées. Cette découverte pourrait aider les psychologues à trouver des solutions contre les difficultés à lire telles que la dyslexie. Le cveraue ets dtoé ed capciatés éotanntes et il ne cesse de nous le démontrer ! Comme en témoigne d'ailleurs la petite phrase précédente : alors que toutes les lettres des mots sont mélangées, notre cerveau parvient à comprendre le sens de ceux-ci. Comment notre organe fait-il ? Une étude menée par des chercheurs britanniques pourrait permettre de lever une partie du mystère. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Comme le soulignent les scientifiques, pour lire correctement un mot, le lecteur a besoin non seulement d'identifier les lettres mais aussi de clairement déterminer leur position, ce qui permet de distinguer des mots comme UTILE et TUILE.

What Are The Hardest Languages to Learn Bonjour! Did you catch that? That was the only French word that rolls easily off my tongue after several years of college French classes. Yes, that is pathetic. Using the Foreign Service Institute, among other sources, this infographic divides some commonly learned languages into three categories- easy, medium, and hard- based on various factors. It is common sense that many Romance languages are gauged as “easy,” based on their similarity to English, but I was surprised that Russian is only “medium.” Share This Infographic Get Free Infographics Delivered to your Inbox

Related: