background preloader

Vers un bouleversement de notre modèle alimentaire, par Claude Aubert (Le Monde diplomatique, 2007)

Vers un bouleversement de notre modèle alimentaire, par Claude Aubert (Le Monde diplomatique, 2007)
Le même type d’alimentation s’est imposé dans tous les pays industrialisés, en dépit des différences héritées des traditions et liées aux ressources propres à chaque pays. Il se caractérise par : – une agriculture utilisant de grandes quantités d’intrants, notamment engrais et pesticides ; – une industrie agroalimentaire puissante proposant de plus en plus d’aliments transformés, souvent prêts à consommer, et contenant des additifs chimiques ; – une offre extraordinairement diversifiée, ne tenant plus compte des saisons ni de l’origine géographique ; – des habitudes alimentaires profondément modifiées. Ces transformations se caractérisent par trois éléments. Il faut, à ce propos, en finir avec l’argument selon lequel l’augmentation constante de l’espérance de vie serait la preuve d’une nutrition adéquate. Écologique et sanitaire Quel doit donc être le modèle alimentaire de demain ? Faut-il pour autant revenir à l’agriculture et à l’alimentation de nos aïeux ? Laura Margueritte, cartographe. Related:  Agriculture durableEnjeux du secteur agroalimentaire

Vivre écolo ne coûte pas forcément un bras, au contraire Manger bio, refaire l’isolation de son logement, opter pour un fournisseur d’énergie alternatif, ne vivre que du tout recyclable et des marques écoresponsables: pour beaucoup, l’écologie est un sport par et pour les riches. Pourtant, en adoptant une démarche écoresponsable, il y a surtout des économies à la clé. Pour cela, il faut être malin, patient et persévérant. C’est bien connu: être écolo, «c’est un truc de bobos». D’ailleurs, si on se réfère aux statistiques de l’Insee, pour les ménages les plus modestes, l’alimentation et le logement seuls représentent plus du tiers du budget annuel (22% pour les foyers les plus aisés). Produits écologiques plus chers au premier abord Mais ce raisonnement est à bannir. Il est vrai qu’après comparaison les produits estampillés écologiques ou respectueux de l’environnement sont généralement (un peu) plus chers à l’achat –investir dans de l’électroménager moins énergivore comme dans une maison écologique coûte généralement 15 à 20% plus cher.

La Ville de Paris lance l’incubateur Smart Food Paris Les nouveaux usages liés à notre alimentation deviennent des enjeux forts sur lesquels de plus en plus de startups se penchent. Afin de favoriser l’émergence de ce type de sociétés, la Ville de Paris a lancé un incubateur baptisé « Smart Food Paris ». Cette initiative dévoilée il y a quelques jours par les adjoints à la Maire de Paris sera portée avec l’agence d’innovation Paris&Co, en partenariat avec Elior, Carrefour, Danone et le groupe UP. Le programme a été présenté comme ayant pour ambition de devenir une référence mondiale sur les sujets liés à l’innovation dans l’alimentation. Un site dédié situé dans le 20ème arrondissement de Paris ouvrira ses portes vers le milieu de l’année 2016. Un appel à candidature pour les startups dans le domaine de la Food Tech est ouvert jusqu’au 23 février.

Le déclin de la biodiversité menace l’humanité, par Alain Zecchini (Le Monde diplomatique, 2007) De 1 à 10 millions d’années, selon les groupes : c’est la durée de vie d’une espèce, estimée par la paléontologie, dans des conditions normales, stables, de biodiversité. Mais, avec la suprématie d’Homo sapiens sapiens, ces conditions sont largement perturbées, et il semble peu probable que les espèces puissent se perpétuer aussi longtemps. Car l’être humain, à force de confondre l’utilisation de la nature et sa prédation, détruit le vivant de plus en plus largement, et de plus en plus rapidement. Les taux d’extinction actuels des espèces, rapportés à ceux qui existaient aux temps géologiques anciens, sont de 100 à 1 000 fois supérieurs (et parfois plus). Les menaces traditionnelles d’origine anthropique que représentent la destruction des habitats et la surexploitation sont renforcées par les invasions biologiques, les pollutions, les bouleversements climatiques (et, d’une manière générale, par l’altération des cycles biogéochimiques) et la surpopulation humaine.

60 ans que l'agriculture a tout faux PARADIGME. "C’est un nouveau paradigme" s’enthousiasme Cyrille Violle, chercheur au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE-CNRS/université de Montpellier). Dans le cadre du projet PRAISE sur l’amélioration génétique des prairies semées (financé par l’Agence nationale de la recherche), le CEFE et l’Inra de Lusignan dans la Vienne ont mené une expérimentation originale par sa démarche et totalement nouvelle pour la science. "Pendant un an, nous avons cultivé sur 120 mini-parcelles de 1,2 m sur 1,3 cinq espèces fourragères (luzerne, trèfle blanc, ray-grass, dactyle, fétuque), explique Cyrille Violle. Un an et demi plus tard, les chercheurs ont récolté, pesé et comparé la production en matière sèche de chacune des parcelles. Les plantes se partagent les ressources en eau et nutriment Ce résultat s’explique par le comportement des plantes entre elles. CLONES.

Gaspillage alimentaire : les déchets des uns font le bonheur des autres Traquer le gaspillage alimentaire : c’est l’activité principale d’une petite start-up qui court la France pour faire les poubelles des supermarchés. Interview de Jean Moreau, président et cofondateur de Phenix, une entreprise qui n’hésite pas à exploiter les arrière-cours. Quelle est l’activité de votre entreprise, Phenix ? La société existe depuis 2014. Nous sommes partis d’un constat de terrain : certains supermarchés donnaient déjà une partie de leurs invendus alimentaires à des associations. Qu’appelle-t-on les invendus ? Il s’agit principalement des invendus alimentaires. Une journée type de votre entreprise ? Le matin, nous faisons le tour des supermarchés, nous rencontrons les associations locales et nous créons et supervisons des plannings de redistribution. Quelle est la clé de la réussite ? Clairement, le motif économique. Quelles sont, à votre avis, les mesures qui permettraient le développement de cette filière ? En premier lieu, il faut stabiliser le cadre fiscal. Nom : Phenix

Nature Has Lost Its Meaning Humans were once a fairly average species of large mammals, living off the land with little effect on it. But in recent millennia, our relationship with the natural world has changed as dramatically as our perception of it. There are now more than 7 billion people on this planet, drinking its water, eating its plants and animals, and mining its raw materials to build and power our tools. These everyday activities might seem trivial from the perspective of any one individual, but aggregated together they promise to leave lasting imprints on the Earth. Human power is now geological in scope—and if we are to avoid making a mess of this, our only home, our politics must catch up. Making this shift will require a radical change in how we think about our relationship to the natural world. Purdy is a law professor at Duke, and as such, he feels most at home in American history. So I began thinking: This sounds familiar. Seeing those changes play out over the course of history gave me hope.

AEI – Association internationale pour une agriculture Écologiquement IntensiveAccueil » AEI - Association internationale pour une agriculture Écologiquement Intensive Gaspillage alimentaire : les «doggy bags» obligatoires au resto depuis le 1er janvier Pas sûr que cela ait préoccupé beaucoup de ceux qui ont fêté le passage à 2016 au restaurant. Pourtant, à l'heure de rentrer, ils auraient pu demander au restaurateur de leur fournir un doggy bag pour repartir avec les restes de foie gras, saumon, dinde et autres bûches voués, sinon, à finir à la poubelle. Depuis ce 1er janvier, obligation est faite en effet aux restaurateurs de proposer à leurs clients rassasiés de repartir avec ce qu'ils ont laissé dans leur assiette. C'est la mise en application du dernier seuil, le plus contraignant, de la loi sur les biodéchets, votée en 2011. Depuis ce 1er janvier 2016, ce sont donc toutes les entreprises qui produisent plus de 10 tonnes de biodéchets par an (déchets liés à la préparation des plats, restes des plats servis, aliments périmés...) qui doivent mettre en œuvre des mesures de réduction ou de tri et recyclage. Toutefois, COP21 oblige, des initiatives ont déjà été prises.

Why Sustainability Is Now the Key Driver of Innovation There’s no alternative to sustainable development. Even so, many companies are convinced that the more environment-friendly they become, the more the effort will erode their competitiveness. They believe it will add to costs and will not deliver immediate financial benefits. Talk long enough to CEOs, particularly in the United States or Europe, and their concerns will pour out: Making our operations sustainable and developing “green” products places us at a disadvantage vis-à-vis rivals in developing countries that don’t face the same pressures. Suppliers can’t provide green inputs or transparency; sustainable manufacturing will demand new equipment and processes; and customers will not pay more for eco-friendly products during a recession. Not surprisingly, the fight to save the planet has turned into a pitched battle between governments and companies, between companies and consumer activists, and sometimes between consumer activists and governments. It isn’t going to be easy. Stage 1:

L'agriculture française doit prendre en compte le changement climatique L’agriculture française à l’épreuve du changement climatique Buses d'irrigation des champs , près de Villemur-sur-Tarn, le 13 juin 2011 (F.LANCELOT/SIPA). Les facteurs de succès de l’agriculture du deuxième XXe siècle sont devenus un piège au XXIe. Et d’autre part, parce que l’augmentation des émissions de CO2 conduit à la fin d’une période de stabilité du climat, qui réserve désormais des vagues de chaleur ou de froid, des précipitations de plus en plus intenses et surtout de plus en plus variables au cours d’une même année. La passivité face à ces deux changements majeurs est inacceptable. L’adaptation est urgente Attendra-t-on pour réagir un baril à 200 euros et une saison sans pluie ? Une haie ne pousse pas en 1 an. La Beauce en sursis Les grandes plaines céréalières françaises dont le plateau de la Beauce est l’un des plus illustres représentants, sont sans doute la plus grande réussite agricole française. Et la tendance devrait s’accentuer. Nous savons faire

Related: