background preloader

AIPAC - The American Israel Public Affairs Committee

AIPAC - The American Israel Public Affairs Committee
House and Senate members are signing bipartisan letters to the president expressing their concerns about Iran's nuclear weapons program and the need for congressional engagement in the negotiations. Lawmakers have introduced legislation that seeks to dramatically strengthen the strategic partnership between the United States and Israel. President Obama has requested $3.1 billion in security assistance for Israel as part of his budget for fiscal year 2014. The president has also requested $220.3 million in additional funding for the Iron Dome missile defense system. The Nuclear Weapon Free Iran Act of 2013 (S. 1881), authored by Senate Foreign Relations Committee Chairman Robert Menendez (D-NJ) and Sen. Mark Kirk (R-IL), aims to strengthen American diplomatic efforts to prevent Iran from achieving a nuclear weapons capability.

http://www.aipac.org/

Related:  war1951 AIPAC lobby zionist US

Palestine, Israël, foi chrétienne « évangélique » et objectivité – lettre à un pasteur évangélique (première partie) Bloggeur invité ; en français dans le texte. Cora a passé près d’une année à Bethlehem vivant et travaillant comme volontaire pour une organisation caritative dans un camp de réfugiés palestiniens. Elle a réalisé un documentaire sur la mémoire des évènements de 1948 : naissance d’un état pour les Israéliens ; «nakba » ou catastrophe pour les Palestiniens. Lorsqu’elle partage ses observations avec son pasteur (Serge-- nom changé pour préserver son anonymat) resté en France, Cora est confrontée par la difficulté de Serge à réconcilier la réalité que présente Cora de façon humaine et historique avec les présupposés plutôt traditionnels de la « pensée évangélique » par rapport à Israël, le « peuple de Dieu » et peut-être le future pré-ordonné et « apocalyptique » que doit connaitre la Terre Sainte. Les éléments de la réponse de Cora qui nous sont confiés ci-dessous sont une illustration de la nécessité de l’honnêteté quelque soit le rôle que nous avons — aussi modeste soit il.

Evangélisme et sionisme préparent la guerre des civilisations… Charles Saint-Prot, historien, essayiste, géopolitologue et directeur de l’Observatoire d’Études Géopolitiques. Evangélisme et sionisme préparent la guerre des civilisations… La secte évangéliste et le jeu des Etats-Unis dans le monde arabe (Par Charles Saint-Prot, octobre 2005) Depuis quelques années, l’extrémisme religieux, c'est-à-dire l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques, est devenu l’un des éléments essentiels de la géopolitique au Proche-Orient. Alors que certains milieux et médias ne cessent d’accuser l’Islam de tous les maux, les commentateurs restent discrets sur la responsabilité des sectes protestantes qui contribuent à radicaliser le conflit. On sait l’importance prise par la secte des évangélistes, dite « revivaliste », aux Etats-Unis où elle influence considérablement la politique de l’administration Bush.

Neocons: "Jesus Camp" (ou comment les enfants sont endoctrinés par les évangélistes aux Etats-Unis) (documentaire VOSTF Reportage d''Heidi Ewing et Rachel Grady "Nous nous sommes demandé ce que la montée en puissance du courant évangélique signifiait aux yeux d’Américains, qu’ils se définissent comme des humanistes laïques, ou des croyants convaincus que la séparation entre l’Eglise et l’Etat est un fondement de notre démocratie. Nous avons cherché à comprendre en quoi toute cette génération d’enfants endoctrinée par l’idéologie évangélique va peser sur l’avenir des Etats-Unis lorsqu’elle aura atteint l’âge adulte." (suite: Voir aussi:

2010 l'AIPAC achèterait les membres du Congrès L’affaire d’espionnage contre deux hauts responsables d’AIPAC le Lobby Sioniste à Washington DC a été enterrée l’année dernière probablement suite à des pressions politiques. Mais cette affaire risque de resurgir au grand jour avec des détails pour le moins corsés car l’un des deux ex employés d’AIPAC, Steve Rosen, a décidé d’engager des poursuites judiciaires contre son ex employeur AIPAC qu’il accuse de l’avoir diffamé. Selon le quotidien juif américain Forward les documents remis dans le cadre de ces poursuites judiciaires incluent des accusations mutuelles de pornographie aux bureaux du Lobby sioniste.

Détruire la Palestine ou comment terminer la guerre de 1948 - Middle East Watch Depuis l’occupation de 1967, les responsables politiques et militaires israéliens débattent de la meilleure façon de conserver le maximum de terres avec le minimum de Palestiniens. Les dirigeants de la "génération de 1948", Alon, Sharon, Dayan, Rabin, Pérès ont été élevés dans le mythe de la rédemption de la terre. Sharon, dans un entretien étonnamment candide avec Ari Shavit (Haaretz, supplément hebdomadaire, 13 avril 2001), a donné un aperçu de la vision du monde qui avait cours dans le Palmach (organisation militaire formée avant la création de l’Etat) et qui a essaimé depuis lors dans tout le système militaire du pays. Dans cet univers, tout baigne dans un cadre romantique, les champs, les vergers en fleurs, la charrue et la guerre. " Dans un interview de 1976, Moshé Dayan, qui était ministre de la Défense en 1967, exposa les raisons qui avaient alors poussé à attaquer la Syrie.

2004 Enquête AIPAC pour espionnage Eux ou Nous Le Procès de l'Aipac par James Petras Retirer Israël de la politique américaine Préambule Ce qui suit est une version légèrement révisée d’une conférence que j’ai donnée le 1er mars à Washington, durant les manifestations contre l’AIPAC et la visite de Netanyahou. Deux jours plus tard, le producteur de Hollywood Arnon Milchan, que je cite ci-dessous, était assis au balcon de la maison des VIP, rayonnant, comme s’il assistait à la lune de miel de Netanyahou avec le Congrès. Elias Sanbar, poète et diplomate « amoureux de la Palestine » Elias Sanbar, le 30 avril à Paris (Audrey Cerdan/Rue89) 9782259209434.jpg Elias Sanbar occupe une place à part dans la diaspora palestinienne. Primaires US 2016 grand oral de Clinton & Trump Mots-clés : Aipac, Clinton, élection, États-Unis, Lobby, présidentielle Dans la dernière ligne droite des primaires à la Maison-Blanche 2016, les deux principaux candidats ont passé leur grand oral, ce lundi 21 mars, devant le lobby sioniste américain : l’AIPAC. À ce petit jeu, Donald Trump a remporté, haut la main, la palme d’or des promesses aussi démagogiques que dangereuses : il a été particulièrement applaudi lorsqu’il a brisé un tabou sur le conflit israélo-palestinien en s’engageant, s’il est élu, à reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État hébreu et à transférer l’ambassade américaine de Tel Aviv à la Ville sainte ! « Quand je serai président, il en sera fini des jours où l’on traitait Israël comme un citoyen de seconde zone», a promis le milliardaire, originaire de New York où résident de très nombreux juifs américains.

Palestine à l'UNESCO: les Etats-Unis coupent le financement Les Etats-Unis coupent le financement de l'UNESCO, ce qui représente 22% du budget total de l'agence des Nations unies pour la culture, suite à l'admission de l'Etat palestinien, a annoncé lundi à Washington la porte-parole du département d'Etat américain Victoria Nuland. "Les Etats-Unis ne verseront pas leur prochaine cotisation de 60 millions de dollars à l'UNESCO. Le vote de ce lundi a été prématuré, il empêche d'atteindre notre objectif commun de rétablir la paix au Proche-Orient", a indiqué Mme Nuland lors d'un point presse. Washington devait verser 60 millions de dollars à l'UNESCO avant fin novembre.

Comment fonctionne le lobby zionist US Israël/Etats-Unis : Qui est le maître ? de Comaguer Le récent déchaînement militaire d’Israël contre la Liban et Gaza et le soutien total du gouvernement et du Congrès des Etats-Unis à ces actions ont donné un surcroît d’actualité à un débat déjà ancien sur les rapports entre les deux pays. Kennedy & l'AIPAC Il y a exactement cinquante ans se jouait un épisode déterminant dans l'histoire de la « démocratie états-unienne » ; une lutte épique dont le dénouement engagea l'avenir du monde entier. Laurent Guyénot nous en rappelle l'enjeu.Kennedy et l'AIPAC En mai 1963, le Foreign Relations Committee du Sénat des États-Unis ouvrait une enquête sur les opérations clandestines d'agents étrangers sur le sol américain, visant particulièrement l'American Zionist Council et la Jewish Agency for Israel [1] . Cette tentative de contrer le parasitage grandissant de la politique états-unienne par Israël recevait l'appui du président, bien entendu. À l'époque où il n'était encore qu'un jeune journaliste couvrant la conférence inaugurale des Nations Unies, John Kennedy avait été troublé par la capacité d'Israël d'acheter des politiciens, et jusqu'au président lui-même. Kennedy, la bombe et Dimona

Related: