background preloader

Projets : Plaisir - Adesias

Projets : Plaisir - Adesias
Related:  Web

Internet responsable : sur les traces de votre identité numérique ! Internet responsable : sur les traces de votre identité numérique ! « Des tuiles pour protéger son soi" » Immersion Immersion est un outil proposé par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) qui permet de visualiser métadonnées de votre boite mail. S'authentifier via FB, Goggle, Twitter... Le Web de tous les jours représente 10 % des données disponibles... ...autrement dit 90 % du Web est caché. 26 Share 0 Tweet 0 Share 0 Mail 0 Share

Comment fonctionne Google ? Google, aujourd'hui, est le moteur de référence pour rechercher une information. On peut s'interroger comment il a fait pour être meilleur que les autres. Au cœur de Google, il y a la notion, qu'il protège fortement, de PageRank. Le PageRank, c'est la pertinence d'une page web, pour un sujet donné. L'idée derrière, c'est toujours la recherche d'information, c'est, quand je fais une requête, aller chercher les documents utilisant les mots placés dans ma requête. FRANCE - Info ou intox : comment déjouer les pièges sur Internet ? Nouvel empoisonnement à Salisbury : "l'exposition accidentelle" privilégiée En savoir plus Kim Dotcom est extradable, juge la Nouvelle-Zélande En savoir plus Mondial-2018 : ce qui attend les Bleus face à l'Uruguay En savoir plus Elle escalade la statue de la Liberté pour dénoncer le sort des enfants immigrés En savoir plus La mousson menace les enfants thaïlandais "prisonniers" dans une grotte En savoir plus Macron sur France 24 - RFI : "Le sujet des migrations naît d'une crise africaine" En savoir plus Hulot défend son plan de sauvetage pour une biodiversité à l'agonie En savoir plus Recours contre l'État : "Au Bataclan, les soldats n’ont fait qu’obéir aux ordres" En savoir plus Guerre commerciale : le spectre d'une récession digne de 2008 En savoir plus Dmitriev et Titiev, dissidents russes oubliés pour cause de Mondial En savoir plus Drones : la menace vient du ciel pour les prisons françaises En savoir plus

Passeport pour Internet (2) Le résumé de la séquence... - SEANCE 1 - (1h) 1 - Les usages d'Internet Qui utilise Internet dans la classe ? Durée Combien de fois par semaine ? Combien de temps par jour ? Lieu Sur quel appareil ? (ordinateur, tablette, smartphone...) Dans quel lieu ? (Collège, Salon, Chambre...) Pour quels usages ? Quels sites consultes-tu ? Laisses-tu des commentaires ? Après un temps d'échange oral, pendant lequel les réponses sont classées au tableau, chacun complète son passeport. Internet prend de plus en plus de place dans nos vies.Nous l'utilisons pour différents usages, au travail ou dans nos loisirs : pour chercher des informationspour échanger, communiquer (par mail, chat, forum, réseaux sociaux…)pour publier textes, photos ou vidéos (sur les blogs, réseaux sociaux...) On se construit une vie parallèle, virtuelle, dans laquelle on a une identité numérique. On dévoile parfois des informations privées, dans un espace public (Internet) ! C'est pourquoi il est important de se poser d'abord les questions suivantes :

Info-doc : introduction à internet (vocabulaire) Accueil > Séances pédagogiques > Info-doc : introduction à internet (vocabulaire) Voici la séance proposée par Laure-Estelle Moulin et Léa Tremblay, deux stagiaires de l’ESPE de Paris qui ont enrichi le CDI de leur présence pendant 4 semaines. Cette séance est la première de la séquence consacrée à Internet. Partie 1 : Définitions des termes via un remue-méninges Après avoir écrit « Internet » au tableau, on demande aux élèves quels outils utilisent-ils pour aller sur internet et à quoi associent-ils ce mot. Partie 2: Exercices Pour vérifier que les élèves ont bien compris les définitions, ils sont amenés à faire un petit exercice sous forme de devinette (Je sers à… Qui suis-je ?). Bilan : Il semblerait que les élèves aient acquis le vocabulaire et parviennent à dissocier des termes souvent confondus dans la langue générale, comme on a pu le constater sur les séances suivantes. WordPress: J'aime chargement…

Démêler l'info de l'intox sur Internet Une histoire de fake Après les attentats de 2015, chacun s’est accordé à dire qu’il était impérieux d’éduquer plus finement nos élèves à l’utilisation d’Internet. Les fake et autres théories du complot s’immisçant insidieusement sur les murs Facebook et les fils Twitter des ados doivent nous amener à réagir sur le terrain de la pédagogie. Réagir oui, mais comment ? Un cours théorique, aussi documenté et solide que possible, ne suffit plus. C’est autant de questions qu’il faut poser aux élèves à partir de situations et d’exercices pratiques pour démêler le vrai du fake, l’info de l’intox. Le complotisme pointe (encore) le bout de son nez par Fabrice Erre, enseignant et auteur de BD (source : En 2010, j’avais pour ma part monté un IDD avec mon collègue d’Anglais intitulé « Les Décodeurs de l’information ». -> lien vers la séquence <- Une chronique d’Emmanuel Grange Partagez la connaissance !

Lancement de PuzlIn : outil pour la veille 2.0 Gérer ses liens et gagner en efficacité Face à l’immensité des données produites avec le web 2.0 et partant du constat que la gestion des liens favoris lors du surf de l’internaute n’est pas adaptée au Web 2.0, PuzlIn (puzzle + link) a été créé. Son but est de faire gagner du temps à l’internaute qui archive, trie et partage les liens de son Web, et ce dans un environnement sécurisé et dans le respect des données personnelles. PuzlIn, outil made in France, est lancé simultanément en français, en anglais et en espagnol dans un design volontairement Noir et Blanc car ce sont les puzlinautes qui apporteront la couleur avec le traitement des listes au même titre que la valeur de Facebook réside dans les données publiées sur l’outil. Ici, c’est l’expertise des utilisateurs qui est valorisée et non les données de ceux-ci. Le premier tweet qui annonce le lancement est un clin d’oeil à Star Wars VII. Le principe des listes sous toutes les formes

Exposition personnelle Selon une étude menée par Nominet en Grande-Bretagne, un parent publie en moyenne 195 photos par an de son enfant : à l’âge de 5 ans, des images d’eux ont déjà été partagées près de 1000 fois. Le « sharenting » (contraction angliciste des mots « share », partager, et « parenting », être parent) a considérablement gagné en ampleur ces dernières années, et plus personne ne s’étonne de voir des parents heureux partager des photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux. Mais ce geste courant, qui semble être en passe de rentrer dans les mœurs, peut poser de nombreux problèmes, à la fois pour le futur de l’enfant et pour sa relation à ses parents. En effet, la question de la vie privée que l’on laisse à son enfant se pose : partager une photo de lui, c’est partager une part de sa vie à lui, de son identité, c’est exercer une forme de pouvoir arbitraire sur son image. Par ailleurs, une fois postée sur la Toile, le devenir des photos sont incertains. Nos conseils clés

Related: