background preloader

Du livre enchaîné aux DRM

Du livre enchaîné aux DRM
Les DRM, ou « Digital Rights Management » – en français « Gestion des droits numériques » –, consistent selon le Journal officiel en la « mise en œuvre des différents procédés destinés à protéger les droits afférents à la diffusion de contenus sur supports numériques ». Les DRM représentent un ensemble de mesures techniques ou logicielles de protection destinées à contrôler la distribution et la diffusion de produits numériques et leur accès, qu’ils soient fixés sur un support (CD, DVD) ou accessibles en ligne. Les DRM ont pour objet par exemple de restreindre l’utilisation des produits à une zone géographique donnée, de restreindre ou d’interdire la copie privée, d’identifier grâce des systèmes de « tatouage » les œuvres et les équipements de lecture pour décourager le piratage, etc. Les contrôles sont principalement destinés à préserver les droits commerciaux et intellectuels des ayants droit des œuvres concernées. Petit historique D’Amazon à Google Ambiguïté du livre numérique ePub

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-03-0036-007

Related:  Problématiques liées au numériqueCulture Pro du Prof-DocDroit d'auteur et culture du libre

Pratiques d’emprunt de livres numériques en bibliothèques : la plateforme grenobloise Bibook - épisode 1 Une étude quantitative sur le « lectorat numérique » en bibliothèque ? Après 6 mois d’activité, il a paru pertinent et nécessaire à la Bibliothèque municipale de Grenoble (BMG) de chercher à caractériser les degrés d’appropriation de sa plateforme de prêt de livres numériques, Bibook, et de tester la pertinence envisagée du dispositif dans ses différentes composantes. C’est dans ce cadre précis que la bibliothèque municipale de Grenoble (réseau de 13 bibliothèques réparties sur la ville, ainsi que 8 autres bibliothèques d'institutions culturelles locales) et l’enssib ont envisagé une étude visant à qualifier le lectorat numérique dans son écosystème d'usages à travers une analyse statistique des données de Bibook. La demande formulée par la Bibliothèque municipale de Grenoble portait alors sur l’exploitation des fichiers d’emprunt de Bibook. Pour autant, nous pouvons supposer, sans pouvoir le vérifier, que les ebooks empruntés sont peu ou prou effectivement lus.

Une certaine vision de la culture informationnelle Ce texte reprend et développe une intervention faite lors du séminaire « Enseignement et médias », organisé le 16 mai 2009 à Paris par Ars Industrialis, le CIEM et la revue Skhole.fr. Avant de présenter ma propre approche de la culture informationnelle, il convient peut-être de donner quelques repères sur cette expression ambiguë, qui connaît une certaine vogue actuellement et fait l’objet de débats et de recherches de plus en plus nombreuses. Pendant plusieurs années, « culture informationnelle » pouvait être considérée comme l’une des traductions possibles en français de l’expression anglo-saxonne, presque intraduisible, d’information literacy.

TEA / Nos activités / Site Corporate - Decitre Cet attachement à la liberté, nous l’exprimons dans notre manifeste des droits du lecteur numérique : « Pour que chaque lecteur puisse lire, manipuler et commenter ses livres numériques où il veut, quand il veut, et comme il veut, indépendamment du distributeur et du matériel de lecture… » Il s’agit de garantir les droits du lecteur numérique : Accéder à l’offre la plus large (choix) Lire sur n’importe quel support (portabilité) Choisir sa librairie (interopérabilité) Lire à sa façon (ergonomie/ usage) Choisir ce qu’il souhaite partager (vie privée) Garder la propriété de ses travaux (recherche, critique littéraire) Choisir sa bibliothèque (unicité et portabilité) Garantir la pérennité de sa bibliothèque Développer de nouveaux usages

De la culture de l’information aux cultures de l’information Par Dino Herde et Justine Margherin Le site de l’INA a sorti au mois de janvier dernier un « e-dossier de l’audiovisuel » consacré à l’éducation aux cultures de l’information. Il agrège des articles de onze chercheurs sous la direction conjointe de Divina Frau-Meigs, (Sorbonne Nouvelle), Eric Bruillard (ENS Cachan) et Eric Delamotte (Université de Rouen). Ce dossier a pour objectif de « repérer les notions-frontières et les concepts-relais, et d'établir des passerelles permettant de négocier les complémentarités entre les divers champs » afin de redéfinir la notion d’information dans le contexte actuel de brouillage des frontières entre les différentes disciplines composant l’éducation aux médias.

Qui sommes nous ? Libraires en Seine Libraires en Seine Créée en 2012, l’association Libraires en Seine regroupe 10 librairies de l’Ouest parisien. Animés par la même volonté d’être au plus près des besoins de leurs clients, ils ont à cœur de mettre en place des actions communes et fédératrices autour de la lecture. Grâce à la mise en commun de moyens et à la réalisation d’actions culturelles, l’association prévoit de développer l’activité de chacun de ses membres, de promouvoir le livre et la librairie indépendante en général. L’Amandier, Puteaux – Librairie de Bagatelle, Neuilly-sur-Seine – Librairie des Batignolles, 75017 – Les beaux Titres, Levallois-Perret – La Boîte à Lettres, Asnières-sur-Seine – Les Caractères, Colombes – Les Cyclades, Saint-Cloud – Dédicaces, Rueil-Malmaison – L’Ecriture, Vaucresson – Librairie Nouvelle, Asnières-sur-Seine Mus par une volonté de s’ancrer dans les modes de vie actuels y compris ceux de la lecture, les Libraires en Seine font le pari du numérique. .

Littératie médiatique: quelles compétences par Pierre Fastrez , FNRS Research Associate sur Université catholique de Louvain on 3,126 vues Présentation donnée à la table ronde "pratiques, cultures médiatiques, quels enjeux pour la formation?" Les problèmes que soulèvent l’édition numérique : comment évoluer, innover et penser une nouvelle édition ? L’économie de l’édition numérique dans le monde Avant toute chose, il est important d’établir ici un panorama de l’économie de l’édition numérique. Il faut savoir que le premier éditeur mondial est Pearson, une maison d’édition qui possède notamment les éditions Penguin mais dont la renommée vient surtout de ses propres publications dans l’éducation.

Le web 2.0 et l’infopollution. sources : Eric Sutter et Alexandre Serres La publicité devient de plus en plus difficile à discerner pour l’usager non formé qui ne distingue pas toujours les liens publicitaires des résultats lors de requêtes sur les moteurs. La pratique du référencement payant et de la publicité contextuelle ne cesse de s’affirmer si bien que l’internaute est de plus en plus confronté a des publicités ciblées que ce soit à l’intérieur de sa messagerie (Googlemail) ou lors de son surf (les publicités étant ciblées grâce à l’adresse IP) Les sites web 2.0 n’échappent pas aux nouvelles stratégies publicitaires notamment le buzz marketing ou marketing viral qui consiste à diffuser une information publicitaire par le « bouche à oreille » via les plateformes de diffusion de vidéos comme youtube ou dailymotion. La vidéo est généralement comique et est relayée via les mails et les blogs. Face à ces infopollutions croissantes autant par son nombre et que dans leur diversité, quelles formations peut-on mettre en place ?

Le droit d'auteur, le livre et Internet Le droit d'auteur comporte deux volets : Les droits patrimoniaux se prescrivent 70 ans après la mort de l'auteur (droits de reproduction, de communication, de mise à disposition du public, de distribution). Les droits moraux sont, en droit français, perpétuels et inaliénables (droits de première divulgation, de respect du nom et de la qualité de l'auteur, de respect de l'intégrité de l'œuvre, de retrait et de repentir). La législation existante sur le droit d'auteur vaut-elle pour le livre numérique ?

Le concept d'information Le concept d'information a des implications fondamentales en physique, biologie, économie, politique, philosophie, robotique, etc. L'information est un concept qui ne désigne pas une qualité simple mais une structure composée, complexe et de nature biologique, qui se distingue fondamentalement du signal physique et de l'énergie par un ensemble de propriétés : L'information se définit objectivement comme improbabilité (physique et quantitative) et subjectivement par une réduction de l'incertitude (cognitive et qualitative). Au niveau d'un signal (téléphonique par exemple ou sonnerie), une information constitue une improbabilité par rapport au bruit de fond considéré comme purement aléatoire (mouvement brownien). On peut sans doute dire de toute existence qu'elle est improbable dans sa contingence (voir l'improbable miracle d'exister). L'improbabilité ne suffit donc pas à définir l'information, même si on a ainsi l'assurance de pouvoir traiter toute existence comme une information.

"Des droits spécifiques Les propriétaires des DRM disposent de droits de suite que le législateur n’a même pas envisagés. Ainsi, le 17 juillet 2009, Amazon a effacé, d’autorité et à distance, les livres numériques de George Orwell (Animal Farm, 1984) de tous les Kindle. Ces ouvrages avaient été acquis parfaitement légalement et ils ont été identifiés au moyen des DRM qu’ils contenaient. Amazon a reconnu immédiatement son erreur, et a remboursé les documents effacés. Mais les utilisateurs, en majorité des collégiens, ont perdu toutes les annotations qu’ils avaient faites sur ces deux livres. L’ironie de la situation a voulu que la mauvaise manipulation ait lieu avec 1984 ! Cette aventure montre l’immense pouvoir que détiennent les gestionnaires des DRM et, sur la base de cette expérience vécue, il n’est pas interdit d’imaginer le pire : censure d’un ouvrage spécifique, d’un courant de pensée (les ouvrages de Darwin sont interdits dans certaines bibliothèques américaines), occultation d’une zone géographique (un pays pourrait perdre sa mémoire numérique). Bref, on n’a pas encore recensé toutes les manipulations qui peuvent être réalisées sur la base de DRM." by litteraturenumerique Apr 15

Related: