background preloader

Archives ouvertes et licences Creative Commons : des synergies à conforter

Archives ouvertes et licences Creative Commons : des synergies à conforter
En décembre dernier, une journée d’étude a eu lieu au CNRS à Paris pour célébrer les 10 ans de l’archive ouverte HAL-SHS. On m’avait demandé d’intervenir à la table-ronde juridique de la matinée pour faire une présentation sur l’utilisation des licences Creative Commons dans le cadre des archives ouvertes. J’avais déjà eu l’occasion d’écrire sur ce blog à propos des liens entre licences libres et Open Access, mais cette invitation au CNRS m’a permis de refaire un point sur la question. A la demande des organisateurs de la journée, je publie ci-dessous une synthèse de mon allocution, remise en forme et détaillée à partir de mes notes. Une des nouveautés importantes de la v3 du portail HAL mise en production l’année dernière a justement consisté à permettre aux chercheurs d’associer clairement aux contenus qu’ils déposent sur la plateforme une licence Creative Commons pour en favoriser la réutilisation. Un point sur l’adoption des licences Creative Commons La vérité est plus nuancée.

http://scinfolex.com/2016/01/19/archives-ouvertes-et-licences-creative-commons-des-synergies-a-conforter/

Related:  Archives ouvertes et libre accèsopen accessLes communs

Hypothèses, une plateforme plurilingue pour le blogging scientifique – L’Édition électronique ouverte Nous reproduisons ici le texte présenté par Delphine Cavallo, responsable du pôle information scientifique, au colloque annuel de l’Agence universitaire de la francophonie 2015, qui avait pour thème « L’université en contexte plurilingue dans la dynamique numérique ». L’objet de cet article est de montrer, à partir de l’expérience d’une plateforme de blogging scientifique, comment les nouveaux modes de communication scientifique permettent de penser techniquement et éditorialement le plurilinguisme dans la recherche. Pour ce faire, je m’appuierai sur l’exemple d’Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales créée et développée par le Centre pour l’édition électronique ouverte, à Marseille. En déclinant les différentes étapes de la prise en charge de la pluralité des langues des utilisateurs de la plateforme – lecteurs et blogueurs – je montrerai comment l’infrastructure a choisi de répondre aux enjeux du plurilinguisme dans la recherche. 1.

Une série d’enquêtes et de rapports Frais de publication en France Publié le 30 décembre 2014, par Thérèse HAMEAU Deux organismes de recherche français viennent de donner des chiffres concernant les frais de publications demandés par des éditeurs, pour que les articles publiés par leurs chercheurs soient en libre accès. Pour les deux organismes, le Web of Science a servi de base pour repérer les articles publiés.

Répertoire des dépots de thèses, mémoires et archives ouvertes Accueil > Formations et ressources > Liste des répertoires > Répertoire des dépots de thèses, mémoires et archives ouvertes Archives francophones de documents académiques en texte intégral 7052 rue Des Brumes Québec Qc CanadaG2C 1P6 Les nouvelles technologies sont pleinement entrées dans le monde universitaire. La production intellectuelle universitaire est devenue accessible en format numérique et les universités, en tant que lieux de production du savoir, deviennent des «cyber-éditeurs». Se développent ainsi bibliothèques numériques, base de données en ligne et archives ouvertes de documents académiques. Panorama des ressources disponibles en Open Access - 2014 Pour l'Open Access Week 2014, le thème est "Open Access for an open generation", une bonne opportunité pour présenter les avantages de l'Open Access à une nouvelle génération de chercheurs désireux de partager le plus efficacement possible les résultats de leurs recherche. Ce lundi 20/10, la première séance était consacrée à une introduction aux différentes possibilités de diffusion de la recherche en Open Access et proposait un panorama des ressources disponibles, ainsi que les différents moteurs de recherche pour accéder aux publications Qu’est-ce qu’une archive ouverte, institutionnelle, nationale ou spécialisée ? Quels types de documents est-il possible d’y trouver et surtout, comment accéder facilement à ces ressources ? La présentation ci-dessous vous aidera à repérer ces informations.

Un guide de l'Open Access à destination du grand public Le mouvement promouvant l’accès ouvert (open access en anglais) à la recherche a été lancé avec une belle idée, celle de mettre les résultats de la recherche à la disposition de tous dans des archives ouvertes et des revues ouvertes. Ce mouvement conquiert maintenant le monde pour le plus grand bénéfice des auteurs, des chercheurs, des étudiants, des bibliothèques, des éditeurs, des universités et des centres de recherche. Et, tout aussi important peut-être, pour le bénéfice du grand public, quelle que soit sa formation et quel que soit son parcours professionnel. Base européenne en libre accès, OpenGrey s’enrichit des thèses britanniques (...) Fruit d’un partenariat de valorisation des données du service national des thèses du Royaume Uni (EThOS) entre la British Library et l’Inist-CNRS, la base de données bibliographiques de littérature grise OpenGrey s’enrichit de plus de 113 000 références issues d’EThOS (Electronic Theses Online Service) depuis 2003. Ces références s’accompagnent systématiquement d’un lien vers la notice du site EThOS pour les données de localisation ou de commande, et plus de 33 000 notices proposent un lien vers le texte intégral des thèses de doctorat électroniques ou numérisées. Grâce à ce partenariat OpenGrey renforce sa couverture en sciences humaines et sociales avec 45 000 entrées et en sciences médicales avec 16 000 références.

Open Access : quelles incidences de la loi « République numérique » ? – – S.I.Lex – La semaine dernière, on célébrait l’Open Access Week et j’ai eu l’occasion de donner plusieurs interventions à propos des incidences de la loi « République numérique » sur le Libre Accès aux publications scientifiques. On sait en effet que la Loi Lemaire, qui est entrée en vigueur le 8 octobre dernier, a consacré un nouveau « droit d’exploitation secondaire » au profit des chercheurs, afin de faciliter notamment le dépôt en archives ouvertes de leurs publications. Mais l’article (30) qui contient ces nouvelles dispositions n’est pas de lecture facile et il contient même plusieurs points assez délicats à interpréter. J’ai reçu ces dernières semaines de nombreuses questions de collègues qui cherchaient à avoir des précisions ou à lever des ambiguïtés, et j’ai profité des interventions à l’Open Access Week pour essayer d’apporter quelques clarifications. De manière à ce que cela puisse profiter au plus grand nombre, je publie mon support d’intervention ci-dessous. A) Qui peut déposer ?

Vos dépôts dans HAL : ce qui change avec la loi pour une République Numérique Définitivement adopté par le Parlement le 28 septembre dernier, la loi pour une République Numérique a été publiée au Journal officiel du samedi 8 octobre. Ce texte prévoit de nombreuses mesures indispensables au fonctionnement d´une société numérique et, dans son article 30, nous intéresse plus particulièrement. Cette mesure concerne en effet les écrits scientifiques et elle est entrée en vigueur dès le 9 octobre. Vous êtes concernés si : Le guide Creative Commons du partage scientifique Une licence de droit d'auteur plus restrictive n'agit probablement pas comme vous le pensez, à en croire Puneet Kishor de Creative Commons. Une licence plus ouverte a plus de chances de satisfaire vos objectifs s'il s'agit de faire avancer la recherche et d'être crédité pour votre travail. Voici un guide explicatif des licences les plus adaptées à la science ainsi que des principes qui les régissent, de la part du responsable du projet Science & Data de l’organisation dont l'objectif est simplement de faire entrer le monde dans une nouvelle ère en tirant le meilleur de l'Internet. This article also exists in English: A Creative Commons Guide to Sharing Your Science (translation/traduction : Pierre-Sofiane Kadri, Abby Tabor & Audrey Risser) En tant que scientifiques, votre vie professionnelle est probablement animée par deux objectifs fondamentaux.

Inciter à la publication sur HAL Inciter à la publication sur Hal revient à se confronter à la diversité des membres d’un laboratoire de recherches aux objections et préoccupations différentes: les doctorants et jeunes chercheurs sont soucieux de promouvoir leurs travaux et d’obtenir une forme de reconnaissance, mais ne sont pas persuadés de la légitimité de cette publication; les chercheurs dirigeant revues ou collection, notamment diffusés sur papier, sont préoccupés par la concurrence que crée cette plateforme accessible à tous; les autres membres, soucieux de leur temps et fort occupés par la rédaction de leurs travaux ne voient pas forcément l’intérêt de faire connaître leurs travaux déjà publiés dans des revues reconnues. Voici quelques uns des arguments que j’ai utilisés pour convaincre mes collègues de déposer sur HAL, en demandant aux chefs d’équipe de le transmettre en leur nom. Reste à attendre de voir si cet argumentaire sera suivi d’effets… Imprimer ce billet

Related: