background preloader

Le siècle des Lumières : un héritage pour demain

Le siècle des Lumières : un héritage pour demain
"Qu'est-ce que les Lumières ?" À cette question, la réponse fameuse de Kant définit autant une ambition qu'elle résume les efforts déjà accomplis dans le siècle pour y répondre. Kant caractérise le mouvement des Lumières comme l'émancipation de la personne humaine par la connaissance, comme l'acquisition par l'homme de son autonomie intellectuelle – une rupture avec l'autorité des traditions : oser penser par soi-même et se libérer des vérités imposées de l'extérieur qui maintiennent l'humanité en tutelle. Il s'agit d'une dynamique, une "marche", dirait Kant. Cette idée de cheminement vers la clarté ou la lumière présente dans le terme utilisé en Allemagne, Aufklärung, n'apparaît pas dans le terme français, Lumières, qui vient plutôt jeter de l'ombre sur la lumière illuminatrice de la grâce divine. Des usages publics et privés de la raison Related:  Emmanuel Kantannecatherine1l'Europe des lumières

La Critique de la raison pure d’Emmanuel Kant (1/4) : Le monde : entre déterminisme et liberté La métaphysique leibnizienne s'en remet à Dieu pour rendre raison d'un monde entièrement contingent ; le déterminisme spinoziste identifie la nature à Dieu et rend tout nécessaire. Devant les antinomies de la raison, notamment celle de l’origine du monde, Kant sort de son "sommeil dogmatique" et rédige pendant dix ans la Critique de la raison pure. Le texte du jour « En feuilletant rapidement votre livre, je me suis arrêté sur la note de la page 339, contre laquelle il me faut protester. Emmanuel Kant, Correspondance (Gallimard) Lectures - Leibniz, Théodicée, §7 - Emmanuel Kant, Correspondance, Lettre à Garve du 21 septembre 1798 (Gallimard, 1991) Références musicales - Aufgang, Barock - Louis Armstrong, What a wonderful world - Israel Kamakawiwo’ole, Over the rainbow - Juliette Gréco, Le mot et la chose

Grimoire FRE 180Y. Cours (8) Introduction to French Studies -- Pascal Michelucci -- FRE 180Y (LO301) Cours 1 | Cours 2 | Cours 3 |Cours 4 | Cours 5 | Cours 6 | Cours 7 | Cours 8 |Cours 9 | Cours 10 | Cours 11 | Cours 12 | Cours 13 | COURS N°8 La littérature du XVIIIe siècle Après la codification formelle et rhétorique du XVIIe siècle, on assiste, pendant le siècle des Lumières, à de grands bouleversements qui touchent surtout le statut et le contenu thématique de la littérature. L'attitude qui domine est celle de détruire les préjugés et d'arriver à une pensée littéraire plus juste (plus de science et d'éthique, moins de religion et de morale), aussi à plus de sensibilité. La littérature se diffuse principalement par les salons littéraires (nobles), dans les clubs (bourgeois et masculins) et aussi dans les cafés de Paris (populaires), par le colportage et par les premiers journaux littéraires. La poésie : peu appréciée dans un siècle assez médiocre et sans grande nouveauté.

Qu'est-ce que l'Encyclopédie ? Académie des sciences [ressources] En 1751 parut le premier tome de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, dont Diderot a défini les enjeux en quelques lignes à juste titre mémorables : « Le but d'une Encyclopédie est de rassembler les connoissances éparses sur la surface de la terre, d'en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, & de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; afin que les travaux des siecles passés n'aient pas été des travaux inutiles pour les siecles qui succéderont ; que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même tems plus vertueux & plus heureux, & que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain. » Il ne devait s'agir, à l'origine, en 1745, que d'une simple entreprise éditoriale de traduction ; en ce siècle qui fut l'âge d'or des dictionnaires, le public manifestait en effet un goût très vif pour ce type d'ouvrages qui connaissaient alors une expansion remarquable. Lire la suite...

1er juillet 1751 - Naissance tumultueuse de l'Encyclopédie [ressource] Le 1er juillet 1751 paraît le premier volume de l'Encyclopédie, précédé du Discours préliminaire de d'Alembert. C'est le début d'une aventure éditoriale sans précédent qui va bousculer les idées reçues en France et dans toute l'Europe. Un projet révolutionnaire Le projet est né six ans plus tôt du désir par le libraire Le Breton de traduire la Cyclopaedia de l'Anglais Ephraïm Chambers, un dictionnaire illustré des sciences et des arts publié en 1728. Le libraire soumet son idée à Denis Diderot (32 ans) qui envisage non plus une simple traduction mais un «tableau général des efforts de l'esprit humain dans tous les genres et dans tous les siècles» !... Diderot s'associe les services de son ami, le mathématicien et philosophe Jean Le Rond d'Alembert. Diderot obtient aussi la protection de l'influente marquise de Pompadour, maîtresse du roi Louis XV. Premières attaques contre l'Encyclopédie Le succès de l'Encyclopédie est immédiat en France mais aussi dans toute l'Europe des Lumières.

Emmanuel Kant. Emmanuel (ou Imannuel) Kant est un philosophe né le 22 avril 1724 à Koenigsberg (auj. Kaliningrad), et mort dans cette même ville, le 12 février 1804. Il était fils d'un sellier d'origine écossaise. Ses parents, ardents piétistes, le mirent, à neuf ans, au collège Frédéric, dirigé par leur protecteur Franz-Albert Schultz, professeur à la faculté de théologie de Koenigsberg, disciple à la fois de Spener, fondateur du piétisme, et de Wolf, l'illustre leibnizien. On destinait l'enfant à la carrière de pasteur. De 1740 à 1745, à l'université de Koenigsberg, Kant étudie, à côté de la théologie, la physique, et surtout les mathématiques et la philosophie newtonienne. En même temps, Kant soutint une thèse de promotion sur le feu et une thèse d'habilitation : Nouvelle exposition des premiers principes de la connaissance métaphysique. et de métaphysique à l'Université de Koenigsberg. Emmanuel Kant (1724-1804). . (1790) traite du beau et du sublime, et de la finalité. .

Le siècle des Lumières (XVIIIe siècle) Les courants littéraires ► vous êtes ici Courants littéraires XVIIIe siècle Histoire et société Le règne de Louis XIV avait marqué l’apogée de la monarchie française ; le XVIIIe siècle voit son déclin et sa chute. Sur le plan social et culturel, la Cour cesse d’être le centre du pays et la source de l’opinion. Les salons entretiennent le goût de la conversation brillante ; ils suscitent parmi ceux qui les fréquentent, gens du monde et philosophes, une émulation d’esprit et favorisent la hardiesse de la pensée. C’est l’âge des Lumières, du triomphe de l’esprit philosophique et des conquêtes de la raison. Les précurseurs Le courant de la pensée critique et de l’esprit d’examen remonte à la Renaissance, à Rabelais et surtout à Montaigne. Pierre Bayle (1647-1706) est un disciple de Descartes. Manifestations de l’esprit philosophique L’action des philosophes prend l’aspect d’un combat pour faire aboutir de grandes revendications humaines. Projets de société et littérature engagée Conclusion

Lumières et explorations scientifiques dans l'océan Pacifique | Traversées - Récits de voyages au XVIIIe siècle Le XVIIe siècle esquisse les contours de l’océan Pacifique alors que le XVIIIe siècle accomplit. La première moitié du XVIIe siècle connaît une inflexion, un essoufflement dans les voyages au Grand Océan. Les quelques voyages qui s’y déroulent sont essentiellement à caractère commercial. Il faut ajouter que ces entreprises restent le fait d’initiatives individuelles. La dernière escale de Cook à Hawaï où il est tué par les insulaires lors de son troisième voyage de circumnavigation. Références de l'image Deux missions lui sont confiées. Les instructions définies pour son premier voyage (1768-1771) précisent la recherche de la Terra Australis Incognita ainsi que l’observation du passage de Vénus sur le disque solaire à Tahiti. Références de l'image Les Français, pour rivaliser avec les Anglais, se doivent d’organiser une expédition ambitieuse. Cette carte montre l’état des connaissances acquises sur l’Océan Pacifique au début du XIXe siècle. Références de l'image C. Sources imprimées

L’affaire Calas Contexte historique Un des grands combats de Voltaire contre l’erreur judiciaire L’affaire Jean Calas commence le 13 octobre 1761, lorsque ce négociant protestant toulousain découvre à son domicile son fils Marc-Antoine mort étranglé. Pensant qu’il s’est donné la mort et afin d’éviter le traitement infligé à l’époque aux suicidés, il tente maladroitement de camoufler le suicide en meurtre. L’affaire révolte Voltaire qui crie son horreur devant ce qu’il considère comme un assassinat dans son célèbre Traité sur la tolérance, à l’occasion de la mort de Jean Calas (1763), qui débute ainsi : « Le meurtre de Calas, commis dans Toulouse avec le glaive de la justice, le 9e mars 1762 est un des plus singuliers événements qui méritent l'attention de notre âge, et de la postérité ». Analyse des images Une mise en scène caractéristique de « l’âge sensible » des Lumières Carmontelle met ici son talent de dessinateur au service d’une cause en réalisant un portrait de groupe, en prison. Interprétation

Emmanuel Kant Emmanuel Kant est un philosophe allemand, fondateur de l’« idéalisme transcendantal ». Né le 22 avril 1724 à Königsberg, capitale de la Prusse Occidentale (actuellement Kaliningrad en Russie), il y est mort le 12 février 1804. Kant est l'un des grands philosophes des Lumières ; il continue à exercer, aujourd'hui encore, une influence considérable dans le monde de la philosophie. Biographie[modifier | modifier le wikicode] Emmanuel Kant naît dans un milieu modeste. En 1740, il entre à l'Université de Königsberg pour y étudier la théologie. En 1746, la mort de son père l’oblige à interrompre ses études. À partir de 1760, ses cours s'intéressent à la théologie naturelle, l'anthropologie, et surtout la critique des « preuves de l'existence de Dieu » ainsi que la doctrine du beau et du sublime. En 1781 paraît la première édition de la Critique de la raison pure, mais le livre ne rencontre pas le succès espéré par Kant. Source[modifier | modifier le wikicode]

Premiers mouvements antiesclavagistes  au siècle des Lumières [ressource] En France, Montesquieu estime l’esclavage « contre nature » dans « certains pays de la terre », mais utile dans d’autres. Il juge les colonies « nécessaires à la nation » et les esclaves « nécessaires aux colonies ». Dans De l’esprit des lois, l’ironie et la contradiction du propos servent l’argumentation antiesclavagiste aux yeux de certains lecteurs, cependant que d’autres y voient un double discours et, en fait, un auteur persuadé, certes, que « les peuples d’Europe (ont) exterminé ceux de l’Amérique », mais aussi que « le sucre serait trop cher si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves ». Jean-Jacques Rousseau, qui juge dans le Contrat social que « ces mots, esclavage et droit, sont contradictoires, ils s’excluent mutuellement », dénonce toute entreprise coloniale dans le Discours sur l’origine de l’inégalité entre les hommes (1754) et dans le Discours sur l’économie politique qu’il rédige pour l’Encyclopédie, paru en 1758.

Catherine II, un despote éclairé face à la Révolution française | L'histoire par l'image Contexte historique Une autocrate, financière des Lumières puis de la contre-Révolution Depuis 1762, Catherine II règne en autocrate (unique détentrice d’un pouvoir dit de droit divin) sur une population essentiellement composée de serfs dans l’immense Empire russe. Mais la France, de berceau des Lumières, est alors devenue le foyer de ferments révolutionnaires qui agitent toute l’Europe. Analyse des images La « Sémiramis du Nord » Debout un peu de biais sous un dais de velours cramoisi, Catherine II vient de se lever de son trône. À gauche, la couronne et le globe impériaux sont posés sur un piédestal. Interprétation En croisade contre « l’hydre jacobine » Ce petit tableau serait une des esquisses préparatoires à un grand portrait d’apparat (Ermitage, Saint-Pétersbourg). Pour lutter contre « l’hydre jacobine », Catherine signe le 8 février 1793 un oukase qui met un terme aux relations entre les deux pays. Bibliographie Pour citer cet article

Introduction à la philosophie d'Emmanuel Kant : Acceuil Bienvenu sur mon site consacré à la philosophie d'Emmanuel Kant finalisé le 29 juillet 1997. Celui-ci est le résultat de 4 ans de travail (1992-1996), il comporte encore des imperfections, mais pourra s'améliorer par votre aide (si vous même avez travaillé sur Kant, je serais heureux de faire partager votre travail aux internautes qui viennent ici) Si vous avez apprécié ce site et si vous voulez le faire apprécier cliquez ici! Vous pouvez aussi donner votre appréciation sur le site. <A HREF=" mesure d'audience, statistiques, ROI<BR><A HREF=" des meilleurs sites</A> et positionnement Si vous voulez voter pour mon site... Pour me contacter, écrivez-moi à kant@chez.com, si vous avez des questions spécifiques sur Kant (et s'il y en a assez) je créerai une rubrique spécifique (Questions Frequemment Posées ou FAQ in english)

Related: