background preloader

Polyamour.info

Polyamour.info
Related:  Psychologie

Trouver les sens de sa vie avec la "Bucket List" Quel(s) sens donner à sa vie ? Quelles sont nos priorités ? Tous les rêves doivent-ils être exaucés ?… Tant de question auxquelles la Bucket List apporte des pistes de réponse. La Bucket List : qu’est-ce que c’est ? J’ai découvert le concept en regardant le film : «The Bucket List» – «Sans plus attendre», sorti en 2009, avec Morgan Freeman et Jack Nicholson. Nous n’avons pas eu besoin d’échanger le moindre mot pendant le film, un simple regard a suffi : «Oui ! (la liste, pas le cancer… enfin soit !). Bien sûr, elle n’est pas exhaustive et elle grandit avec le temps : nous ne pouvons pas nous empêcher de continuer à rêver ! Pas si simple… Il s’agit donc de rassembler sur une liste les choses que vous aimeriez faire dans votre vie. L’idée fait rêver (c’est le but !) Une autre manière de voir les choses est de se dire : «Et si je gagnais à la loterie, qu’est-ce que je ferais». Comment imaginer sa Bucket List ? La Bucket List : un engagement envers soi-même Non ! Un pari impossible ?

Et s'il y avait plusieurs façons d'aimer ? | Lavie Eibel Depuis toujours, de générations en générations, on se transmet solennellement un mode de vie, on nous inculque que notre but ultime devrait être de trouver la bonne personne. Vous savez celle qui aura toutes les qualités que vous cherchez, et dont les défauts seraient adorables, puis vous vous devez de vous lier à il-elle autour de projets communs et d'enfin vous accoupler afin de fonder une famille, et de pouvoir à votre tour transmettre ce mode de vie. Vous seriez créé pour ça, et uniquement pour ça. (Bon, aussi pour trouver un boulot afin de nourrir cette famille, mais ça, c'est un autre débat) SCOOP : Et si nous n'avions pas besoin de trouver la-le prince-sse charmant-e pour être épanoui-e ? Le Polyamour, c'est le concept d'amours multiples, réunissant les différentes pratiques de relations amoureuses avec de multiples partenaires. "L'amour, à la différence de l'argent, n'est pas quantifiable. Okay, mais en pratique, qu'est ce que ça donne ?

Comment être Heureux lorsque l’on a Conscience de la Souffrance dans le Monde ? On s’est tous demandé, dans les moments où la difficulté à supporter les souffrances du monde était trop dure, si finalement on n’aurait pas préféré être, comme le dit l’expression commune, « un imbécile heureux ». En effet, la personne qui n’a pas conscience de tout ce qu’il se passe dans le monde et qui vit sa vie sans se soucier de ce qu’il se passe autour d’elle a une vie d’apparence « plus facile ». Avoir conscience des choses nous rend tout à coup responsables et cela nous touche. Par exemple, une personne qui n’a aucune idée de tout ce qu’il se passe dans la chaîne alimentaire, derrière la production de son morceau de steak par exemple ou de toutes les souffrances et de la cruauté dans les élevages et les abattoirs, passera toute sa vie à manger normalement son morceau de viande sans jamais éprouver une quelconque souffrance ou inconfort. Alors Savoir ou ne pas savoir : Qu’est ce qui est le mieux ? Parfois, je me suis demandée, vaut-il mieux savoir ou ne pas savoir ? Pourquoi ?

Quatre préjugés sur le polyamour L’amour c’est comme les bactéries: c’est pas sale. Mmh… Non. L’amour c’est comme les bactéries parce que y en a partout mais on ne le voit pas. Non c’est pas ça. L’amour en fait c’est comme les bactéries parce qu’on le cherche dans les chiottes de bar alors qu’en fait ça se trouve surtout à l’intérieur de nous. Mmh… Non, pas terrible, on essaye encore: L’amour, c’est comme les bactéries: quand ça se divise, en fait ça se multiplie. Parole de Biologiste. Après cette brillante introduction, et avant de rentrer dans le vif du sujet, je vais encore vous casser les noix deux minutes avec une question sémantique. Quand tu dis que tu es polyamoureux… Je ne rentrerai pas trop dans les comparaisons avec d’autres sexualités alternatives parce que je ne sais pas exactement ce que vivent les lesbiennes, les gays, les asexuels, etc. Alors que vous n’avez rien demandé à la personne en face de vous et que vous n’êtes pas le moins du monde en interaction de séduction par rapport à elle. Attention.

Erreurs courantes en polyamour Ne pas voir le verre à moitié vide, mais ne pas non plus le voir à moitié plein... Une liste des erreurs courantes commises dans les relations polyamoureuses, traduite de l'anglais. Avec toute ma reconnaissance envers Suzie, pour sa perspicacité et ses contributions. On peut trouver un excellent guide pour foirer ses relations polyamoureuses sur le site du forum alt.polyamory. Il décrit dans le détail toutes les choses mesquines, sordides et malveillantes qu'on peut faire pour être sûr de ruiner sa relation de la façon la plus dramatique et douloureuse possible. Ce n'est pas de cette page qu'il s'agit. La page suivante a pour but de décrire quelques-unes des erreurs qu'on peut commettre dans une relation non-monogame, même en étant compatissant, honnête et pétri de bonnes intentions. Ne faites aucune supposition concernant votre partenaire ou votre relation; parlez de tout N'ignorez pas les conséquences de vos actions-même les conséquences involontaires Sur le papier, c'est génial. Faux.

Et si le polyamour était l'avenir du couple ? L'honnêteté et la sincérité. Pour Magali Croset-Calisto comme pour Meta, une polyamoureuse dont Rue89 avait fait le portrait, ces deux valeurs sont au coeur du polyamour. "Le consentement est la condition sine qua non pour entrer dans la relation et tout le monde a le droit de bénéficier de la liberté accordée aux autres", expliquait ainsi cette dernière. Cette forme d'amour "se nourrit de réflexion, de confiance et de rapports égalitaires entre les partenaires" résume donc Magali Croset-Calisto. Après s'être mis d'accord sur l'éventualité de relations amoureuses avec d'autres personnes, les polyamoureux affirment parvenir non seulement à les accepter mais également à se réjouir du bonheur des autres, plutôt que d'éprouver de la jalousie. Lire la suite sur le Huffington Post

Comment faire comprendre ? Je suis bizzarement d'accord avec vous deux. Lulutine parle de la façon d'imposer, ce qui est tout à fait compatible avec le fait de ne pas négocier. Rosalie, parle de négocier des détails, de faire des paliers, ce qui est également compatible avec le fait de ne pas négocier l'essentiel. Mais pour répondre à Lulutine plus précisément, je voudrais souligner la dernière phrase de Rosalie "Ne pas s'embarquer dans la dynamique du chantage émotif". Parmis les façons d'imposer son choix, celle qui consiste à céder temporairement pour garder l'autre, est particulièrement improductive. "Je comprend que tu aie peur de sauter, moi aussi j'avais peur au début, mais on saute car il parait que la descente par les escaliers est un vrai calvaire et qu'elle prend des années. Dans cette façon de faire, c'est vrai qu'on ne s'occupe guère du ressenti de l'autre, mais c'est justement ce qu'il faut faire. Le plus dur au moment de sauter, c'est que l'autre va nous quitter.

Trouple: il faut arrêter de penser le couple comme la seule forme d'amour possible Dans «A trois on y va», le réalisateur Jérôme Bonnell ébauche la possibilité d'un amour à trois. J'ai rencontré cet amour, il est viable. Le mot ressemble à une blague. Trouple. La pluralité du polyamour Le trouple n’est pas la seule forme de relation amoureuse à trois. Sur son site More than two, dédié au polyamour, l’écrivain Franklin Veaux, qui vit à Portland avec plusieurs partenaires, propose un glossaire détaillé et assez complet, dans lequel il évoque notamment le vee, qu’on pourrait traduire en français par «relation en v», dans laquelle une personne «centrale» (ou pivot, selon Franklin Veaux) vit une relation amoureuse avec deux personnes, qui n’ont entre elles ni relation sentimentale ni relation sexuelle. Le besoin de règles La réalité de la relation à trois, c’est qu’elle n’est pérenne que si elle s’installe de façon naturelle (ce qui n’exclut pas le dialogue ou la mise en place de règles). Mon triangle personnel Thomas Le regard des autres Elever des enfants dans la marge

Polyamour et dépendance affective | Hypatia from Space Rétrospectivement, je constate que le polyamour s’est révélé tout doucement en moi, au fil de mon éveil de conscience. Ce qui m’a intéressée dans cette ouverture, ce n’était pas tant l’attrait de pouvoir « avoir accès à tout le buffet », car la fidélité n’a jamais été pour moi un problème ; mon besoin d’authenticité a toujours été bien trop fort pour accepter de vivre des adultères dans ma petite poche secrète. Bien avant avoir eu connaissance de l’existence même du Polyamour, j’ai ressenti d’une manière subtile, mais quand même vive, qu’il m’était possible de ne plus alimenter ma dépendance affective, en choisissant de vivre l’amour avec un cadre plus souple que ce que je connaissais jusqu’alors. Il m’a fallu plusieurs années, et beaucoup de travail à accueillir mes peurs, pour me rendre compte que mes réponses se trouvaient dans les relations ouvertes. En fait, je vois maintenant que les relations monogames que j’ai vécues alimentaient grandement mes insécurités. Paradoxe. Mielikki

Oser changer Apprendre a Mediter Le problème avec la polynormativité Dans ce post Andrea Zanin pousse un coup de gueule contre les normes véhiculées par les médias sur le polyamour, et montre comment certains comportements et vocabulaires "polys" renforcent des normes au lieu de les questionner. Le polyamour est largement relayé dans les médias ces temps-ci. C'est assez remarquable, vraiment, et cela représente un tournant majeur qui s'est opéré sur les 5 à 10 dernières années. Le problème – et c'est peu surprenant – c'est que la forme de poly qui est la plus médiatisée est celle qui est la plus proche et la plus similaire possible à la monogamie, parce qu'elle est la moins menaçante pour l'ordre social dominant. Il y a 10 ans je pense que ma position était beaucoup plus de l'ordre de « vis-et-laisse-vivre ». Tu sais, des façons différentes pour des gens différents. Aujourd'hui, cependant, j'en suis arrivé-e à la conclusion que j'ai des Sentiments bien plus forts à propos de ça. Dans ce cas, cette structure c'est la primauté du couple. 1. 2. 3. 4.

Cogitez si vous voulez, les décisions sont irrationnelles Même les plus cartésiens d’entre nous prennent leurs décisions... un petit peu au hasard ! Le neurobiologiste Thomas Boraud nous explique pourquoi, dans ce billet qui figure aussi dans notre Top 10 des contenus les plus lus cette année. Une fois par mois, retrouvez sur notre site les Inédits du CNRS, des analyses scientifiques originales publiées en partenariat avec Libération. (link is external) Vous pensez prendre vos décisions de manière optimale, vous basant sur des critères rationnels ? C’est en partie faux, et vous n’y pouvez rien. Imaginons un joueur qui a à sa disposition deux machines à sous : il ignore que la première permet de gagner une fois sur deux, la seconde, une fois sur 100. La rationalité à l’épreuve des comportements Depuis l’Antiquité, l’opposition entre le cœur et la raison est au centre des préoccupations de la philosophie occidentale. Des dizaines de travaux indiquent que les décisions des individus ne sont qu’exceptionnellement optimales. Ce que décider veut dire

Cette artiste laisse le public lui faire ce qu’il veut pendant 6 heures. Ce qu’un spectateur fait à la fin est complètement fou. L'artiste-performeuse serbe Marina Abramović réalise en 1974 une performance risquée. Elle se livre entièrement au public pendant six heures. Le principe de cette performance intitulée "Rhythm o" est très simple, mais elle finira de manière bouleversante. Youtube/Marina Abramovic Institute Dans le studio napolitain Morra, l'artiste se tient debout, figée, dans une pièce. "Sur la table il y a 72 objets avec lesquels vous pouvez me faire ce que vous voulez. Performance. Je suis un objet. Je prends la responsabilité de tout ce qui se passera dans ce laps de temps. Durée : 6 heures (20h - 2h)" Les objets sont répartis en deux catégories. Peu de choses se passent pendant les premières heures. À partir de la troisième heure, les "objets de destruction" sont utilisés. On déchire ses vêtements avec des lames de rasoirs et un homme la coupe au niveau du cou avant de boire son sang. "Pendant la troisième heure, on a déchiré ses vêtements avec des lames de rasoir.

Related: