background preloader

Intelligence artificielle : ce que voient les machines

Intelligence artificielle : ce que voient les machines
Si des programmes sont désormais capables d’identifier des objets et des visages dans des images, d’énormes progrès restent à accomplir avant les premiers robots autonomes. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Cet article fait partie d’une série consacrée à l’état des lieux de l’intelligence artificielle. Les robots humanoïdes de science-fiction ne pourront pas exister sans être dotés d’un système leur permettant de « voir » correctement leur environnement. Et pour y parvenir, caméras et capteurs sont loin d’être suffisants : ils ne font que transmettre des données brutes, comme des pixels, à la machine. Mais celle-ci doit ensuite être capable de les interpréter et de les comprendre : un défi complexe, sur lequel travaille tout un pan de la recherche en intelligence artificielle (IA). Apprendre à reconnaître les formes Pour y parvenir, les spécialistes de l’IA tentent d’apprendre aux machines à reconnaître ces formes grâce à l’apprentissage supervisé. En bref :

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/01/08/intelligence-artificielle-ce-que-voient-les-machines_4843858_4408996.html

Related:  Actualités IARobotiqueIntelligence Artificielle

Bientôt l'intelligence artificielle dans mon smartphone ? Les processeurs graphiques (GPU) ont joué un rôle déterminant dans le regain d’intérêt pour les réseaux neuronaux et l’apprentissage profond. © agsandrew, Shutterstock Bientôt l'intelligence artificielle dans mon smartphone ? - 2 Photos Aujourd’hui, lorsque nous utilisons un smartphone, nous faisons sans le savoir appel à l’intelligence artificielle (IA). C’est le cas par exemple avec les assistants virtuels Siri (Apple), Cortana (Microsoft) ou Google Now qui savent reconnaître le langage naturel, pour les applications de traduction en temps réel telles que Skype Translator ou encore pour la reconnaissance d’images. Tout ceci est aujourd’hui possible grâce à une puissance de calcul que seules des batteries de serveurs unis sur des plateformes de cloud computing peuvent fournir.

Avatar, humanoïde... à quoi ressembleront les robots dédiés au tourisme ? Nous avions vu dans un article précédent les deux grandes tendances de l'interaction (lire article) : l'avatar, à travers lequel un humain interagit à distance avec vous, et un robot autonome qui se sert de l'intelligence artificielle et du cloud pour pouvoir vous répondre. Cette fois-ci intéressons nous à la forme que peuvent avoir ces robots d'accueil. Nous pouvons les classer en deux grandes familles, le robot humanoïde et le robot qui ne l'est pas. Est considéré comme humanoïde tout robot dont l'apparence générale rappelle celle d'un corps humain.

Goldman Sachs investit "massivement" dans l'intelligence artificielle Les grands groupes de services financiers misent de plus en plus sur la technologie pour extraire des données sur les consommateurs et les marchés. Goldman Sachs mise sur les big data. Don Duet, co-directeur du département technologie, a annoncé que la banque investissait massivement dans l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique. Il l'explique dans une interview avec le directeur du service communication diffusée sur le site de la banque : "Transformer les données en informations que nous pouvons ensuite utiliser à notre avantage est une étape centrale de notre stratégie". Cette stratégie est autant importante d'un point de vue technologique que commercial. Elle nous permet de nous améliorer en tant qu'entreprise "data driven" (guidées par les données) mais aussi dans notre expertise de la data.

Vers l’intelligence artificielle généraliste Développer un programme capable de jouer à n’importe quel jeu de stratégie et battre les joueurs humains constitue un des Graal de l'intelligence artificielle. Le chercheur Frédéric Koriche explique pourquoi et comment on s'en approche. Depuis les travaux fondateurs de von Neumann et Morgenstern, l’algorithmique des jeux a fait l’objet de recherches considérables en intelligence artificielle (IA). D’un point de vue conceptuel, les jeux sont décrits par des règles qui spécifient, à chaque tour, les informations accessibles aux joueurs, les actions légales que les joueurs peuvent accomplir et les effets (potentiellement incertains) de ces actions. Ainsi, les jeux offrent un cadre simple pour modéliser et étudier de nombreux problèmes de décision séquentielle et de stratégie d’action du monde réel.

Pourquoi l'intelligence artificielle est indispensable aux automobiles Intégrer de l'IA dans les véhicules est inévitable pour satisfaire aux nouvelles exigences de sécurité et de confort. Demain, la voiture ne se dirigera plus, elle nous dirigera. Car constructeurs, équipementiers et chercheurs sont unanimes : l'automobile ne pourra évoluer que si elle devient toujours plus intelligente. Par "évoluer", ils entendent plus sûre et plus confortable, deux critères de vente considérables dans l'industrie du transport. "Dans les dernières études réalisées auprès de nos clients, le coût d'utilisation et la sécurité sont les arguments les plus importants, juste derrière le prix et le design", confirme David Laventure, responsable marketing produit chez Volvo France. Or "ces points ne pourront être améliorés qu'avec l'intégration de l'intelligence artificielle", les technologies actuelles ayant atteint leurs limites.

Après le jeu de go, l'intelligence artificielle s'attaque au poker Après sa victoire au jeu de go face au meilleur joueur du monde, AlphaGo, le logiciel mis au point par la société américaine DeepMind, propriété de Google, va inspirer ses créateurs pour se focaliser désormais sur le poker. Le prochain défi pour DeepMind, qui appartient à Google, après avoir maîtrisé le meilleur joueur du monde du jeu de go avec son logiciel AlphaGo, une intelligence artificielle, sera de jouer au poker. Ce sont Johannes Heinrich et David Silver, programmeurs en chef d’AlphaGo et chercheurs au University College of London qui l’ont annoncé dans un rapport intitulé « L’apprentissage profond renforcé dans les jeux avec une information insuffisante » (Deep Reinforcement Learning from Self-Play in Imperfect-Information Games). Source : alphr, theguardian

Que devient l'humanité? Bienvenue dans le monde d'Orwell où les bien-nés, les riches et les puissants resteront immortels «Les formes primitives d'intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d'une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l'humanité», a affirmé le professeur dans cet entretien. Microsoft présente une intelligence artificielle pour les aveugles Dans le cadre du projet de recherche Seeing AI, Microsoft a développé une application qui permet aux personnes aveugles ou malvoyantes de mieux comprendre le monde qui les entoure. Celle-ci repose sur des algorithmes d'intelligence artificielle et a été présentée à l'occasion de la conférence Build, qui se tient actuellement à San Francisco. L’intelligence artificielle (AI) ne permet pas seulement à un ordinateur de battre un expert au jeu de Go. Ses applications et ses impacts sur notre quotidien sont extrêmement vastes.

USA : intelligence artificielle et IoT, une menace selon le chef du renseignement Le chef du renseignement américain James Clapper vient de publier une liste des plus grandes menaces à venir. Parmi elles, les objets connectés et l'intelligence artificielle. Dans son dossier, James Clapper avise le Comité des forces armées du Sénat de huit menaces imminentes pour l'humanité : les technologies cybernétiques, le terrorisme, les armes de destruction massive, la concurrence dans la conquête de l'espace, les pouvoirs émergents du renseignement (notamment l'Iran et Cuba), les narcotrafiquants de l'Amérique du Sud, la baisse de la croissance en Chine et le cas de la Grèce, le réchauffement climatique.

Ruée sur l'intelligence artificielle... un business de 11 milliards de dollars en 2024 Après le plan Robot, la Corée du Sud a annoncé le 20 mars un plan ­Intelligence artificielle de 765 millions d’euros. Un peu plus tôt que prévu initialement. Mais la défaite surprise au jeu de go du champion national Lee Sedol contre le logiciel AlphaGo développé par DeepMind, une start-up britannique rachetée par Google en 2014 pour une somme estimée à 500 millions de dollars, a accéléré l’annonce.

Related: