background preloader

Monsanto va être poursuivi pour crimes contre l’humanité à la Cour pénale internationale

Monsanto va être poursuivi pour crimes contre l’humanité à la Cour pénale internationale
Après les maintes controverses autour de ses OGM et de sa stratégie impérialiste, la firme américaine Monsanto est encore une fois sous le feu des projecteurs ! Elle est invitée du 12 au 16 octobre 2016 à La Haye (Pays-Bas) à venir se défendre devant un tribunal contre de multiples chefs d’accusation. En effet, un collectif international de juristes, d’ONG, de mouvements citoyens et de personnalités (constitué en un comité de 24 personnes et 21 associations) souhaite poursuivre en justice la multinationale, accusée « de polluer l’eau, les sols ou l’air, d’accélérer l’extinction de la biodiversité et la progression de ce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle l’« épidémie de maladies chroniques évitables » (cancers, maladies d’Alzheimer ou de Parkinson…) ou encore de menacer la souveraineté alimentaire des peuples, par le jeu des brevets sur les semences et de la privatisation du vivant »(Libération). Rien n’a été laissé au hasard… Le procès, tout d’abord. Le choix du lieu. .

http://aidersonprochain.com/monsanto-va-etre-poursuivi-pour-crimes-contre-lhumanite-a-la-cour-penale-internationale/

Related:  DropFarmingPanser la Terre

Alain Divo : l’homme qui ressuscite les sols Depuis plus de 20 ans, Alain Divo agriculteur expérimente la valse agricole à trois temps, élevage/paysage/biodiversité. Spécialiste de l’éco-pâturage, il prouve aujourd’hui qu’il peut même ressusciter les terres les plus inertes. Rencontre sur son lopin de terre à Fontenay-les-Briis (91). « En France, 165 hectares par jour dégagent sous le béton. » « Un milliard d’êtres humains sur terre vivent de l’agriculture urbaine… » « On achète de la terre végétale comme des brosses à dents. » « Le certifiphyto obligatoire pour les agriculteurs et les paysagistes, c’est un vrai permis de tuer. » Alain Divo aime les formules qui secouent. « On va perdre 50% des insectes d’Ile-de-France en 9 ans », prévient également le jeune quinquagénaire. L’insoupçonnable intelligence des plantes – Partie 1 Mouvements, mémoire, langage, ruses, esprit de famille…vous pensez que je parle d’animaux ? Que nenni ! La recherche ne cesse de faire d’incroyables découvertes sur le monde végétal. Rendons à César ce qui lui appartient, les végétaux sont bien plus sophistiqués que ce que l’on a longtemps pensé.

Les filets anti-insectes deux fois plus rentables que les insecticides 20/01/2016 - Article Au Bénin, les maraîchers savent non seulement planter les choux mais aussi tirer tout le bénéfice de leurs cultures grâce à une technique innovante élaborée en partenariat avec le Cirad. Pour éviter l'achat et l'usage de pesticides, ils utilisent des filets de protection anti-insectes pour leurs cultures. Preuve est donnée aujourd'hui de l'intérêt économique de cette technique : les chercheurs viennent de montrer que l'utilisation de filets est deux fois plus rentable que l'usage de pesticides. Elle permet également de tripler les marges nettes sur les productions. Les maraîchers bénéficient par ailleurs de productions et de revenus plus stables et mieux maîtrisés que dans les systèmes utilisant des insecticides.

Tempête à l’INRA autour d’un rapport sur l’agriculture biologique Ils sont agronomes, géographes, économistes, sociologues, généticiens ou encore chercheurs en cancérologie. Ils travaillent dans des écoles d’agronomie, des universités ou des instituts reconnus de la recherche française, tels que le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Ce matin, ils sont cent seize chercheurs à avoir signé en leur nom propre une longue lettre adressée au PDG de l’INRA. Reporterre a pu se la procurer : elle demande le retrait de ce qui était présenté comme une grande synthèse scientifique de l’institut sur l’agriculture biologique.

Yacouba Sawadogo, l’homme qui a arrêté le désert grâce à une technique ancestrale Yacouba Sawadogo, ou l’homme qui a arrêté le désert. Cet homme — grâce à une technique de culture ancestrale — fait maintenant le tour du monde. Ce paysan burkinabé a remis au goût du jour une technique datant de nombreuses années. Cette méthode permet aux agriculteurs de ralentir, voire d’arrêter l’envahissement permanent du désert afin de protéger leurs petites parcelles de terre fertile. Yacouba Sawadogo vit au Burkina Faso et fait partie de ces hommes qui oeuvrent chaque jour pour trouver des solutions aux problèmes quotidiens.

Ingénieur reconverti en paysan, il fait le pari de l’agroécologie Dans sa microferme près de Tours, cet entrepreneur de 35 ans, veut prouver que l’agroécologie est plus rentable que l’agriculture conventionnelle. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Séverin Graveleau Maxime de Rostolan préfère prévenir : il est hors de question de le prendre en photo dans un champ une bêche à la main. S’il s’est quelquefois prêté à ce jeu devant les objectifs, au début de l’aventure Fermes d’avenir, c’est aujourd’hui terminé. « Je ne ferai pas croire que je suis agriculteur », explique-t-il simplement.

Dans cette commune, mangez bio et local, une seule condition : payez avec des radis ! Et non, vous ne rêvez pas, ça se passe en France et les alternatives fleurissent de jour en jour — et ça, c’est une bonne nouvelle—. A Ungersheim, une seule condition pour manger bio et local: payer avec des radis. Cette commune de 2 200 habitants non loin de Mulhouse a tout compris. Cette petite commune fait partie des ovnis dans le paysage français. La science donne le feu vert pour la révolution du monde agricole Le modèle américain de production intensive a conduit la société dans une impasse… « Pendant un an, nous avons cultivé sur 120 mini-parcelles de 1,2 m sur 1,3 cinq espèces fourragères (luzerne, trèfle blanc, ray-grass, dactyle, fétuque), explique Cyrille Violle. Des parcelles ont accueilli une seule plante en monoculture, d’autres les 5 en polyculture, et nous avons également fait varier la diversité génétique, certaines parcelles n’abritant qu’un seul type, d’autres cinq ou dix génotypes ». Le décor est planté par Cyrille Violle, chercheur au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive, le CEFE/CNRS de Montpellier. Il a lieu dans le cadre du projet PRAISE sur l’amélioration génétique des prairies semées, financé par l’Agence nationale de la recherche, le CEFE et l’Inra de Lusignan dans la Vienne.

permaculture au japon Le jardin est toujours un lieu d’expérimentation et d’observation. Je ne peux pas vraiment dire de production de légumes. J’en suis vraiment pas encore là! La petite loupe toujours dans la poche permet de mieux observer les bestioles. L’année dernière les chevreuils avaient lancé moult razzia et j’avais fini par entourer grossièrement quelques zones de production. Pollué, labouré, oublié : le sol français est en train de disparaître Sous les pavés et le bitume, la terre est bien mal en point. Dans de nombreux champs, c’est encore pire. Les sols de France sont en danger, et on commence à peine à s’en rendre compte. « On a longtemps considéré les sols comme un simple support de l’agriculture, et on pensait qu’on savait très bien les gérer. Les scientifiques ont commencé à réaliser dans les années 1990 que ce n’était pas le cas, mais il a fallu attendre 2012 pour qu’il y ait une prise de conscience internationale du phénomène » , alerte Dominique Arrouays, président de l’Association française pour l’étude des sols (Afes) et organisateur d’un colloque dans le cadre de la journée mondiale des sols, la semaine passée, le 5 décembre. Difficile à concevoir, mais le sol qui nous entoure est bien une ressource très limitée. La couche de 30 cm de terre qui recouvre une bonne partie des terres non immergées (et non bétonnées) de la planète est le subtil résultat de la très lente dégradation des roches.

Décryptage de l'accord de Paris : ses points positifs et ses points faibles Nous venons de vivre un moment historique et planétaire. Après plus de 20 ans de discussions et un échec retentissant à Copenhague, la signature de l'accord de Paris est un accord qui lie les 195 pays qui s'engagent sur le long terme, à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin d'éviter que le réchauffement climatique dépasse deux degrés. Mais que retenir de l'accord de Paris ? theconversation L’accord de Paris, adopté ce samedi 12 décembre 2015 à la COP21, représente un compromis équilibré et globalement satisfaisant. L’ambition n’y a pas été sacrifiée à l’aune d’autres considérations. Examinons les principaux points du texte. 2 °C, voire 1,5 °C Le texte pose l’objectif d’une limitation des températures à 2 °C, et celui de poursuivre les efforts pour une limitation à 1,5 °C (art. 2).

Pour la famille Rockefeller, «l’ère des énergies fossiles doit finir» En 2014, le fonds d’investissement de la famille Rockefeller, héritière de la Standard Oil, l’entreprise fondatrice de l’industrie pétrolière américaine, stupéfie le monde économique en annonçant sa décision de désinvestir des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz). Le montant est faible, 70 millions de dollars. Mais le symbole frappe les esprits. Venu à Paris pour la COP21, le sommet de l’ONU sur le climat, Stephen Heintz, le directeur du Rockefeller Brothers Fund, s’en explique dans cet entretien. Pourquoi êtes-vous venus à la COP21 ?

Related: