background preloader

Transmédia (2/2) : le marketing de l’attention

Transmédia (2/2) : le marketing de l’attention
La convergence des outils et des technologies conduit-elle à la convergence des contenus ou à leur divergence ? C’est peut-être ainsi qu’on pourrait résumer l’enjeu qui sous-tend la question du transmédia, sujet coeur des Masterclass internationales du Transmédia qui se tenaient à Marseille la semaine dernière. Après avoir observé ce qu’est le transmédia, intéressons-nous à ces enjeux. Médias : complémentarités ou concurrences ? Susana Ruiz est une artiste qui donne des cours à la division des médias interactifs de l’école des arts cinématiques de l’université de Californie du Sud. Image : Darfur is dying, le jeu. « Les documentaires par exemple, s’ils sont souvent passionnants, ont un vrai problème de participation ». Image : page d’accueil de l’initiative Women & Girl Lead. En observant cette profusion de supports, on peut se demander si les médias entrent en complémentarité ou en concurrence les uns avec les autres. Impliquer pour quoi faire ? Les usages aussi ont évolué. Hubert Guillaud Related:  transform

[2/2]La neutralité du réseau pour les nuls Après avoir montré l'importance de l'intermédiaire, cet "homme au radeau", sur le réseau, Stéphane Bortzmeyer s'attaque à l'argumentaire des "anti-neutralité". Table d'opération. Stéphane Bortzmeyer est blogueur et membre de l’Afnic, Association française pour le nommage Internet en coopération. Cet “indigène de l’Internet, pas encore civilisé”, ingénieur, donne de la voix dans le débat sur la neutralité du réseau. Ce principe, qui affirme que tout individu connecté peut consulter et diffuser n’importe quel contenu sur Internet, sans distinction, est mis à rude à épreuve dans la pratique. Cet article fait suite à “Neutralité du réseau : l’homme au radeau”. Je n’ai jamais demandé de triple-play, moi ! Un autre problème du débat sur la neutralité du réseau est la mauvaise foi généralisée, par exemple pour parler de questions techniques bien réelles. Par exemple, le vocabulaire est systématiquement déformé. Asymétrie contre pair-à-pair La tentation du marché biface Mais rien n’est plus faux !

Transmédia (1/2) : la convergence des contenus On a longtemps pensé la convergence numérique comme la « fusion » d’appareils jusque-là très différents : le téléphone, la télévision, l’ordinateur et la chaîne hi-fi ne faisant plus qu’un, fédérés par l’internet. Même si, au final, on a plus souvent constaté une divergence qu’une convergence : la multiplicité des terminaux induisant une multiplicité d’usages. La connexion de tout avec tout conduit plutôt à une complexification qu’à une rationalisation, expliquait déjà Daniel Kaplan en 2006. La convergence des outils et des technologies conduit-elle à la convergence des contenus ou à leur divergence ? C’est peut-être ainsi qu’on pourrait résumer l’enjeu qui sous-tend la question du transmédia, sujet coeur des Masterclass internationales du Transmédia qui se tenaient à Marseille la semaine dernière. Trans-, multi-, pluri- médias : concevoir pour tous les écrans Pour Eric Viennot, auteur de jeux et directeur de Lexis Numérique, le transmédia, « c’est un film dont vous êtes le héros ».

Le tout transmedia est plus grand que la somme des parties* | Transmedia Lab L’article le fabuleux destin du transmedia storytelling, tiré de l’intéressant blog Storyplaying, retrace une intervention de Jeff Gomez (Starlight Runner Entertainment) lors de la conférence Tools of Change for Publishing. Dans l’article précité , nous avons retenu les points suivants : une définition « classique » du transmedia : « la transmission d’un message dense, un sujet ou un scénario, à un public de masse au travers de media multiples. Chaque partie de l’histoire est unique et s’appuie sur les forces du media. L’article « le fabuleux destin du transmedia storytelling » met l’accent sur les impacts radicaux liés à cette évolution qui fait voler en éclat des notions établies comme « la propriété intellectuelle de l’histoire, le statut des auteurs ou des cinéastes, le marché de l’audiovisuel, de la production, … » Nous avions envie de répondre à une demande fréquente sur les compétences à métisser dans une équipe transmedia : quelles sont-elles et quelle est leur définition ?

René Broca met les pieds dans le plat: «Le transmédia de création a échoué» Chaque année depuis 2010, des auteurs, des producteurs et des diffuseurs du monde entier se retrouvent pendant 3 jours au Forum Blanc dans la station de ski du Grand-Bornand, en France, pour parler de transmédia et de cross-média. René Broca a été le créateur et le responsable éditorial de ce rendez-vous incontournable de la création transmédia. Cette année, pour la première fois, il n’a pas participé à l’organisation du Forum. L’occasion de revenir avec lui sur près d’une décennie de création transmédia et de dresser un état des lieux réaliste sur la situation actuelle de ce secteur. Le Blog documentaire : Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer le Forum Blanc ? René Broca : Il y a 8 ans, on commençait à peine à parler de « cross-média » en France. J’en ai parlé à Patrick Eveno, directeur de CITIA (la Cité de l’image en mouvement) qui organise le Festival International du Film d’Animation d’Annecy. Comment est-ce que vous présenteriez le Forum Blanc ?

La Cnil se préoccupe enfin du cloud computing 01net. le 18/10/11 à 10h07 C’est un fait, le cloud computing génère encore trop d’inquiétudes liées à la sécurité. La mise en ligne de son informatique expose en effet l’entreprise à des risques bien particuliers. L’hébergement des données, notamment, questionne fortement. Du 17 octobre au 17 novembre, la Cnil va entreprendre une série de consultations des entreprises (clients, prestataires et consultants) pour envisager toutes les solutions, tant d'un point de vue juridique que technique afin que « soit garanti un haut niveau de protection aux données personnelles tout en tenant compte des enjeux économiques liés au cloud computing ». 2011 - les français fidèles aux médias classiques INFO LE FIGARO - L'étude «Media in life» de Médiamétrie démontre que les jeunes qui quittent le domicile familial augmentent leur consommation de télévision, radio et presse. Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie. Les Français sont de plus en plus «médiavores», et les médias classiques continuent d'offrir une belle résistance face à la montée inexorable des médias numériques. Consommation qualitative L'étude de Médiamétrie confirme aussi que plus on avance en âge, plus on développe une fréquentation assidue des médias classiques. Pour l'usage du téléphone, l'étude démontre que plus on grandit, moins on utilise son mobile.

Narration transmedia : le nouvel horizon des créateurs d'univers ? Voici quelques réflexions sur la notion d’univers narratif transmedia. Plus qu’un nouveau vocable, il nous semble que ce processus relativement récent permet d’unifier, dans le cadre de la création de nouvelles œuvres (série, BD, héros, jeux…), de nombreux usages qui, superposés au cours du temps, sont venus se fracasser et se contredire sur le mur des nouvelles technologies et de la crise de la consommation. Remettre la qualité de l’univers narratif au centre de la promotion et de la technologie, en intégrant le “consommateur”, ses habitudes diverses et son implication plus ou moins forte dans cet univers nous semble être un cadre à la fois réaliste et enthousiasmant pour imaginer les mondes de demain. N’hésitez pas à commenter, réagir et proposer d’autres pistes et d’autres exemples pour creuser ensemble cette thématique. Fragmentation du temps et de l’espace : une culture sans la culture ? La multiplication des supports fragmente également le public potentiel de chaque création.

Le Transmédia Storytelling est-il mort ou vif ? Le débat est lancé depuis que Réné Broca, dans une interview publiée sur Le Blog Documentaire, a décidé de régler son compte au « Transmédia de création » en affirmant que, faute de modèle économique et d’intérêt pour le public, cette tendance avait peu d’avenir dans nos espaces médiatiques. Le « transmedia » ou comment passer d’une tendance de fond à un buzzword éphémère. Quand Henry Jenkins définissait au début des années 2000 le transmedia storytelling comme « un processus dans lequel les éléments d’une fiction sont dispersés sur diverses plateformes médiatiques dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée », il ne réduisait pas le concept au simple terme de « transmedia » mais plaçait déjà la narration au coeur du processus de création. Dans les pays anglo-saxons, le mot « transmedia » n’est ainsi jamais dissocié du mot « storytelling ». Henry Jenkins met aussi en évidence dans ses publications un réel phénomène de convergence médiatique.

[1/2]La neutralité du réseau pour les nuls On a tout entendu sur la notion de neutralité d'Internet. L'ingénieur Stéphane Bortzmeyer tente d'y voir plus clair. En apparence technique, c'est en réalité un sujet éminemment politique. Première partie. Stéphane Bortzmeyer est blogueur et membre de l’Afnic, Association française pour le nommage Internet en coopération. Ce principe, qui affirme que tout individu connecté peut consulter et diffuser n’importe quel contenu sur Internet, sans distinction, est mis à rude à épreuve dans la pratique. La suite de “Neutralité du réseau: l’homme au radeau”: “Neutralité du réseau: le grand ménage” Ah, la neutralité du réseau… Vaste sujet, où ça part vite dans tous les sens, où la bonne foi est assez rare, où définir les principes est une chose mais où les traduire en termes concrets est étonnamment difficile… Que puis-je ajouter à un sujet sur lequel tant d’électrons ont déjà été agités ? Désaccord politique contre divergence philosophique Le problème est assez simple. Cela ne vous convainc pas ?

76% des français ont une activité média en déplacement Radio, téléphone mobile, presse, musique, vidéo, jeux vidéo, Internet… Sur cent Français (13 ans et plus), environ 76 pratiquaient une activité média ou multimédia en déplacement (voiture ou transports en commun) en 2011, révèle l’étude «Media in Life» menée par Médiamétrie et dévoilée en exclusivité par 20Minutes. En 2008, ils étaient un peu plus de 73 à le faire. Cette progression est plus marquée lorsque l’on se penche uniquement sur les déplacements en voiture: 76% des Français avaient une activité média ou multimédia en voiture en 2008. Du côté des transports en commun, 63% des individus avaient au moins un contact avec des activités média ou multimédia en 2008. «Ces progressions s’expliquent par le fait qu’on ait de plus en plus d’équipements mobiles, qui donnent la possibilité d’exercer ces activités», explique Jamila Yahia Messaoud. La radio reste le «média de déplacement par excellence» Anaëlle Grondin

Quel modèle économique pour le financement d’un dispositif transmédia ? TVcheck : le Foursquare de la social télévision → Lancée en juillet 2011, TVcheck est une application de social TV développée par Orange et uniquement disponible sur iPhone. Elle fonctionne sur le principe du check-in comme Foursquare. D’ailleurs les […] Oasis : un pas de plus dans le storytelling de marque avec une web-serie → Oasis met à nouveau en scène ses personnages dans une web-serie de 4 épisodes et applique de nouvelles méthodes de travail adaptées aux stratégies de Brand Entertainment Un potentiel de […] Comme classer les différentes extensions narratives ? Backstory, Spin-off, Prequel, Sequel… Les expressions ne manquent pas pour désigner les extensions narratives utilisées dans le domaine du transmédia storytelling. Une promo de The Walking Dead montrée du doigt → A l’occasion du lancement de la nouvelle saison de The walking Dead le 10 février dernier, l’agence Leo Burnett de Toronto a conçu un dispositif événementiel plutôt original.

Related: