background preloader

Rapportpatino.pdf - Powered by Google Docs

Rapportpatino.pdf - Powered by Google Docs
Related:  edition numérique

Les trois dimensions de l’économie de la publication A l'occasion de l'université d'été de l'édition électronique ouverte, Jean-Michel Salaün, a fait un brillant exposé de sa théorie explicative des "trois dimensions de l'économie de la publication". Une méta explication, une conceptualisation de l'évolution des modèles économiques qui permet de bien saisir comment les transformations ont lieu. Le document - ou la publication - possède trois dimensions à partir desquelles on peut comprendre ce qu'il se passe aujourd'hui, estime Jean-Michel Salaün. Ces dimensions, issues des réflexions autour du collectif Roger T. Pédauque distinguent les trois dimensions d'un document : une dimension anthropologique (la forme, le "Vu"), c'est un document, c'est-à-dire un support et une inscription qui font qu'on sait qu'un livre est un livre dès qu'on voit le document en tant que tel. Vidéo : Jean-Michel Salaün, une approche documentaire du web. Pour Jean-Michel Salaün, ces trois dimensions du texte ont des déclinaisons économiques qui leur sont propres.

L'actu des ebooks Livre numérique : la fracture européenne Alors que la montée du livre numérique en Europe est très lente, La Grande-Bretagne et les pays scandinaves sont parmi les plus avancés dans la transition numérique. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alain Beuve-Méry Alors que la 65e foire internationale de Francfort s'est ouverte mercredi 9 octobre, un constat s'impose dans le monde de l'édition : la montée du livre numérique en Europe et le déclin du livre imprimé avancent de pair, mais plutôt lentement. Car, à la différence de ce qu'il se passe aux Etats-Unis, où les "ebooks" sont en passe de devenir un objet de consommation courante, avec 20 % du marché du livre, les pays européens sont bien loin de migrer aussi rapidement vers le numérique, et le livre imprimé offre une belle résistance. On constate par ailleurs, sur le Vieux continent, des écarts qui s'accroissent entre les différents marchés nationaux, que ce soit en matière de poids économique ou de stratégie des acteurs. Reste qu'un Français sur cinq dit avoir déjà lu un ebook.

Remise du rapport Patino sur le livre numérique, à l'issue du premier Conseil du livre - 30 juin 2008 Remise du rapport Patino sur le livre numérique, à l'issue du premier Conseil du livre lundi 30 juin 2008 Le 30 juin, la ministre de la Culture et de la Communication a installé le premier Conseil du livre. Premier Conseil du livre. Remise du rapport Patino. > Le rapport de Bruno Patino relatif au Livre numérique > Le dossier de presse du 30 juin 2008 premier Conseil du livre > le communiqué avec la liste des membres > Installation du Conseil du livre : le communiqué > La lettre de mission à Bruno Patino > Dossier de presse du 12 mars : le Plan livre, bilan d'étape (pdf) > Le Plan livre présenté le 14 novembre en Conseil des ministres photo : Didier Plowy/MCC

Contrat de performance 2009-2011 Une nouvelle stratégie pour 2009-2011 La Bibliothèque nationale de France a défini pour les trois années à venir ses orientations stratégiques, qu’elle a formalisées dans un Contrat de performance signé avec le Ministre de la Culture et de la Communication en décembre 2009. Fidèle à ses missions traditionnelles, attentive aux enjeux contemporains tels que le numérique ou le développement durable et résolument engagée dans la modernisation de son action et de ses modes de fonctionnement, la Bibliothèque se dote ainsi d’un instrument de dialogue et de transparence avec l’Etat. Le Contrat de performance constitue la feuille de route qui va nous permettre de renforcer le rôle de la BnF comme lieu de mémoire et comme pionnier de la révolution numérique. Bruno Racine Le Contrat de performance, qui couvre la période 2009-2011, définit les de la BnF, qui se déclinent en : Être une bibliothèque numérique de référence Enrichir, signaler et préserver les collections nationales

LHISTOIRE DE LÉDITION, DU LIVRE ET DE LA LECTURE - Powered by Google Docs CRL1: Lire dans un monde numérique / chapitre 1 et billet 1 Expérience de lecture évolutive : ce billet se transformera ces prochains jours, quand il sera amendé au fil de ma lecture. Le fait que le billet soit publié avant d’être fini me semble particulièrement stimulant (pour l’auteur en tout cas, le lecteur peut réagir pour critiquer mes interprétations de lecture-je reformule et interprète, nécessairement, ne pouvant pas citer ni plagier : la forme et le droit m’obligent à une lecture différente et bien plus riche intellectuellement), à voir… Compte-Rendu de Lecture n°1 : Lire dans un monde numérique, sous la direction de Claire Bélisle, Avril 2011, Enssib Il est assez plaisant de lire ce livre sur papier… Chapitre 1 : “Quelques questions clé que pose la lecture sur écran”, Christian Vandendorpe. Cette expérience de compte-rendu met en application, ou plutôt tend à rendre visible, ce que l’auteur du chapitre appelle la “lecture ergative“. Et vous, lecteur, qu’êtes-vous en train de faire en “lisant” cet article ? Bibliographie : Imprimer ce billet

Comparatif : les liseuses de livres électroniques (ebooks) Romain Thuret Transformer sa lourde bibliothèque aux pavés imprimés de millier de caractères en quelques mégaoctets transportés dans un appareil d'une centaine de grammes, voilà la promesse et l'intérêt de la liseuse électronique. Depuis la première Amazon Kindle en 2007, le marché de la liseuse n'a de cesse de tenter de faire passer le livre papier dans l'autre monde et si le succès de cette entreprise n'est pas forcément au rendez-vous (seulement 350 000 liseuses vendues en France depuis 2012, concurrence des tablettes), on ne peut ignorer les efforts constants des marques encore actives dans le domaine pour rivaliser d'ergonomie, confort de lecture, polyvalence et connectivités. Il est loin le temps des liseuses mono format à la navigation par touches physique avec un encombrement peu pertinent au regard des tailles d'écran offertes. Lire + Fermer -

L’évolution des métiers de la chaîne du livre Tout change avec la vague du numérique, et les métiers du livre n’y coupent pas, bien entendu. Non seulement cette évolution touche tous les métiers éditoriaux mais également les métiers de libraire et de bibliothécaire ou la figure de l’auteur. En effet, la question du support est désormais cruciale dans la chaîne du livre. Non seulement, il existe une première distinction entre livre papier et livre numérique, et une seconde distinction entre tous les formats d’ebooks existants (PDF, ePub, Mobi,…). Et l’évolution ne s’arrête pas là, puisqu’en plus de nouveaux produits et de technologies éditoriales, nous assistons à l’émergence de nouveaux comportements, donc de nouveaux besoins à satisfaire. Les bases du métier d’éditeur semblent rester les mêmes dans la mesure où il s’agit toujours de manuscrits, de relectures, d’élaboration de collections et de lignes éditoriales. L’accent est aussi de plus en plus mis sur les métiers du marketing et de la communication. Mais ça ne s’arrête pas là.

Livre numérique Dossier d'information Pour compléter votre information : (mis à jour le 30 mars 2011) Le Sénat a adopté le mardi 29 mars à l'unanimité, en deuxième lecture, la proposition de loi relative au prix du livre numérique, issue d'une proposition de loi initialement déposée au Sénat par Mme Catherine Dumas et M. Voté à l'unanimité par le Sénat en première lecture en octobre 2010, ce texte prévoit que les éditeurs fixent un prix unique de vente au détail des livres numériques, ce prix pouvant cependant varier en fonction du contenu de l'offre commerciale, de ses modalités d'accès ou d'usage. => les clauses d'extraterritorialité introduites par le Sénat afin que le texte produise pleinement ses effets (articles 2 et 3). => et le cadre garantissant aux auteurs une juste rémunération des auteurs lorsque l'exploitation numérique d'une oeuvre déjà publiée sous forme imprimée engendre une économie pour l'éditeur.

Open Book Alliance Impossible traduction d'Hemingway : Gallimard, tombeau à auteurs Après deux jours passés sur la toile à considérer les réactions d'indignation ou de colère, cette affaire Hemingway a bel et bien démontré les limites d'une société protégeant non pas le droit des auteurs à vivre de leur art, mais la sur-protection des ayants droit. Et pire encore, la vampiraisation de ceux qui signent avec eux. Hemingway intraduisible, donc ? Si fait : l'éditeur Gallimard avait expliqué à ActuaLitté, dans l'urgence d'une communication de crise, qu'il disposait de l'exclusivité des droits sur l'oeuvre d'Hemingway. D'abord, parce qu'il faudrait parvenir à décider d'une chose. Dans cette histoire, l'éditeur HC qui a publié le livre en 1972 estime que les droits numériques relèvent de sa juridiction, et que personne d'autre ne peut commercialiser un livre numérique tiré de ce texte. "Puisque c'est comme ça, je vais prendre l'exclusivité" (Massoud l'ouzbek) Or, c'est un peu là que le bât va blesser furieusement. Pour exemple, et on en passe, et on en oublie. Pour approfondir

Related: