background preloader

Benjamin Coriat : «L’idéologie propriétaire a atteint ses limites»

Benjamin Coriat : «L’idéologie propriétaire a atteint ses limites»
Des logiciels libres aux licences Creative Commons en passant par l’autopartage et les garderies autogérées, les communs apparaissent comme autant de solutions, trouvées ou en gestation. Professeur d’économie à l’université Paris-XIII, Benjamin Coriat a coordonné l’ouvrage le Retour des communs et la crise de l’idéologie propriétaire (éditions les Liens qui libèrent). Vous affirmez que nous vivons un moment marqué par le retour des communs. Que recouvre cette notion ? Les communs sont des formes d’organisations sociales autour d’une ressource naturelle en accès ouvert, comme un pâturage, un moulin à grains ou un lieu de pêcherie… Ce sont là les communs qui nous viennent du passé. Aujourd’hui, la plupart des communs ont une base numérique. Derrière la notion de commun, il y a l’idée qu’une propriété partagée peut être une forme très efficace pour gérer et enrichir des ressources. C’est cette économie que vous qualifiez de «prédation» ? La propriété a encore de beaux jours devant elle.

http://www.liberation.fr/futurs/2015/12/27/benjamin-coriat-l-ideologie-proprietaire-a-atteint-ses-limites_1423143

Related:  Communs et Tiers-LieuxESS, Social business, Enjeux sociétaux de l'économie

Assos unies, crédibilité garantie! « Bosser à plusieurs, c’est une charge de travail supplémentaire sur le court terme, ça demande de se mobiliser pour bien réfléchir à son projet… Mais une fois que ça roule, on va beaucoup plus loin que si on était seul. » Marie Demarthe, responsable de l’antenne lyonnaise d’Aremacs, sait de quoi elle parle. Son association, qui s’engage pour limiter les impacts environnementaux des manifestations tels que des festivals ou des rencontres sportives, s’est notamment unie avec La brigade de construction collective et Les compostiers pour proposer au public un outil de sensibilisation pas comme les autres : un « vélo-broyeur ». « Les collectivités sont demandeuses de collectif » Installé sur les zones de restauration des manifestations, ce système permet d’impliquer les citoyens dans le compostage de la vaisselle et des restes d’aliments. « Les gens viennent pédaler pour broyer ces déchets afin qu’ils se compostent plus rapidement« , explique Marie.

La gazette - avec Hugues Sibille : « La puissance publique ne doit pas se Hugues Sibille, l’une des grandes voix de l’économie sociale et solidaire en France, présente à la Gazette son dernier ouvrage, "La Grande promesse". Cet ancien délégué interministériel à l’économie sociale, aujourd’hui président de la Fondation Fondation Définition Crédit coopératif voit dans les innovations sociales rien de moins que la solution aux crises qui n’en finissent pas. Cet article a été publié le 17 janvier 2017, par Marie-Pierre Bourgeois, pour La gazette. Votre ouvrage, « La Grande Promesse, Inventons la France de demain » dresse les contours de l’innovation sociale dans l’Hexagone. De quoi parle-t-on vraiment ? Trois causes expliquent l’intérêt croissant des territoires sur ce sujet.

Le bénévolat contre des heures de formation grâce au compte d'engagement citoyen - Carenews À partir de janvier 2017, le compte d'engagement citoyen permettra aux bénévoles de valider des heures de formation professionnelle à partir du temps de volontariat qu'ils auront accordé à des associations d'intérêt général. Transformer son temps de bénévolat en heures de formation professionnelle Dès le 1er janvier 2017, il sera possible pour les personnes donnant de leur temps libre à des associations d'intérêt général de transformer leurs heures de bénévolat en heures de formation, grâce au compte d'engagement citoyen (CEC).

La fondation pour l'investissement social financera l'évaluation d'expérimentations sociales public-privé La notion d'investissement social a le vent en poupe. Après les premiers pas des contrats à impact social en 2016 (voir nos articles du 17 mars, du 8 juillet et du 28 novembre), le lancement de la Fondation pour l’investissement social et le développement humain a été annoncée le 17 janvier 2017 par le Président de la République. "Créée à l’initiative du ministère des Affaires sociales et de la Santé et placée sous l’égide de la Fondation agir contre l’exclusion" (Face), cette fondation sera dédiée au financement de "projets de recherche destinés à évaluer des expérimentations sociales associant les pouvoirs publics, des entreprises et des associations", selon un communiqué conjoint des ministères des Affaires sociales, du Travail et du secrétariat d'Etat en charge de la Recherche. On peut s'étonner de l'absence du ministère de l'Economie et du secrétariat d'Etat en charge de l'Economie sociale et solidaire, qui portent l'appel à projets sur les contrats à impact social.

Vincent Peillon : « Faisons de l’économie sociale et solidaire une force française » Pour le candidat à la primaire à gauche, le temps est venu pour la France de tirer profit de l’économie sociale et solidaire dans la perspective de créer l’Europe du progrès. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Vincent Peillon (député socialiste européen et candidat à la primaire à gauche) Notre pays a une richesse insuffisamment exploitée qui tire ses origines du XIXe siècle, époque où les grands esprits des mouvements associatifs, mutualistes et coopératifs aspiraient déjà à être les pionniers de l’avenir. Cette ambition est toujours d’actualité, et il serait temps de saisir ensemble les opportunités que représente l’économie sociale et solidaire pour la France. Dans un monde où la communication est devenue un enjeu primordial, je souhaite donner à l’économie sociale et solidaire les moyens de rivaliser avec les grandes puissances qui ­influencent l’opinion publique.

La fondation pour l'investissement social financera l'évaluation d'expérimentations sociales public-privé La notion d'investissement social a le vent en poupe. Après les premiers pas des contrats à impact social en 2016 (voir nos articles du 17 mars, du 8 juillet et du 28 novembre), le lancement de la Fondation pour l’investissement social et le développement humain a été annoncée le 17 janvier 2017 par le Président de la République. "Créée à l’initiative du ministère des Affaires sociales et de la Santé et placée sous l’égide de la Fondation agir contre l’exclusion" (Face), cette fondation sera dédiée au financement de "projets de recherche destinés à évaluer des expérimentations sociales associant les pouvoirs publics, des entreprises et des associations", selon un communiqué conjoint des ministères des Affaires sociales, du Travail et du secrétariat d'Etat en charge de la Recherche. On peut s'étonner de l'absence du ministère de l'Economie et du secrétariat d'Etat en charge de l'Economie sociale et solidaire, qui portent l'appel à projets sur les contrats à impact social.

La France s’engage pour l’enseignement du français aux réfugiés - Carenews Fraîchement lauréate de La France s’engage, l’école Thot est une réponse innovante à l’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile. Elle leur apprend la langue française de manière structurée, pragmatique, diplômante, et fondamentalement humaine. Engagement solidaire et force de conviction Judith Aquien et Héloïse Niot se rencontrent alors qu’elles sont bénévoles dans les campements parisiens de migrants. Elles aident ces derniers à vivre au mieux leur condition, en l’occurrence celle de l’exil et d’une attente permanente, sans possibilité de sortir du campement. Pourtant, la plupart d’entre eux avaient une situation établie dans leur pays d’origine. Les Cress partagée quant à l’hybridation de leurs ressources Le rapport de l’inspection générale des finances remis à Martine Pinville en décembre dernier invite à les Cress à rénover leur modèle économique face à l’incertitude qui pèse sur la pérennité des fonds publics qu’ils soient nationaux ou territoriaux. Des Cress qui ont progressé dans la mise en œuvre de leurs missions depuis 2014, des situations économiques qui vont du correct au « très fragile », un mouvement de fusions territoriales qui devrait renforcer à terme les Cress, un regret en filigrane que les Cress n’aient pas gagnée formellement leurs galons de chambre consulaire… le rapport de l’inspection générale des finances, remis à la secrétaire d’Etat, Martine Pinville, juste avant les fêtes, dresse un panorama inédit et néanmoins positif, du réseau des Chambres régionales de l’ESS et de leur coordination nationale, le CNCRESS. Ce rapport est inédit car il procure, via l’ensemble des informations qu’il compulse, une photographie très précise des Cress sur ces trois dernières années.

Related: