background preloader

Généalogie de la morale

Généalogie de la morale
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Généalogie de la morale. Un écrit polémique (Zur Genealogie der Moral. La Généalogie de la morale se compose d'une préface et de trois dissertations écrites dans un style jugé brillant et d'une grande force par les commentateurs[2]. Présentation[modifier | modifier le code] Principaux thèmes[modifier | modifier le code] « […] nous avons besoin d’une critique des valeurs morales, et la valeur de ces valeurs doit tout d’abord être mise en question — et, pour cela, il est de toute nécessité de connaître les conditions et les milieux qui leur ont donné naissance, au sein desquels elles se sont développées et déformées […][7] » La Généalogie de la morale est donc constituée de deux projets : c'est une enquête sur l'origine des valeurs morales, et en même temps une évaluation de ces valeurs. Méthode généalogique et évaluation[modifier | modifier le code] La généalogie[modifier | modifier le code] Thèses soutenues[modifier | modifier le code] Related:  mmnour

Crépuscule des idoles Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le livre est divisé en 11 parties qui correspondent ici aux 11 parties de cet article Maximes et traits[modifier | modifier le code] Se distinguent dans cet ensemble les maximes suivantes (les plus connues): "(...) ce qui ne me tue pas me fortifie."" Par ailleurs, Nietzsche se redéfinit comme un homme posthume ("les hommes posthumes - moi par exemple-") et on peut percevoir, sinon une influence du moins une communauté de pensée avec Spinoza ("le remords est indécent") quand ce dernier affirme "qui se repent est doublement malheureux". Le Problème de Socrate[modifier | modifier le code] Nietzsche commence par revenir sur ce qu’il désigne comme « le problème de Socrate ». La Raison dans la philosophie[modifier | modifier le code] Nietzsche pense ensuite le problème de la « raison » dans la philosophie. [modifier | modifier le code] Le monde vrai est inaccessible pour le moment: "le monde vrai-inaccessible? La morale serait donc une anti-nature.

nombre d'or Le nombre d’or existe. Il s’agit de la proportion selon laquelle le rapport entre deux parties est égal au rapport entre la plus grande de ces parties et le tout. C’est un nombre irrationnel : (1 + √5) / 2. Je renvoie à l'article "nombre d'or" de wikipédia ou au Que sais-je ? Car, de ce nombre, bien des usages sont faits qui sortent de la mathématique. Le nombre d’or dans l’art et l’architecture. Les premiers lieux communs concernent l’art et notamment l’architecture : il y en a cinq principaux. Il importe aussi d'être précis. 1) Les pyramides. Sur la quarantaine de pyramides royales égyptiennes recensées, près de trente sont pyramidales. Sous l’Ancien Empire, de la fin de la troisième dynastie à la fin de la 6e, on en connaît seize. La seconde génération de pyramides est érigée sous la douzième dynastie, au Moyen Empire. La dernière pyramide où on trouve le nombre d’or date d'environ 2500 avant l’ère chrétienne. 2) Le temple de Jérusalem. On fait un saut 1500 ans plus tard. Ah ! 4.

Ainsi parlait Zarathoustra Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ainsi parlait Zarathoustra ou Ainsi parla Zarathoustra, sous-titré « Un livre pour tous et pour personne » (en allemand : Also sprach Zarathustra. Ein Buch für Alle und Keinen) est un poème philosophique de Friedrich Nietzsche, publié entre 1883 et 1885. Présentation du texte[modifier | modifier le code] Première édition de la première partie (1883) L'allemand autorise à traduire Also sprach Zarathustra par Ainsi parla Zarathoustra. Le nom Zarathoustra signifie « celui qui a de vieux chameaux » et non comme on l'a cru jusqu'à il y a une trentaine d'années « celui à la lumière brillante » ; c'est le nom avestique de Zoroastre, prophète et fondateur du zoroastrisme, l'ancienne religion perse. « On ne m'a pas demandé — mais on aurait dû me demander —, ce que signifie dans ma bouche, dans la bouche du premier immoraliste, le nom de Zarathoustra, car c'est juste le contraire qui fait le caractère énormément unique de ce Perse dans l'histoire.

Archives « secrètes » , secrets d’archives ? - Le voile levé sur les archives « secrètes » de la franc-maçonnerie - CNRS Éditions 1 « Paris-Berlin-Moscou, les archives retrouvées », L’Histoire, numéro spécial : « Les francs-maçons (...) 1Les archives d’une société secrète… ne serait-ce pas là l’exemple type des archives secrètes ? Même s’il s’agit, selon l’expression chère au Canard enchaîné, d’« une société secrète bien connue » ! Pourtant, qu’il s’agisse d’une biographie d’un artiste ou d’un homme politique, d’une monographie locale ou de l’étude d’une organisation religieuse, politique ou syndicale, beaucoup d’historiens rencontrent la franc-maçonnerie dans le cadre de leurs travaux en raison du rôle qu’elle a joué dans notre pays depuis trois siècles. Nous avons traité ailleurs de l’histoire mouvementée des archives maçonniques1, nous voudrions ici proposer une présentation pratique de ces fonds. Quelle est la nature de ces archives et quels types de documents peut-on y trouver ? 4Enfin, la dernière catégorie recouvre les archives des maçons eux-mêmes quant à leur engagement. 4 Sur le fonds Gaborria, cf.

La confession secrète de Duras Journaliste à «la Stampa», Leopoldina Pallota della Torre rencontre Marguerite Duras en 1987. Il a fallu parlementer longtemps, dit-elle, pour convaincre la romancière, occupée à écrire le scénario de «l'Amant», de la recevoir dans son appartement de la rue Saint-Benoît. La journaliste se souvient de l'avoir d'abord vue «de dos, petite, très petite, assise comme toujours, dans sa chambre poussiéreuse, encombrée de papiers et d'objets, les coudes appuyés à son bureau». L'entretien, entrecoupé de coups de fil pendant lesquels Marguerite attrapait la main de Leopoldina pour l'empêcher de noter ce qu'elle disait, va durer trois heures. Ces entretiens, qui parurent à l'époque en Italie, ne furent jamais réédités depuis et demeurèrent curieusement ignorés des éditeurs français. Didier Jacob Marguerite Duras Je crois parfois que toute mon écriture naît de là, entre les rizières, les forêts, la solitude. Comment vous décririez-vous enfant? Petite, je l'ai toujours été. Une vie d'étudiante. [...]

A propos de la généalogie de la morale familiale Entreprendre une généalogie de la morale familiale vise à mettre en perspective la genèse et l’histoire des représentations de la famille en Europe occidentale [1] Cf. R. Lenoir, Généalogie de la morale familiale, Paris,... [1] . Il ne s’agit pas de retracer l’évolution des structures de la famille, mais celle de ses usages sociaux, notamment politiques : transmissions successorales (patrimonialisation des biens et des charges), gestion des populations (paternalisme, modes de protection sociale), stigmatisation morale et moralisation des populations (patronage, hygiénisme). Comment la famille est-elle devenue la pièce principale du système des instruments de reproduction de la structure sociale ? Deux objectifs orientent une telle recherche. Avec l’État absolutiste et la centralisation administrative qu’elle implique, la gestion des affaires matrimoniales est passée peu à peu de l’Église à l’État, ce transfert s’accompagnant d’une transformation de la définition de la famille.

Eternel retour Contrairement au pessimisme schopenhauerien qui voit dans le hasard une volonté aveugle, contrairement au nihilisme que cause le sentiment de l'absurde, Nietzsche retrouve l'instinct vital du grand acquiescement devant la vie dans le dionysiaque. Lou A. Salomé, dans son livre sur FRÉDÉRIC NIETZSCHE, nous l'explique : « L'art le plus haut, le plus religieux, est aussi l'art le plus tragique, car l'artiste y fait surgir la beauté de l'horreur : " L'artiste tragique, que nous communique-t-il de lui-même ? N'affirme-t-il pas précisément, l'absence de crainte devant ce qui est terrible et incertain ? « La psychologie de l'orgiasme considéré comme un sentiment de vie et de force débordante à l'intérieur duquel la douleur agit comme un stimulant, voilà l'idée qui lui a fourni la clef du sentiment tragique :

Insignifiance et capitalisme Ce qui caractérise le monde contemporain ce sont, bien sûr, les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, mais ce qui me frappe surtout, c’est l’insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Elle a perdu son sens. Les uns et les autres disent la même chose. Depuis 1983, les socialistes français ont fait une politique, puis M. Balladur a fait la même politique ; les socialistes sont revenus, ils ont fait, avec Pierre Bérégovoy, la même politique ; M. Les responsables politiques sont impuissants. Il y a un lien intrinsèque entre cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature. La politique est un métier bizarre. Rien ne garantit que quelqu’un qui sache gouverner sache pour autant accéder au pouvoir. Il y a la merveilleuse phrase d’Aristote : « Qui est citoyen ? On observe un recul de l’activité des gens.

La philosophie et le rire Triangulation

Related: