background preloader

Quelques sources sur le ROI de l’entreprise 2.0

Quelques sources sur le ROI de l’entreprise 2.0
En début d’année je parlais d’un phénomène de débisounoursisation (abandon de la vision “Bisounours”) et il semblerait que cette tendance se concrétise avec de nombreux débats atour du ROI. Le retour sur investissement de quoi ? Un peu de tout en fait : des médias sociaux, des sites d’achat groupés, des applications iPhone et iPad… mais le sujet qui nous intéresse plus particulièrement est celui du ROI des initiatives d’entreprise 2.0. L’issue de ce problème insoluble semble être d’accepter que le ROI ne s’exprime pas à l’aide d’une valeur numérique fiable, mais plutôt d’indicateurs qualitatifs. La collaboration interne (accès plus rapide aux savoirs, localisation plus précise des experts, réduction du coût de communication…) ;La relation client (amélioration de l’efficacité du marketing, de la satisfaction client, réduction des coûts…) ;Les interactions avec les partenaires et fournisseurs (amélioration de la rapidité de circulation de l’information…).

En aparté - XEnvoyer cet article par e-mail A la Une également – La fin des préjugés Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Vous pourrez le lire ultérieurement (ordinateur, tablette, mobile) en cliquant sur « votre compte » Fermer Esprit start-up vs esprit grand groupe Agile, innovante, audacieuse, réactive… la start-up est devenue un véritable objet de fantasme pour les grandes entreprises qui, toutes, rêvent de reproduire ses spécificités dans l’espoir de gagner en créativité et en implication. Des salariés surmotivés qui enchaînent les nocturnes, une créativité débridée et une réactivité à toute épreuve, le tout dans un esprit de franche camaraderie… quelle entreprise n’en a pas rêvé ? Auteur de L’Openspace m’a tuer, Alexandre des Isnards casse le mythe. L’esprit start-up A commencer par ces ingrédients qui font l’esprit d’une start-up. Sa recommandation aux paquebots désireux de jouer les catamarans ? Nicolas Cohen en sait quelque chose.

Marketing stratégique : 7 ouvrages à maîtriser ! Avec ces livres spécialisés en stratégie marketing et marketing stratégique, nous poursuivons notre bibliographie sélective d’ouvrages de marketing initiée par nos 11 livres de marketing quel que soit votre niveau. Nous avons lu et chroniqué nombre de ces ouvrages, alors fiez-vous à nos suggestions bibliographiques Stratégie et marketing de l’innovation technologique – 3ème édition : Lancer avec succès des produits qui n’existent pas sur des marchés qui n’existent pas encore, Paul Millier, DunodStrategor : Toute la stratégie d’entreprise, DunodLe guide du Financial Times, 60 modèles de management, Van Assen, Van den Berg, Pietersma, Pearson. Lire la critique de cet ouvrage sur Marketing ProfessionnelLes 7 points clés du diagnostic stratégique, Franck Brulhart, EyrollesStratégie d’entreprise, Johan Bouglet, GualinoStratégie, les clés du succès concurrentiel, de Jean-Marie DucreuxL’effet Momentum, de Jean-Claude Larréché, chez Pearson. …Je vous conseille : (c) ill.

Comprendre facilement les médias sociaux avec Mc Kinsey The Discovery Economy: Why Sharing Your Identity Is A Good Thing At last month's Coachella a lot more went down than grooving in the fields of Indio. The hot-ticket festival's organizers tested out smart radio chip-embedded armbands that let music lovers automatically verify their ticket by "checking in" at digital gates. But those armbands were much more than hard-to-fake entry passes: They were Coachella showing us a near future where we voluntarily share a touch of personal information, your digital DNA if you like, to discover a whole raft of new information and experiences. Apps, gadgets, and ideas for turning exploration into business Previous story: The Tech's The Least Interesting Part Of Nokia's New Augmented Reality About 30,000 people used their radio-chip-embedded armbands to check in (or "Live Click") all around Coachella and automatically update their Facebook status and post updates to their various social media about what they were doing and who they were seeing perform. [Image: Flickr user DeepBluC]

Qu’est-ce qu’un “intranet social” ou un “intranet 2.0″ Résumé : l’intranet 2.0 ou intranet social, tout le monde en parle tout en se demandant à quoi cela peut ressembler. Entre le mythe qui veut que demain l’intranet disparaisse au profit d’un réseau social et les titulaires habituels de la responsabilité de l’intranet qui sont mal à l’aise dès qu’on sort d’une logique purement descendante, les débats idéologiques et fonctionnels ont de beaux jours devant eux. L’intranet social n’est pas tant la prise du pouvoir du réseau social qu’une socialisation des grands piliers de l’intranet traditionnel : information, personnes, outils métiers. Ca n’est pas tant l’adjonction de nouveaux outils que la généralisation de nouveaux services, de fonctionnalités à toutes ses composantes. Dans le paragraphe précédent je parlais de “couche sociale”, ce qui signifie qu’il est déjà clair que la dimension dite 2.0 est bel et bien une nouvelle dimension de l’intranet et non pas une bulle isolée du reste. La socialisation de l’information Le “non outil” Google+

Le marketing comportemental : cadre juridique. | Sahloumi.com 58 Partages Twitter 35 Facebook 9 Google+ 0 LinkedIn 14 inShare14 Pin It Share 0 58 Partages × Désormais, notamment, grâce à l’apport des réseaux sociaux, on adapte au maximum toutes les formes de campagnes publicitaires à chaque « type » d’individu voir même à chaque individu. C’est ce qu’on appelle le marketing « one to one ». Conséquences de l’application de la loi informatique et liberté. 1. - Loyauté : il faut informer la personne dont les données sont traitée de la finalité du traitement et de l’identité du responsable et l’informer de l’existence de ses droits. - La mise en place des droits : droit d’opposition, droit d’interrogation, droit de rectification. La plupart du temps la personnes n’est pas assez informée : emploi de cooki, finalité non précisée, droit non respectés,… Prenons l’exemple de Facebook : la finalité des informations collectées ( car elles le sont ) n’a jamais été réellement précisée. 2. 3.

Facebook Buys Face.com, Adds Facial-Recognition Software Facebook Inc. (FB), owner of the world’s largest social-networking website, acquired Face.com, adding technology that enables facial recognition in photos. Terms weren’t disclosed. Face.com helps users tag photos and find images online by distinguishing facial features on social networks and photo-sharing sites. Menlo Park, California- based Facebook already uses some of Face.com’s applications. “People who use Facebook enjoy sharing photos and memories with their friends, and Face.com’s technology has helped to provide the best photo experience,” said Ashley Zandy, a Facebook spokeswoman, in an e-mailed statement. Facebook, which first sold shares to the public a month ago, has been making acquisitions to bring on talented developers, add features to the site and bolster the company’s mobile offerings. Face.com, based in San Francisco and Tel Aviv, is backed by Yandex NV (YNDX), Russia’s most-used search engine, and investing firm Rhodium. Close Open Source: Face.com

Four More Non-Facebook Social Gaming Platforms Launched Today Early this morning, we wrote about in-game monetization company Offerpal’s plan to help Facebook game developers move off the platform onto other distribution channels like Yahoo or MySpace. But Offerpal is hardly alone in that ambition. Four other companies launched their own takes on social gaming outside Facebook either yesterday or today: Oberon, Hi5, Sony and WildTangent. Most of these efforts haven’t received much coverage yet, because there’s a logjam of news from the ongoing Casual Connect conference in Seattle. But that doesn’t mean they’re not significant — if not individually, then as a broad trend that shows just how many parties want a slice of the market that Facebook currently dominates. Each take is fairly different; here they are: Oberon Blaze Oberon Media is a rather large casual gaming company that prides itself on cross-platform work. Hi5 Developer Portal Hi5 has been extremely vocal about its desire to attract Facebook developers, launching a developer program in March.

The connected company Many thanks to Thomas Vander Wal for the many conversations that inspired this post. The average life expectancy of a human being in the 21st century is about 67 years. Do you know what the average life expectancy for a company is? Surprisingly short, it turns out. In a recent talk, John Hagel pointed out that the average life expectancy of a company in the S&P 500 has dropped precipitously, from 75 years (in 1937) to 15 years in a more recent study. I believe that many of these companies are collapsing under their own weight. The statistics back up this assumption. This “3/2 law” of employee productivity, along with the death rate for large companies, is pretty scary stuff. I believe we can. Historically, we have thought of companies as machines, and we have designed them like we design machines. 1. A car is a perfect example of machine design. This kind of rebuilding goes by many names, including re-organization, reengineering, right-sizing, flattening and so on. 1. Start small.

Twitter La puce et le neurone : deux mots sur la « curation » Ah le vilain mot que celui de « curation » ! Il y a décidément des anglicismes qui passent mal. Je ne sais pas pourquoi on ne lui préfère pas le terme d’édition, fût-il imparfait. Quoi qu’il en soit, c’est depuis quelques mois un des mots à la mode sur le Web et il recouvre quelque chose d’important : essayons donc de remonter du son (bruyant) au sens. Mais tout d’abord, qu’est-ce que la curation ? J’ai rencontré plusieurs définitions et, plutôt que de trancher, je vais y aller de la mienne, qui vaudra du moins pour cet article. Maintenant, si l’on considère le Web, on comprend aisément pourquoi c’est une notion importante. Pour ne parler que du Web moderne, celui qui dans mon esprit commence au milieu des années 1990, deux méthodes de curation se dégagent : l’humaine et l’algorithmique. La curation humaine, c’est « David and Jerry’s Guide to the World Wide Web« , à savoir Yahoo! Il est assez aisé de tracer les principaux avantages et inconvénients de ces deux approches. Article original.

Related: