background preloader

Charles Hadji : Evaluer pour réussir ?

Charles Hadji : Evaluer pour réussir ?
Peut-on désamorcer le débat sur l'évaluation ? C'est le pari tenté par Charles Hadji. Loin des débats fumeux sur la réforme de l'évaluation ou la défense des notes, son livre colle au terrain mais en revenant sans cesse aux finalités de l'évaluation. Pour tous les enseignants qui passent beaucoup de temps à corriger des copies et à concevoir des évaluations, en se demandant assez souvent à quoi ça sert, pour ceux qui en ont assez des débats de principe, ce petit livre ouvre des horizons théoriques et très pratiques à ne pas louper... L'évaluation ça compte dans la vie d'un enseignant. C'est même l'activité qui identifie le mieux le métier d'enseignant. L'intérêt du livre de Charles Hadji, c'est la position qu'il prend. Ceci posé, le livre nous sort des débats de chapelle et des gourous officiels ou anti -officiels. Le second effet, une fois les finalités bien mises en perspectives, c'est d'aller d'envisager les modalités. Charles Hadji, L'évaluation à l'école . Evaluation : le Dossier

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/12/23122015Article635864491598740887.aspx

Related:  Evaluación: proceso y herramientasSOINS INFIRMIERSEvaluationsLes cahiers pédagogiques

Evaluation : évaluer, pourquoi et comment ? - Evaluation : évaluer, pourquoi et comment ? Sommaire de cette rubrique : Qu'est-ce que l'évaluation ?Priorité à l'évaluation qualitativeEvaluer dans la concertationEvaluer le projet, le processus, les résultatsPrincipes généraux de l'évaluation en EEDD Qu'est-ce que l'évaluation ? L’évaluation est une démarche qui vise à donner de la valeur, prendre du recul, émettre un constat sur une situation, et prendre des décisions, au regard des objectifs de départ et des finalités de l’action. Evaluer c’est mesurer le chemin parcouru pour progresser, réajuster, mettre en cohérence.L’évaluation est un outil au service de la démarche de progrès qui s’inscrit dans le souci de l’amélioration continue de nos actions.

De l'intérêt des objectifs pédagogiques L’objectif pédagogique, c’est « ce que l’apprenant sera capable de faire à l’issue de la formation ». Il concerne donc les apprentissages, tandis que l’objectif opérationnel a pour objet les transferts visés en situation professionnelle. L’objectif pédagogique est un incontournable de la formation de formateurs, un élément essentiel du « contrat » entre le formateur et ses apprenants. Et pourtant, il reste souvent mal utilisé, plus « figure de style » que véritable outil pour la conception pédagogique. Une vision « néo taylorienne »? Les objectifs pédagogiques font leur apparition avec l’enseignement programmé, de Skinner.

Canopé Créteil - L'évaluation d'école et ses enjeux Partager cette page Un séminaire sur le thème de l'évaluation des écoles s'est tenu le 23 septembre 2011 au CDDP de Champigny-sur-Marne. Il était destiné à l'ensemble des personnels d'encadrement du Val-de-Marne et, à ce titre, faisait partie intégrante de l'action départementale de formation. William Marois, recteur de l'académie de Créteil, et Pierre Moya, inspecteur d'académie directeur des services départementaux de l'Éducation nationale du Val-de-Marne, ont rappelé en introduction les objectifs de l'évaluation d'école : l'amélioration des résultats des élèves ; une plus grande efficacité de l'équipe pédagogique ; un meilleur pilotage de la formation des professeurs des écoles ; une responsabilité accrue de l'équipe pédagogique ; une meilleure vie à l'école. L'intervention de Philippe Claus en vidéo

Faut-il avoir peur de l’évaluation L’évaluation ponctue les travaux de Charles Hadji depuis une trentaine d’années. En 1989, il publiait déjà, chez ESF éditeur, « L’évaluation règles du jeu ». Le constat de l’extension du domaine de l’évaluation et de sa dangerosité le conduit à publier ce nouvel ouvrage, qualifié par son auteur lui-même de « cri » face à des pratiques qu’il définit comme « calamiteuses ». De l’appel de l’Afev pour la suppression des notes aux commentaires autour du triple A des agences de notation, en passant par le succès des alertes d’André Antibi sur la constante macabre, l’année en cours a fait une large place à la question de l’évaluation. Ecole et numérique : Evaluer autrement grâce aux tablettes L’introduction des tablettes dans les classes a déjà permis d’ouvrir le champs des possibles et surtout de pousser les limites usuelles des apprentissages en apportant sens, complexité et inédits[1] dans le quotidien des classes. L’évaluation au combien décriée, stigmatisée et remise en question dans les systèmes éducatif français et internationaux, pourrait peut-être tirer partie de ce complexe inédit apporté par les tablettes. Comment ?

Classes sans notes : Bilan mitigé Quel bilan dresser des classes sans notes ? C'est ce qu'a tenté l'académie de Poitiers à travers une enquête officielle auprès des enseignants et des collégiens. L'enquête montre que l'impact de cette révolution pédagogique est moins important que prévu. Du coté des enseignants, " en termes d’apprentissage, 57% pensent que les effets sont négligeables", écrit l'académie. "74% pensent qu’en termes de comportements cette nouvelle modalité d’évaluation a eu des effets positifs : les élèves se montrent plus calmes, moins angoissés, font preuve de plus de civisme et ont une meilleure estime d’eux mêmes.

Evaluation n’est pas compétition Cécile Blanchard, rédactrice en chef des Cahiers pédagogiques, a assisté aux journées de l’évaluation, les 11 et 12 décembre dernier, à l’Ecole nationale supérieure des arts et métiers de Paris. Inscrites dans la conférence nationale sur l’évaluation lancée par le ministre de l’éducation nationale l’été dernier, ces journées venaient clore les auditions menées par le jury, avant sa délibération du lendemain. Je ne dirais pas que j’ai la gueule de bois, mais un peu d’amertume. Pourquoi tant d’acharnement de la part de certains, dans les médias ou les milieux intellectuels, à démonter une initiative intéressante ? Car ces journées de l’évaluation étaient intéressantes.

Des fonctions et des plans de support à l’apprentissage à investir par les tuteurs à distance. Par Jacques Rodet La littérature sur le tutorat à distance (cf. la base documentaire de t@d) s’intéresse depuis longtemps à définir les fonctions des tuteurs. Il existe un relatif consensus entre les auteurs pour distinguer les fonctions suivantes : i) fonction d’accueil et d’orientation, ii) fonction organisationnelle ; iii) fonction pédagogique ; iv) fonction socio-affective et motivationnelle ; v) fonction technique ; vi) fonction métacognitive ; vii) fonction d’évaluation. En 2003, j’ai proposé d’aborder les questions relatives aux interventions des tuteurs à distance non pas à travers le prisme des fonctions tutorales mais à partir des plans de support à l’apprentissage à investir auprès des apprenants. A la suite d’autres auteurs, en particulier André-Jacques Deschênes et Céline Lebel, j’ai distingué les plans cognitif, socio-affectif, motivationnel et métacognitif.

La Conférence sur l'évaluation écarte la question des notes "La question du système de notation est un faux problème". Etienne Klein, président du "jury" constitué pour la Conférence nationale sur l'évaluation, a annoncé que l'idée de supprimer les notes ne ferait pas partie des recommandations du jury. La seconde journée de la Conférence, le 12 décembre, a alterne réalisations d'établissements et interventions d'experts. Une seule question a été sérieusement traitée : celle de la docimologie. Le recommandation du jury pourrait s'arrêter là. Dédramatiser l’erreur plutôt qu’éviter d’affronter la difficulté Récemment, André Antibi, a publié une tribune où il estime que tout ce qui se dit autour des notes et de leur éventuelle suppression est un « faux débat ». Jean-Michel Zakhartchouk souhaite lui répondre. Soyons gré au promoteur de la méthode de lutte contre la « constante macabre », de ne pas être dans l’anathème ou le mépris exprimé récemment par un ancien ministre ou par un linguiste auto-promu grand spécialiste des questions éducatives pour toutes les tentatives de changer l’évaluation pour la rendre plus juste et plus efficace.

DOSSIER : Les cartes mentales… ou l’art de favoriser la réussite des élèves en se simplifiant la vie Un dossier conjoint Infobourg.com – Carrefour ÉducationLe texte de ce dossier est disponible en format PDF. Il est aussi disponible en format OpenOffice/LibreOffice.Et en format ePub pour la lecture sur tablette ou téléphone. Adepte de simplicité pédagogique? Saviez-vous que les cartes mentales constituent l’une des méthodes les plus efficaces et polyvalentes pour assurer la réussite des élèves? Grâce à cette technique d’une commodité désarmante, vos jeunes protégés gagneront en autonomie et prendront le plein contrôle de leurs apprentissages. Evaluation : Une question politique ? "L'évaluation une vraie question politique" : c'est ainsi que Claude Lelièvre titre sa chronique sur son blog. Si l'évaluation est bien une question politique alors quelles conséquences cela a-t-il sur l'Ecole et sur la démarche entreprise par la ministre ? L'évaluation échappe-t-elle au politique ou/et au réglementaire ?

Dix reproches, dix propositions Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Dix reproches, dix propositions Notre revue, les Cahiers pédagogiques, et le mouvement pédagogique qui la publie, le CRAP, réfléchissent sur l’évaluation depuis fort longtemps, travaillant dans le sens d’une évaluation positive, non humiliante et utiles aux apprentissages des élèves. Nous avons donc souhaité contribuer à la conférence nationale. S’il y a une réflexion nationale sur l’évaluation des élèves, c’est bien parce que quelque chose ne fonctionne pas bien dans l’évaluation telle qu’elle est actuellement. Pour nous, on peut synthétiser la critique de celle-ci en dix grands reproches :

Criterios e indicadores, diferencias en evaluación François-Marie Gérard , dans son guide pratique Evaluer des compétences, nous donne quelques précieuses pistes.L’évaluation des compétences doit, dans la mesure du possible, faire sortir la valeur d’une production donnée (du latin e-valuere ), c’est-à dire mettre en évidence ce qui est réussi et pas seulement signaler les lacunes. Pour cela, l’évaluateur doit s’appuyer sur deux éléments : les critères et les indicateurs. • Le critère ou la qualité que l’enseignant s’attend à trouver dans les productions de l’élève Des listes de critères sont fréquemment observées dans les sujets de devoir donnés aux élèves, ces critères doivent être formulés de façon globale et qualitative car ils sont généraux et abstraits.D’après Gérard ils sont aussi :

Related: