background preloader

C & F Éditions : Libres Savoirs : Les biens communs de la connaissance - produire collectivement, partager et diffuser...

C & F Éditions : Libres Savoirs : Les biens communs de la connaissance - produire collectivement, partager et diffuser...
Libres Savoirs : Les biens communs de la connaissance - produire collectivement, partager et diffuser les connaissances au XXIe siècle Un regard mondial sur les biens communs de la connaissance. À la rencontre de ces réseaux qui n'envisagent pas de progrès sans partage des savoirs. La connaissance est un moteur de l'économie et de l'organisation sociale. Les biens communs de la connaissance constituent ainsi une utopie pragmatique qui propose des voies nouvelles pour aborder les défis du XXIe siècle. Pour Libres Savoirs, l'association Vecam a coordonné trente auteurs, venant de tous les continents, afin d'offrir un regard mondial sur les biens communs de la connaissance. Sommaire Les biens communs, une utopie pragmatique, par Valérie Peugeot. Autour du manifeste pour la récupération des biens communs, par Frédéric Sultan 1. Les communs de la recherche scientifique : Nourrir l'Humanité : les semences et les savoirs paysans 2 articles par : Guy Kastler, Adelita San Vicente Tello & Areli Carreon Related:  Biens communs

Fiche Libres savoirs, les biens communs de la connaissance Auteur(s) du livre: Ouvrage collectif coordonné par VecamÉditeur: C&F Éditions978-2-915825-06-0Publié en 2011Première rédaction de cet article le 5 novembre 2011 Qu'est-ce qu'il y a de commun entre la paysanne mexicaine qui réclame de pouvoir faire pousser des semences de maïs de son choix, le parisien qui télécharge de manière nonhadopienne un film qu'il ne peut pas acheter légalement, la chercheuse états-unienne qui veut publier ses découvertes sans enrichir un parasite qui vendra très cher le journal scientifique, le programmeur brésilien qui développe du logiciel libre, et l'industriel indien qui veut fabriquer des médicaments moins chers ? Tous veulent pouvoir utiliser librement le savoir issu des communs. Les communs, ce sont tous les biens, matériels ou intellectuels, qui n'ont pas été capturés par des intérêts privés et qui sont gérés ensemble. Cet ouvrage collectif fait le tour de la question pour les communs immatériels, ceux dont l'usage par l'un ne prive de rien les autres.

Eclairage pour le 21e siècle : Biens communs, de la nature à la connaissance Lundi 14 octobre 2013 à 19h, nous vous convions à la septième édition du cycle Eclairage pour le 21e siècle organisé en partenariat avec Chroniques de la Rentrée littéraire, InternetActu.net et la Bibliothèque publique d’information. Cette soirée qui se tiendra dans le cadre de Villes en Biens Communs reviendra sur le concept des Biens Communs. Dans un monde secoué par les crises écologiques et économiques, l’État et le marché sont souvent opposés, l’un tenant le rôle de victime et l’autre de coupable. Qu’il s’agisse de l’exploitation ou de la préservation de ressources naturelles (échanges de graines, gestion de l’eau) ou de l’élaboration de savoirs immatériels (code génétique, logiciel, morceau de musique, défense du domaine public…), les biens communs recouvrent un large spectre. Cette rencontre aura lieu le lundi 14 octobre dès 19h dans la petite salle (niveau -1) du Centre Pompidou à Paris. Elle sera animée par Hubert Guillaud, rédacteur en chef d’InternetActu.net.

Identifier les enclosures informationnelles pour favoriser les apprentissages en réseau J'ai écrit ce blog entre 2005 et 2018, de nombreux billets peuvent vous intéresser. Désormais je m'occupe de Design des politiques publiques. Retrouvez-moi sur mon nouveau blog ! Symbioses Citoyennes Une enclosure ou une clôture c’est l’action de clore quelque chose, c’est poser une frontière. Dans le domaine de l’information, clore revient à poser une frontière artificielle alors que l’ADN du numérique est de permettre le stockage et la dissémination à très bas coûts des biens informationnels qui sont par nature non rivaux, c’est-à-dire accessibles simultanément par plusieurs personnes. Or l’information peut-être un bien commun de la connaissance. Autrement dit, ce qui est important c’est le caractère appropriable et réutilisable de l’information au sein d’une communauté. Or dans l’univers numérique, la question centrale aujourd’hui est bien : que vendre quand le coût de reproduction et de diffusion via un réseau ouvert en accès libre est quasi nul ? Enclosures à visées commerciales

Le manifeste de SavoirsCom1 L’approche par les communs s’inscrit dans la continuité de l’appel pour la constitution d’un réseau francophone autour des Biens Communs : Par Biens Communs, nous entendons plusieurs choses : il s’agit d’abord de ressources que nous voulons partager et promouvoir, que celles-ci soient naturelles – une forêt, une rivière, la biosphère -, matérielles – une machine-outil, une imprimante – ou immatérielles – une connaissance, un logiciel, l’ADN d’une plante ou d’un animal –. Il s’agit aussi des formes de gouvernance associées à ces ressources, qui vont permettre leur partage, le cas échéant leur circulation, leur valorisation sans destruction, leur protection contre ceux qui pourraient atteindre à leur intégrité. Les Biens Communs sont donc à la fois une approche alternative de la gestion de biens et de services, qui bouscule le modèle économique dominant basé sur la propriété, et un imaginaire politique renouvelé. Les communs de la connaissance représentent un nouveau paradigme. 1. 2. 3.

Le Prosommateur et la culture du Travail Le Prosommateur et la culture du travail « L’essence des clubs de troc c’est la culture du travail (…) la finalité du troc ce n’est pas acheter et vendre mais produire » José Sandler (coordinateur du Globito Azul, Viedma- entretien TAOA du 23 Janvier 2011) « Dans un club de troc, il faut travailler » Beatriz Riveiro (coordinatrice du nodo Estrella, Buenos Aires – entretien TAOA du 05 Décembre 2010) « Le RGT est un réseau d’échanges de biens et services par et pour des gens qui croient que l’argent ne doit pas être la condition déterminant la vraie valeur d’une personne. Les ferias des clubs de troc ne sont pas un marché comme les autres où se rencontrent vendeurs et acheteurs. Comment cela se traduit-il dans la réalité ? L’exemple le plus parlant est sans doute la production de nourriture, d’autant que ces produits étaient bien sûr les plus recherchés. Sans prosommateur, que se passe-t-il ? 1. 2. Ne pas confondre travail et emploi Retrouver l’estime de soi La perte de l’idéologie

Villes en biens communs Il y a près de chez vous des initiatives qui inventent des manières créatives de gérer des ressources ou de répondre aux besoins de communautés. Ces initiatives auto-organisées, se construisent autour du partage et nourrissent nos biens communs. Zones urbaines transformées en jardins partagés, savoirs partagés versés dans l’encyclopédie « Wikipedia », cartographie « open street map » nourries par les utilisateurs, logiciels libres, savoirs traditionnels, science ouverte, publications en libre accès, pédibus scolaire, fours à pains partagés, système d’irrigation agricole partagé, semences libres, contenus éducatifs ouverts, réseaux d’échanges de savoirs, justice participative, données ouvertes collectées par les personnes... les initiatives fleurissent. Quelle que soit leur échelle – de l’immeuble à la planète –, elles apportent des réponses inédites et robustes, là où la puissance publique et le marché sont souvent absents ou inefficaces.

Institut culturel Google et les oeuvres du domaine public Hier avait lieu à Paris, l’inauguration de l’institut culturel de Google et notamment son projet numérique Google Art initié dès 2011 donnant accès aux chefs d’œuvres de plus de 300 musées du monde, dont le musée d’Orsay, le Quai Branly ou le Château de Versailles. A l’heure où les réflexions sur l’exposition des biens communs culturels sur Internet, le domaine public numérique et l’open data dans les secteurs des bibliothèques, musées et archives se sont intensifiées rue de Valois, Creative Commons France veille avec attention à ce que les engagements pris notamment dans le cadre de l’automne numérique (politique numérique du ministère) soient respectés afin de ne pas reproduire les nombreux errements du passés (ReLire, partenariats de numérisation de la BnF, etc.). L’inauguration du Google Art remet ainsi sur la table l’épineuse question de la réutilisation des données culturelles et de la reproduction d’œuvres des collections nationales entrées dans le domaine public.

Communs / Commons / Comuns / Comunes » Biens communs de la connaissance Amit Sengupta (AIPSN) et Valérie Peugeot (VECAM), deux des intervenants de la table ronde sur les biens communs de la connaissance lors du forum mondial sciences et démocratie, ont présenté les enjeux d’une approche alternative pour la production de la connaissance. Ils mettent notamment en évidence l’importance de la collaboration pour la production des connaissances et la nécessité de reconnaitre la diversité des modes de production des savoirs et leur complémentarités. Les biens communs/The Commons/El Procomun (I) 3’58″ from Alain Ambrosi on Vimeo. Tags: Biens communs de la connaissance / Commons Knowledge, Knowledge

Vulgarisation web2.0 : le web des prosommateurs « Mglcel’s Weblog “Information” et “Automatique” ont formés en 1967, après décision du Général De Gaulle, le mot ‘Informatique’ . Alvin Toffler, l’un des futurologues américains les plus célèbres de notre temps, inventa en 1980 le terme ‘Prosumer’, provenant de ‘producer’/’professional’ et de ‘consumer’, ce qui traduit en français à partir de ‘professionnel’/’producteur’ et ‘consommateur’ donne ‘prosommateur’. Wikipedia donne cette définition : « Le plus souvent utilisé dans le domaine du commerce pour signifier que le consommateur participe à la distribution (dans la vente par internet ou au supermarché). Malgré cela, son utilisation est de plus en plus répandue et peut signifier à la fois un consommateur professionnel et un consommateur producteur » Alvin Toffler et sa femme Heidi définissent ainsi le terme : Le web actuel permet donc à l’humanité de continuer de s’adonner à un de ses passe-temps préférés, à l’échelle du marché numérique mondial. Like this: J'aime chargement…

PiNG | Explorer les pratiques numériques Publié le 20 septembre, 2013 Il y a près de chez vous des initiatives qui inventent des manières créatives de gérer des ressources ou de répondre aux besoins de communautés. Quelle que soit leur échelle – de l’immeuble à la planète –, elles apportent des réponses inédites et robustes, là où la puissance publique et le marché sont souvent absents ou inefficaces. C’EST QUOI LES BIENS COMMUNS ? Les biens communs (ou « communs ») sont des ressources, gérées collectivement par une communauté selon une forme de gouvernance qu’elle définit elle-même. Mardi 8 octobre▸ Projection-débat « Le bien commun, l’assaut final » – au Katorza , de 20h à 22h – 6.20€ Projection organisée dans le cadre du Festival Sciences en Bobines (Festival national de cinéma scientifique organisé par la FSC). Mercredi 15 octobre ▸ Et si on remettait le partage au coeur de l’économie ? Mardi 22 octobre ▸ Conférence : « Bienvenue chez nous ! En savoir plus sur le festival :

Related: