background preloader

«Une zone de guerre» : des camionneurs de Calais ont peur pour leur vie face aux réfugiés en colère

«Une zone de guerre» : des camionneurs de Calais ont peur pour leur vie face aux réfugiés en colère
Frustrés par les mesures de sécurité qui n’ont fait qu’accroître la difficulté de passage vers le Royaume-Uni, les migrants à Calais se sont mis à attaquer les conducteurs de camions, comme l’a constaté la correspondante de RT. «Je n’avais jamais eu peur pour ma sécurité en 40 ans d’expérience», a raconté Tony Fox à l’équipe de RT, un camionneur que son itinéraire a fait passer par Calais. Malgré une présence massive des forces policières autour du camp à la frontière, les conducteurs doivent toujours traverser des tronçons avec des migrants qui s’alignent sur les côtés de la route et jettent des pavés sur les camions. «Je suis leur première cible, parce que j’ai des plaques anglaises, donc ils voient que je suis anglais», a expliqué Tony Fox. «Alors que j’entrais à Calais, il y avait des migrants partout sur la route… Ils ont jeté un morceau de granit à travers mon pare-brise», a raconté un autre conducteur, Paul Milton. Related:  Le capitaine de pédalo III (Et maintenant, sans les dents !)

La Corse vers la voie de l'indépendance ? Nouveau séisme au sein de la classe politique française. Fort de sa dernière victoire aux élections régionales, le nouveau président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni, n'a pas exclu un prochain vote sur l'autodétermination de l'île de beauté. Régionalistes, autonomistes, nationalistes ou encore indépendantistes, les adjectifs utilisés dans les différents médias pour désigner les membres de la formation menée le par militant de Corsica libera n'ont pas manqué. Il semblerait qu'au regard des dernières déclarations de Jean-Guy Talamoni, le terme indépendantiste corse ne soit pas galvaudé. Alors que l’exécutif préfère jouer la carte de l'apaisement, plusieurs ténors de la classe politique de gauche comme de droite ont dénoncé cet acte qui pour eux sonne comme une provocation.

Pourquoi la dette publique française explose alors que les dépenses de l’État n’augmentent pas ? On pensait l’austérité gravée dans le marbre. « Le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité », a décidé François Hollande dans son discours à Versailles le 16 novembre. Il y annonce les dépenses supplémentaires consacrées à la sécurité dans le budget 2016, quelques jours après les attentats : création de 5000 postes supplémentaires de policiers et de gendarmes, de 2500 postes dans les prisons et la justice et abandon des réductions d’effectifs prévues dans l’armée. 815 millions d’euros de dépenses supplémentaires sont prévues pour 2016 pour la sécurité intérieure et les opérations militaires extérieures. Le Sénat et l’Assemblée nationale sont en train de voter les amendements qui modifient le budget 2016 en fonctions des ces nouveaux choix politiques |1|. Il y a encore quelques mois, au moment de la présentation du budget 2016, le discours du gouvernement était tout autre. Priorité à la réduction tous azimuts des dépenses et du déficit ! Les dépenses de l’État ? Notes

Le gouvernement bloque en pleine nuit un outil anti-paradis fiscaux Mais qu’est-ce qui leur a pris ? Ce fut une nuit de folie à l’Assemblée nationale. A minuit, la France était dotée d’une arme anti-paradis fiscaux très attendue et qui recevait son deuxième vote parlementaire positif en 10 jours. A une heure trente du matin, le vote était annulé par une manœuvre indigne du gouvernement. Pour quel enjeu ? Il y a 10 jours, l’Assemblée nationale votait positivement en faveur d’un amendement demandant aux entreprises de rendre public, une fois par an, dans chaque pays où elles sont implantées, le montant de leur chiffre d’affaires, le nombre de leurs employés, les profits réalisés et les impôts payés. Pourquoi ces données sont-elles importantes ? Avec une comptabilité pays par pays, on peut voir si une entreprise réalise du chiffre d’affaires dans un pays mais cumule des profits dans un autre où elle n’a pratiquement pas d’employés, voire d’activité et toutes sortes de bizarreries comptables.

» [EXCLUSIF] Alain Marsaud : “L’État français « a facilité les actions d’al-Nosra », la majorité refuse toute enquête” Source : Maxime Chaix, 16-12-2015 Par Maxime Chaix Le 26 novembre dernier, le député et ancien juge antiterroriste Alain Marsaud (LR) répondait aux questions des internautes sur Twitter. À cette occasion, il m’avait indiqué qu’une enquête parlementaire susceptible d’exposer le soutien du Front al-Nosra par l’État français en Syrie avait été refusée par la majorité. « il n’est pas sérieusement contesté qu’à un moment ou un autre l’État français a facilité les actions d’al-Nosra qui, je vous le rappelle, est une filiale d’al-Qaïda [en Syrie]. Je me suis donc intéressé aux propositions d’enquêtes parlementaires sur ce sujet en consultant le site l’Assemblée Nationale. Hélas, en novembre dernier, la France a été à nouveau frappée par des jihadistes, et il s’avère que la majorité d’entre eux avaient combattu en Syrie. « [n]ous assistons à une recomposition de la ligne de conduite de la diplomatie française, qui comprend aujourd’hui qu’elle s’est fourvoyée dans sa politique syrienne.

France : petit rappel urgent concernant l'état d'urgence En réaction à l'horreur des attentats, l'état d'urgence a été décrété par le gouvernement, puis aggravé et prolongé pour une durée de trois mois. Nos organisations ont immédiatement exprimé leurs craintes vis-à-vis de ce régime d'exception ; ces craintes sont aujourd'hui confirmées par l'ampleur des atteintes aux libertés constatées depuis quelques semaines. Nous assistons à un véritable détournement de l'état d'urgence qui cible également des personnes sans aucun lien avec des risques d'attentat. Ces abus doivent cesser. La volonté de se rassembler et de manifester ensemble a prévalu après les attentats commis à Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de Vincennes, en janvier 2015. Elle prévaut encore. Le ministère de l'Intérieur justifie tout cela par son incapacité à sécuriser les parcours alors même qu'il autorise, dans le même temps, les rencontres sportives et des événements tels que les marchés de Noël, qui se tiennent sur la voie publique.

Entretien avec Christophe Oberlin, renvoyé devant le conseil de l'ordre sous la pression l'Association des Médecins Israélites de France Christophe Oberlin, chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, fait aujourd’hui l’objet d’une procédure enclenchée par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre des médecins. Accusé notamment d’avoir tenu des propos antisémites dans une vidéo de soutien à l’humoriste Dieudonné suite à la condamnation de ce dernier par le conseil d’état en décembre 2014, Christophe Oberlin a fait appel de la décision du conseil de l’ordre, qui requiert un blâme à son encontre. Nous avons souhaité lui donner la parole. Il y a trois ans, le CRIF, sous la plume d’Hélène Keller-Lind, avait également publié une tribune à son encontre. A la suite de cette question d’examen, Michaël Benzaki, délégué des étudiants au conseil de l’université, a néanmoins jugé bon d’informer le président de l’établissement Vincent Berger de l’intitulé du sujet proposé par le professeur Oberlin, en se plaignant de son contenu. Galil Agar.

Ce qui est bon pour Charlie Hebdo n'est pas bon pour Zemmour : Eric Zemmour condamné à 3000 euros d'amende pour provocation à la haine Ses déclarations avaient choqué. Le polémiste Eric Zemmour a été condamné ce jeudi à 3000 euros d'amende pour provocation à la haine envers les musulmans, pour des propos au journal italien Corriere Della Sera en octobre 2014. Il y déclarait notamment que les musulmans "ont leur code civil, c'est le Coran", qu'ils "vivent entre eux, dans les banlieues. Les Français ont été obligés de s'en aller". Le parquet avait requis 10 000 euros d'amende. Des propos qui stigmatisent toute la communauté musulmane "Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Paris, le polémiste avait soutenu qu'il parlait de "musulmans en banlieue qui s'organisent et qui", selon lui, "sont en voie de sécession". Pas la première condamnation Eric Zemmour a déjà été condamné en 2011 pour provocation à la haine, après avoir déclaré à la télévision que "la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait". air

ATTENTION connerie en vue! Immobilier: augmentation des frais d’acquisition… Selon le journal les Echos, le gouvernement, qui nous avait promis une pause fiscale pour toujours, réfléchirait à intégrer systématiquement les honoraires des agences immobilières dans l’assiette de calcul des droits de mutation… ce qui revient à augmenter les impôts!!! Explications: Alors que nos gentils mamamouchis n’ont pas encore signé tous les décrets d’application de la loi Alur qui est, en soi, un vaste bazar, nos psychopathes de la fiscalité sont déjà à l’oeuvre (sans doute dans le cadre du choc de simplification) pour travailler n’est-ce pas sur le projet de loi suivant (c’est pareil dans l’éducation nationale où tous les deux mois on réforme la réforme de la réforme dans le monde d’Ubu roi). « L’un des axes de réflexion concernerait les tarifs des agences immobilières. Alors évidemment lorsque l’on expliquera au petit peuple que les commissions d’agences (ha les escrocs) doivent être limitées, tout le monde applaudira des deux mains! L’idée est toujours la même. Charles SANNAT

Supprimer l’indemnité parlementaire IRFM pour financer la lutte contre le #terrorisme Le manque de moyens et de préparation de nos forces de police, de défense et de justice est imputable à l’ensemble de nos parlementaires toute tendances confondues, (droite, gauche etc) , car ils n’ont pas fait voter et adopter les mesures qui s’imposaient déjà hier sous d’autres législatures. Leurs successeurs, députés élus depuis 2012 ou sénateurs élus depuis 2014, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition n’ont pas mieux fait que leurs prédécesseurs. En conséquence il serait "honnête et citoyen" que nos députés et sénateurs participent à hauteur de leur "responsabilité" au financement de la lutte contre le terrorisme car ils ont faillis à leur tâche. Pour ce faire, la suppression de l’indemnité Représentative de Frais de Mandat appelée IRFM et qui s’élève à 7100,15 € brut par mois permettrait une économie financière de 6 567 500 $ par mois (6 millions et demi d’euros) Le calcul est le suivant : 348 sénateurs + 577 députés font un total de 925 parlementaires

Related: