background preloader

Négociations et accords: L'Accord de libre-écheange nord-américain

Négociations et accords: L'Accord de libre-écheange nord-américain
En vigueur depuis janvier 1994. L’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui est en vigueur depuis le 1er janvier 1994, a permis de créer la plus vaste zone de libre-échange au monde, de stimuler la croissance économique et de hausser le niveau de vie de la population des trois pays membres. En renforçant les règles et procédures régissant le commerce et l'investissement, l'ALENA s'est avéré une base solide pour bâtir la prospérité du Canada et un exemple valable, pour le reste du monde, des avantages que procure la libéralisation des échanges. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la page consacrée aux renseignements supplémentaires sur l’accord de libre-échange nord-américain. ALENA@20 ans ALENA@20 ans – Faits saillants Accords multilatéraux Liens Connexes Point de contact Date de modification:

Qu'est-ce que le néolibéralisme? Il serait bien inutile de s'efforcer de comprendre en quoi consiste le néolibéralisme, sans chercher d'abord à voir ce qui fait le propre du libéralisme comme tel. On ne se trompe guère, sans doute, en soulignant d'emblée que le libéralisme est une doctrine axée sur une sorte de culte de la liberté individuelle, mais on reste alors sur sa faim car une telle façon de le caractériser a souvent donné lieu à des interprétations fort variées et même contradictoires. Il s'impose donc de démêler un peu ces interprétations; la chose, toutefois, ne sera guère facilitée par le fait que le libéralisme intéresse, au même titre, des disciplines ou des secteurs aussi distincts que l'économie, la politique, le droit, voire l'éthique. Mais venons en à ce qui distingue ces deux acceptions. Pour les Européens, la lutte contre les traditions avait donc pris de tout autres formes. Quoi qu'il en soit, c'est uniquement de ce qu'il appelait le «vrai» libéralisme que Hayek s'est fait le promoteur.

Fonds Monétaire International -- Accueil EN DIRECTConférence de presse : Moniteur des finances publiques Vers une reprise plus pérenne qui profite à tous Allocution de Christine Lagarde, Directrice générale du FMI, lors de la séance plénière de l’Assemblée annuelle 2017. "Je relève trois priorités : bien gérer les fondamentaux économiques; s’attaquer de manière plus résolue aux inégalités excessives; répondre aux grandes préoccupations des jeunes pour leur donner des perspectives prometteuses, ainsi qu’aux générations futures." La stabilité financière s’améliore mais la montée des vulnérabilités pourrait menacer la croissance Pour éviter de provoquer des turbulences sur les marchés, les banques centrales vont devoir expliquer clairement les modalités du retrait progressif des politiques de sortie de crise La reprise de l’économie mondiale offre une occasion d’agir à l’échelle mondiale Perspectives de l'économie mondiale Octobre 2017 Rapport sur la stabilité financière dans le monde Octobre 2017 Moniteur des finances publiques

L’ALENA renégocié en toute discrétion Connexion Éric Desrosiers 18 février 2014 Économie / Actualités économiquesL’ALENA renégocié en toute discrétion Photo : Associated Press Judi Bottoni Traité commercial « du siècle dernier » qui a, depuis longtemps, donné tout ce qu’il avait à donner, l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) est en voie d’être profondément modifié sans qu’il y paraisse, estiment des experts. « On est en train de renégocier l’ALENA sans le dire », a observé la semaine dernière Richard Ouellet, professeur de droit international économique à l’Université Laval, lors d’un colloque international sur les vingt ans du fameux accord commercial conclu entre le Canada, les États-Unis et le Mexique organisé par l’Institut d’études internationales de Montréal de l’UQAM. Un bilan en demi-teintes Entré en vigueur en 1994, cinq ans après l’accord de libre-échange qu’avaient, dans un premier temps, conclu entre eux le Canada et les États-Unis, l’ALENA était présenté, alors, à plus d’un chapitre comme un modèle.

Accord de libre-échange nord-américain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] L'ALÉNA résulte de l'extension d'un accord précédent qui ne concernait que le Canada et les États-Unis : l'ALE (« Accord de libre-échange canado-américain »), dont il reprend un certain nombre de principes. Les négociations ont été lancées par le gouvernement des États-Unis sous la présidence de George Herbert Walker Bush, avec le premier ministre canadien, Brian Mulroney et son homologue mexicain, le président Carlos Salinas de Gortari. Bien qu'il soit en partie une réponse au Traité de Maastricht qui a été signé le , l'ALÉNA, qui avait commencé par l'établissement d'un Marché commun, n'a pas vocation à créer des institutions supranationales à pouvoir législatif, comme l'Union européenne, étant plus proche d'un traité international d'ordre économico-financier. Buts[modifier | modifier le code] Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain, en 1992. Objectifs de l’ALÉNA[1] :

Aux sources du néolibéralisme - La vie des idées Recensé : Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme, Latresne, Éditions Le Bord de l’Eau, 2008. L’ouvrage de Serge Audier se présente en deux parties. Bien moins connu que la première réunion de la Société du Mont-Pèlerin en 1946, le colloque Lippmann est pourtant régulièrement cité dans les histoires du libéralisme comme l’acte fondateur du néo-libéralisme moderne. L’essai de Serge Audier est intéressant à plus d’un titre, même s’il s’expose au reproche de courir plusieurs lièvres à la fois. Chemin faisant, le lecteur cherche et tâtonne, et se demande quel était exactement l’objet de cet essai. On s’attachera d’abord à discuter sa thèse principale (politique), à savoir le reproche fait aux intellectuels de gauche d’enfermer le débat sur le libéralisme dans une logique d’affrontement idéologique (thèse qui n’est énoncée qu’en toute fin de l’essai). Pour une tradition du « libéralisme social » ou « de gauche » Du colloque Lippmann au colloque Lippmann

Comment l'ONU fonctionne L’Organisation des Nations Unies a été fondée le 24 octobre 1945 par 51 pays déterminés à préserver la paix grâce à la coopération internationale et à la sécurité collective. Aujourd’hui, elle compte 193 Membres, soit la quasi-totalité des nations du monde. Un État qui devient Membre de l’ONU accepte les obligations imposées par la Charte des Nations Unies, traité international qui énonce les principes de base des relations entre pays. En vertu de la Charte, les buts de l’ONU sont au nombre de quatre : maintenir la paix et la sécurité internationales; développer des relations amicales entre les nations; coopérer à la recherche d’une solution aux problèmes internationaux en encourageant le respect des droits de l’homme; être un centre où s’harmonisent les efforts des nations. L’ONU n’est pas un gouvernement mondial et elle ne légifère pas. L’ONU compte six organes principaux.

Essais québécois - Situation de l'altermondialisme Depuis dix ans, l'altermondialisme s'est imposé dans le paysage politique international comme une nébuleuse contestataire. À Québec, en 2001, à l'occasion du Sommet des Amériques, des activistes qui s'en réclamaient ont réussi un solide coup médiatique en renversant une section du «mur de la honte», cette clôture destinée à assurer la sécurité des chefs d'État réunis dans la capitale. Souvent tapageurs, les militants altermondialistes ont donc profité de la tenue d'événements à caractère international un peu partout sur la planète pour clamer leur refus du désordre mondial actuel et leur conviction qu'«un autre monde est possible». Mais sait-on bien, pour autant, qui ils sont vraiment et quel est, au juste, leur programme? Dans un solide opuscule analytique simplement intitulé L'Altermondialisme, le politologue Francis Dupuis-Déri, figure connue de ce mouvement au Québec, répond avec clarté à ces questions. souci d'objectivité. Trois clivages fondamentaux louisco@sympatico.ca Boréal

Les millionnaires réunis à Davos reconnaissent que les riches nuisent à la démocratie Le Forum de Davos s’est achevé samedi 25 janvier. Les membres du club oligarchique le plus connu de la planète se sont accordés sur un point : les riches abiment la démocratie. Le "Forum économique mondial" s’est tenu comme chaque année à Davos. Les débats qui occupent ces journées reflètent l’évolution des esprits des dirigeants de ce monde. En entrée du débat auquel participait notamment Joseph Stiglitz, l’animatrice a donné le résultat du sondage fait auprès des participants. Réponse sans ambiguïté : à 64 %, oui. Les riches sont donc tout à fait conscients de l’évolution oligarchique du système. Pour voir la video du débat : World economic forum Source : Reporterre. Lire aussi : Vive la crise ! Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

Terminale STG Géographie - Histoire Géographie au lycée technologique BdC - Blog LeMonde.fr Portiques avec spreaders de manutention des conteneurs travaillant en double sur l'île de Yangshan , nouveau Terminal à conteneurs de Shanghai. Source: marine-marchande.net - Françoise Massard A tous ceux qui aiment les voyages virtuels, je conseille de parcourir le journal de bord de Françoise Massard partie le 16 décembre 2006 pour un périple de deux mois à bord d'un des plus gros porte-conteneurs en service actuellement. Un périple qui conduira notre voyageuse jusqu'à Shanghai en passant par Gibraltar, Suez et le détroit de Malacca ... En ligne sur le site marine-marchande.net , le journal de bord est accompagné de cartes et de photographies magnifiques, très bien légendées, qui permettent à la fois de rêver et de bien comprendre le fonctionnement et l'importance des porte-conteneurs dans le commerce maritime mondial. Ce périple de deux mois, sur la FAL (French Asia Line), me ramènera au Havre en février 2007 puisque j'ai opté pour la rotation complète.

podcast Les Enjeux internationaux Les Enjeux internationaux (@EnjeuxInter) est une courte émission quotidienne de géopolitique qui s'attache à resituer chaque enjeu dans sa perspective historique, à en évaluer la portée, à en imaginer l'avenir. Certains domaines sont traités en priorité : la géopolitique, les rapports de force régionaux, la diplomatie, les crises, la défense et les débats stratégiques, les grandes évolutions de l'économie mondiale, la démographie. Les régions et les nations délaissées par les media y occupent également une place non négligeable. Thierry Garcin est docteur d'État en science politique, habilité à diriger des recherches, et a publié de nombreux articles et ouvrages, dont Les Grandes Questions Internationales depuis la chute du mur de Berlin (Economica, 2è ed, 2009),et Géopolitique de l'Arctique (Economica, 2013). Avec la participation des documentalistes de la documentation d'Actualité et en partenariat avec :

Bienvenue aux Nations Unies Médecins sans frontières, association humanitaire internationale d'aide médicale Unicef France

Related: