background preloader

MakeSense

MakeSense
Related:  Conscience activeSocial Business / CSV / RSE

Les événements Solidaires du monde Pourquoi devenir entrepreneur social ? LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Nicolas Hazard, président du Comptoir de l'innovation, directeur du Groupe SOS Devenir entrepreneur social ne nécessite pas d'avoir l'étoffe d'un héros, ni d'avoir été touché par la grâce. Comme pour n'importe quel entrepreneur, c'est l'inaliénable envie de concrétiser un projet qui est à l'origine de la démarche. Joseph Schumpeter (1883-1950), qui n'était pas franchement un entrepreneur social, est à ce titre l'auteur d'un texte empreint d'une incroyable modernité sur les motivations de l'entrepreneur (Théorie de l'évolution économique, 1911). L'économiste autrichien, tenant de l'école libérale, a identifié les trois principaux motifs qui poussent un individu à entreprendre : la joie de créer une forme économique nouvelle ; la volonté du vainqueur ; le rêve et la volonté de fonder un royaume. Ce texte révèle une pertinence insoupçonnée pour l'entrepreneuriat social. Car les besoins des plus démunis sont colossaux et en constante évolution.

Wren and Greyhound | Support from income to outcomes Université de la Terre : pour bâtir une nouvelle société Edition 2013 La 5ème édition de l’Université de la Terre aura lieu le samedi 27 avril 2013 à l’Unesco, avec un programme d’une vingtaine de conférences et débats destinés aux jeunes, aux responsables d’entreprise et au grand public. 50 personnalités participeront à ces rencontres. 8.000 personnes se déplaceront pour ces débats. Une vingtaine de débats se tiendront dans les amphithéâtres de l’Unesco en avril 2013, sur le thème général : Le meilleur est à venir. L’écologie et les interrogations qui en découlent sont à la fois anciennes et récentes. Dossier de présentation de l’Université de la Terre 2013 : le meilleur est à venir ! Université de la Terre 2013 : le meilleur est à venir ! Télécharger le programme de l’Université de la Terre 2013 Edition 2011 Bâtir une nouvelle société - Edition 2011 Le bilan de la manifestation à l’UNESCO organisée par la Fondation Nature & Découvertes Les débats S’engager aujourd’hui pour transformer demain. Comment changer la ville pour rendre la vie meilleure ?

"For-profit" ou "non-profit": est-ce vraiment la question? Entreprise sociale ou association, quel modèle choisir? Longtemps, les associations et les ONG ont été critiquées sur trois points: l’"assistanat" qu’elles engendrent, la part des subventions qu’elles utilisent pour leurs besoins propres et le manque de pérennité financière des projets qu’elles mettent en œuvre. L’approche "social business" permet en apparence de résoudre ces trois critiques: l’organisation étant une entreprise, les frais de structure sont plus facilement "acceptés"; ensuite, les revenus tirés du paiement du service et des produits par les bénéficiaires contribuent à améliorer la pérennité financière du projet et des ses activités; enfin, le modèle encourage une plus grande responsabilisation du bénéficiaire qui se sent davantage concerné et investi au travers de son acte de paiement (qu’il couvre les frais ou qu’il soit symbolique). Pour autant, d’autres problématiques se posent.Tout d’abord, cette approche est limitée. On le voit, la question est complexe.

beTobe - Réseau de solidarités beTobe, réseau de solidarités beTobe propose la mise en relation entre des bénévoles et des organisations à but non lucratif afin de favoriser les collaborations en ligne. Les contributions des bénévoles sont produites via Internet afin de ne pas nécessiter la présence physique des bénévoles sur le terrain. Quelques exemples de contributions en ligne: création graphique (affiches, plaquettes…) et multimédia (musique, sons, vidéo…), conseil (juridique, financier, domaines d’expertises), développement web, outils pédagogiques et méthodologiques, traductions, revue de presse, référencement, bureautique, etc. Pour naviguer sur le site Pour accéder aux différentes rubriques, utilisez le menu accessible via l’icône Pour afficher le site en une autre langue, utilisez le menu accessible via l’icône Une aide est disponible ici ainsi qu’une FAQ, ici.

Et si soutenir Yunus avait été contre-productif? Plus de trois millions et demi de personnes ont signé une pétition de soutien à Muhammad Yunus et parmi lesquelles de nombreuses autorités ou leaders de toute obédience idéologique, culturelle, politique ou religieuse, des capitaines d’industrie, des responsables de fondation ou d’association, d’organisations internationales, des journalistes, des universitaires. Ce mouvement de masse en faveur d’une des figures les plus emblématiques du microcrédit, mouvement symbolisé aussi dans certaines villes par des chaînes humaines, peut rassurer quant à l’appui porté au secteur; ceci dans un contexte où toute forme de microcrédit n’est plus spontanément reconnue comme une bonne pratique et où certains décideurs, certains médias et certains chercheurs interrogent, non sans raison, son efficacité, en particulier à la suite de révoltes de clients au Nicaragua, au Pakistan ou en Andhra Pradesh. Cristallisation des tensions Un an pour prévoir sa succession Médiatisation du microcrédit

Conscience active | Le blog Klassentreffen - french business school Les idées et projets qui émergeront de cetévénement seront transmis par le GrameenCreative Lab à la Commission des NationsUnies. Ils pourront aussi être directementdéveloppés par les jeunes qui porteront leprojet. f érentset leurs di érentes organisations. Qu’est ce que le grameen creative lab ? Le GCL (www.grameencreativelab.com) est néd’une initiative du Professeur MuhammadYunus et de Hans Reitz. Il s’agit d’une jointventure entre le Centre Yunus au Bangladeshet Circ-responsabilité, un cabinet de conseilallemand en RSE. :-en encourageant l’entrepreneuriat social et,-à travers la mise en place de joint-venturesavec des multinationales comme ce fut le caspar exemple entre la Grameen et BASF en2009.Hans Reitz dirige l’organisation qui a étémandatée en février 2011 par les NationsUnies . : faire contribuer la génération Y à la réalisation des objectifs duMillénaire à travers le Social Business. Comment encourager vos étudiants às’inscrire dans cette dynamiqueinternationale ? fraisd’inscription . réseaux

Worldometers The Blog Paye tes fautes de frappe avec Donate a Word Lundi 23 mai Navigateurs - 23 mai 2011 :: 11:49 :: Par Eric On peut faire plein de choses avec un navigateur web, de plus en plus de choses. On peut même participer facilement à un programme d’éducation pour de l’UNICEF avec Google Chrome. On peut faire plein de choses avec un navigateur web, de plus en plus de choses. On peut même participer facilement à un programme d’éducation de l’UNICEF avec Google Chrome. C’est l’idée de Lisa Zeitlhuber, une publicitaire autrichienne et de Katharina Schmitt, qui pensent que l’on peut mettre à profit les millions de fautes de frappe saisies chaque jour dans les navigateurs web pour transformer celles-ci en autant de dons pour un programme d’éducation de l’UNICEF. Le fonctionnement est simple (c’est à ce prix que les donateurs sont motivés généralement) : si vous faites une coquille, le correcteur orthographique de Google Chrome fait apparaître une nouvelle option qui vous suggère de donner ce mot erroné à l’UNICEF. (source)

Le Social Business.fr « Des idées qui changent le monde e-nitiative populaire

Related: