background preloader

Selon un député turc, Daech se serait approvisionné en gaz sarin grace à la Turquie

Selon un député turc, Daech se serait approvisionné en gaz sarin grace à la Turquie
Selon les confessions d'un parlementaire turc à RT, la Turquie aurait permis à l'Etat islamique en Syrie de se procurer les matériaux nécessaires à la fabrication de gaz sarin. «Des données vont dans ce sens», confie à RT Eren Erdem, principale figure de l'opposition en Turquie et membre du parti Républicain du Peuple (CHP). «Des matériaux bio chimiques sont importés de Turquie et sont assemblés dans les camps de Daech, autrefois connus en tant qu'Al Qaida Irak». Eren Erdem ne mâche pas ses mots. Selon lui, il y aurait même matière à croire qu'Ankara tenterait de dissimuler les preuves d'un tel traffic, car elle aurait refusé d'enquêter sur les voies d'approvisionnement turques utilisées pour fournir aux terroristes les ingrédients nécessaires à la fabrication de gaz sarin. Le gaz sarin est un agent chimique de qualité militaire, devenu tristement célèbre après avoir été utilisé dans l'attaque de la Ghouta et de plusieurs autres quartiers proches de Damas en 2013. Related:  La 3° guerre mondiale

Syrie : les chrétiennes prennent les armes contre Daesh Après les Kurdes, un bataillon de 50 femmes syriennes et chrétiennes s'engage contre Daesh. Les femmes combattantes terrifient les islamistes, car ces derniers sont persuadés qu'ils ne peuvent pas aller au paradis s'ils sont tués par une femme. «Je n'ai pas peur de Daesh», explique fièrement à l'AFP Thabirta Samir, 24 ans. «Avant,je travaillais pour une association culturelle syrienne, mais ça me plait de travailler dans le milieu militaire», poursuit-elle. Comme 10% de la population syrienne, Thabirta est chrétienne. Certaines de ses coreligionaires ont même été encouragées par leur mari. Elles ne sont pas nombreuses, mais leur bataillon intitulé «Les Forces Féminines de Protection de la Terre entre les Deux Rivières» fait trembler les barbus. Pour eux, il n'y a pas pire que de mourir tué par une femme. En savoir plus : Ces femmes yézidies qui terrorisent à leur tour Daesh

Les différends entre Moscou et Ankara portés devant la Justice Alors que la Russie qualifie le déploiement de troupes turques au nord de l’Irak d’«invasion», une plainte pénale a été déposée contre Vladimir Poutine pour avoir «insulté et diffamé» le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan. «Nous estimons illégitimes les actions de la Turquie au nord de l’Irak, il s’agit d’une invasion du territoire d’un pays voisin», a fait savoir dimanche le vice-ministre des Affaires étrangères russe Gennady Gatilov dénonçant la présence militaire turque sur le sol irakien. «De cette ampleur-là, il est difficile de la justifier par des argumentations portant sur la formation de quelconque groupe local», a-t-il poursuivi. A la veille de cette déclaration, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a eu un entretien téléphonique avec son homologue irakien pour exprimer son soutien au pays. L'enquête criminelle contre Poutine en Turquie

Daesh en passe de mettre la main sur les puits de pétrole libyens, selon Jean-Yves Le Drian ( ... qui ne peut pas intervenir : plus de bombes !!) Bien implantée sur les côtes libyennes, l'organisation terroriste continue sa progression vers l’intérieur du pays, région riche en hydrocarbures. Pour autant, aucune intervention militaire n'est pour l'instant envisagée pour y mettre fin. Ce matin, dans une intervention effectuée à la radio RTL, Jean-Yves Le Drian a affirmé que Daesh continuait sa progression «vers l'intérieur» de la Libye en ayant pour but de faire main basse sur les puits de pétrole. «Ils sont à Syrte, ils étendent leur territoire sur 250 kilomètres linéaires de côte, mais ils commencent à pénétrer vers l'intérieur et à avoir (une) tentation d'accès à des puits de pétrole et des réserves de pétrole», a-t-il dit. Une information déjà relayée par une source diplomatique française qui avait précisé peu de temps avant, que la zone riche en hydrocarbures en question se situait près d'Ajdabiya située à 350 km de Syrte.

Une des principales sources des merdias occidentaux pour la Syrie : Reporter en chambre…Ici Londres L’Observatoire syrien des droits de l’homme n’est qu’un grossier outil de propagande de la presse occidentale. Par Steven MacMillan – Le 12 décembre 2015 – N.E.O. Depuis que la Russie a débuté ses opérations militaires en Syrie contre les forces terroristes travaillant pour le compte de l’Otan et des pays du Golfe, de douteux comptes rendus sont apparus dans les médias occidentaux prétendant que la Russie a ciblé et tué des civils. Pourtant la majorité de ces organes de presse qui sont apparemment le must du journalisme en Occident publient des articles qui ne sont basés que sur une ou deux sources assez discutables. Ni photographies, ni vidéos ou autres preuves ne sont fournies dans la majorité de ces articles. L’une de ces fumeuses organisations auxquelles se fient les médias occidentaux pour le conflit syrien est l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). De plus, Abdulrahman n’est lui même pas impartial car il est fermement opposé au gouvernement syrien. Zakharova a déclaré :

Des vedettes russes détournent un navire turc en mer Noire International URL courte Le service de presse de l'entreprise Tchermorneftegaz, propriétaire des installations de forage, a annoncé, lundi 14 décembre, qu'un navire de commerce non identifié battant pavillon turc avait tenté, en violation des règles de navigation internationales, de créer obstacle au déplacement du convoi, mais une vedette de la garde-côtière et un bateau lance-missile de la Flotte de la mer Noire l'ont contraint à changer de cap. "Le navire turc, en violation du règlement international de prévention des abordages en mer et des règles de navigation maritime, n'a pas laissé le passage au convoi et a entrepris une tentative pour lui créer un obstacle, lui faisant ainsi courir un risque de collision. Vu la situation internationale tendue, les installations de forage appartenant à Tchernomorneftegaz devaient être déplacées depuis le site gazier d'Odessa vers les eaux territoriales de la Russie.

WikiLeaks: Erdogan a épié le Su-24 russe pendant six semaines International URL courte Le président turc a donc lui-même ordonné d'abattre l'avion russe SU-24 dans le ciel syrien, prétendant que l'avion aurait violé l'espace aérien turc, déclare WikiLeaks, citant le fameux lanceur d'alertes turc connu sous le pseudonyme de Fuat Avni. Fuat Avni avait averti le 12 octobre, sur son compte twitter, que Recep Tayyip Erdogan s'apprêtait à abattre un avion russe. Ce projet du président du pays serait motivé par sa stratégie de mobiliser ses électeurs par la menace d'une guerre avec la Russie. Wikileaks fait remarquer que la Turquie aurait déjà abattu un drone, affirmant qu'il était russe. En conférence de presse, le 2 décembre, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova s'est référée au Tweet du lanceur d'alertes, faisant remarquer qu'il était "très intéressant" que le fameux dénonciateur turc ait prédit cet événement dramatique il y a presque deux mois. Dans le même temps, plusieurs scandales ont éclaboussé M.

La journée des "trois conditions" Ils semblent s'être donné le mot... Alors que la Russie pose trois conditions à Ankara pour rétablir le dialogue, la Turquie fait de même avec Israël. Moscou exige des Turcs qu'ils présentent leurs excuses, que les responsables - ceux qui ont appuyé sur le bouton ou ceux qui ont donné l'ordre de le faire ? Ce n'est pas précisé - soient identifiés et punis, enfin que la Turquie paye des compensations à la Russie. C'est à prendre ou à laisser et l'ambassadeur russe n'a fait pas fait la dentelle : "Si nos attentes ne sont pas comblées, les autres déclarations turques ne nous intéresseront pas". A moins de complètement perdre la face, Erdogan ne peut accepter (et c'est peut-être à dessein que Poutine présente de telles exigences). "Nous n'avons pas voulu nous retrouver dans une situation pareille mais une erreur s'est produite sur notre territoire souverain. Pauvre chéri... La réponse de Tel Aviv est pour le moins rude.

La France et la Grande-Bretagne s'apprêtent à nouveau à intervenir militairement en Libye Au prétexte de lutter contre l'Etat islamique en Libye ( alors que la France et la Grande-Bretagne le soutiennent au Yémen en combattant au côté de la coalition saoudo-étatsuno-israélienne et que la France prétend ne plus avoir de bombes pour bombarder l'EI en Syrie) les autorités franco-britanniques s'apprêtent à finir le sale boulot colonial commencé par Sarkozy et Cameron en Libye en 2011. Dans une interview sur France inter avec Léa Salamé, le Premier ministre français, Manuel Valls a déclaré être prêt à intervenir militairement en Libye pour lutter contre l'EI. Ainsi il a déclaré sur France inter : il faudra « Combattre Daech demain sans doute en Libye« . C'est à présent au tour des autorités britanniques de se dire prêtes à intervenir militairement en Libye en bombardant les régions conquises par l'EI. Une source gouvernementale a déclaré au Daily Telegraph vendredi que le Royaume-Uni « allait dans la direction » de lancer une action militaire en Libye.

Une vidéo de l'armée israélienne montre un commando israélien en train de sauver un djihadiste en Syrie (vidéo) Le Daily Mail décrit ainsi la scène de sauvetage : Dans l'obscurité, une voiture blindée israélienne avance sur une route défoncée qui mène à la Syrie. Comme elle approche d'une petite colline, le chauffeur décroche sa radio et raconte à son commandant que la frontière est en vue. Il stoppe le moteur. Dix commandos lourdement armés sautent et se mettent à couvert, en surveillant si il n'y a pas d'embuscade. Ensuite, cinq d'entre eux se déplacent jusqu'à la clôture grillagée qui marque la limite du territoire détenu par les Israéliens. De l'autre côté, en Syrie, se trouve un homme inconscient enveloppé comme une poupée dans une couette ensanglantée. L'homme - que le Daily Mail décrit comme un milicien islamiste de 20 ans - a reçu des tirs dans les intestins et le foie.

Provocation ? La Russie convoque l'attaché militaire turc après un incident en mer Egée "Le 13 décembre, l'équipage du navire russe Smetlivy, qui se trouvait à 22 km de l'île grecque de Lemnos dans le nord de la mer Egée a évité une collision avec un bateau de pêche turc", a annoncé le ministère de la Défense, indiquant également que des armes légères avaient été utilisées par l'équipage pour avertir le bateau. Le contre-torpilleur russe Smetlivy a dû tirer des coups de sommations afin d'éviter une collision avec un navire turc en mer Egée. A la suite de cet incident, le ministère russe de la Défense a convoqué à Moscou l'attaché militaire turc. Ministère de la Défense de la Fédération Russe Selon le ministère, un senneur turc s'approchait du navire russe au mouillage, sans réagir aux signaux visuels ni établir un contact avec ce dernier. A une distance de 600 mètres, l'équipage du Smetlivy a été contraint de recourir aux armes légères pour éviter une collision.

L'empire contre-attaque : L’Arabie saoudite forme une coalition islamique de 34 Etats pour lutter contre les «terroristes» Ryad a annoncé la formation d’une «alliance militaire islamique antiterroriste» rassemblant 34 Etats du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que de l'Afrique. Parmi les membres de cette coalition figurent la Jordanie, les Emirats arabes unis, le Pakistan, Bahreïn, le Bangladesh, le Bénin, la Turquie, le Tchad, le Togo, la Tunisie, Djibouti, le Sénégal, le Soudan, la Sierra Léone, la Somalie, le Gabon, la Guinée, la Palestine, la République fédérale islamique des Comores, le Qatar, la Côte d’Ivoire, le Koweït, le Liban, la Libye, les Maldives, le Mali, la Malaisie, l'Égypte, le Maroc, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, le Yémen et l’Arabie saoudite. «Les pays mentionnés ici sont convenus de la formation d'une alliance militaire conduite par l'Arabie saoudite pour combattre le terrorisme avec un centre commun d'opérations basé à Ryad afin de coordonner et soutenir les opérations militaires», lit-on dans le communiqué officiel cité par l’agence de presse gouvernementale saoudienne SPA.

Related: