background preloader

Robert Parry : la propagande étasunienne est aujourd’hui aussi délirante que celle d’EI

Robert Parry : la propagande étasunienne est aujourd’hui aussi délirante que celle d’EI
Les États-Unis se sont infligés une telle surdose de propagande et de désinformation que leur crédibilité est aujourd’hui à la hauteur des revendications délirantes d’État islamique Par Robert Parry – Le 8 décembre 2015 – Source Russia Insider Comme la vieille histoire du petit garçon qui criait au loup, le gouvernement des États-Unis découvre – exactement au moment où sa crédibilité est la plus nécessaire – qu’il n’en a aucune. Telle était la conclusion d’experts extérieurs qui ont examiné les campagnes en ligne du Département d’État visant à saper l’influence d’EI, selon un article de Greg Miller, du Washington Post, qui a écrit que l’analyse «jette un nouveau doute sur la capacité du gouvernement des États-Unis de nourrir une voix crédible contre la propagande du groupe terroriste». Mais le problème du gouvernement des États-Unis est beaucoup plus profond que son incapacité à contrer la propagande d’EI. Rage blanche L’impératif propagandiste Rejeter le blâme sur d’autres Related:  La 3° guerre mondialeLe SYSTEME US II (Surchauffe)

Couac saoudien : Le Pakistan «surpris» de faire partie de la coalition contre le terrorisme mise en place par Ryad Le ministre des Affaires étrangères pakistanais Aizaz Chaudhry s'est déclaré «surpris» de voir figurer le Pakistan dans la liste de la coalition de l'Arabie Saoudite contre le terrorisme. Il a indiqué n'avoir été informé de l'inclusion de son pays dans la liste qu'à la lecture de nouveaux rapports. Aizaz Chaudhry a ajouté que l'ambassadeur du Pakistan dans la capitale saoudienne, Ryad, a été contacté pour des clarifications, selon des informations du Middle East Eye. D'autres hauts responsables avaient déjà admis que le pays n'avait pas été consulté avant son inclusion dans la liste des membres de la coalition formée par l'Arabie Saoudite contre le terrorisme, présentée mardi en conférence de presse par le prince héritier Mohammed bin Salman. Le Pakistan est un ancien allié de l'Arabie Saoudite mais à refusé de participer à plusieurs récents conflits menés par le Royaume, notamment au Yémen. De nombreux débats avaient alors agité le parlement pakistanais.

L'inculture atteint des sommets aux USA : Une ville américaine refuse des panneaux solaires, de peur qu’ils aspirent toute l’énergie du soleil Une petite ville de Caroline du Nord a rejeté un projet de ferme solaire après qu’une partie des habitants ont fait part de leurs craintes, prétendant que ces panneaux pouvait «provoquer des cancers» et «causer des dommages à la flore» locale. Le conseil municipal de la petite ville de Woodland s’est rassemblé afin de consulter sa population quant au projet d’énergie propre proposé à la cité. Bobby Mann, un citoyen réticent, a alors prétendu que les fermes solaires, «en aspirant toute l’énergie du soleil» allaient «détruire la ville», et que «tous les jeunes allaient déménager», selon les informations rapportées par le journal local Roanoke-Chowan News-Herald. C’est ensuite que Jane Mann, une professeure de sciences à la retraite, a pris la parole pour partager ses inquiétudes concernant «le nombre élevé de cancer dans la zone [où se trouvent déjà des fermes solaires]», précisant que «personne ne pouvait lui dire que les panneaux solaires ne causent pas des cancers».

De l’utilité du terrorisme …considérée par rapport à l’usage qu’on en fait Par Gianfranco Sanguinetti – Le 8 décembre 2015 Il est bien triste, de notre temps, de voir l’avancée de la barbarie dans les mœurs sociales, ainsi que l’abêtissement moral des individus, lesquels ne s’épargnent aucune bassesse : dans ce nouvel univers éthique, la concurrence n’est plus attisée par l’excellence et l’émulation, mais bien par l’abaissement et le dénigrement systématique des autres, et on n’a plus de scrupules à atteindre sa cible par la calomnie et l’ingratitude. D’autant que cette attitude calomniatrice, cette cynique ingratitude qui frappe ceux envers qui on se sent obligés ne se limite plus seulement aux autres individus, mais elle s’étend aujourd’hui même aux choses, et finalement aussi jusqu’aux mots eux-mêmes qui désignent les choses. Or je ne veux pas prétendre que les mots soient forcément innocents : mais j’invoque pour eux aussi un juste procès avant de les condamner comme coupables. Gianfranco Sanguinetti

Les US entrent en déliquescence sous nos yeux : Les fils de l’intrigue néo-capitaliste se dissolvent, l’épilogue approche. Mais fait-on mieux ... Article original de James Howard Kunstler, publié le 30 Novembre 2015 sur le site kunstler.com Traduit par le blog Parfois, les sociétés deviennent tout simplement folles. Japon, 1931. Allemagne, 1933. Chine, 1966. Je doute que je sois le seul à me soucier du fait que l’Amérique d’aujourd’hui soit en train de perdre son esprit collectif. Il n’y a pas de narrative pour expliquer notre comportement envers la Russie qui ait un sens. Dernièrement, la Russie a rempli le vide de leadership compétent en Syrie, nettoyant les dégâts que l’Amérique a causés avec ses deux décennies de croisade, en laissant une succession de gouvernements brisés partout dans la région. Le tapage sur les campus, avant Thanksgiving, est plus un reflet de la lâcheté incroyable des directeurs de collèges que de la folie de jeunes esprits qui, n’étant pas entièrement formés, sont facilement sensibles à des fictions idéalistes. James Howard Kunstler

Au moins 25 morts lors d'une opération de l'armée turque au Kurdistan L'armée turque a investi, depuis plusieurs jours, des villes du sud du pays. Armés de tanks et autres véhicules blindés, les forces turques auraient déjà tué plus de 25 personnes. Des terroristes affirme Ankara, des civils dénonce le PKK. Les forces militaires turques ont investi violement la ville de Silopi, bastion kurde situé au sud de la Turquie, à proximité de la frontière irakienne. Selon un premier bilan, au moins 25 membres présumés du PKK auraient été tués par les forces turques. Lire aussi : Déjà lundi, sept manifestants kurdes tués dans des heurts avec la police De son côté, le parti pour la démocratie du peuple (HDP), a dénoncé une opération qui n’avait rien d’un mouvement anti-terroriste, mais «une opération de nettoyage ethnique et de génocide». En revanche, pour le co-président du HDP, le Premier ministre Davutoglu «commande un massacre.

Karl Rove, scénariste au service de la politique © Fox News Qu'on se le dise : "Sarah Palin est réelle." C'est ce qu'a affirmé le président du Parti républicain du New Hampshire. Selon Ira Chernus, professeur de l'université du Colorado, Karl Rove, conseiller politique de George W. Rove ne cesse d'inventer des histoires de bon et de méchant à l'usage des candidats républicains au Congrès. "Karl Rove, explique Ira Chernus, a fait le pari que les électeurs seront hypnotisés par des histoires du style John Wayne avec de "vrais hommes" combattant le diable à la frontière - en tout cas suffisamment d'Américains pour éviter la sentence de mort que les électeurs peuvent prononcer contre un parti qui nous a conduits au désastre en Irak (...). C'est pourquoi l'irruption de Sarah Palin dans la campagne démocrate, chaussée de bottes go-go et assise sur un canapé recouvert d'un grizzly tué par son père chasseur, n'a rien de surprenant. Un défi à la psychologie et au concept d'habitus.

Damas impose un visa d'entrée aux ressortissants turcs, un première depuis 2009 En réponse à la mesure prise par la Turquie, qu'Ankara dément, la Syrie a décidé d'obliger les ressortissants turcs voulant entrer dans le pays à demander un visa. Les relations se tendent encore un peu plus entre la Turquie et la Syrie. Le gouvernement du pays dirigé par Bachar al-Assad a annoncé, jeudi, avoir réactivé une mesure qui impose un visa aux ressortissants turcs. «Le gouvernement syrien, en vertu des principes de réciprocité et de souveraineté nationale, a décidé à son tour de refuser l'entrée en Syrie aux ressortissants turcs sans visas», a indiqué le ministère des Affaires étrangères syrien. Selon le ministère des Affaires étrangères, «le gouvernement turc est responsable des conséquences (que cette décision aura) sur les relations entre les peuples syrien et turc». Ancien allié de la Syrie, Ankara a rompu ses relations diplomatiques avec le président Bachar al-Assad avec le début du soulèvement populaire en mars 2011.

Pourquoi Donald Trump est-il possible. Analyse des USA mais transposable presque mot pour mot à l'UE. Par Karl Denninger – Le 13 décembre 2015 – Source market-ticker via ZeroHedge La peur à la fois au GOP [Parti Républicain], et chez les démocrates, est visible en surface quand on en vient à parler de Trump, et cela ne concerne pas les accusations qui lui sont portées. Non, c’est vraiment beaucoup plus simple que cela, et les deux partis Républicain et Démocrate, ainsi que les médias traditionnels, sont absolument terrifiés que vous, Américain moyen, commenciez à comprendre ce que sous-tend l’ensemble des institutions en Amérique. Non, ce n’est pas qu’ils sont diaboliques. C’est pire, car le mal est fréquemment reconnu et combattu depuis des décennies. Cette offensive du Têt a échoué dans son objectif militaire, car il y avait trop peu de troupes et elles étaient trop dispersées, et une fois que les États-Unis et le Sud-Vietnam ont compris ce qui se passait, ils ont littéralement massacré un grand nombre des assaillants. Mais nos médias ont annoncé que nous avions perdu. Karl Denninger

» Les liens secrets de la Grande-Bretagne avec les gouvernements, les entreprises cachées derrière les ventes de pétrole de l’ÉI, par Nafeez Ahmed Source : Insurge Intelligence, le 31/07/2015 Dans leur hâte d’accéder à la richesse que constituent le pétrole et le gaz du Kurdistan, les États-Unis et la Grande-Bretagne ferment les yeux sur la complicité avec la contrebande de pétrole de “l’État Islamique” Selon des sources politiques haut-placées de la région, des alliés clés dans la guerre dirigée par les États-Unis et la Grande-Bretagne contre l’État Islamique (ÉI) financent secrètement le mouvement terroriste. Des compagnies pétrolières américaines et britanniques sont lourdement investies dans le triangle géopolitique trouble qui soutient les ventes clandestines de pétrole de l’ÉI. Le Gouvernement Régional Kurde (GRK) en Irak et le renseignement militaire turc ont tous deux apporté leur concours à la contrebande de pétrole de l’ÉI et ont même, selon des officiels kurdes, irakiens et turcs, fourni des armes au groupe terroriste. Les Kurdes, les Turcs et les aveugles Complicité Au début de l’invasion, l’année dernière, il a dit :

IMPORTANT: Les USA lèveront l’interdiction d’exportation de pétrole américain Il semble que désormais, ils exploitent dans les grandes largeurs leurs propres ressources et souhaitent les valoriser en les exportant ce qui leur était interdit puisqu’ils avaient eux-mêmes mis en place un embargo sur leur propre production. Cela en dit très long sur la volonté américaine en particulier d’approvisionner l’Europe car a priori les Etats-Unis ne devraient pas vendre de pétrole à l’Arabie Saoudite et n’ont pas une envie farouche de commercer avec la Russie. Il ne reste donc que l’Europe. La stratégie de l’Oncle Sam est de rendre l’Europe dépendante de son pétrole ce qui ne va pas arranger nos petites affaires ou notre « soumission » aux intérêts de Washington. C’est pour l’Europe un piège redoutable qui risque de se refermer sur nous à un moment où pour la France, notre industrie nucléaire arrive à bout de souffle. Les dirigeants du Congrès ont rendu public le projet de budget fédéral américain pour 2016, rappelle l’agence Bloomberg.

Accusé de haute trahison, Eren Erdem est persécuté par des nationalistes turcs L’élu turc qui a accordé une interview à RT dans laquelle il a mentionné que des composants d’armes chimiques étaient livrés à Daesh depuis la Turquie est depuis menacé par le groupe radical «Foyers ottomans» pour ses déclarations. Eren Erdem, député du parlement turc, a été accusé de trahison après avoir impliqué le pays dans une contrebande d’armes chimiques à destination de Daesh en Syrie. Il a attiré l’attention des enquêteurs après avoir tenus ces propos sur les ondes de RT. Son interview a été diffusée le 14 décembre et le lendemain, le parlementaire a reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux. Une journaliste basée en Turquie, Merav Savir, a confié à RT qu’elle avait appelé Eren Erdem. Selon des médias locaux, l’affaire d’Erden Erdem pourrait être renvoyée devant le ministère de la Justice dès aujourd’hui. Eren Erdem estime qu’il est poursuivi parce qu’il a osé raconter cette histoire à des médias internationaux. Le groupe nationaliste soutenu par Erdogan

La vente libre des armes de guerre plébiscitée aux US Pour la première fois, une majorité des lecteurs du New York Times s’oppose à l’interdiction des armes de guerre Par Joshua Krause – Le 12 décembre 2015 – Source The Daily Sheeple Peu de temps après la fusillade de San Bernardino, le New York Times a fait un gros coup en postant un éditorial en première page pour la première fois en près de cent ans. L’article est une condamnation cinglante des lois sur les armes de notre pays [les US], ainsi que sur la culture des armes à feu en Amérique. Depuis vingt ans, le New York Times a périodiquement interrogé ses lecteurs, en leur demandant s’ils seraient favorables à une interdiction des armes de guerre. … Les citoyens en faveur du contrôle des armes doivent être profondément préoccupés. Joshua Krause Traduit par Hervé, édité par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

Des comptes Twitter de l’EI seraient associés à des adresses IP du gouvernement britannique Donald Trump utilise le vocabulaire d'un enfant de 10 ans Par: rédaction 19/12/15 - 13h37 Source: AFP Donald Trump © afp. Donald Trump, en tête de la course à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2016, se démarque non seulement par ses propos outranciers mais aussi par un vocabulaire particulièrement pauvre, qu'un enfant de 10 ans pourrait comprendre. Si l'on applique le test Flesch-Kincaid aux discours d'introduction et de conclusion tenus par les neuf candidats lors du débat républicain qui s'est déroulé mardi soir à Las Vegas (ouest), il en ressort que c'est Donald Trump qui a le langage le plus pauvre. © afp. "Il y a des dossiers qu'il ne maîtrise pas du tout, mais le public ne s'en émeut pas" La part de mots de plus de trois syllabes dans les discours des autres candidats était de 14% en moyenne, le double de Donald Trump (l'anglais est une langue où les mots sont plus courts que le français).

Related: