background preloader

Site d'entraide communautaire pour les expatriés français/francophones dans le monde entier

Site d'entraide communautaire pour les expatriés français/francophones dans le monde entier
Related:  sites pour expatriés

Les bons plans et les pièges de l'expatriation Dans l'univers du conseil financier aux expatriés, on fait grise mine. Le projet de loi de finances rectificative pour 2011 réserve en effet quelques mesures au goût amer pour les candidats au départ, mais aussi pour tous ceux qui sont déjà partis. Bien que les mesures annoncées soient encore floues et objet d'interprétations chez les spécialistes, on en connaît déjà les contours, avec l'« exit tax » (taxe de sortie) et la taxe sur les résidences secondaires. L'« exit tax », destinée à imposer les dirigeants d'entreprise qui s'expatrient avant de vendre leurs actions, pourrait frapper tous ceux qui détiennent des participations d'au moins 1 % dans le capital d'une entreprise et de 1,3 million d'euros, sans toucher les détenteurs de fonds. « C'est une mesure qui cible les exilés fiscaux, mais il n'est pas toujours évident de savoir si les gens partent pour des raisons fiscales ou pour d'autres motivations, regrette ainsi Olivier Grenon-Andrieu, président de la société Equance.

Expat blog, the expatriate community Expatriation du conjoint : attention danger Tout plaquer pour suivre son conjoint à l’étranger. Découvrir une autre culture, consolider son couple par une aventure commune, prendre du temps pour soi : l’ailleurs fait rêver. Gare aux désillusions. La femme suivrait plus volontiers son mari à l’étranger que l’inverse. 67 % quittent un travail Car, il n’est pas forcément aisé de mettre sa carrière sur la touche. 41 % n’obtiennent pas de visa travail Elles sont peu nombreuses à pouvoir profiter de l’expérience pour enrichir leur CV. 79 % d’entre elles ne travaillent pas, et pas souvent par choix. 41 % en sont empêchées administrativement, elles n’ont pas obtenu un visa de travail. « Les conjoints subissent souvent la politique économique des pays d’accueil, explique Tatiana Merienne, responsable du groupe du service mobilité internationale de Morpho, du groupe Safran. Sans compter, qu’une mission dure en moyenne 4 ans. 58 % des femmes n’ont pas été préparées Des frustrations économiques mais aussi psychiques. Grosse erreur.

Related: