background preloader

Ma vie à poil sur le net

Ma vie à poil sur le net
Voici un excellent documentaire de Canal Plus, intitulé Ma vie à poil sur le net, qui explique comment les réseaux sociaux peuvent être un danger, réalisé par Yves Eudes. Alors tous immatriculés, fichés, traqués ? Jusqu’où peut-on garder le contrôle ? Peut-on tout effacer ? Un très très bon doc avec le point de vue de tous les personnes, des personnes subissant un préjudice au Président de la CNIL jusqu’aux entreprises américaines…. La version intégrale : Version découpée 1/4

http://www.tuxboard.com/ma-vie-a-poil-sur-le-net/

Related:  .. sur la technologie

Une puce électronique dans un tatouage Voici une découverte qui pourrait bien révolutionner le monde médical : une équipe de scientifiques vient de mettre au point une puce électronique pouvant être greffée sur un patient comme un tatouage temporaire. L’intérêt ? Réaliser des mesures d’activité cardiaque, cérébrale ou musculaire sans avoir à passer par les électrocardiogrammes et autres appareils traditionnels, encombrants et nécessitant une hospitalisation. Cette nouvelle puce peut en effet effectuer les mesures grâce à son circuit intégré, et les envoyer au médecin à l’aide d’une transmission sans fil.

DÉFENDRE SA VIE PRIVÉE, C’EST RINGUE, FAUT ÊTRE COOL La reprise de l’article de Yves Eudes sur le service AKA-AKI nous a valu un paquet de commentaires et courriers. Une bonne partie d’entre eux disent en substance : "Ne soyez pas paranos, ce service est cool, on s’en fout d’être pistés, ça craint rien…". Profitant d’une rare occasion où la majorité des membres du réseau L&I était rassemblée autour d’un excellent cassoulet, nous avons pondu la réponse suivante : Dernier commentaire en date, déposé ce matin par "BigBrother" : Réponse : Oui, on peut aborder la question comme ça, en se disant "Ne soyons pas paranos", ou bien (comme le disaient nos mamans) "Si on a rien à se reprocher…". Le seul problème – et c’est là la clé de tout le débat sur la protection de la vie privée – c’est que on a toujours quelque chose à se reprocher et que ce quelque chose peut être utilisé contre vous, quand vous vous y attendez le moins, de manière parfois disproportionnée et sans que vous ayez la moindre occasion de vous justifier.

Avec la CNIL, apprenez à sécuriser votre smartphone! Notre smartphone contient de plus en plus d'informations sur nous. Pourtant, contrairement à un ordinateur, nous sécurisons peu, voire pas du tout, son accès. Une récente étude de la CNIL et Médiamétrie révèle que 40% des possesseurs de smartphone stockent des données à caractère secret (coordonnées bancaires 7%, codes secrets 17%, codes d'accès aux immeubles 17%, informations médicales 3%…) dans leur téléphone. Et 30% d'entre eux déclarent n'avoir aucun code de protection actif sur leur téléphone. Est-ce que la technologie sauvera le monde Par Hubert Guillaud le 28/10/10 | 5 commentaires | 8,804 lectures | Impression L’université de la singularité est une étrange école, explique Nicola Jones pour Nature. Elle ne décerne pas de diplôme.

AKA-AKI : LE CAUCHEMAR ABSOLU !!! Aaaarghh ! Et dire qu’on s’excite à cause de EDVIGE, du STIC ou de la Base-Elèves….Ca va encore plus vitte que prévu ! Je sens que la puce géolocalisatrice implantée sous la peau avec profil détaillé de l’individu et historique des 20 dernières années de connexions, réseaux sociaux, fréquentations et achats réalisés dans les magasins… n’est pas loin !!! Même plus besoin de miradors, un gros ordinateur et un réseau Bluetooth suffisent… Et ce truc est un rève pour les obsédés…Je vous garantis que peu de temps après, des journalistes comme Christophe Cornevin écriront : "Les membres du groupe terroriste ont été repérés par leur comportement suspect. Ils n’avaient pas de puce implantée sous la peu et n’étaient pas inscrits à Aka-Aki…. probablement parce qu’ils avaient des choses inavouables à cacher."

Étude du petit monde Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le « phénomène du petit monde » (appelé aussi effet du petit monde également connu sous le vocable « paradoxe de Milgram » car ses résultats semblent contraires à l'intuition) est l'hypothèse que chacun puisse être relié à n'importe quel autre individu par une courte chaîne de relations sociales. Ce concept reprend, après l'expérience du petit monde, conduite en 1967 par le psycho-sociologue Stanley Milgram, le concept de « six degrés de séparation ». Celui-ci suggère que deux personnes, choisies au hasard parmi les citoyens américains, sont reliées en moyenne par une chaîne de six relations.

Quand les auteurs de SF passent à la pratique Par Rémi Sussan le 13/09/12 | 16 commentaires | 5,405 lectures | Impression De tous les auteurs de SF contemporains Neal Stephenson (Wikipedia, @nealstephenson) est peut-être le plus apprécié des geeks. S’il n’a pas, comme William Gibson, inventé le concept de cyberspace, il a popularisé celui de metavers, un univers virtuel où les visiteurs, dotés d’un avatar, peuvent vivre les aventures les plus folles. En fait, tandis que le “cyberespace” de Gibson reste un peu abstrait, Stephenson décrit avec son metavers les mondes virtuels tels que nous les connaissons aujourd’hui. Il est également l’auteur d’une épopée sur l’histoire de la cryptographie (Cryptonomicon) et d’une étrange “Trilogie baroque“, roman délirant mettant en scène (entre autres) Newton et Leibniz, et où les clins d’oeil à la culture techno contemporaine sont légion (il y mentionne par exemple la création d’un “Institut des arts mécaniques du Massachusetts “). Dépasser le pessimisme ambiant

Twitter, Laurent Joffrin et le capital social/culturel analyse Published on juillet 23rd, 2011 | by Anthony Il y a peu, twitter a vu débarquer en son sein un nouveau venu, un de plus, issu du sérail politico-médiatique ! Un service d'impression 3D qui transforme les dessins d'enfants en objets matériels Un éditeur catalan vient de lancer un nouveau service qui devrait plaire aux familles : le rendu et l’impression 3D de dessins d’enfants. Avec l’internet des objets et l’économie du partage, le marché potentiel autour de l’impression 3D est certainement la Next Big Thing des années à venir dans l’économie numérique. Une économie plus seulement numérique puisqu’il s’agit ici de « rematérialiser » des objets à partir de données immatérielles, autrement dit de transformer des pixels en atomes[1].

Documentaire : "Ma vie à poil sur le net" ou le piège de la toile Eric Schmidt, le pdg de Google, l’annonçait il y a quelques semaines : les gens devront bientôt changer de nom s’ils veulent, une fois adultes, échapper aux traces peu glorieuses qu’ils auront laissées sur les réseaux sociaux à l’adolescence. Ce n’était qu’une boutade, mais cela mérite pourtant réflexion. Photos de beuverie sur Flickr, blog sarcastique sur ses profs, statuts irrévérencieux sur Facebook… Sur le net, ces amusements bon enfant sont indélébiles et peuvent suivre leur auteur toute sa vie. Dans son documentaire Ma vie à poil sur le net, le grand reporter du Monde Yves Eudes enquête sur le sujet et démarre avec des images qui font directement écho aux propos d’Eric Schmidt. Face à un public de jeunes, Barack Obama donne son premier conseil pour devenir président des Etats-Unis : “Faites très attention à ce que vous publiez sur Facebook.

Internet, c’est un truc de hippies Conçu en pleine période Flower Power par des barbus libertaires, Internet n'a jamais perdu – malgré les tentatives de récupération politiques et commerciales – son esprit profondément lié au partage. Cette prise de conscience doit perdurer et produire un acte de résistance face à la tentative forcenée de nivellement du monde par les inconscients qui nous gouvernent. Je suis souvent présenté comme un dinosaure d’Internet, mais c’est faux : même si je suis trop vieux pour faire partie de la génération “digital-native”, j’étais trop jeune quand Internet est né, trop jeune pour pouvoir vivre une époque à laquelle toutes les utopies étaient encore imaginables. Ça n’a jamais empêché personne de me considérer comme un utopiste libertaire (par exemple, dans ce billet qui aligne un nombre d’idées fausses assez stupéfiant), vous êtes prévenus.

10 propriétés de la force des coopérations faible Dominique Cardon, Maxime Crepel, Bertil Hatt, Nicolas Pissard, Christophe Prieur du laboratoire Sense d’Orange Labs ont synthétisé les 10 principes de fonctionnement des plateformes relationnelles. Ces caractéristiques génériques, que l’on retrouve dans la plupart des plateformes à succès du web 2.0, ne mettent pas en valeur un esprit communautaire, comme on le croit souvent, mais exploitent “la force des coopérations faibles”, c’est-à-dire favorisent une dynamique de bien commun à partir de logiques d’intérêt personnel. Un schéma pour comprendre les modes de coopérations et le web d’aujourd’hui.

Related: