background preloader

Rawlemon, une sphère solaire plus forte que les panneaux photovoltaïques

Rawlemon, une sphère solaire plus forte que les panneaux photovoltaïques
Cette énorme sphère n’est pas un effet architectural mais un capteur solaire. Le principe du Rawlemon repose sur une boule remplie d’eau qui va concentrer la lumière du Soleil en un point focal pour diriger le rayon vers des cellules photovoltaïques. Une technique susceptible de convertir environ 70 % d’énergie de plus qu’un panneau solaire classique. © Rawlemon Rawlemon, une sphère solaire plus forte que les panneaux photovoltaïques - 2 Photos La grande majorité des panneaux photovoltaïques actuels, qui sont à base de silicium, ont un rendement moyen de 15 %. Utilisant les propriétés optiques d’une sphère transparente emplie d’eau, André Broessel, un architecte allemand, a créé un capteur solaire unique en son genre qui allie esthétisme et efficacité. À puissance équivalente, ce type de cellule a permis de diviser par dix la surface totale du capteur, selon les concepteurs. Le Rawlemon est décliné en plusieurs tailles, avec un diamètre de 10 cm à 1,80 m, selon l'usage envisagé.

L’hydrolien fluvial, un nouveau gisement d’électricité Le courant d’un fleuve est-il une bonne énergie ? Jean-François Simon : Il y a beaucoup d’avantages. C’est une énergie renouvelable, mais hautement prédictible. Il y a toujours du courant. C’est la plus régulière de toutes. Or, la puissance varie avec le cube de la vitesse. A lire : Le Canada veut exploiter la puissance de la mer Pourquoi l’hydrolien fluvial n’a-t-il pas été inventé plus tôt ? Ce n’est pas si facile ! Nos hydroliennes utilisent deux axes rotatifs verticaux, ce qui est une solution nouvelle car jusqu’ici les modèles existants sont à axe horizontal, comme des éoliennes. Tout cela fonctionne correctement aujourd’hui. Quel est l’impact de telles installations ? Avec ces petites unités, l’impact environnemental est très limité. Quelle est l’ampleur de ce « gisement » ? En France, il y a plusieurs sites possibles et nous avons des projets. Sur le même sujet Nemo s’apprête à exploiter l’énergie thermique des mersVoss : stocker l’énergie solaire, c’est facile !

Open Source Écologie | L’Outil Libre pour la transition écologique La part du renouvelable va augmenter rapidement prédit l'Agence internationale de l’énergie - L'Usine de l'Energie L’Agence internationale de l’énergie estime dans un rapport publié ce vendredi 2 octobre que les énergies renouvelables (EnR) fourniront 26% de l’électricité mondiale en 2020. 700 GW de capacités d’EnR – l’équivalent de 450 réacteurs EPR- seront installés en cinq ans. La progression s’accélère. De quoi parler de bascule. Le rapport publié ce vendredi 2 octobre par l’Agence international de l’énergie (AIE) prédit que les énergies renouvelables fourniront 26 % de l’électricité mondiale en 2020. Ce sont quelque 700 gigawatts de capacité – l’équivalent de 450 réacteurs EPR – qui seront installés en cinq ans, calcule l’AIE. Cette accélération des renouvelables a peu à voir avec le bond de la fin des années 2000 où le marché, notamment dans le solaire, était limité à une poignée pays européens affichant de généreuses subventions. Coûts en baisse et expansion dans les économies émergents Et encore les renouvelables sont-elles bridées, note l’AIE. Manuel Moragues

Un nuevo parque solar 'alumbrará' Baja California - Energia - Manufactura CIUDAD DE MÉXICO — Gauss Energía inaugurará este día su parque Aura Solar 1 en La Paz, Baja California. La inversión total del proyecto es de 100 millones de dólares (mdd), y su vida útil será de tres décadas. De acuerdo con información de la empresa, esta instalación fotovoltaica tendrá una capacidad de 30 MW. De acuerdo con un estudio elaborado por ProMéxico, el país cuenta con una capacidad instalada de 36.8 MW en proyectos solares fotovoltaicos, principalmente en aplicaciones de electrificación rural e industrial. Además, México es el país de América Latina con mayor potencial solar fotovoltaico, al contar con altos índices de irradiación solar media a lo largo de toda su geografía (6 kWh /m2 y día en promedio), según el Plan integral para el desarrollo de las energías renovables en México 2013-2018, elaborado por PwC.

Du chardon dans nos sacs plastiques ! En Sardaigne, plusieurs centaines d'hectares de chardons sont mis au service de la chimie verte. La bioraffinerie Matrica-Novamont a en effet mis au point un procédé qui lui permet de s'affranchir encore plus des compléments fossiles dans la fabrication des bioplastiques. Explication en images. C'est sur les côtes de la Sardaigne, à Porto Torres que Novamont a ouvert en 2011 la bioraffinerie Matrica où l'on fabrique un bioplastique de nouvelle génération grâce à la culture du chardon. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, cette plante n'a rien d'une mauvaise herbe. En partenariat avec des agriculteurs, 500 hectares de chardons sont cultivés au service de la chimie verte mais aussi pour l'alimentation énergétique de l'usine grâce aux tiges de ces plantes. Les bioplastiques comme alternative aux emballages classiques ?

Photovoltaïque - Les outils de l'autonomie Le dimensionnement est une étape primordiale d'une installation autonome qui permet de déterminer le nombre de panneaux (ou le type d'éolienne) à installer ainsi que la capacité des batteries à mettre en oeuvre, cela en fonction de la consommation et de l'autonomie désirées, du lieu d'implantation et de la période d'utilisation. A l'inverse, le calcul du dimensionnement permet de connaitre la consommation quotidienne autorisée en fonction d'un nombre de panneaux(ou d'un type d'éolienne) préetabli. Le 1er cas répond à la question: Je désire consommer tant par jour, combien de panneaux (ou quelle éolienne) et combien de batteries me faut-il? Le 2e cas répond à la question: J'ai tant de panneaux (ou telle éolienne) combien puis-je consommer par jour? Sur les installations où le dimensionnement n'a pas été effectué correctement (voire pas du tout), les batteries sont souvent trop sollicitées et s'usent prématurément. Générateur solaire mobile - Déplacements dans d'autres lieux Dimensionnement ou

Un carburant « vert » testé dans l'espace par la Nasa Le satellite GPIM est la première tentative des États-Unis pour tester la technologie de propulsion verte pour l'avenir de l'exploration spatiale. © Nasa Un carburant « vert » testé dans l'espace par la Nasa - 2 Photos L’hydrazine est couramment utilisée dans l’industrie spatiale pour les moteurs à faible poussée permettant les corrections de trajectoire et le positionnement sur orbite des satellites et des sondes spatiales. Elle sert également pour les véhicules habités ou de retour d’orbite, et ce fut le cas aussi pour la navette spatiale. Mais, si ses performances sont remarquables, l'hydrazine a deux gros défauts : une très instabilité et une forte toxicité pour l’Homme et l’environnement. Seulement quelques minutes après son retour sur Terre, les équipes de l'U.S. Pour s’affranchir de ces contraintes, le laboratoire de recherche de l'US Air Force situé sur la base aérienne d'Edwards, en Californie, a mis au point l’AF-M315E. Sur le même sujet

Produire des nanofibres à partir du gaz carbonique de l'atmosphère Un exemple de nanofibres de carbone obtenues par les chimistes grâce au processus STEP (Solar Thermal Electrochemical Process). © Stuart Licht Produire des nanofibres à partir du gaz carbonique de l'atmosphère - 1 Photo Pour limiter le réchauffement climatique à une température de 2 °C, il faudrait laisser dans le sol une bonne partie des énergies fossiles qui s'y trouvent encore mais aussi changer de façon conséquente l’économie mondiale pour mieux réduire les émissions de carbone. La tâche semble presque impossible… C’est pourquoi certains se tournent vers une autre solution et envisagent divers moyens rapide d'extraire le gaz carbonique injecté dans l’atmosphère pendant l'ère industrielle. Dans l’idéal, en supposant qu'une telle technologie devienne accessible, encore faudrait-il que sa mise en œuvre puisse contribuer au développement économique. Des électrodes qui brisent les molécules de CO2 La technique doit encore être développée mais semble prometteuse. Sur le même sujet

Quand le flower power se décline en version photovoltaïque - Performance énergétique Mis au point par une start-up autrichienne, la Smartflower est constituée de pales photovoltaïques qui suivent le soleil tout au long de la journée grâce à un tracker bidirectionnel. Ce dispositif améliore le rendement des cellules de 30 à 40%. Lancé début janvier, la Smartflower d’EDF EnR, filiale à 100 % d’EDF a séduit une trentaine de clients dans l’Hexagone. Protection automatique en cas de vent La « fleur » est équipée d’un tracker bidirectionnel afin de suivre le soleil tout au long de la journée. Autoconsommation L’installation est bien sûr reliée au compteur électrique du bâtiment. « L’objectif est que toute la production soit consommée directement sur site, c’est pourquoi le système comprend une application mobile », indique Jérôme Chauvet.

La pérovskite, espoir du photovoltaïque - Recherche & développement Alors que le silicium semble avoir atteint ses limites, le minéral pourrait propulser le rendement des systèmes photovoltaïques jusqu’à 30%. Un bond en avant dans le domaine. Sur le marché du photovoltaïque, les panneaux solaires les plus performants atteignent aujourd’hui péniblement 20,5 % de rendement. « Au cours de ces vingt dernières années, les progrès réalisés avec le silicium ont été tellement infimes que tout porte à croire qu’un seuil a été atteint », commente Christian Malye, responsable technique de Générale du solaire. Condamné, le photovoltaïque ? La pérovskite désigne au départ le titane de calcium (CaTiO3) et, par extension, tous les minéraux qui possèdent une structure cristalline analogue. Mais avant que ces modules nouvelle génération n’inondent le marché, certains problèmes doivent encore être résolus. Avant qu’une meilleure formulation ne soit trouvée, il faudra encore attendre cinq à dix ans estime-t-on parmi les chercheurs.

Des textiles solaires pour produire de l’électricité Quelle évolution apportent ces « textiles solaires » ? Alain Janet. C’est une révolution ! Pour le photovoltaïque, la technologie du silicium a beaucoup progressé mais elle atteint aujourd’hui ses limites. Elle ne pourra pas aller beaucoup plus loin en performances. A lire : Stocker l’énergie solaire, c’est facile ! Pourquoi avoir commencé par les voiles de bateau ? D’abord parce que c’est notre métier. Par ailleurs, la voile est un bon domaine d’application. Quelles applications voyez-vous pour ce « solaire enroulable » ? Très nombreuses. La randonnée est aussi un exemple, comme toutes les activités de plein air. Vous parliez d’Oled. C’est une possibilité à laquelle nous pensons. Sur le même sujet Des cellules solaires à haut rendement issues du spatialL'énergie solaire peut faire voler un avion ?

Total devient producteur de biocarburant à La Mède - L'Usine de l'Energie Par Ludovic Dupin - Publié le La reconversion de sa raffinerie de la Mède (Bouches-du-Rhône) va faire de Total un important producteur de biodiesel en Europe. Total va investir 200 millions d’euros dans sa raffinerie de La Mède à Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône) pour la convertir en unité de production de biocarburants à partir de biodiesel. Fin 2016, le site ne traitera plus de pétrole brut. "Total a l’ambition d’investir dans les énergies renouvelables qui vont prendre une part de plus en plus importante dans le mix énergétique mondial", affirme Patrick Pouyanné, le directeur général de Total. La Mède emploiera 650 000 tonnes par an d’huiles végétales usées pour produire un combustible à partir de biomasse.

Related: