background preloader

6 décembre 1905 : l'adoption de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat vue par la presse

6 décembre 1905 : l'adoption de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat vue par la presse
Séparation de l’Eglise et de l’Etat :… Et M. Bienvenu-Martin continue toujours avec beaucoup de Briand son opération chirurgicale (Charles Léandre) Une partie des journaux adopte une position de neutralité. La Justice se contente de reproduire le texte intégral de la loi tandis que Le Constitutionnel souligne qu’il faut maintenant appliquer la loi et que « ce ne sera pas une petite question ». Le Journal, pragmatique, considère que « ce qui intéresse les lecteurs n’est plus la discussion théorique d’un texte vu et revu, mais son application pratique ». Le Petit Parisien, prudent, invite le gouvernement à tenir compte de modération dans l’exécution de la loi. D’autres journaux sont plus enthousiastes vis-à-vis de cette loi. Emile Combes, Agence Rol, 1914 La loi, promulguée le 9 décembre et publiée au Journal officiel le 11 décembre, entre en vigueur le 1er janvier 1906. Related:  histoire contemporaineanma62

Le siècle des chefs, d’Yves Cohen | Master sociologie de l'EHESS Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés. La Rédaction Auteur du billet: Camille Chevrier, M2 Sociologie Générale, EHESS, Paris Yves Cohen est directeur d’études à l’EHESS et fait partie de l’équipe de recherche Prato (Pratiques, travail, organisation). Yves Cohen travaille sur l’histoire de l’action au XXe siècle et il attache une grande importance à la méthodologie : analytique des pratiques, ethnographie historique, pragmatique historique, histoire des circulations, histoire connectée, études croisées, interaction située, cognition distribuée. A) Réflexion sur les bornes chronologiques A) Le cas allemand

Au long des âges, des emblèmes pour la France N’en déplaise à quelques esprits chagrins ou irréductiblement sceptiques, il est loisible de considérer que l’efflorescence des drapeaux tricolores un peu partout après le drame du 13 novembre dernier est d’importance sur la longue durée, tout comme l’est aussi cette Marseillaise qui a jailli spontanément à l’Assemblée Nationale ou au Congrès de Versailles, et aussi parmi la foule place de la République et dans bien d’autres lieux. Je parle de la longue durée et c’est bien sous sa lumière qu’il convient de replacer, pour en prendre mieux la mesure, le phénomène collectif dont il s’agit. Donc nous allons parler ce matin des emblèmes que la France et la République se sont choisies pour elles-mêmes au long des âges, du mystère de leurs origines, de leur prégnance dans les esprits et dans les cœurs, des turbulences qu’ont connues leurs usages, de leur efficacité pour unir, comme de leur force symbolique, en sens inverse, pour entretenir des déchirements parmi la nation. Bibliographie :

Les enfants d’athées sont plus altruistes que ceux élevés dans une famille religieuse Une étude réalisée dans six pays démontre les effets positifs d’une éducation séculière, qui favorise la générosité et la clémence chez les plus jeunes. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Hervé Morin Certains observateurs attentifs de l’actualité des derniers millénaires l’avaient déjà noté : la religion n’est pas toujours un gage de concorde et de fraternité. Conduite au Canada, en Chine, en Jordanie, en Turquie, aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, cette étude dirigée par Jean Decety (Département de psychologie de l’université de Chicago) avait pour objectif de mesurer si la religion, ainsi qu’on le croit fréquemment, renforce les comportements dits « prosociaux ». L’enquête est financée par une bourse de la Fondation américaine John Templeton. « La sécularisation du discours moral ne va pas diminuer la bonté humaine – en fait, elle fera tout le contraire » Sont-elles pour autant moins « morales » ? Capacité d’empathie Qu’a montré son équipe ? « Jeu du dictateur » Voltaire et les athées

Carlo Ginzburg prend la propagande entre quatre yeux. Un peu de rétro-actualité. Le 10 janvier, 200 personnes viennent écouter, dans un amphithéâtre un peu trop vide de la Bibliothèque nationale de France, une conférence de l'historien italien Carlo Ginzburg intitulée: «L'écriture de l'histoire». A priori, ce n'est qu'une conférence de plus. L'auteur du Sabbat des sorcières parle français, enseigne aux Etats-Unis à l'université UCLA, et ses livres ont fait date: les happy few viennent recueillir une parole instituée. Son apparition inaugure un cycle, «Le XXe siècle des historiens», le premier mercredi de chaque mois à 18 h 30: une heu re parfaite, entre deux heures, à la fois trop tôt et trop tard, qui met en appétit ou le coupe, tout en permettant d'éviter le bain et le repas des enfants, les jeux télévisés, l'apéritif ou le journal de 20 heures. Hypnotisant. Injonctions. Kitchener louchait un peu, rappelle Ginzburg, mais de nombreux témoignages évoquent la peur que ce regard strabique a si souvent inspirée. Paralyser. Agacement.

L'avènement de la souveraineté nationale Contexte historique Le 17 juin 1789, six semaines après l’ouverture des états généraux, le tiers état, rejoint par une partie du clergé, se proclame Assemblée nationale. Présidée par Bailly, la nouvelle instance s’engage par le Serment du jeu de paume à ne pas se séparer avant d’avoir rédigé la Constitution du royaume. Le 23 juin, Louis XVI commande aux divers ordres de continuer à siéger séparément, mais le tiers état refuse de quitter la salle des Menus Plaisirs. Lorsque le marquis de Dreux-Brézé, maître des cérémonies déclare : « Vous avez entendu messieurs, l’ordre du roi », Bailly lui répond : « Il me semble que la nation assemblée ne peut recevoir d’ordres. » Mirabeau, député du tiers état, lance alors sa célèbre apostrophe : « Allez dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du peuple et n’en sortirons que par la force des baïonnettes. » Le 27 juin, le roi cède en demandant au clergé et à la noblesse de rejoindre le tiers état. Analyse de l'image Interprétation

Pourquoi il est temps de regarder la vérité en face : s’il existe des musulmans modérés, il n’existe pas d’islam(isme) modéré L'islamisme est une idéologie totalitaireLes non-croyants ne sont pas tolérésToute vision privée de la religion est rejetée Atlantico : A chaque attentat terroriste, toujours la même distinction : il y a les islamistes radicaux, qui les revendiquent, et ceux qui se disent modérés. Mais l'islamisme peut-il vraiment être modéré ? Alexandre Del Valle : Je pense qu'il ne peut pas y avoir « d'islamisme modéré » dès lors que l'on définit l'islamisme comme une idéologie extrémiste visant à exporter une idéologie théocratique et expansionniste fondée sur une lecture totalitaire, et littéraliste de l’Islam. Il utilise la violence comme moyen de conquête et prône l'extermination physique de ses ennemis. Il n'y a donc pas de différence entre les islamistes radicaux et ceux qui se veulent modérés ? atlantico sur facebook notre compte twitter Ajouter au classeurSuivre ce contributeurLecture zen Intéressé par cet auteur ? Lire ou relire plus tard Pour classer cet article et le retrouver dans votre compte :

Chronique de @lyonelkaufmann - Guerre d’Algérie : Nos cours d’histoire sont-ils prêts à l’enseigner? | Enseigner l'Histoire-Géographie Histoire des femmes. Les femmes et la Révolution de 1789 : un espoir pour les femmes. Luttes et revendications, Militantes et revendications des femmes en 1789. Histoire des femmes et République, Florence Brissieux, Aurore Rubio Les femmes attendent beaucoup de la Révolution et expriment leurs revendications par le biais de pétitions, adresses et cahiers de doléances. Leurs revendications portent sur des problèmes auxquelles elles sont traditionnellement confrontées : absence d'instruction, mortalité en couches, droit d'exercer un métier, protection des travaux féminins (couturière, brodeuse…) Les revendications touchant aux droits politiques sont rares car rares sont celles qui ont conscience de leur importance. Les femmes de Provence protestent en 1789 contre la composition des Etats Généraux dont elles sont exclues. Les députés répondent alors à ces revendications : ne sont-ils pas, eux, les députés de tous et donc des femmes ? En plus de revendications écrites, les femmes revendiquent par l'action : le 5 octobre 1789 elles constituent l'essentiel du cortège de Versailles et pénètrent dans le château. Les femmes se regroupent également en clubs à Paris et en province.

Lettre d'Albert Einstein à Erik Gutkind : "Le mot Dieu n'est pour moi rien d'autre que... Janvier 1954 Cher Mr Gutkind,pensée Poussé par les suggestions répétées de Brouwer, j’ai bien lu votre livre et je vous remercie beaucoup de me l’avoir prêté. J’ai été frappé par ceci : nous avons beaucoup en commun dans notre approche factuelle de l’existence et de la communauté humaine. Enfin, sans la suggestion de Brouwer, je ne me serais jamais engagé intensément dans votre livre car il est écrit dans une langue qui m’est inaccessible. D’une manière générale, je trouve douloureuse l’idée que vous revendiquiez une position privilégiée et que vous la défendiez en dressant deux murs, emplis de fierté : un mur extérieur en tant qu’homme et un autre intérieur en tant que Juif. Maintenant que j’ai assez ouvertement indiqué les différences entre nos convictions intellectuelles, il me semble assez clair que nous nous rapprochons sur des sujets essentiels, c’est-à-dire dans nos évaluations du comportement humain. Je vous remercie bien cordialement et vous envoie mes meilleures salutations,

WEB-DOCUMENTAIRE. Six anciens appelés racontent leur guerre d'Algérie | Enseigner l'Histoire-Géographie

Related: