background preloader

Lutter contre l'homophobie - EduSCOL

Lutter contre l'homophobie - EduSCOL
Une politique interministérielle de lutte contre les LGBTphobies L'action du ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse en matière de lutte contre l'homophobie et la transphobie s'inscrit dans un cadre interministériel coordonné par la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH). Les objectifs du gouvernement sont développés dans le Plan de mobilisation contre la haine et les discriminations anti-LGBT qui définit l'« éducation contre la haine et les discriminations anti-LGBT » comme l'une des cinq priorités de l'action publique et invite à développer à la fois la prévention auprès des élèves et la formation des personnels d'éducation. Le rôle de l'École : protéger et faire réussir tous les élèves A l'école, du fait de leur orientation ou de leur identité sexuelles, des élèves ou des adultes peuvent être victimes d'actes à caractère discriminatoire et de violences qui tombent sous le coup de la loi. Related:  Climat scolaire

- Violence scolaire : "Je suis pessimiste" nous dit Eric Debarbieux La police au collège ? La mise en fiche des enfants de trois ans trop remuants ? C'est ce que nous proposent certains responsables politiques pour faire face à la violence scolaire. Le Café a demandé à Eric Debarbieux, spécialiste internationalement reconnu de cette question, où en était la recherche sur ce sujet. FJ- Quotidiennement les médias français évoquent des faits divers violents dans les établissements scolaires. ED- Je crois que par rapport aux mots "violence scolaire" il y a deux écueils à éviter. Il y a un deuxième piège : ce serait de négliger la violence scolaire dans une espèce de bonne conscience. Enfin, en ce qui concerne la montée de la violence, il faut souligner plutôt la stabilité : depuis 1993 en France on n'observe pas une progression globale. FJ- Les enseignants expérimentés ont le souvenir des violences passées. La violence scolaire existait bien sur dans le passé. Au début des années 1990, le racket était individuel. Revenons à l'attitude pédagogique.

La Semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme Du 18 au 24 mars 2019, la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme valorise les engagements de l’ensemble des institutions et de leurs partenaires en faveur des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Elle associe l’ensemble de la communauté éducative et pédagogique, dont les parents d’élèves et les personnels des établissements scolaires, les organisations étudiantes et lycéennes, ainsi que les associations complémentaires de l’éducation, en particuliers qui concourent à la lutte contre les discriminations, la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme. Cette semaine organisée en partenariat avec la Délégation interministérielle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme constitue un grand temps fédérateur visant à promouvoir les valeurs et les principes fondamentaux de la République. En savoir plus

La Semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme L'éducation pour agir contre le racisme et l'antisémitisme Le 21 mars a été proclamé "Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale" en 1966 par l'Assemblée générale des Nations Unies. Faire acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité est une mission de l'École. Il apparaît nécessaire de donner une impulsion nationale forte aux actions éducatives menées dans le champ de la prévention du racisme et de l’antisémitisme, de la défense et de la promotion des Droits de l’Homme et des principes fondamentaux de la République. La Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme se déroule du 21 au 28 mars 2020. Cette semaine organisée en partenariat avec la Délégation Interministérielle de Lutte Contre le Racisme et l'Antisémitisme constitue un grand temps fédérateur visant à promouvoir les valeurs et les principes fondamentaux de la République. Elles concernent par exemple :

Eric Debarbieux : il faut une prévention précoce du harcèlement, avant qu’il ne soit trop tard | VousNousIls ©drfp/odilejacob Vous avez été chargé d'un rap­port sur le har­cè­le­ment sco­laire, pour­quoi avoir accepté cette mis­sion et quels en sont les objectifs ? En réa­lité ma lettre de mis­sion date de jan­vier, j'ai sim­ple­ment réaf­firmé lundi mon impli­ca­tion lorsque nous avons reçu les signa­taires de la lettre ouverte fai­sant état du har­cè­le­ment sco­laire. Le tra­vail a déjà com­mencé. J'ai conduit les Etats géné­raux de la sécu­rité à l'école, j'avais accepté à plu­sieurs condi­tions, dont une capi­tale : conti­nuer à tra­vailler sur ce qui pour moi est essen­tiel, c'est-à-dire pas uni­que­ment la ques­tion de sécu­ri­sa­tion maté­rielle des établis­se­ments. Il s'agit bien des phé­no­mènes de « souffre-douleur », de « bouc émis­saire » et bri­mades poin­tés du doigt dans la lettre ouverte sur le har­cè­le­ment scolaire ? En effet, et dans les fiches du conseil scien­ti­fique rédi­gées l'an der­nier, nous disions déjà clai­re­ment qu'il fal­lait y tra­vailler. Elise Pierre

La lutte contre le sexisme doit commencer à l’école Bérengère Stassin, Université de Lorraine La « ligue du LOL » : une expression sordide, censée être drôle et désormais synonyme de l’onde de choc qui a bouleversé les grands médias français en février 2019. Le milieu du journalisme, de la communication et de la publicité découvre un réseau d’individus qui pratique ou a pratiqué le harcèlement sexiste, misogyne et même raciste dans leur environnement professionnel. Le scandale, plus de deux ans après les affaires révélées par #MeToo et le mouvement #BalanceTonPorc, met la lumière sur d’autres cas de violences et de harcèlement en écoles de journalisme. Il révèle surtout que ce type de comportements, discours et pratiques trouvent leur origine à l’école, dans le supérieur, mais aussi dans le secondaire. Sexisme ordinaire Ces révélations viennent appuyer un autre phénomène : celui d’un sexisme ordinaire, admis, voire encouragé, comme en témoigne la « Tribune des 100 ». Les filles soumises aux stéréotypes de genre Révéler, dénoncer, partager

Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire – Lutter contre les discriminations LGBTphobes à l'école Harcèlement scolaire : remise du rapport d'Éric Debarbieux - Ministère de l'éducation nationale Éric Debarbieux, président du Conseil scientifique des États généraux de la sécurité à l'École, a remis un rapport sur le harcèlement scolaire au ministre, le mardi 12 avril 2011. Ce rapport fait suite à la réunion de travail du 14 mars, au cours de laquelle Luc Chatel a rencontré les signataires de la lettre ouverte sur le harcèlement à l'École rendue publique le 26 janvier. Cette réunion avait permis de dresser un état des lieux et de dessiner des pistes d'actions sur la question du harcèlement scolaire. À l'issue de la réunion, le ministre avait demandé à Éric Debarbieux de lui remettre un rapport sur le harcèlement scolaire. Le rapport d'Éric Debarbieux fait de nombreuses propositions concrètes, structurées autour de quatre thèmes : connaissance et reconnaissance du harcèlement entre pairs, formation et intervention, mobilisation collective, prévention et sanction. Il doit être rendu public avant la tenue des assises nationales sur le harcèlement à l'École les 2 et 3 mai 2011.

Agir contre le racisme et l'antisémitisme - Agir contre le racisme et l'antisémitisme Une politique inscrite dans le cadre du plan national 2018-2020 Le plan national de lutte contre le racisme et l'antisémitisme (2018-2020), piloté par la DILCRAH (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT), fixe le cadre dans lequel l'École prévient les manifestations du racisme et de l'antisémitisme en milieu scolaire et y répond. Faisant suite au plan 2015-2017, qui accordait déjà une importance particulière à l'éducation et à la formation, le plan 2018-2020 poursuit l'objectif d'améliorer la réponse de l'institution scolaire et l'accompagnement des équipes éducatives confrontées à des difficultés. A cette fin, une "équipe nationale de réaction", pilotée par le ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse et la DILCRAH, apporte un soutien opérationnel aux équipes académiques "Valeurs de la République" placées sous l'autorité du recteur. Memento Lutte contre le racisme et l'antisémitisme - Des pistes pour agir à l'École

Ijime Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ijime (苛め/虐め, Ijime?), littéralement « intimidation », est un mot japonais désignant les brimades que subissent ceux qui sont exclus d'un groupe parce que différents et sont pris pour cible[1]. Les brimades infligées peuvent prendre diverses formes : racket, harcèlement, sévices physiques, calomnies, etc. Aspects sociaux[modifier | modifier le code] C'est une cause très importante du suicide chez les jeunes et du hikikomori (enfermement, personnes qui refusent de quitter leur chambre), parce que l'institution scolaire ferme souvent les yeux en cas d’ijime, et les victimes ont souvent trop honte pour chercher de l'aide. Il n'y a d'ailleurs quasiment pas de structures en place pour traiter ce problème et aider les victimes, le recours aux travailleurs sociaux et psychologues étant très mal vu dans une culture où il est important de garder la face. Dans la culture japonaise[modifier | modifier le code]

Lutter contre l'homophobie et la transphobie à l'École L’homophobie et la transphobie touchent de nombreux élèves. Plusieurs enquêtes et études permettent de cerner les LGBTphobies dans les établissements scolaires (étude de l’IFOP réalisée en 2018 pour la Fondation Jean-Jaurès et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH)). Les insultes homophobes, souvent banalisées, demeurent particulièrement fortes : 18 % des lycéens ou étudiants LGBT déclarent avoir été insultés au cours des 12 derniers mois. Une enquête récente sur la santé des mineurs LGBT scolarisés révèle, en particulier chez les jeunes se définissant comme trans, un fort niveau d’appréhension face à l’École (qu’il s’agisse des pairs ou de l’institution) : l’expérience scolaire est perçue comme "mauvaise" ou "très mauvaise" par 72 % d’entre eux. Ces chiffres témoignent d’un quotidien dont peu d’élèves osent parler, surtout quand ils en ont été directement victimes.

Harcèlement scolaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Initiative contre le harcèlement scolaire. La lutte contre les harceleurs passe par des actions publiques comme cet affichage ou des patrouilles de surveillance anti-harcèlement organisées par les écoliers[1]. Le harcèlement scolaire ou, au Canada, intimidation (voir également brimade, bizutage) décrit des comportements de harcèlement en milieu scolaire. Il est caractérisé par l'usage répété de violences physiques, mais aussi de moqueries et autres humiliations. Les récents développements dans les technologies de la communication viennent compliquer le problème du harcèlement scolaire. Définition[modifier | modifier le code] Le concept du harcèlement scolaire a été forgé au début des années 1970 par le psychologue Dan Olweus à l'occasion d'études réalisées dans des établissement scolaires scandinaves, à l'issue desquelles il a établi trois caractères permettant de définir le harcèlement : Profil du harceleur[modifier | modifier le code]

Prévention de la violence en milieu scolaire - Le harcèlement en milieu scolaire Le site national Non au harcèlement Pour répondre aux situations de harcèlement, le ministère de l'éducation nationale propose un site permettant de retrouver l'ensemble des outils utiles aux professionnels, afin qu'ils puissent mettre en place des actions préventives contre le harcèlement. Ce site valorise également les initiatives des écoles et des établissements, notamment les outils pédagogiques produits (affiches, vidéos). Le site comprend : les guides "que faire contre le harcèlement" ?" Enfin, le site propose une rubrique « que faire ? Le site Non au harcèlement diffuse également le N° vert mis en place par le ministère, le 3020 Cette plateforme téléphonique destinée aux familles, élèves et professionnels touchés par une situation de harcèlement d'un élève, offre une écoute bienveillante et des conseils personnalisés. Définition du harcèlement en milieu scolaire Ses conséquences à court, moyen et long termes peuvent être graves tant pour les victimes que pour les auteurs. Conséquences

Bullying Frequently Asked Questions - School Environment Frequently asked questions based on the Bullying at School publication. These Frequently Asked Questions about bullying are extracted from key concepts presented in the California Department of Education's publication titled Bullying at School (PDF). They are easy to adapt and provide information for educators, students, families, and community safety partners who wish to educate themselves and others about effective measures to prevent bullying and respond to it. What is school bullying? What are the consequences of school bullying? What is school bullying? Bullying is exposing a person to abusive actions repeatedly over time.1 Being aware of children's teasing and acknowledging injured feelings are always important. Bullying is a form of violence. What do bullies do? Bullying actions may be direct or indirect. Direct bullying or identifiable bullying actions may include: Indirect bullying may be more difficult to detect and may include: Do both boys and girls bully? Yes. return to top

Related: