background preloader

L’Otan s’élargit encore, par Manlio Dinucci

L’Otan s’élargit encore, par Manlio Dinucci
Milo Đukanović règne en maître sur le Montenegro depuis 25 ans. La décision « historique » du Conseil de l’Atlantique-Nord d’inviter le Monténégro à commencer la procédure d’accès pour devenir le 29ème membre de l’Alliance, constitue un pas nouveau de la stratégie des USA et de l’Otan visant à l’encerclement de la Russie. Quelle importance a pour l’Otan le Monténégro, dernier des États (2006) qui se sont formés à la suite de la désagrégation de la Fédération Yougoslave, démolie par l’Otan au moyen de l’infiltration et de la guerre ? On le comprend en regardant la carte géographique. Le Monténégro, dont l’entrée dans l’Otan est désormais certaine, est aussi candidat à entrer dans l’Union européenne, où déjà 22 des 28 pays membres appartiennent à l’Otan sous commandement états-unien. Ainsi continue l’expansion de l’Otan à l’Est. En 1999 elle englobe les trois premiers pays de l’ex-Pacte de Varsovie : Pologne, République tchèque et Hongrie. Related:  UE - Eurozone 4

Nouvelle victoire des lobbies : La Commission européenne autorise deux OGM de la société Monsanto. Merci Bruxelles ! Par Laurent Radisson – Le 8 décembre 2015 – Source actu-environnement Par deux décisions publiées ce mardi 8 décembre, la Commission européenne autorise la mise sur le marché de deux maïs génétiquement modifiés supplémentaires dans l’UE. Il s’agit des maïs NK603 x T25 et MON 87427 produits par la société Monsanto. L’autorisation porte sur la mise sur le marché de produits contenant ces OGM et destinés à l’alimentation humaine ou animale, ou à toute autre utilisation différente de la mise en culture. L’autorisation est donnée pour une période de dix ans. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait émis des avis favorables sur ces demandes d’autorisation en juin et juillet derniers. Il s’agit de deux maïs tolérants aux herbicides contenant du glyphosate, substance active utilisée notamment dans le RoundUp commercialisé également par Monsanto. Laurent Radisson est journaliste, rédacteur en chef délégué aux marchés HSE

Business as usual !L’UE achète à prix d’ami du pétrole aux auteurs des attentats sur son sol Comment l’UE importe, via Israël, le pétrole de Daech finançant ainsi les armes qui tuent ses propres enfants Lors d’une conférence de presse en marge de la COP21 au Bourget, le président russe Vladimir Poutine a lié pour la première fois la décision de la Turquie d’abattre le SU-24 russe à la lutte engagée par son pays contre le trafic de pétrole clandestin de l’organisation État islamique à destination de la Turquie : «Nous avons toutes les raisons de penser que la décision d’abattre notre avion a été dictée par la volonté de protéger ces chemins d’acheminement de pétrole vers le territoire turc, justement vers ces ports depuis lesquels il est chargé sur des navires-citernes.» Le président russe confirme en cela les informations révélées par le journal al-Araby, qui documentait les conditions opérationnelles de l’acheminement du pétrole de Daech en Turquie. Guillaume Borel Article original publié par Arrêt sur Info

» L’UE veut contrôler ses frontières, par Jurek Kuczkiewicz Source : Le Soir, Jurek Kuczkiewicz , 11-12-2015 De nombreux pays militent pour un renforcement des pouvoirs de l’UE sur ses frontières extérieures. Même s’il y est opposé, un Etat membre pourrait dans l’avenir se voir imposer l’intervention du futur corps européen de gardes-frontières. C’est l’élément le plus spectaculaire de la proposition que la Commission européenne va présenter la semaine prochaine. Le Soir a obtenu les grandes lignes de ce dispositif qui risque de susciter l’opposition de certains Etats de l’UE. En fait : une refonte fondamentale. Les limites du système Le système actuel de gestion des frontières extérieures a montré ses limites. L’agence Frontex sera transformée en une véritable Agence européenne des frontières, dotée d’un pouvoir d’autorité publique. Un dispositif qui s’inspire de celui qui a été mis en place dans la nouvelle gouvernance économique et budgétaire de la zone euro.

L'Allemagne a enregistré 964 000 migrants depuis janvier L'Allemagne a enregistré 964 000 migrants depuis janvier L'Allemagne a enregistré en novembre 206 101 demandeurs d'asile supplémentaires, un nouveau record pour le pays qui a comptabilisé depuis janvier 964 574 migrants, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Le chiffre de 800 000 migrants en 2015 est largement dépassé. Les arrivées ont encore nettement progressé depuis les derniers chiffres communiqués le mois dernier (181 166 migrants enregistrés en octobre) et l'Allemagne, qui attend "officiellement" 800 000 migrants en 2015, devrait dépasser le million de demandeurs d'asile d'ici fin décembre. Ces chiffres ne précisent toutefois pas de quelles nationalités sont ces demandeurs d'asile. Dans un communiqué, le ministère fait en revanche état de la durée moyenne de traitement des procédures d'asiles qui vont de 2,9 mois pour les ressortissants du Kosovo à 14,9 mois pour les Pakistanais.

VW : bilan après plus de deux mois de scandale Les choses ne s’arrangent guère pour Volkswagen. Alors que le Parlement européen s’oriente vers la création d’une commission d’enquête sur l’affaire des logiciels truqués, c’est au tour des salariés d’être financièrement impactés par le scandale. Lequel contraint désormais le groupe à devoir recourir à un prêt-relai auprès des banques. En cas de difficultés pour le rembourser, VW s’est par ailleurs engagé à céder certains de ses actifs. Le scandale lui-même pourrait prendre une nouvelle ampleur alors que selon la presse allemande, un logiciel de gestion de la récupération d’énergie cinétique dans la batterie pourrait désormais être pointé du doigt. Vers une extension du périmètre du scandale ? Vers la création d’une commission d’enquête au niveau européen Mercredi dernier à Bruxelles, cinq groupes politiques ont ainsi soutenu la création d’une commission d’enquête. VW prêt à céder certains actifs pour rembourser un prêt-relai Les salariés devront se serrer la ceinture en 2016 . . . .

Le nouveau visage de Daech ? Tremblez! Son spectre plane sur l'Afrique S'ils parviennent à se rapprocher et à intensifier leur coopération, les deux groupes affiliés à Daech en Afrique, l'un en Libye et l'autre au Nigeria, pourraient représenter un danger majeur pour le continent, estiment des experts américains. Pour l'instant les rebelles islamistes syriens ayant prêté allégeance à l'EI et le groupe nigérian Boko Haram, qui s'est rebaptisé en mars "l'Etat islamique dans la province d'Afrique de l'Ouest", n'échangent que des louanges sur internet, certainement quelques combattants et des armes, mais s'ils passaient à la vitesse supérieure leur capacité de nuisance dans toute la région serait considérable, ajoutent-ils. Caricature de 1904 qui représente la compagnie pétrolière Standard Oil. "Boko Haram pourrait tenter de s'en prendre aux soldats français de l'opération Barkhane, ou aux Américains présents au Cameroun (...). Je ne pense pas que nous y soyons encore, mais on peut aisément imaginer de terribles scénarios", ajoute Michael Shurkin.

France. La “patrie des droits de l’homme” envisage de se doter d’un Guantánamo. Ou comment passer en un clin d'oeil du laisser-faire absolu à l'idiotie la plus brutale ... Le gouvernement français a demandé au Conseil d’Etat de se prononcer sur la possibilité d’interner de manière préventive dans un centre dédié des personnes fichées “S” par la DGSI. L’information a vivement fait réagir les journaux italiens. “C’est un projet passé presque en sourdine, mais qui risque d’ouvrir une nouvelle polémique dans la France frappée par deux fois en moins d’un an par le terrorisme islamiste”, écrit La Repubblica. Le journal de Rome réagit à une information diffusée le 9 décembre par Le Monde : le ministère de l’Intérieur a demandé au Conseil d’Etat, début décembre, d’examiner la possibilité de recourir à l’internement préventif de personnes qui font l’objet d’une fiche “S”, dans un centre dédié. “Ces centres de détention pour djihadistes présumés seraient une première en Europe, l’unique précédent en Occident étant Guantánamo”, reprend La Repubblica.

Ah ben c'est ça aussi la délation, hein ... Etat d’urgence: trois semaines d’assignation à résidence pour une « méprise » Merci VEOLIA ! La feuille de pointage de Nacer, 40 ans, assigné à résidence à tort à Septèmes-les-Vallons (Bouches-du-Rhône). (Luc Leroux/LeMonde.fr) "Une méprise commise sur la base d'une information qui était assez inquiétante" : le ministère de l'intérieur a reconnu son erreur en ces termes et a abrogé, mardi 8 décembre, l'arrêté qui assignait à résidence depuis le 15 novembre un père de famille des Bouches-du-Rhône. Nacer, 40 ans, était tombé des nues lorsque les policiers avaient débarqué chez lui pour lui signifier une interdiction de quitter le territoire de la commune de Septèmes-les-Vallons, au nord de Marseille, où il vit avec ses quatre enfants et sa femme. Jusqu'à mardi, Nacer devait pointer quatre fois par jour - 8 heures, 11 heures, 15 heures et 19 heures - dans un commissariat situé dans le 15e arrondissement de Marseille, à douze kilomètres aller-retour de son domicile. "Ils m'ont dit que Veolia m'accusait." Pas rien, comme accusation. "Y a que de la merde là-bas!" "C'est qui ce barbu ?"

Ca donnera quoi de plus ? Bruxelles planifie de retirer leur souveraineté frontalière aux membres de l’espace Schengen Cherchant à renforcer le contrôle des frontières externes de l’UE face à la crise migratoire, un nouveau plan de la Commission vise à créer une force de garde-frontières qui pourrait être déployée sans l’accord préalable des pays concernés. Le projet de Bruxelles, qui doit être lancé mardi par la Commission, vise à mieux superviser et traiter les nombreuses demandes d’asile que rencontre le Vieux Continent. Et pour ce faire, la réponse proposée est radicale ; une force de 2 000 garde-côtes et garde-frontières, puisée dans l’agence de gestion frontalière européenne Frontex, pourrait être déployée en urgence, sur une décision de la Commission et sans demander l’avis des pays dont les frontières sont concernées. Si le transfert de souveraineté vers l’Union européenne devenait réalité, la mesure s’appliquerait aux 26 pays de la zone de libre-circulation de Schengen, c’est-à-dire pas à la Grande-Bretagne ni à l’Irlande.

Related: