background preloader

Des notes ou des couleurs ?

Des notes ou des couleurs ?
Cette année, j’ai récupéré une classe de lycée évaluée par compétences. Dans un monde où les chiffres servent de repères, on en parle de plus en plus, et j’ai dû m’approprier cette nouvelle façon d’évaluer sans mettre de note chiffrée. Bon, ce n’est pas difficile car en sciences, on évalue depuis longtemps des méthodes et des savoir-faire sans passer par la sacro-sainte valeur chiffrée, parfois jugée dévalorisante. J’ai trouvé la définition suivante de ce terme « compétence » qui s’applique aux élèves en situation d’apprentissage : « Quelqu’un est compétent quand, placé dans des situations qui impliquent de résoudre un certain type de problèmes ou d’effectuer un certain type de tâches complexes, il est capable de mobiliser efficacement les ressources pertinentes pour les résoudre ou les effectuer, en cohérence avec une certaine vision de la qualité. » L’évaluation par compétences permet donc à un élève de savoir à tout moment ce qu’il a acquis et ce qu’il maitrise moins ou pas du tout. Related:  L'évaluationEvaluation 2competences

Travailler sans note : en cours d'acquisition Dans mon nouveau collège d’adoption (ou de mutation, comme on veut), il n’y a pas de notes en sixième. « Même pas peur ! » : avec ou sans note l’important est d’évaluer les compétences. C’est ce que je fais depuis déjà longtemps pour tous les élèves du collège où, en SVT, j’évalue 5 compétences différentes : restituer, s’informer, communiquer, raisonner et réaliser. Qu’il y ait des notes ou pas, cela ne doit pas changer grand-chose… Enfin, pas si simple ! Quelque soit la classe ou le niveau, évaluer les compétences permet de mieux cerner le profil d’un élève, et de lui faire pointer du doigt ses points forts et surtout ses points faibles ; travaillant par compétences depuis un moment j’avais déjà défini des niveaux à atteindre. Niveau débutant : lorsque les premières corrections arrivent, il ne faut pas perdre de temps car d’autres suivent souvent rapidement. Niveau apprenti : juste avant les vacances de la Toussaint, il est temps de faire un bilan pour informer les parents d’élèves.

Rosa-Parks précurseur d'une autre évaluation - 10/09/2015 L’académie d’Orléans-Tours teste, avec des chercheurs universitaires, une nouvelle forme d’évaluation. Le collège Rosa-Parks fait partie du dispositif. Les élèves de troisième du collège Rosa-Parks ont quelque chose que les autres collégiens n'ont pas : la fin des sueurs froides quand arrive le bulletin scolaire à la maison. Désormais, plus question de réduire le travail d'un élève à une simple note. Les compétences acquises doivent aussi être inscrites noir sur blanc, même si elles ne se traduisent pas toujours par un beau résultat sur la copie. « Les notes ne disparaissent pas, car elles restent un repère pour les familles et les troisièmes en ont besoin pour valider leur brevet, rassure Philippe Niemec, principal du collège Rosa-Parks. Cette nouvelle façon d'évaluer le travail des collégiens est une expérimentation menée depuis l'an dernier par l'académie d'Orléans-Tours (lire « repères »). Usage raisonné de la note repères

Canopé Créteil - Le portfolio : dossier personnel d'activités et de compétences Le portfolio : dossier personnel d'activités et de compétences Partager cette page Écrit par Élie Allouche 1. Le portfolio dans le domaine éducatif : définition et objectifs ? C'est un dossier personnel structuré et alimenté au cours d'un apprentissage ou d'une formation et qui doit témoigner des activités et productions réalisées, des documents consultés et des compétences acquises. Avec le développement des TIC, le portfolio devient un élément central de l'EPA (Environnement Personnel d'Apprentissage) et un outil essentiel de valorisation de son dentité numérique dans un cadre professionnel. Enfin, le portfolio numérique offre le grand avantage d'être un work in progress dont le contenu est constamment mis à jour, pouvant devenir à tout moment un "produit fini", communicable à une date donnée. 2. Plusieurs tâches courantes contribuent à la création d'un portfolio : - Pour construire cette arborescence, on peut éventuellement s'aider d'un logiciel de carte heuristique comme Freemind. 3. etc.

« La note est un système totalement archaïque » Comme il l’annonce dans le titre de son ouvrage "Libérons l’école des notes" (Éd. Belin Le Pommier), Anthony Van de Kerkhove propose la généralisation d’une évaluation par compétences. Cet agrégé d’éducation physique nous présente ses arguments. Anthony Van de Kerkhove Pouvez-vous vous présenter ? Je suis professeur d’éducation physique depuis 1998 et j’exerce actuellement dans un lycée général de Pithiviers. Pourquoi revenir une fois encore sur cette question des notes qui divise depuis si longtemps ? En effet, en 1969 déjà il y avait eu une tentative de basculement vers un système en « ABCD ». En quoi la notation est-elle archaïque ? La société a changé, l’école a évolué, on souhaite aujourd’hui un élève actif, qui comprend ce qu’il apprend. L’école véhicule beaucoup d’implicites d’ailleurs beaucoup d’élèves ignorent quels sont précisément les attendus. Dans votre livre, vous assurez que « fin des notes » est parfois encore confondue avec « fin de l’évaluation ». Livre couverture

Charles Hadji : Evaluer pour réussir ? Peut-on désamorcer le débat sur l'évaluation ? C'est le pari tenté par Charles Hadji. Loin des débats fumeux sur la réforme de l'évaluation ou la défense des notes, son livre colle au terrain mais en revenant sans cesse aux finalités de l'évaluation. L'évaluation ça compte dans la vie d'un enseignant. L'intérêt du livre de Charles Hadji, c'est la position qu'il prend. Ceci posé, le livre nous sort des débats de chapelle et des gourous officiels ou anti -officiels. Le second effet, une fois les finalités bien mises en perspectives, c'est d'aller d'envisager les modalités. C Hadji croit qu'il est possible de progresser vers une pratique évaluative qu'il ne qualifie pas de bienveillante mais de constructive. Charles Hadji, L'évaluation à l'école . Charles Hadji : " On peut refuser la sélection malgré la pression sociale" Le sous titre du livre de C Hadji donne la clef de sa démarche. L'évaluation des élèves est devenue une question chaude. L'évaluation juste c'est un mythe ?

Livret scolaire unique numérique : quelle évaluation de la vie scolaire ? La lecture du projet d’arrêté fixant le contenu du livret scolaire de l’école élémentaire et du collège[1] ne manque pas d’intérêt. On y découvre, par exemple, que la vie scolaire commence au cycle 4 (à partir de la 5e, donc), puisque, pour les cycles un et deux, le livret scolaire unique numérique ne prévoit pas d’entrée relative à la vie scolaire. On découvre aussi que la vie scolaire apparaît comme le huitième et dernier item des bilans périodiques de l’évaluation des acquis scolaires de colégiens de ce cycle. Le texte du projet d’arrêté touchant à la vie scolaire est ainsi libellé : « des éléments d’appréciation portant sur la vie scolaire : assiduité, ponctualité ; respect du règlement intérieur ; participation à la vie de l’établissement. Sont notamment consignés, pour la période considérée : - le nombre de retards de l’élève ; - le nombre de demi-journées d’absences justifiées par les responsables légaux; - le nombre d’heures de cours manquées du fait de ses absences, justifiées ou non»

L'approche par compétences en éducation : un amalgame paradigmatique Toute réforme apporte avec elle son lot de tension et d’inquiétude que les novateurs auraient intérêt à prendre en compte. La plupart du temps, les résistances naissent bien davantage des maladresses des novateurs, qui sont trop souvent portés à vouloir donner l’impression qu’ils ont trouvé la pierre philosophale, que du refus de changer des personnes concernées. Il ne faut pas non plus trop s’étonner du fait que les réformes actuelles des systèmes éducatifs suscitent de nombreuses critiques qui proviennent de plusieurs sources différentes. À vrai dire, il faut bien avouer que les irritants n’ont pas manqué. Ainsi, l’injonction qui consistait (et consiste toujours) à exiger de la part des enseignants qu’ils se consacrent à l’enseignement (sic) des compétences ? Mais c’est surtout la question de l’évaluation qui soulève le plus d’objection. Compte tenu de telles dif?

L'évaluation des apprentissages dans une approche par compétences - Gérard Scallon Primaire et collège : le décret sur l’évaluation paru au JO du 3 janvier Le décret du 31 décembre 2015 relatif à l’évaluation des élèves a été publié au journal officiel du 3 janvier. Ce texte, qui prône « l’évaluation positive », est applicable à partir de la rentrée 2016. © Richard Villalon – Fotolia.com Le décret n° 2015-1929 du 31 décembre 2015, qui précise les nouvelles modalités d’évaluation des élèves au primaire et au collège, est paru au Journal officiel du 3 janvier 2016. Éviter une « notation-sanction » Ces dispositions, applicables dès la rentrée prochaine, visent à faire « évoluer » et « diversifier les modalités de notation et d’évaluation des élèves de l’école primaire et du collège pour éviter une ‘notation-sanction‘ à faible valeur pédagogique et privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles». Une définition du livret scolaire Antoine Desprez

Finissons-en avec la querelle de la notation LE MONDE | • Mis à jour le | Par Charles Hadji (Professeur émérite à l’université Grenoble-Alpes, sciences de l’éducation) On a parfois l’impression que la question de l’évaluation est devenue l’objet d’une véritable guerre de religion. D’un côté, la secte des « rigoureux », qui ne jurent que par l’excellence et par l’exigence. La première portera sur l’idée d’évaluation « bienveillante ». Ne pas ajouter de la peur à la peur Mais sans doute vaut-il mieux abandonner l’adjectif bienveillant, pour voir ce qui est ici en jeu. Mais comment être rigoureux, et apprécier la valeur exacte d’une production ? Le problème central n’est pas celui de la notation C’est pourquoi, contrairement aux apparences, le problème central dans l’évaluation des élèves n’est pas celui de la notation. De tels outils existent. Cependant, une évaluation exige-t-elle d’être traduite en note ? Apporter des informations éclairantes Dans sa sécheresse, la note est impuissante à informer sur les acquis et les lacunes.

Related: