background preloader

Une galerie Street Art dans le ventre de New York

Une galerie Street Art dans le ventre de New York
Pendant deux ans, 102 artistes sont venus graffer clandestinement sur les murs d'une station de métro abandonnée dans les sous-sols de Brooklyn, New York. Retour sur un projet qui n'a pas fini de faire parler de lui. Revok, Ceaze, photo par Luna Park © Tous les liens de cet article sont en anglais, sauf mention contraire Entre 2009 et 2010, un bataillon d’artistes, 102 en tout, descend dans le ventre de New York et transforme une station de métro abandonnée en galerie d’art, sous la direction de deux de leurs pairs, Workhorse et PAC. Nous sommes dans une époque où l’on oublie les sources de la passion des artistes,” nous raconte Samantha Longhi de Graffiti Art Magazine [fr]. Difficile d’en savoir plus sur ce projet hors du commun, les participants ne souhaitant pas s’exprimer sur le sujet ou étant tout simplement injoignables. Trustocrop, photo par Vandalog cc Un exploit qui peut leur coûter très cher, le graffiti étant considéré comme un crime aux États-Unis.

Spéléologie urbaine à Brooklyn Louis Imbert a suivi des explorateurs new yorkais dans les sous-sols de la ville et dans des lieux à l'abandon. Récit de leurs balades et de leurs motivations, en toute illégalité. MAJ le 9 mai : Quatre explorateurs urbains ont été arrêtés hier et sont poursuivis pour être entrés illégalement dans les tunnels du métro new-yorkais. Ils avaient avec eux bougies, feux d’artifice et appareils photos. Les risques du métier. Un groupe d’une vingtaine de personnes, jeunes pour la plupart et élégantes en chaussures de ville, à barbes fournies, traverse un mur de béton effondré, débouchant du canal de Gowanus, à Brooklyn, sous les murs de brique rouge d’une centrale électrique désaffectée. Ils observent les quatre étages de l’usine, l’immense tag blanc qui court sur son fronton – “OPEN YOUR EYE GIRL” – les fenêtres alternativement bordées de fer et ouvertes au vent. Soudain, Perez se lève et se met à courir d’un bout à l’autre de l’étage, passant devant trois arcades ouvertes.

Top 18 des plus belles réalisations de shadow art (aka. les Maîtres des Ombres…) Faire d'un amas de ferraille a priori informe un bateau ou un couple, en projection sur un mur, c'est possible. Cela demande juste un peu plus de temps que de faire un lapin avec ses mains. Vous aussi vous avez mis 25 ans à maîtriser la forme du lapin en ombres chinoises ? Certains artistes se sont spécialisés dans la transformation d’ombres en œuvres d’art juste en assemblant les objets les plus improbables et en mettant la bonne lumière au bon endroit. Un top qui, à défaut de vous donner du courage dans vos futures tentatives de jeux d’ombres, vous bluffera et vous assurera que finalement, jouer avec la lumière c’est un truc de pro. Attention derrière vous c’est affreux ! Source : buzzfeed Billet initialement publié sur Topito, top réalisé par Lenah

À Propos De Ce Site... Quelques chiffres... Le site est en ligne depuis début 1998! A ce jour, le site affiche un total de 84 explorations urbaines documentées illustrées d'environ 2100 photos prises sur 4 continents, réparties de la manière suivante: - nous avons exploré 22 usines abandonnées, - nous sommes rentrés dans 17 hôpitaux ou asiles oubliés, - nous avons découvert 20 autres bâtiments désaffectés (châteaux, églises, théâtres - nous avons escaladé les toits de 5 bâtiments, - nous avons rampé dans 10 labyrinthes souterrains, - nous avons exploré 5 bâtiments ferroviaires, - nous avons précautionneusement documenté 5 anciens sites militaires. Mais gardez en tête que plus de 250 lieux sont en cours de mise à jour, et que le site n'en montre qu'une petite partie seulement! Depuis le 1er Janvier 2006, il y a eu 4,752,713 visiteurs différents sur ce site, et environ 32928 ce mois-ci. J'espère sincèrement que la visite vous a plus au moins autant que j'ai pu avoir de plaisir à explorer tous ces lieux! ...

Top 20 des publicités qui utilisent la rue de manière originale » Article » OWNI, Digital Journalism Souvent envahissante et désagréable, la publicité urbaine sait aussi parfois se montrer très inventive, s'appropriant les éléments de la ville pour servir son message. On s’était intéressés aux publicités qui utilisent originalement l’espace urbain, à deux reprises ainsi qu’aux trompes l’œil de Julian Beever. Et comme le sujet est vaste et que l’espace urbain titille manifestement l’imagination de plusieurs créatifs, cette liste est consacrée aux publicités qui utilisent la rue, cette fois dans son sens strict à savoir le sol. Ou quand la publicité se sert ingénieusement de notre environnement urbain. 1-Les bonnes affaires chez « Vijay Sales » 2-Un passage piéton musical 3-Un orthodontiste, ça bosse 4-L’office de tourisme sud-africain 5-Le passage piéton code-barre 6-L’ONG Aseema pour le droit des enfants 7-M. 8-La frite Mac Do envahit le monde 9-Les trompe-l’œil de Julian Beever 10-Contre le vol de bouche d’égout 11-Un bon café chaud… 13-Les produits de bureau Fedex 15-Le nouveau Canon.

Miru Kim: la ville, nue Miru Kim s’est photographiée nue au sommet de la tour Saint Jacques, dans les égouts de New York et les citernes d’Istanbul. Elle en ramène des images de fin du monde, étrangement romantiques. Comment avez-vous conçu votre série “Naked City Spleen” ? J’ai travaillé sur cette série pendant cinq ans. Puis j’ai décidé d’insérer une figure humaine dans mes images, un élément vivant. Le nu donne une dimension universelle, atemporelle aux photos, la pose est souvent presque animale. Comment explorez-vous ces lieux ? J’ai commencé à explorer pour échapper à l’espèce de dépression qui accompagne la vie en ville, la solitude. Dans les tunnels, vous ne voyez pas la lumière du jour, vous pouvez y passer dix heures de rang et c’est seulement quand vous sortez que vous vous rendez compte à quel point vous êtes épuisé. A quel point recherchez-vous le danger ? Si vous n’êtes pas prudent, si vous tombez à travers un sol pourri par exemple, il n’y a personne pour vous venir en aide.

Amateur d’art - Blog LeMonde.fr Paradise Parking Une série de photographies pensée par l’artiste Peter Lippmann qui a parcouru depuis plusieurs années des campagnes perdues pour trouver des voitures anciennes envahies par la flore. Les clichés obtenus impressionnent par leur poésie et leur beauté. Plus dans la suite. the style files Manuel Lima His first book Visual Complexity: Mapping patterns of information has been translated into French, Chinese, and Japanese. His latest The Book of Trees: Visualizing Branches of Knowledge, published in April 2014 by Princeton Architectural Press, covers over 800 years of human culture through the lens of the tree figure, from its entrenched roots in religious medieval exegesis to its contemporary, secular digital themes. With more than twelve years of experience designing digital products, Manuel has worked for Codecademy, Microsoft, Nokia, R/GA, and Kontrapunkt.

Vendredi c’est Graphism’ Voilà citoyen, tu l'as bien mérité. C'est vendredi et c'est graphisme. Au programme de la semaine, on se plongera également dans l'histoire de l'affiche "Keep Calm & Carry On", dans des statistiques avec un chien ou encore avec une application iPhone pour éviter de se faire attraper par ses parents pendant l'acte. On terminera sur un WTF qui mélange vie réelle et RAGE Comics. Hello et bienvenue à bord de a soucoupe pour parler, regarder, débattre et réfléchir autour du design & du graphisme :) Au programme de la semaine, un doux mélange entre vidéo, soldat & doigts, on se plongera également dans l’histoire de l’affiche “Keep Calm & Carry On”, dans des statistiques avec un chien ou encore avec une application iPhone pour éviter de se faire attraper par ses parents pendant l’acte ! Bref, c’est vendredi et c’est… Graphism ! Allez, on commence la semaine avec cette petite découverte du récit d’un soldat représenté avec une simple main, un simple bras. source source source source & grand format

Connecting Designers with Startups | DesignersCouch Brooklyn Street Art - ...loves you more every day. Posted on September 14, 2014 The street appears in the living room when you visit some artists homes or those of hard core collectors. “Brooklyn is in da house!” suddenly takes on additional meaning. “As I was taking the above photo a fast and furious dude came like a flash out of nowhere on his bike, stopped abruptly, and threw his bike on the floor,” says Jaime. See him in action in the photo below. Here’s our weekly interview with the street, this week featuring C215, Dain, Damon, Dope, Dotmasters, Jamie Paul Scanlon (JPS), Marilyn Minter, NRG US Crew, Pøbel, Richard Best, Stefan Ways, Wolfe Work, You Go Girl! Top Image >> The living room set in the street. A stage set in the street with an impromptu live tagging performance. Pøbel and Østrem in Stavanger, Norway. Dain (photo © Jaime Rojo) Artist Unknown. Wolfe Work (photo © Jaime Rojo) Artist Unknown (photo © Jaime Rojo) C215. You Go Girl (photo © Jaime Rojo) Jamie Paul Scanlon AKA JPS. NRG US Crew (photo © Jaime Rojo) Dotmasters. 1.

Echo Chamber Echo Chamber The Art World Is today’s art too self-referential? Bruce Nauman The True Artist Helps the World by Revealing Mystic Truths, 1967 ‘I am big. Published in 1996, Thierry de Duve’s Kant After Duchamp is still one of the best books for anyone interested in unpacking the riddle of art. De Duve goes on to describe the extraterrestrials’ attempt to inventorize the various things that are designated ‘art’ in human society: ‘images, but not all images; sounds, but only some; written or printed texts, but only certain ones; two- and three-dimensional objects, some made in the image of humans, but also others that are unrecognizable; gestures, cries and speeches, but performed or uttered only under certain, extremely variable, conditions.’ General Idea AIDS - Amsterdam Tram Project, 1990, poster /screenprint on sticker ‘To see something as art requires something the eye cannot decry – an atmosphere of artistic theory, a knowledge of the history of art: an artworld.’ Dieter Roelstraete

Related: