background preloader

Culture libre

Culture libre
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La culture libre est un mouvement social qui promeut la liberté de distribuer et de modifier des œuvres de l'esprit sous la forme d'œuvres libres[1] par l'utilisation d'internet ou d'autres formes de médias. Le mouvement de la culture libre puise sa philosophie de celle du logiciel libre en l'appliquant à la culture, dans des domaines aussi variés que l'art, l'éducation, la science, etc[2]. Les mécanismes juridiques des licences libres attachées à la culture sont également inspirés du logiciel libre ; l'utilisation des licences art libre ou Creative Commons a ainsi permis l'émergence de la musique libre et de l'art libre. La culture libre défend notamment l'idée que les droits d'auteurs ne doivent pas porter atteinte aux libertés fondamentales du public. Histoire[modifier | modifier le code] « Tu dis : “Cette pensée est à moi.” — Henri-Frédéric Amiel, Rien n'est à nous[3] Culture libre et licence libre[modifier | modifier le code] Related:  Lieux d'apprentissage

Culture Libre - Promouvoir et diffuser la culture libre - site de l'association éponyme Université féministe d’été - Colloque interdisciplinaire « Technologies : libération ou exploitation des femmes Lieu: Université Laval, 1030, ave. des Sciences-Humaines, Amphithéâtre 1C, Québec, Québec Date: 19 mai 2013 h (Toute la journée) - 24 mai 2013 h (Toute la journée) Catégorie: Colloque ou congrès Les développements technologiques considérables des dernières décennies influencent profondément les représentations de soi et du monde, les conditions de vie et le changement social. D’où le titre de notre 11e édition : TECHNOLOGIES : LIBÉRATION OU EXPLOITATION DES FEMMES? Du 19 au 24 mai 2013, l’Université féministe d’été vous convie à une semaine intensive d’échanges et de ressourcement, en compagnie de féministes oeuvrant dans différents domaines et disciplines. Le programme est en conçu de telle manière que, dans chacune des séances, une heure complète est réservée aux questions et aux échanges entre la salle et les conférencières et conférenciers. L’Université féministe d’été est ouverte, sans préalable, à toute personne intéressée. Téléphone : (418) 656-2131 poste 8930 -> Consultez le programme

Le renouveau pédagogique passe par des espaces inspirants En quelques années la France a transformé son écosystème pour devenir le pays où il faut aller pour inventer de nouvelles pédagogies. Cette mutation provient moins d'une politique centralisée de l’état mais plus de la démultiplication d’espaces et de démarches d’acteurs privés ou publics qui à force de foisonner modifient en profondeur les possibilités des pédagogues pour déployer leurs idées. Le renouveau pédagogique en cours s’intègre dans un mouvement plus large d’innovation comme montré dans cette carte : « carte de l’innovation ». Paris ville apprenante Bien sûr la ville de Paris est incontournable, cette ville d’affaire, universitaire, internationale, où il fait bon vivre s’est progressivement doté d’un réseau de plus de 2 300 lieux où le numérique est accueilli et soutenu. Entreprises animées D’autres acteurs comme la Fing se positionnent entre la recherche-action et le militantisme en explorant des nouvelles pratiques et les changements de mentalités et d’usages qui émergent.

France - WWOOF World Wide Opportunities on Organic Farms (France) Pour le WWOOFer Comment ça marche ? Les hôtes vous accueillent comme un(e) ami(e), voire même comme quelqu'un de leur famille, c'est à dire que vous êtes nourri et logé à la même enseigne. Attention : aucune des personnes ne doit percevoir d'argent, le but de WWOOF est de s'enrichir en rapports humains, de découvrir et d'apprendre dans une ambiance « écolo » UNIQUEMENT. Cette expérience vous permettra : - de découvrir les techniques de l'agriculture biologique - de connaître des façons de vivre saines, alternatives - d'avoir plus d'informations, de comprendre le mouvement biologique et de participer à son développement - d'offrir aux citadins une expérience de la vie et du fonctionnement des fermes - de visiter la région où vous êtes et de vous intégrer à la vie locale - et surtout de croquer la vie à pleine dents ! +++++ Pour vous accompagner, un guide, indépendant de l'association, rédigé par une ancienne WWOOFeuse est disponible ici Haut de Page Pour l’hôte WWOOF est un échange.

Intersquat Paris | Technologies : libération ou exploitation des femmes ? | OIIQ Les développements technologiques considérables des dernières décennies influencent profondément les représentations de soi et du monde, les conditions de vie et le changement social. Dans l’état actuel des rapports sociaux, les retombées ne sont pas toutes positives et n’affectent pas tout le monde de la même manière. De profondes inégalités sociales existent non seulement dans l’accès aux nouvelles technologies mais aussi dans l’utilisation qui en est faite et dans leur contrôle. Du 19 au 24 mai 2013, l’Université féministe d’été vous convie à une semaine intensive d’échanges et de ressourcement, en compagnie de féministes œuvrant dans différents domaines et disciplines. Le programme est en conçu de telle manière que, dans chacune des séances, une heure complète est réservée aux questions et aux échanges entre la salle et les conférencières et conférenciers. L’Université féministe d’été est ouverte, sans préalable, à toute personne intéressée.

Hackerspace Un hackerspace est un tiers-lieu où des gens avec un intérêt commun (souvent autour de l'informatique, de la technologie, des sciences, des arts...) peuvent se rencontrer et collaborer. Les Hackerspaces peuvent être vus comme des laboratoires communautaires ouverts où des gens (les hackers) peuvent partager ressources et savoir[1]. Une traduction française est Laboratoire ouvert ou Transformatoire[2]. Beaucoup de hackerspaces utilisent et participent à des projets autour du logiciels libres, du matériel libre, des ressources documentaires sous licence libre ou des médias alternatifs alimentant ainsi un patrimoine informationnel commun. Ils sont souvent physiquement installés dans des maisons des associations ou des universités, mais dès que le nombre d'adhérents et l'éventail des activités augmentent, ils déménagent généralement dans des espaces industriels ou d'anciens entrepôts. Exemple d'utilisation d'écran LCD 16/2 par le Liège Hackerspace Fonctions[modifier | modifier le code]

Wwoofing : mode d'emploi Besoin de vous évader, d’aller voir ailleurs, de vous rapprocher de la nature… mais avec quel argent ? La solution est toute trouvée grâce au wwoofing : choisissez le pays qui vous plaît, et partez offrir vos services quelques heures par jour dans une ferme bio en échange de quoi vous serez logé et nourri ! Une expérience à tenter de toute urgence. 1. Né dans les années 70 chez les britanniques, le concept du wwoofing, ou « Willing Workers on Organic Farms » s’est propagé au monde entier. La journée-type d’un wwoofer : Début de matinée : petit déjeuner avec la famille ou les autres wwoofers. L’expérience vous tente ? Une exception : Colombie, Croatie, Islande, Kenya, Laos… Près de 50 pays à travers le monde ne possèdent pas d’organisme national et se sont réunis pour créer une association de wwoofing internationale, que vous trouverez ici : www.wwoof.org Un conseil avisé : échangez plusieurs mails avant de vous décider pour une ferme plutôt qu’une autre en demandant des précisions :

Sébastien Broca : Du logiciel libre aux théories de l’intelligence collective Notre énergie, enthousiasme et optimisme ne doivent pas nous faire oublier les deux principaux écueils qui menacent en permanence ce blog, et peut-être aussi par extension toute la dite « Communauté du Libre ». Le premier est la tentation d’enjoliver la situation et d’alimenter ainsi une mythologie, voire même une idéologie. Du côté open source, on n’aura de cesse de venter la qualité des logiciels libres, les vertus d’une organisation en mode « bazar et les formidables opportunités économiques offertes par le service autour du logiciel libre. Tandis que du côté free software, on mettra l’accent sur une éthique et un ensemble de valeurs, ainsi synthétisés non sans emphase par Richard Stallman en ouverture de ses conférences : « Je puis résumer le logiciel libre en trois mots : liberté, égalité, fraternité ». Sébastien Broca est allocataire de recherche au Cetcopra (Univerisité Paris 1) où il réalise un doctorat de sociologie. Il résume ainsi son propos : . URL d’origine du document 1. . .

L'échange et le don L’échange et le don A la suite de Mauss, des générations d’ethnologues ont opposé, d'un côté, les dons et les échanges dits « cérémoniels » et, de l'autre, les échanges marchands. Les premiers auraient pour but principal de renforcer les liens sociaux ou d'acquérir du prestige, et les seconds viseraient avant tout la possession des biens eux-mêmes. L’ennui, c’est qu’il est impossible, dans les faits, de distinguer clairement ces deux modes de transferts selon leurs fins. Dans l’exemple classique de la Kula, il est clair que le but n’est pas de renforcer les liens sociaux avec les partenaires : Malinowski montre bien que « c'est la chose que l'on veut, pour le prestige qui lui est attaché, pour la renommée que cela procure, parce qu'enfin cela témoignera du succès dans la kula et parce que le succès attire le succès. Quant au prestige, il n’est pas l’apanage des échanges non marchands ou du don. Bref, il faut trouver une autre classification. 1. Qu’est-ce donc que le don ? 2.

Related: