background preloader

Trembl@y #5 : la classe inversée en débat (with images) · speigne

Trembl@y #5 : la classe inversée en débat (with images) · speigne
Related:  Penser le numérique

Bruno Devauchelle : Quelle posture de l'enseignant face au numérique Alors que se sont multipliés les référentiels de compétences pour définir le métier d'enseignant et sa relation aux TIC et autres numériques au cours des quinze dernières années, on s'est assez peu penché sur la notion de posture de l'enseignant en tant que telle dans un contexte de plus en plus envahi par les moyens numériques. Par posture, nous désignons outre des manières d'être face au monde, des modes d'engagement personnel ou plutôt d'implication dans les activités personnelles et professionnelles (voir infra en note le texte d'Alain Viala). Sans vouloir sortir des compétences les fameux "savoir être" ou "attitude" qui y sont associés, il est nécessaire, au regard des pratiques du numérique par les enseignants, de questionner la dimension posturale, ce qu'elle est, ce qu'elle implique, et comment on peut la travailler, individuellement, collectivement, institutionnellement. - La maîtrise de la visée plus que des objectifs : se fixer un cap sans s'enfermer dans un but à atteindre.

La méthode 635 ou comment faire émerger les idées ? La méthode 635 est une forme spéciale de brainwriting, donc une technique de créativité, où les membres d’un groupe de travail déduisent d’autres idées de façon méthodique à partir d’idées émises par d’autres membres du groupe de travail. Le nom de la méthode se déduit de la démarche : 6 personnes développent chacune3 idées en5 minutes Chaque participant reçoit un formulaire avec un tableau comportant trois colonnes et six lignes. Une fois que le problème a été décrit de façon précise, les six participants du groupe de travail écrivent chacun en cinq minutes, dans les premières lignes de leurs tableaux, trois idées. Six tableaux comportant chacun 18 idées sont ainsi remplis. [note_box]Remarque : La méthode 635 peut être modifiée et devenir une méthode 534 ou 736 en fonction du nombre de participants. Les conditions préalables à la démarche La mise en œuvre de la démarche L’opération de transmission doit avoir lieu cinq fois.

La classe inversée en 5 épisodes Accueil > Dossiers et articles > La classe inversée en 5 épisodes Par Élodie Lestonat | e.lestonat@cursus.edu Publications Créé le lundi 27 avril 2015 | Mise à jour le lundi 18 mai 2015 La classe inversée offre de nouvelles perspectives pédagogiques. La « flipped classroom » est une démarche d’apprentissage qui modifie l’organisation traditionnelle des classes. Retrouver le sens de la «skola» (loisir consacré à l'étude), avec d'autres, autour de différents sujets... Thot Cursus vous invite à découvrir la Classe inversée en 5 épisodes à travers ce Storify. Sujets : Formation à distance , Enseignement - Didactique - Pédagogie , Conception de cours , Technologies en éducation , Formation par les pairs , Formation professionnelle Mots-clés : Classe inversée , flipped classroom , Apprenant , Nouvelles technologies d'apprentissage , Retours D’Expériences , FOAD , Présentiel , concept , démarche d'apprentissage

Bruno Devauchelle : Le numérique, c'est pas un cadeau de Noël pour les élèves ? Avec l'arrivée des fêtes de fin d'année, la tendance cadeau utile et en même temps cadeau qui plait, la tablette, le smartphone, l'ordinateur portable sont de bons objets qui, contrairement aux drones et autres objets connectés, serviront au moins à leurs études. C'est ainsi que parents et grands-parents envisagent depuis de nombreuses années le fameux cadeau numérique de Noël. Du côté des enseignants, voici une fameuse opportunité qui se présente. Et si les jeunes utilisaient leur ordinateur pour faire du travail scolaire. On pourrait ainsi contourner cette rivalité technologie/papier livre/numérique et ainsi les ramener à "leurs chères études". Bravo les cadeaux de Noël ! On parle de plus en plus souvent des pratiques scolaires avec le numérique à domicile, encouragées par les classes inversées. Il nous semble très réducteur d'opposer travail et plaisir. L'usage des termes est bien ambigu. Bruno Devauchelle Toutes les chroniques de B Devauchelle

Les méthodes visuelles en design-thinking Popularisé par Tim Brown et développé par de nombreux auteurs, le design-thinking propose d'adopter une démarche de designer pour mener un projet d'innovation. Chaque étape du processus mobilise les sens, et en particulier la vision. Le design a ici un sens stratégique. Ce n'est pas le design carossier qui arrive en fin de projet et pour reprendre l'expression de Dieter Rams, qui viendrait "mettre du rouge à lèvre à un gorille". Cet article s'appuie sur l'approche du design-thinking que propose Jean-Patrick Péché, qui a proposé un mooc sur le sujet sur la plateforme Unow. La veille, l'exploration On l'a vu, la méthode du design thinking se propose d'alterner des temps d'exploration et des temps de recentrage. L'exploration s'étend aussi bien dans le monde virtuel que dans le monde réel. Certains étudiants de Jean-Patrick Péché ont travaillé sur le thème de l'eau. On peut poursuivre avec une recherche plus précise sur des portfolios d'artistes numériques et de designers, comme Behance.

Faire ses premiers pas vers la classe inversée Un dossier conjoint Infobourg – Carrefour Éducation Peut-être avez-vous entendu parler dernièrement de la fameuse dynamique de « classe inversée »? Elle semble être sur toutes les lèvres! Parmi les enseignants qui l’ont expérimentée, certains ne peuvent plus s’en passer et y voient des avantages énormes, notamment grâce aux nouvelles possibilités de personnalisation de l’enseignement entraînée par l’augmentation du temps disponible pour les élèves. Mais tout d’abord, qu’est-ce que la classe inversée? Présentement, au primaire et au secondaire, on voit certains cas d’application du modèle « mixte », un contexte dans lequel une partie de l’année se déroule de façon « inversée » et, l’autre, de façon traditionnelle. Ce dossier conjoint de Carrefour Éducation et d’Infobourg propose de faire le tour de la question et de prendre connaissance de l’expérience de certains enseignants. Plan du dossier : 1. 2. 3. 4. À propos de l’auteur Audrey Miller Pour suivre l’auteur :

Dans nos archives. A la pointe de l’informatique mobile, le “bureau-bicyclette” Le monde en 2040. En novembre, Courrier international a fêté ses 25 ans. A cette occasion, nous republions des articles qui résonnent avec l’actualité de 2015. Aujourd’hui : les prémices du mobile et de l’informatique nomade. [Article paru initialement dans Courrier international le 4 juin 1992] Steve Roberts est le premier expérimentateur de l’informatique mobile à vélo. Il y a neuf ans, Steve Roberts quittait Colombus, dans l’Ohio, pour se fondre dans ce qu’il nomme “Dataspace”, un univers de réseaux électroniques où le chez-soi n’est plus qu’une notion abstraite. M. Pédaler dans un transat La bicyclette de M. M. M. Il écrit des articles à la pige et publie un bulletin trimestriel intitulé Nomadness (jeu de mot sur “nomadisme” et “pas de folie”), qui a mille abonnés. Deux vies à la fois Car M. M. Etant donné que toute l’électronique supplémentaire a rendu l’expérience encore plus éreintante, la bicyclette comporte maintenant cent cinq vitesses. Cependant, M. Sur la route Paul B.

[leçon] Qu'est-ce-que le design thinking ? - Les cahiers de l'innovation Qu’est-ce-que le design thinking ? Le Design Thinking est tout simplement le terme utilisé pour désigner l’ensemble des méthodes et des outils qui aident, face à un problème ou un projet d’innovation, à appliquer la même démarche que celle qu’aurait un designer. C’est une approche de l’innovation et de son management qui se veut une synthèse entre la pensée analytique et la pensée intuitive. Il s’appuie beaucoup sur un processus de co-créativité impliquant des retours de l’utilisateur final. Ces méthodes ont été élaborées dans les années 80 par Rolf Faste sur la base des travaux de Robert McKim. Années 1950: Le publicitaire américain Alex Osborn, en mettant au point la technique du brainstorming, sensibilise le monde de l’entreprise à la pensée créative.Années 1960: Création d’un premier programme inter-départemental à l’université de Stanford, la majeure de Product Design. La valeur économique a commencé avec les ressources (céréales, minéraux). Pourquoi le design thinking ?

Les leurres de la classe inversée Au dire de certains, la classe inversée constituerait une révolution pédagogique. Elle ferait renaître la motivation d’élèves s’ennuyant dans la classe « traditionnelle », permettrait une différenciation favorable à une meilleure réussite des élèves en difficulté, tout en offrant à tous d’être « acteurs de leurs apprentissages et producteurs de leur savoirs ». Forcer le trait pour construire l’opposition radicale des modèles. La description de l’activité pédagogique « traditionnelle » sur les sites promoteurs de la pédagogie inversée repose sur une analyse quelque peu simplificatrice. Un des principaux sites de promotion de la « classe inversée » résume l’activité de l’élève au sein de la classe « traditionnelle » à « un enregistrement des connaissances transmises par l’enseignant » considéré comme une « tâche de bas niveau cognitif ». À vouloir l’examen critique, aurions-nous seulement un apriorisme méprisant ? Alors pourquoi faciliterait-elle l’apprentissage ? Quelle différenciation ?

Related: