background preloader

Eli Pariser nous met en garde contre "les bulles de filtres"

https://www.ted.com/talks/eli_pariser_beware_online_filter_bubbles?language=fr

Related:  Seconde SNTThème réseaux sociauxFacebook - bulles de filtres - algorithmesInformation/désinformationBulle cognitive

Les réseaux sociaux : un danger pour la démocratie ? Les réseaux sociaux : un danger pour la démocratie ? Il y a à peine 10 ans, Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux étaient encensés dans les médias. Pourquoi ? Parce qu’ils permettaient à des militants, blogueurs et simples citoyens, d’informer, de communiquer. Et même d’organiser des mouvements sociaux jamais vus. Création d'un réseau social Création d'un réseau social Cette activité débranchée permet aux élèves de créer un petit réseau social, et de visualiser le graphe associé. Cette activité est réalisée par un groupe de 6élèves. En effet, la modélisation d'un réseau trop important posera soucis aux élèves. La limitation du nombre d'élèves permettra d'avoir un modèle de graphe qui soit facile à tracer pour les élèves.

Les algorithmes de recommandation Nous vous invitons à découvrir le principe de fonctionnement des algorithmes de recommandation, ceux utilisés pas les grandes plateformes de vente du Web qui vous disent ce qu’ont acheté les autres acteurs ou qui vous enferment dans une bulle informationnelle. Nous nous concentrons ici sur les aspects techniques et auront sans doute d’autres occasions de considérer des aspects sociétaux, comme l’importance de la recommandation sur les résultats d’élections. Nous avons demandé à Raphaël Fournier-S’niehotta, spécialiste de ces algorithmes, de nous en dire plus. Pierre Paradinas

La bulle de filtres : comment elle nous influence Il existe également, dans le cadre de la défense de la diversité d'opinion, des voix qui critiquent la théorie de la bulle de filtres. Ce qui serait particulièrement discutable, c'est l'influence réelle d'une bulle de filtres et la question de savoir si Internet ou les algorithmes correspondants l'amplifient réellement. Aux États-Unis, une enquête de Pew Research menée après l’élection de Donald Trump montre que pour 48 % de ses électeurs, ce sont les chaînes de télévision Fox News (40 %) et CNN (8 %) qui ont servi de source principale à leur décision, contre seulement 7 % pour Facebook par exemple. La télévision et la radio, médias traditionnels, restent donc des sources d’informations importantes pour forger l’opinion publique, et semblent relativiser l’impact des algorithmes sur les médias sociaux.

Pixees - SNT seconde Enseignement SNT Internet Le web Les réseaux sociaux Les données structurées et leur traitement Localisation, cartographie et mobilité Les réseaux sociaux — SNT Les réseaux sociaux Cette séquence a été préparée à quatre mains, avec mon collègue François Paoli. Le manuel utilisé en classe est celui des éditions Didier. Un algorithme est un éditorialiste comme les autres. Bon je m'étais pourtant promis de ne pas en rajouter une couche sur toute cette histoire de bulle de filtre et de rôle des algorithmes / réseaux sociaux / faillite de la presse dans l'élection de Donald Trump qui, pendant qu'on discute du rôle de Facebook dans son élection et de la manière dont il gère son compte Twitter est en train de nommer tranquillou des suprémacistes comme conseillers stratégiques sans que ni la valeureux Barak ni la non-moins valeureuse Hilary ne s'en émeuvent outre-mesure. Bref. (Source)

Comment les réseaux sociaux accentuent l’enfermement dans ses idées Internet et les réseaux sociaux sont-ils des machines à enfermer les internautes dans leurs propres certitudes ? Cette question, posée dès 2011 par le penseur du Web Eli Pariser dans son ouvrage The Filter Bubble : What The Internet is Hiding from you (Les bulles filtrantes : ce qu’Internet vous cache, non traduit), est aujourd’hui au cœur de la réflexion de nombreux chercheurs du Net. Lundi 23 avril à la Cité internationale de Lyon, où se tient jusqu’au vendredi 27 la prestigieuse conférence annuelle itinérante des professionnels d’Internet, The Web Conference, la polarisation des idées et des débats sur les réseaux sociaux a fait l’objet d’une demi-journée d’étude mêlant ingénierie du Web et psychologie sociale. Une vieille question de psychologie sociale Cette impasse démocratique, remarquent les chercheurs, est loin d’être une invention du Net. Par ailleurs, la recherche n’a pas attendu l’âge d’or de la collecte de données sur Internet pour tenter des approches quantitatives.

Lumière sur le risque numérique et l’école 2.0 Grâce à une large enquête auprès des jeunes enseignants ayant au moins 3 ans d’expérience dans le métier en tant que titulaires, ce projet a permis de faire le point sur leurs représentations des risques numériques dans l’exercice de leur profession. Bien que ces enseignants néo-titulaires fassent partie de la génération dite « Digital native » et qu’ils soient grands utilisateurs d’Internet, peu d’entre eux estiment avoir une culture numérique suffisamment « experte » pour aborder cette question du risque numérique dans leurs cours. Afin de capter les connaissances en numérique et le ressenti des jeunes collégiens, des expérimentations de terrain ont été organisées avec 2 classes de 5ème. A travers les ateliers, les élèves ont partagé leurs propres pratiques sur les réseaux sociaux et exprimé ce que représentent les risques numériques pour eux.

Bulle de filtres Eli Pariser a théorisé le concept de la bulle de filtres. La bulle de filtres[1] ou bulle de filtrage[1] (de l’anglais : filter bubble) est un concept développé par le militant d'Internet Eli Pariser. Selon Pariser, la « bulle de filtres » désigne à la fois le filtrage de l'information qui parvient à l'internaute par différents filtres ; et l'état d'« isolement intellectuel » et culturel dans lequel il se retrouve quand les informations qu'il recherche sur Internet résultent d'une personnalisation mise en place à son insu. Selon cette théorie, des algorithmes sélectionnent « discrètement » les contenus visibles par chaque internaute, en s'appuyant sur différentes données collectées sur lui. Chaque internaute accéderait à une version significativement différente du web. Il serait installé dans une « bulle » unique, optimisée pour sa personnalité supposée.

Bulles d'informations numériques : Google et Facebook ont-ils fait gagner Trump ? L'élection de Donald Trump a été un coup de tonnerre. En premier lieu médiatique, puisque les grands médias américains — mais aussi étrangers — avaient majoritairement pris parti pour son adversaire, Hillary Clinton. Personne, parmi les analystes de l'opinion politique n'a vu venir la victoire d'un candidat aussi improbable que détesté par une grande partie de la sphère médiatique. Les instituts de sondage se sont eux aussi trompés, et une sorte de consensus général s'est en fin de compte installé cet automne, renvoyant l'impossibilité qu'un candidat aussi vulgaire dans son comportement, absurde dans ses propositions puisse l'emporter. Mais Donald Trump a gagné l'élection présidentielle américaine. Détestation et fascination envers les médias

Related:  ESPRIT CRITIQUE