background preloader

Quels mots pour parler des attentats avec les enfants, à l’école ou à la maison ?

Quels mots pour parler des attentats avec les enfants, à l’école ou à la maison ?
France Info junior s’est rendu dans une classe de CM1-CM2 à Paris pour écouter et répondre aux questions des élèves, de retour à l’école après les attentats meurtriers de vendredi. Claude Halmos, psychanalyste spécialiste des enfants, répond à leurs questions. Il est 8 heures passées dans le nord-est de Paris, l'école du quartier a son allure de lundi matin : des cartables à roulettes qui se frayent un chemin, des parents avec poussettes qui déposent leurs plus grands, le brouhaha de cour de récré. Si on tend l’oreille pourtant, ce matin ne sonne pas comme un lundi ordinaire. Dans la bouche des enfants, les récits du week-end laissent place à ceux des attentats. Dans la cour, si les élèves parlent de sport, c'est pour décrire la tête d'Evra pendant la première explosion survenue au stade de France. "Un peu le stress" en venant à l'école Mettre les bons mots, éviter les amalgames Pour aller plus loin... À LIRE AVEC LES ENFANTS ►►► ► Que s'est-il passé à Paris ?

http://www.franceinfo.fr/emission/france-info-junior/2015-2016/quels-mots-pour-parler-des-attentats-avec-les-enfants-l-ecole-ou-la-maison-16-11-2015-07

Related:  Attentats du 13 novembre : ressources pour en parler en classe13 novembreAttentats 13nov

Attentats : Des pistes pour le primaire Une fois encore, la deuxième en quelques mois, la France a été confrontée à une haine, une violence et une lâcheté des plus inhumaines. Les événements terribles qui ont touché Paris et les vagues d’émotions qui submergent les cœurs et les réseaux sociaux ne peuvent malheureusement échapper aux enfants, y compris aux plus jeunes. Bien qu’on souhaite les protéger, les télévisions et les radios sont en boucle, les gens ne parlent que de ça et par la force des choses, ces enfants ressentent qu’il se passe quelque chose de grave. Que dire des enfants livrés à eux-mêmes à la maison, qui passent leur temps à « zapper » ou à jouer à des jeux vidéos d’une extrême violence interdits pour leur âge ? La tâche est lourde, pour nous, enseignants, d’aider ces élèves non pas à comprendre ce qui est incompréhensible mais à appréhender la nécessité d’adhérer aux valeurs qui construisent la société et qui fonde notre République. Comment aborder les choses avec nos élèves lundi matin ?

Attentats de Paris - Aider les enfants et les adolescents à comprendre 16 novembre 2015 Pour vous aider à échanger avec vos enfants à propos des attentats du 13 novembre, qui nous ont tous saisis, les rédactions de nos magazines vous proposent des documents à télécharger gratuitement. Ils vous permettront d’expliquer ces évènements dramatiques à de jeunes enfants, à des collégiens ou à des lycéens, avec des mots adaptés à chaque âge. Parents, éducateurs et enseignants, n’hésitez pas à partager ces ressources pour accompagner tous les enfants. Comment parler des images violentes aux enfants ? Certaines émissions télévisées, en particulier les journaux d’informations, ne sont pas adaptées à la jeunesse. « Jusqu’à 10-12 ans, les parents ne devraient pas laisser un enfant seul devant la télévision au moment des actualités. C’est une première précaution », affirme Harry Ifergan, psychologue et spécialiste du développement de l'enfant. Pour autant, difficile d’échapper pour les plus jeunes aux images des attentats à Paris qui ont pris une large place dans l’ensemble des journaux télévisés, qui ont relayé de terribles images de cette agression. Parler des terroristes aux enfants - Les Maternelles Il ne réagit pas…

La France se tromperait-elle d'ennemis? Depuis les massacres du 13 novembre dernier, le gouvernement français semble agir d'une façon chaotique qui pourrait à moyen-terme se révéler très dangereuse. Et il n'est pas le seul, comme on l'a vu avec la Grande-Bretagne et bientôt l'Allemagne. Comme si devant l'expression d'une extrême violence, on n'avait de recours possible qu'une autre violence, démultipliée, multiforme, du type Tuez-les tous, Dieu saura reconnaître les siens, célèbre remarque de l'abbé Amalric quand il lança l'assaut contre les hérétiques de Béziers en 1204. Dans l'ivresse de réagir de façon à la fois précipitée et musclée histoire de rassurer une population paniquée, on a omis de poser les questions de base, à savoir 'Pourquoi?' décliné sur toutes les formes possibles.

Histoire-géographie : Des séquences pour le collège et le lycée Lundi 16 novembre, les professeurs d'histoire et de géographie seront au premier rang des enseignants sollicités pour dialoguer avec les élèves. Plusieurs enseignants ont préparé des séquences pédagogiques qui vont grandement aider leurs collègues. Au collège , avec Géraldine Duboz et Emmanuel Grange Enseignante à Besançon, Géraldne Duboz propose une belle séquence "pour aider à comprendre les attentats". Elle regroupe une vidéo, des documents d'Astrapi et d'Okapi et un article de Paris Match pour arriver à des questions sur la guerre avec Daech. Emmanuel Grange publie sur son site une séquence d'EMC pour la 4ème ou la 3ème, qui revient sur le vocabulaire utilisé pour désigner Daech et situe l'organisation dans soin environnement politique.

(20+) Une liberté attaquée par l’ennemi et restreinte par l’Etat Je suis à Paris et je suis passée boulevard Beaumarchais, près du lieu de la tuerie de vendredi soir. J’avais dîné à dix minutes d’une autre cible. Tous ceux que je connais sont sains et saufs, mais beaucoup de gens que je ne connais pas sont morts, ou traumatisés, ou en deuil. C’est choquant et horrible. Aujourd’hui, il y avait du monde dans les rues l’après-midi, mais personne le soir. Et ce matin, c’était très calme. Espagnol: Parler des attentats Inquiétude, tristesse, colère, révolte, incompréhension,... seront certainement quelques uns des sentiments que les élèves auront envie de partager lundi matin avec leurs enseignants lorsque ils se retrouveront en classe. Que pouvons-nous mettre à leur disposition pour évoquer ces terribles événements parisiens de ce vendredi 13 novembre 2015? Des faits, un malaise et un élan de solidarité Dès l'entrée en classe, un malaise se fera sans aucun doute sentir, et des regards profonds, perturbés, abattus se croiseront. Mais comment transformer ce malaise en moments de partages, d'échanges constructifs? Doit-on revenir sur les termes qui ont été utilisés par les chaînes de télévision lors de la couverture médiatique pour en informer les téléspectateurs?

Weblettres - Aborder les attentats terroristes Compilation des messages des colistiersLe temps de l’écoute « N’y a-t-il pas d’abord à les écouter longuement (et ce, quoi qu’ils disent, même si cela nous choque...) ? » « Tous nos trésors de sensibilité et de culture aggravent parfois notre sentiment de responsabilité, de culpabilité et d’impuissance juste après le choc : Qu’avons-nous fait ? Qu’aurions-nous dû faire ? Qu’allons-nous dire ? Que pouvons-nous réussir ? Ressources du CDI du collège Georges Méliès Un bilan déplorable ce vendredi 13 novembre 2015 fait état de nombreux morts et blessés au coeur de Paris et au stade de France. Pour répondre aux interrogations de nos élèves, voici des ressources vérifiées et fiables permettant d' appréhender la reprise prochaine des cours en ce lundi 16 novembre 2015. Dans la classe C'est quoi le Djihad ? Djihad, c’est un mot qui fait peur.

Related: