background preloader

“Prêt à jeter”: quand la nostalgie industrielle devient complotisme

“Prêt à jeter”: quand la nostalgie industrielle devient complotisme
Tentant d'exposer les fondements de l'obsolescence programmée, le documentaire Prêt à jeter ignore selon Econoclaste des principes industriels de base... et verse dans une parano malsaine. Arte a récemment diffusé un documentaire intitulé « prêt à jeter », consacré à l’obsolescence programmée. Le documentaire a apparemment eu un grand succès public, et la critique l’a unanimement recommandé (Télérama-Le Monde-Le Figaro). Vous pouvez visionner le documentaire en vod en suivant ce lien, et pouvez (pour l’instant) le trouver sur youtube. Comme il m’avait été recommandé par diverses personnes, je l’ai visionné. Ce documentaire est hélas d’une nullité intégrale. La durabilité, une qualité désirable… mais pas toujours prioritaire (à l’époque de ma grand-mère bien entendu : sauf qu’à son époque, elle disait aussi que les produits de sa grand-mère étaient plus solides). Mais il n’y a pas que ces biais de survie et d’idéalisation du passé. Complotisme et nostalgie soviétique… Related:  Planned obsolescence / Made to BreakIdées

Obsolescence programmée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La célèbre Ford T, fiable, solide, durable et accessible à l'Américain moyen, a très peu évolué durant ses 19 ans de production (1908 – 1927). Elle n'a finalement pas pu faire face à la concurrence de General Motors qui a établi sa stratégie sur la production régulière de nouveaux modèles démodant les séries précédentes[1]. C'est un des exemples proposés d'obsolescence programmée, par le design et la mode entretenue par la publicité. L'obsolescence programmée (OP) ) est le nom donné à l'ensemble des techniques visant à réduire la durée de vie ou d'utilisation d'un produit afin d'en augmenter le taux de remplacement[1]. Face à la prise de conscience du public, certains pays tentent de légiférer pour limiter le recours à l'obsolescence ou au vieillissement programmés. Position du problème[modifier | modifier le code] L'obsolescence programmée constitue un effet pervers de la société de consommation. Définitions[modifier | modifier le code]

Planned obsolescence For an industry, planned obsolescence stimulates demand by encouraging purchasers to buy sooner if they still want a functioning product. There is however the potential backlash of consumers who learn that the manufacturer invested money to make the product obsolete faster; such consumers might turn to a producer (if any exists) that offers a more durable alternative. Estimates of planned obsolescence can influence a company's decisions about product engineering. Therefore, the company can use the least expensive components that satisfy product lifetime projections. Such decisions are part of a broader discipline known as value engineering.[citation needed] Philosophers such as Herbert Marcuse and Jacque Fresco have criticized the economic and societal implications of this model. History and origins of the phrase[edit] In the United States, automotive design reached a turning point in 1924 when the American national automobile market began reaching saturation. Systemic obsolescence[edit]

The Long Nineties The Long Nineties Art Looking Back Politics Revisiting art’s social turn and the 1990s – the decade that has yet to end Art Club 2000 Untitled (Conran’s I), 1992–3, c-type print Mocked and ridiculed, the 1980s met a pitiful end at the hands of a generation of artists who considered a market-friendly, object-based art their ideological nemesis, and punished it summarily for its false richness. This is an exaggeration, of course, but ask around in my (Northern European) corner of the world, and I would guess that many of those who were working back then will confirm this picture of a generational showdown. However, during the last five years, as the historicization of the ’90s gains momentum, the jury has gradually reconvened. Unlike the slippery ’90s, which haven’t yet found their closure, there is some certainty to be found in the ’80s. Around the same time, art’s social turn occurred. Simon Grennan and Christopher Sperandio We got it! Lars Bang Larsen

Obsolescence programmée : comment les entreprises entretiennent le cycle du jetable Marketing, ingénierie... Réunis sous le terme « d'obsolescence programmée », mille techniques sont employées par les industriels pour assurer un flux de consommation sacralisé par la pub. Certains étudiants de la Sorbonne avaient pris l’habitude, comme leurs profs, d’aller faire recharger leurs cartouches d’encre dans cette petite boutique de la rue des Ecoles. Neutre, le magasin affichait des étalages de réservoirs « génériques » pour toutes les marques : Epson, Canon, HP, Brother… Mais la petite affaire a bien vite été confrontée à un problème de taille : parmi les nouveaux modèles, certains ne reconnaissaient QUE le matériel « propriétaire », reconnus par une signature matériel et une signature logicielle dans la puce. Quant aux petits malins qui voulaient réinjecter de l’encre avec une seringue dans les têtes d’impression, malheur à eux, la puce traquait le niveau. Des ampoules jetables à l’iPad 2 Les trois méthodes ne sont pas toujours utilisées par les mêmes industries.

obsolescence programmée « Un iPhone devrait durer dix ans » Kyle Wiens a créé en 2003 le premier site proposant des manuels de réparation pour produits électroniques. Spécialisé dans les produits Apple, iFixit a déjà mis 6.000 manuels à disposition des internautes. La société, basée aux Etats-Unis, compte 35 employés et génère 5,8 millions de dollars de chiffre d’affaires. Kyle Wiens a un avis particulièrement affûté sur ce que l’on appelle l’obsolescence programmée, cette technique utilisée par certains fabricants pour rendre leurs produits inutilisables après un certain temps, afin de pousser le consommateur à acheter du neuf. Apple utilise-t-elle l’obsolescence programmée comme stratégie commerciale ? Toutes les entreprises le font. Mais Apple planifie-t-elle sciemment l’autodestruction de ses appareils au-delà d’une certaine durée d’utilisation ? Il faut bien faire la différence entre l’obsolescence programmée et la défaillance planifiée. Combien de temps devrait pouvoir durer un téléphone portable ? Non, moi pas. Non.

George Steiner : “L'Europe est en train de sacrifier ses jeunes” - Idées Grand érudit, George Steiner incarne l'humanisme européen. Il regrette que littérature, philosophie et sciences ne communiquent plus entre elles. Comment comprendre notre monde, s'interroge-t-il, si la culture se rétrécit ? Nietzsche, Héraclite et Dante sont les héros de son nouveau livre, Poésie de la pensée, mais ils attendront un peu. George Steiner nous accueille dans sa maison de Cambridge avec une confidence farceuse, entre une tranche de panettone et un café : lors des débuts de l'Eurostar, il proposait de donner un shilling au premier enfant qui apercevrait un poisson dans le tunnel sous la Manche. « Les parents étaient effarés ! » s'amuse le professeur de littérature comparée. “Si l'on n'est pas saisi dans sa jeunesse par un espoir, fût-il illusoire, que reste-t-il ? L'Europe vit une crise profonde. La mondialisation ne favorise-t-elle pas cette errance ? “En Malaisie, on parle trois langues. Vous sentez-vous malgré tout toujours européen ? Vous venez d'évoquer Harry Potter.

L’immigration légale, nouvelle cible du gouvernement Le gouvernement a fait de la lutte contre l'immigration légale son nouvel objectif. Mais les propos sont encore contradictoires. Finie “l’immigration choisie” chère à Nicolas Sarkozy. D’un côté Claude Guéant, qui entend supprimer 20 000 autorisations de séjour par an. Il faut savoir que 24 % des étrangers non Européens qui se trouvent en France sont des demandeurs d’emploi. De l’autre côté, son collègue Xavier Bertrand a annoncé dimanche son intention de réduire la liste des métiers pour lesquels le recours à une main d’œuvre étrangère est ouvert sans restriction. Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé Contradictions D’un côté donc, si l’on comprend bien, les immigrés peinent à s’intégrer sur le marché du travail. D’abord cette précision: en 2010, l’immigration légale a bien augmenté de plus de 10%, avec 188 780 nouveaux arrivants – pas 200 000 – d’après les statistiques fournies par France Terre d’Asile et l’Office français de l’immigration (OFII). 1. 2. mammal.

Planning for Obsolescence When I wrote my first textbook, the publisher wanted to combat the second-semester used book market by sewing a $100 bill into the binding of every 100th book. Every student would tear his book apart to see if he'd won. Printing with disappearing ink that lasts exactly one semester would also discourage the used book market. The naive answer to why publishers might want to discourage the used book market is that they prefer to get paid every time a student buys a book. If a student is willing to pay, say, $30 for a textbook, that same student will be willing to pay $60 for the use of a textbook that can be resold for $30 at the end of the semester. Now, if you're a publisher, is it more attractive to collect $30 apiece for three books printed with disappearing ink or to collect $90 for one book that's designed to last? That's why economists are generally skeptical about allegations of "planned obsolescence." D oes that mean there's no such thing as planned obsolescence?

Dossier : Pannes de smartphones et tablettes, jusqu’où ira t-on dans l’obsolescence programmée ? L’obsolescence programmée, une tendance qui met en rage les consommateurs. Les produits high-tech n’y échappent pas. Les pannes de smartphones et tablettes seraient planifiées par les fabricants pour inciter à leur renouvellement. Existe t-il des solutions pour y faire face ? Si les produits sortis sur le marché semblent de plus en plus innovants, impossible de compter sur leur longévité. L’obsolescence programmée est un symptôme de notre société d’hyper consommation, elle-même drainée par des individus toujours plus matérialistes. Lien YoutubeChaine Youtube FrAndroid De plus en plus conscients d’être les victimes de l’obsolescence programmée, les consommateurs – que nous sommes – ouvrent les yeux sur cette pratique particulièrement fructueuse pour les fabricants. L’ampoule de Livermore Toutefois, l’ampoule centenaire de la caserne de pompier de Livermore brille elle depuis 1901. De surcroît, les consommateurs sont totalement désarmés face à l’obsolescence par « défaut fonctionnel ».

narvic : Pour un journalisme de guérilla Bien décidé à suivre jusqu’au bout l’expérience du “modèle Versac” d’évolution du blogueur en milieu virtuel, j’ai suspendu mon blog pour me replier sur Twitter, et me voilà maintenant à publier d’improbables billets chez les autres. Tout cela se poursuivra-t-il par un livre avant d’ouvrir un autre blog ? On verra bien. Quoiqu’il en soit, c’est bien agréable de quitter un instant mes activités hors ligne actuelles, pour vous reparler en plus de 140 signes. Qu’est-ce que j’avais donc à vous dire, pour sortir ainsi de ma réserve auto-imposée ? Le numéro spécial de Courrier International de cette semaine consacré presque exclusivement à un dossier “Mais où va la presse ?” Ce numéro est tout d’abord une démonstration brillante que tout n’est pas perdu pour la presse papier, à condition de proposer quelque chose qui mérite de sortir de chez soi pour dépenser 3 euros. Et il faudrait payer pour ça ? Que lit-on dans Courrier International ? Mais pour quelle information ? Mots clés:

Related: