background preloader

SERPSY : Espace de réflexion autour de la relation soignant-soigné en psychiatrie

SERPSY : Espace de réflexion autour de la relation soignant-soigné en psychiatrie

UNAFAM : Aide aux familles et aux patients souffrant de troubles psychiques sévères Plan Psychiatrie et Santé Mentale 2011-2015 Le plan renvoie à la question de la capacité de notre société à reconnaitre, prendre en compte et accompagner les difficultés que les personnes traversent avec l’expérience de la maladie mentale. Il s’agit ainsi de garantir la citoyenneté et l’inclusion, malgré la pathologie et le handicap, et de lutter contre les préjugés et la stigmatisation par la mobilisation de la société Ce nouveau plan se situe dans la continuité d’une politique ambitieuse en faveur de la psychiatrie et de la santé mentale. Ce plan a été élaboré dans le cadre d’un processus de concertation avec l’ensemble des acteurs intervenant dans le champ de la psychiatrie et de la santé mentale (représentants des usagers, de professionnels sanitaires et sociaux, d’universitaires et de chercheurs). Présentation du plan Pour en savoir plus

Prendre soin | Soins infirmiers Psychologue en ligne A propos des sources proposées Semaine d'information sur la santé mentale 2014 à Saint-Étienne | Site Internet de la ville de Saint-Etienne Pour la 3e fois, la Ville de Saint-Étienne assure la coordination de la Semaine d'Information Santé Mentale, en lien étroit avec le Conseil Local de Santé Mentale. Cette initiative existe depuis 23 ans à présent, sur initiative de l'UNAFAM, et est aujourd'hui coordonnée au niveau national par un comité composé d'une vingtaine de partenaires. Les Semaines d'Information en Santé Mentale, destinées à un large public, ont pour ambition d'informer sur les ressources locales en matière de santé mentale, sur les dispositifs existants, de sensibiliser sur les notions de pathologie et de souffrance psychique, mais également de déstigmatiser les personnes en situation de souffrance psychique. La santé mentale est en effet l'affaire de tous car près d'un quart des Français sont concernés par des troubles psychiques.

COMMENT DIRE | COMMENT DIRE COMMENT DIRE, créé en 1991 par Maryline Rebillon et Catherine Tourette-Turgis, est un organisme de formation spécialisé dans le domaine de la Santé et plus particulièrement de l’éducation thérapeutique, de la prévention et de l’accompagnement médico-psychosocial. Il s’adresse à tous les acteurs impliqués dans la prise en charge et le suivi de personnes atteintes de maladies chroniques : soignants, travailleurs sociaux, associations de patients, patients-experts, aidants naturels, … Les interventions de COMMENT DIRE se déclinent sous les formes suivantes : - formations en intra, en inter et à distance (formations mixtes alternant présentiel et e-learning), - appui méthodologique à des équipes, - conseil et expertise, - édition et production (films et ouvrages), - animation d’un site Internet de formation et d’information sur le counseling dans le domaine de l’infection VIH/sida.

Notes A propos des sources citées La confiance en soi, clé de l'équilibre psychologique : Cyberpsy à votre écoute D'où vient la confiance en soi ? Elle se fonde sur l'amour que nous avons reçu dans les tout premiers temps de notre existence. L'amour que nous avons pour nous-même naît de l'intériorisation de cette sollicitude originelle. Cela veut-il dire que les jeux sont définitivement faits et qu'il n'y a plus moyen de les réparer ? 1) On établit un bilan et on repère les situations où le manque de confiance se produit 2) On accepte le principe de l'imperfection, car souvent, le manque de confiance en soi est dû à une part de perfectionnisme 3) On établit un rapport amical avec soi. Certains conseils peuvent déjà être donnés, afin d'agir de suite sur cette mauvaise confiance en soi. - Se forcer à créer le contact avec les autres, au lieu de chercher continuellement à l'éviter. - Se fixer de petits objectifs à atteindre successivement, plutôt que des objectifs inaccessibles. - Arrêter de se dévaloriser systématiquement - Ne pas mettre la barre trop haut, ne pas viser la perfection d'emblée

dignityincare.ca-Boîte à outils Boite a outils pour des soins respectueux de la dignite Des outils pratiques ont ete mis au point pour aider les professionnels de la sante a desservir les besoins affectifs des gens. Certains de ces outils, comme la QDP, peuvent etre adaptes a toutes les situations et a tous les environnements. La presente section explique : La Question sur la dignite du patient (QDP) : La question la plus importante que tout professionnel de la sante devrait prendre en consideration lorsqu'il intervient aupres d'un patient Le Portrait de la dignite du patient (PDP) : 25 sources possibles de preoccupation que les prestataires de soins devraient evaluer regulierement Les interventions therapeutiques : Pratiques de prise en charge des 20 problemes les plus frequents releves par la recherche sur la dignite La Therapie de la dignite pour les patients mourants : Modele de psychotherapie individuelle mis au point et a l'essai par l'equipe et destine aux personnes en fin de vie A quel moment poser la QDP

Notes A propos des sources citées La Santé Mentale | Ligue Française pour la Santé Mentale Il est à la fois « facile » et « difficile » de définir la santé (health) mentale. C’est facile au sens de l’O.M.S. : état d’équilibre psychologique parfait par rapport aux contraintes biologiques, informationnelles, symboliques, affectives passées et présentes et permettant la poursuite de projets optimaux selon les désirs du sujet. Bien entendu, cet état semble inatteignable car utopique comme toute asymptote, mais l’étude des atteintes à cette santé mentale positive permet, sur le plan collectif de tenter de corriger les facteurs négatifs les plus courants. Mais c’est difficile, si l’on considère que les contraintes (stressors) ne sont pas les mêmes pour tous les sujets, pas plus que les facteurs positifs qui permettent de les dominer comme dans le cas des enfants résilients. Le journal de la WFMH (Fédération Mondiale pour la Santé Mentale) dans son numéro du 3° trimestre 2001, rapporte la nomination au Canada, en Colombie Britannique, d’un “ministre d’état pour la santé mentale”.

Related: