background preloader

Qui sont les jihadistes français ?

Qui sont les jihadistes français ?
Qui se radicalise, pourquoi et par quels processus ? En France apparaissent deux groupes aux ressorts distincts, l’un issu des banlieues et passé par la délinquance, l’autre venant des classes moyennes, le regard tourné vers la Syrie. Les attentats du vendredi 13 novembre 2015, survenus moins d'un an après ceux qui ont visé Charlie Hebdo, posent la question du jihadisme et de son idéologie, mais aussi et avant tout du jihadiste qui passe à l’acte et commet des crimes de sang-froid. Que se passe-t-il dans sa tête ? D’où vient sa résolution et comment comprendre sa frénésie dans la tuerie, jusqu’à sa mort préméditée comme un accomplissement de son destin par le martyre ? En France, le terrorisme au nom d’Allah est un fait ultraminoritaire parmi les musulmans, il ne touche qu’une infime fraction d’entre eux, mais sa portée n’a aucun rapport avec le nombre réel de personnes tuées : il bouleverse la société et engendre une crise profonde des assises symboliques de l’ordre social.

http://www.scienceshumaines.com/qui-sont-les-jihadistes-francais_fr_33966.html

Related:  Comprendre / expliquer le terrorismeRessources compréhension terrorisme et état d'urgencePour les élèves de lycéeterrorisme 2015

Des repères pour comprendre Le nom de l’État islamique apparaît sous plusieurs formes : Daesh : acronyme de l’arabe Dowlat al-Islamiyah f’al-Iraq wa Belaad al-sham qui signifie « État islamique en Irak et au Levant »EI : sigle pour « État islamique »EII : sigle pour « État islamique d’Irak »EIIL : sigle pour « État islamique en Irak et au Levant »Isil : acronyme de l’anglais Islamic State in Irak and the Levant Le 29 juin 2014, les djihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), d’obédience salafiste, ont proclamé le rétablissement du califat, le régime politique islamique disparu il y a près d’un siècle, et le changement de nom de l’organisation en « État islamique » (« Daesh » en arabe). Il s’impose par la force aux populations de larges pans de territoires en Irak et en Syrie. Pour autant, aucune organisation internationale n’a reconnu Daesh comme État.

Enseignants, chefs d’établissement, animateurs, parents, tous sont confrontés à la difficulté de parler avec les enfants des terribles attentats qui se sont produits dans la soirée du 13 novembre à Paris. Nous vous proposons ici des liens vers des ressources pour y réfléchir avant ou avec eux, dont plusieurs datent de janvier dernier. Vous trouverez dans cet article : Des dessins et des unes de journaux Des documents destinées aux enfants Des analyses, notamment de psychiatres Des articles de presse Des articles pour contrer les rumeurs Des ressources sonores Des ressources institutionnelles Des ressources syndicales Des questions de pédagogie Des textes pour réfléchir ou échanger Des Cahiers avec des articles en ligne Vidéo : Daech expliqué en sept minutes - En bref Tandis que les récits des exactions perpétrées par l'organisation de l'Etat Islamique (Ei, ou Daech, son acronyme arabe) s'ajoutent les unes aux autres, jour après jour, peut-être avions nous besoin d'un peu de recontextualisation. LeMonde.fr a produit dans ce but une courte vidéo de sept minutes pour faire le point sur ce qu'est Daech, d'où vient cette organisation terroriste, où elle en est et quels sont les rapports de force dans la région. L'approche est aussi économique, religieuse et étayée par de nombreuses cartes. Pratique.

Comment les réseaux sociaux ont couvert les attentats du 13 novembre Comment souvent depuis quelques années, la couverture des événements en live passe par avant tout par les réseaux sociaux. Avec les six attaques menées à Paris et près du stade de France (provoquant la mort de 128 personnes), un nombre impressionnant de contenus, des photos et vidéos, a été mis en ligne dans les minutes et les heures qui ont suivi les attentats. Et comme lors des attentats de janvier dernier, tout est parti de messages postés par des anonymes sur Twitter.

COMPRENDRE LE PLAN VIGIPIRATE Le plan VIGIPIRATE est contemporain de l’apparition des grandes menaces terroristes. En 1978, alors que la France et l’Europe sont confrontées aux premières grandes vagues d’attentats terroristes menées par des organisations extrémistes ou séparatistes, le Gouvernement organise un dispositif centralisé d’alerte permettant la mise en garde rapide des autorités administratives, des chefs d’établissements publics et privés, ainsi que la mise en œuvre de mesures de vigilance appropriées. En 1991, le Gouvernement émet le premier plan PIRATE, qui vise à faciliter la prise de décision du Premier ministre dans le cadre de la lutte contre les actes de terrorisme. En 1995, le plan gouvernemental VIGIPIRATE est instauré.

L'état d'urgence, qu'est-ce que c'est ? L’état d’urgence est un régime d’exception qui doit être déclaré par décret pris en Conseil des ministres (ce qui a été fait ce samedi matin, voir le Journal officiel du 14 novembre). Il résulte d’une loi votée en 1955, puisqu’il s’agissait à l’époque de faire face aux événements d’Algérie. L’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou une partie du territoire, soit en cas de «péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public», soit en cas d'«événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique». La déclaration de l’état d’urgence donne au préfet le pouvoir d'«interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté, d’instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé, et d’interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics».

Comment les journaux ont choisi leurs photos de unes sur les attentats Slate a interrogé des journaux français et étrangers sur le choix des photographies utilisées en une du 14 novembre. Libération En début de soirée, Libération publie une première version de leur une. Attaques à Paris : les rumeurs et les intox qui circulent Dans le sillage des fusillades à Paris et en région parisienne, de nombreuses réactions de soutien ont émergé sur les réseaux sociaux, mais aussi des rumeurs et de fausses informations. Le gouvernement a mis en garde contre la propagation de ces rumeurs et édité un guide de bonne conduite, les #MSGU, ou pratique des Médias sociaux en gestion d’urgence. Voici les principales, ainsi que l’explication de leur caractère erroné. 1.

10 octobre : journée mondiale contre la peine de mort La journée mondiale contre la peine de mort a été créée en 2003, instituée par la Coalition mondiale contre la peine de mort et soutenue par le Conseil de l’Europe et l’Union européenne. Depuis 2005, cette journée met en avant chaque année un thème particulier. Cette année : le terrorisme.Le 10 octobre 2016, la Coalition mondiale contre la peine de mort et de nombreuses organisations souhaitent attirer l’attention sur l’application de la peine de mort pour des infractions liées au terrorisme, afin d’en réduire son utilisation. Sur ce sujet peu facile à aborder avec les élèves, nous vous proposons

Related: