background preloader

Les infos animées

Les infos animées
Related:  educationauxmediasRessources pour l'analyse des attentats de Paris 2015

Complots et conspirations :apprends à reconnaître les vrais des faux… un vidéo-kit pédagogique proposé par PREMIERES LIGNES et France Télévisions en partenariat avec le CLEMI - Ministère de l’Education nationale Lancement dans toute la France à l’occasion de la semaine de la presse à l’école du 21 au 26 mars Une idée originale de Paul Moreira, produite par Luc Hermann Paris, le 16 mars 2016 – Les journalistes de l’agence de presse PREMIERES LIGNES et France Télévisions lancent une série de modules vidéo de discussion à projeter en classe, pour combattre les théories du complot et la défiance de certains jeunes à l’égard des médias. Dès le 21 mars, tous les coordinateurs régionaux du CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information) du Ministère de l’Education nationale vont présenter ces vidéos aux professeurs de tous les collèges, lycées et lycées professionnels de France. VIDEO TELECHARGEABLE GRATUITEMENT ICI : Le concept Pourquoi Premières Lignes ? On peut appeler cela des complots, si on veut.

Syrie, Irak : la carte des offensives contre l'Etat islamique Alors que le groupe "Etat islamique" a revendiqué en deux jours les trois attentats meurtriers de Paris, de Beyrouth et de Bagdad, la semaine passée a vu les combattants en Syrie et en Irak remporter plusieurs offensives contre le groupe djihadiste. A l'Ouest, en Syrie, 1ère victoire de l'armée syrienne soutenue par les Russes à Alep. A l'Est, en Irak, attaque du fief de Ramadi par l'armée irakienne. Et au Nord, dans les deux pays, reconquête par les peshmergas kurdes de villes stratégiques. Cette carte fait le point sur la situation des forces qui luttent contre l'"Etat islamique" au Proche-Orient. Cette carte mis à jour le 15 nov à 20h est dynamique, zoomez, dézoomez, déplacez-vous avec votre souris et le bouton +/-. Sources : Institut for the Study of war, New York Times, AFP, Thomas von Lingue, Eric Biegala En Syrie : En Irak : Trois attentats en deux jours sont revendiqués par une organisation affaiblie sur le terrain. Deux attentats ont eu lieu au coeur de fiefs chiites :

La France frappe Daech en Syrie pour la sixième fois en moins de deux mois L'armée française avait déjà frappé des positions de l'organisation Etat islamique en Syrie, à cinq reprises, depuis le 27 septembre. L'armée française a procédé à plusieurs frappes sur Raqqa, en Syrie, ce dimanche 15 novembre, rapporte le ministère de la Défense, cité par plusieurs médias. Le Monde évoque «dix chasseurs français [qui] ont largué vingt bombes dimanche sur le fief de l'Etat islamique»: «"Le premier objectif détruit était utilisé par Daech comme poste de commandement, centre de recrutement djihadiste et dépôt d'armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d'entraînement terroriste", a précisé le ministère.» Le chercheur Romain Caillet indique qu'ils n'auraient pas fait de victimes civiles. Comme le rappelle le journaliste spécialisé David Thomson, la France avait déjà bombardé à cinq reprises la Syrie. Des sources #EI signalent des frappes identifiées comme françaises à Raqqa ce soir. Le 8 novembre, l'armée française ciblait un centre pétrolier.

3 cartes de Daesh pour une analyse géopolitique - Afrique & M.-O. Par Maxime ZOFFOLI Graphiste indépendant, Maxime Zoffoli travaille dans tous les champs du design graphique, avec un intérêt particulier pour les questions de design d’information et de visualisation de données. Alors que F. Hollande envisage depuis début septembre 2015 de frapper l’EI en Syrie, il est utile de disposer de cartes pour voir comment Daesh rétablit le califat. Les frappes françaises en Syrie ont commencé fin septembre 2015. Voir aussi par Patrice Gourdin, Daesh restaure le Califat France , Moyen-orient (Asie occidentale) , Irak , Syrie , Etats-Unis , Cartes géopolitiques , 2014 , Encart archives , 2015 , Daesh

Etat islamique et géopolitique : cinq cartes pour comprendre Les réactions internationales à l'expansion de l'Etat islamique Carte mise à jour le 02/12/2015 L’"assemblage hétéroclite d'Etats" qu’est la coalition selon la politologue Myriam Benraad ne résiste pas depuis sa création en septembre 2014 à la pression des intérêts individuels de chacun, focalisé sur son partenaire privilégié : gouvernement irakien pour les Etats-Unis, milices chiites pour l'Iran, front Al-Nosra pour la Turquie ou l'Arabie saoudite, Kurdes, tribus sunnites... Ces ambitions stratégiques frontalement opposées compromettent tout projet politique alternatif en Syrie et en Irak, qui, seul, permettrait d’affaiblir durablement l’"Etat Islamique". Suite aux attentats de Paris le 13 novembre, l'intensification de la mobilisation militaire et diplomatique (France, Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Allemagne...) pourrait néanmoins modifier le jeu stratégique des alliances. Sources : ONU, AFP, ministère des Affaires étrangères Carte mise à jour le 03/12/2015

Pour contribuer à la réflexion après les attentats du 13 novembre 2015 Suite à la vague d'attentats du 13 novembre dans le Xe et XIe arrondissement de Paris et à Saint-Denis, comme après ceux des 7 et 8 janvier 2015 contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo et contre un magasin casher à Paris, nous proposons une sélection de ressources universitaires publiées par des spécialistes de géographie et de géopolitique pour contribuer à l'analyse. Nous avons privilégié les ressources en ligne, en accès libre ou via le portail cairn.info. Les ressources les plus récentes sont mises en avant. Sur le 13 novembre, Jacques Lévy, professeur de géographie et d’aménagement de l’espace à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, "Paris (Monde) : géographies du 13 novembre 2015 1. Patrick Poncet, « Le terrorisme », Le Temps de la géographie, France Culture, 10 août 2015. Débat : En complément, sur le site expert SES ENS/DGESCO, lire le dossier Le regard des économistes sur le terrorisme, 23 novembre 2015. 2. Des termes à définir Généralités 3. 4. 5. 6.

Après les attentats de Paris, Hollande prône un « autre régime constitutionnel » Trois jours après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis dans la nuit du vendredi 13 novembre, François Hollande s’est exprimé lundi 16 novembre devant les deux chambres du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) réunies exceptionnellement en Congrès à Versailles, « pour marquer [l’unité] nationale face à une telle abomination ». Le chef de l’Etat a notamment proposé une révision constitutionnelle. Prolongation de l’état d’urgence Entré en vigueur samedi à minuit, l’état d’urgence ne peut être prolongé au-delà de douze jours que par la loi. François Hollande a confirmé, lundi, la volonté du gouvernement de présenter un projet de loi mercredi en conseil des ministres afin de prolonger le dispositif « pour trois mois ». M. « En effet, la loi du 3 avril 1955 ne peut être conforme à l’état des technologies et des menaces que nous rencontrons. Lire nos explications : L’état d’urgence, un dispositif à géométrie variable Appels à l’ONU, à l’OTAN et à l’Europe M. M.

Comment réviser la Constitution aujourd'hui ?  - Quels sont les héritages et les principes de la Ve République <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> La procédure de révision est définie à l’article 89 de la Constitution. L’initiative de la révision revient soit : Dans les deux cas, le texte de la révision doit être voté en termes identiques par l’Assemblée nationale et par le Sénat. Pour devenir définitive, la révision doit ensuite être obligatoirement approuvée par référendumRéférendumProcédure de vote permettant de consulter directement les électeurs sur une question ou un texte, qui ne sera adopté qu’en cas de réponse positive. lorsqu’il s’agit d’une proposition de révision constitutionnelle. Les révisions initiées par le président de la République peuvent être approuvées par référendum ou par la majorité des 3/5e des suffrages exprimés des deux chambres du Parlement réunies en Congrès.

«Les méchants, c'est pas très gentil» : l'émouvante réaction d'un enfant après les attentats LE SCAN TÉLÉ / VIDÉOS - Lundi, Le Petit Journal de Canal+ a proposé une émission spéciale consacrée aux attentats. Un numéro réussi qui a été acclamé sur Twitter tant pour le professionnalisme que pour l'émotion. «Quelle émotion», «excellent boulot», «émouvant, fort, juste», «merci pour le respect»… les commentaires élogieux se sont succédé sur Twitter lundi soir pendant la diffusion du Petit Journal. L'émission de Canal+ a consacré son temps d'antenne aux attentats, aux victimes, à leur collaboratrice Fanny (décédée vendredi dernier dans l'attentat du Bataclan), à Paris et aux Parisien. Mais le moment qui a atteint son pic d'émotion est probablement le reportage du journaliste Martin Weil qui a interviewé plusieurs habitants émus, dont des enfants venus fleurir des lieux de recueillement. Quand on demande à un petit bonhomme s'il comprend pourquoi les gens ont fait ça, il répond avec la candeur propre à son jeune âge: «Ils sont très, très, très méchants.

Histoire Géographie - Grenoble - Ressources et pistes pour le lundi 16 novembre 2015 Ressources et pistes pour le 16 novembre 2015 et les jours suivants... Après les attentats terroristes qui ont frappé Paris et la Seine-Saint-Denis ce vendredi 13 novembre atteignant une nouvelle fois notre Nation et le cœur de notre République, nous nous devons malgré notre émotion d’accompagner les élèves dans la compréhension de ces événements et des mesures nationales qui en découlent. Le Président de la République a déclaré l’état d’urgence et trois jours de deuil national. Il a demandé qu’une minute de silence soit respectée dans l’ensemble des services publics ce lundi 16 novembre ainsi qu’un moment de recueillement dans le pays. Nous vous proposons des ressources et des pistes pour vous accompagner dans cette construction, avec des repères et des apports et des propositions de pistes pédagogiques. Des repères, des apports pour les enseignants Qu’est-ce qu’un deuil national ? Les deuils nationaux précédents : Qu’est-ce que l’état d’urgence ? Réfléchir au relativisme des valeurs

Le Hezbollah et le Hamas condamnent les attentats Samedi, le Hamas a déclaré que "le différend d'opinion et de pensée ne saurait justifier le meurtre". Pour Hassan Nasrallah, secrétaire national du Hezbollah, "ce sont les pires actes ayant nui au prophète dans l'histoire". Le mouvement islamiste palestinien Hamas a condamné samedi l'attaque par deux djihadistes du siège de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo qui avait publié des caricatures du prophète, estimant que les divergences d'opinion ne justifiaient pas le meurtre. Le Hamas "condamne les agressions contre le magazine Charlie Hebdo et insiste que le différend d'opinion et de pensée ne saurait justifier le meurtre", écrit le mouvement dans un communiqué publié en français et en anglais. "A travers leurs actes immondes, violents et inhumains, ces groupes ont porté atteinte au prophète et aux musulmans plus que ne l'ont fait leurs ennemis", a dénoncé Hassan Nasrallah, secrétaire national du Hezbollah, en réponse aux attentats de Charlie Hebdo et de Montrouge.

Etat de droit: la France en guerre franchit-elle une ligne rouge? «Patriot Act» à la française ou rationalisation de la lutte antiterroriste? L’annonce par François Hollande d’une modification de la Constitution, assortie de nouvelles mesures répressives, était accueillie mardi avec prudence par juristes et magistrats. Trois jours après les pires attentats commis en France, le président a demandé lundi une prolongation de trois mois de l’état d’urgence, la dissolution des mosquées extrémistes, un élargissement des conditions de déchéance de la nationalité. Le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) s’est immédiatement «inquiété» d’une «suspension -- même temporaire -- de l’Etat de droit», relevant que l’état d’urgence permet des perquisitions jour et nuit sans l’aval d’un juge, des assignations à résidence et autres privations de liberté sans encadrement judiciaire. «Quand, face à une menace permanente, on prend des décisions qui tendent à pérenniser l’exceptionnel, ce n’est jamais bon pour la démocratie», a affirmé à l’AFP le juriste Serge Slama.

Related: