background preloader

Attentats du 13 novembre : les quatre nouvelles intox qui circulent

Attentats du 13 novembre : les quatre nouvelles intox qui circulent
Après les attaques de vendredi soir, les réseaux sociaux ont vu passer, durant le week-end, des dizaines de rumeurs, et de nombreuses photos trafiquées. Trois jours plus tard, le flot ne se tarit pas. Voici une sélection de nouvelles informations que les internautes continuent de partager lundi sans les vérifier, alors qu’elles sont fausses ou datées. 1. Le cas de « Zouheir », le vigile héroïque du Stade de France Première histoire : celle d’un agent de sécurité au Stade de France, qui aurait, par son comportement héroïque, empêché les kamikazes d’entrer dans l’enceinte sportive et de commettre encore plus de dégâts. Un texte, publié par une internaute américaine prénommée Rebekka sur son compte Twitter, a été très relayé sur les réseaux sociaux : [Traduction : nous avons tous vu la vidéo du match de football France-Allemagne, au moment où l’explosion a retenti et où les joueurs se sont regardés, intrigués et confus. Il s’appelle Zouheir, il est musulman.] L’histoire est très belle. 2. 3.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/16/attentats-du-13-novembre-4-nouvelles-intox-qui-circulent-lundi_4811107_4355770.html

Related:  THEORIE DU COMPLOT MANIPULATIONDéconstruire les rumeurs et la désinformationAttentatsAttentats Paris 13/11/15Rumeur et information

Une théorie du complot ? « En cas de doute, il y a trois questions à se poser » Prof d’anglais dans un lycée de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), Sophie Mazet est l’auteure d’un « Manuel d’autodéfense intellectuelle », fruit d’un atelier organisé dans son établissement. Les jeunes de la Ruche89 l’ont interrogée cette semaine. C’est leur toute première interview. Ruche89 : Comment se déroulent vos ateliers d’« autodéfense intellectuelle » ? « Manuel d’autodéfense intellectuelle » de Sophie Mazet, éd.

Attaques de Paris : intox et fausses images émergent à l'étranger Comme ce fut le cas lors de l’attaque de Charlie Hebdo en janvier dernier, fausses images et rumeurs ont proliféré sur les réseaux sociaux à la suite des attaques à Paris. Ces images ont été partagées aussi bien en France qu'ailleurs dans le monde. Voici une sélection des intox relayées à l’étranger. Nous mettrons cet article à jour avec de nouveaux exemples de désinformation tout au long de la journée. Si vous doutez de la véracité d'une information, d'une image, n'hésitez pas à nous contacter sur : observateurs@france24.com

Attention aux rumeurs qui envahissent la toile - Video Europe 1 TéléchargerS'abonner aux podcasts S'abonner aux podcasts Vous pouvez vous abonner au téléchargement périodique d'un fichier audio. Vous pouvez conserver l'émission ainsi téléchargée sur votre ordinateur, l'emporter sur votre baladeur numérique ou la graver sur un CD. Attentats du 13 novembre : qu’est-ce qu’une « fiche S » ? Les membres identifiés des différentes « équipes » qui ont participé aux attaques à Paris et à Saint-Denis, vendredi 13 novembre, étaient tous connus d’une manière ou d’une autre par les services de police en France ou en Belgique. En France, les membres de « l’équipe du Bataclan » faisaient tous l’objet d’une « fiche S » (pour « atteinte à la sûreté de l’Etat »). Depuis les attentats de Paris de janvier 2015, le grand public a tristement l’habitude d’entendre parler de cette « fiche S ».

10 rumeurs et intox qui circulent après les attentats du 13 novembre Le RAID n’est pas intervenu en Alsace, quatre policiers n’ont pas été tués et l’extrême droite n’a pas incendié la « jungle » de Calais… Le point sur les fausses rumeurs à ne pas diffuser. Dans le sillage des fusillades à Paris et en région parisienne, de nombreuses réactions de soutien ont émergé sur les réseaux sociaux, mais aussi des rumeurs et de fausses informations. Le gouvernement a mis en garde contre la propagation de ces rumeurs et édité un guide de bonne conduite, les #MSGU, ou pratique des Médias sociaux en gestion d’urgence. Voici les principales, ainsi que l’explication de leur caractère erroné. 1.

Les mécanismes de la désinformation Sur le net, on trouve à boire et à manger... Information, désinformation ou parfois erreurs sincères. Ce n'est pas forcement facile de s'y retrouver et moi-même, il m'est déjà arrivé de relayer une connerie via Twitter qui ensuite s'est avérée fausse. Bref, tout le monde est victime et coupable à la fois de cette désinformation, surtout à notre époque où la confiance dans les médias traditionnels est totalement rompue et où certaines sphères ont pour unique objectif d'orienter l'opinion publique pour gagner en pouvoir.

Ces photos trompeuses qui circulent après les attentats du 13 novembre à Paris Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Entretenir la psychose, faire le buzz, diffuser de fausses informations pour attiser la haine… Les photos détournées qui ont commencé à circuler après les attentats de Paris montrent une nouvelle fois combien certains internautes profitent de l’émotion collective pour manipuler les images à des fins peu avouables, sans que ceux qui les partagent ne s’aperçoivent de la tromperie. En voici quelques exemples, repérés samedi 14 novembre sur Twitter.

Regardez “Djihad 2.0”, un documentaire d'Olivier Toscer Derrière les kamikazes de Daech sévit un bataillon de communicants. Des jeunes connectés qui élaborent des vidéos codifiées et maîtrisent parfaitement l'art de la cyberpropagande. L'endoctrinement a lieu sur Internet bien plus que dans les mosquées où beaucoup d'imams sont désavoués. Ce documentaire réalisé par Olivier Toscer analyse avec précision ce phénomène d‘”embrigadement par l'image”. “Djihad 2.0” avait été diffusé par LCP le 19 avril. Assaut à Saint-Denis : ce qu’on sait, ce qu’on ignore Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Ce qu’on sait : Un assaut a été donné à partir de 4 h 20 mercredi 18 novembre, dans un appartement situé rue Corbillon et sur le boulevard Carnot, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans le cadre de l’enquête sur les attentats du 13 novembre.

Attentats : l’information en guerre contre les rumeurs Samuel Laurent est le responsable de la cellule fact-checking du Monde.fr, « Les Décodeurs ». Cette rubrique existe depuis mars 2014. Beaucoup de rumeurs et de fakes ont circulé sur Internet lors des attentats à Paris, vendredi dernier. Pourquoi le fact-checking est-il plus indispensable que jamais dans ces moments-là ? Samuel Laurent : L’émotion prend le pas sur la raison pour beaucoup de gens. L’information tombe extrêmement vite, notamment sur les réseaux sociaux, et finalement personne n’a vraiment de certitude. « La désinformation » : 3 questions à François-Bernard Huygue La désinformation n’est pas un phénomène nouveau. Prend-elle plus d’importance et de nouvelles formes aujourd’hui ? On pratique la diffamation, la ruse, l'intoxication, la manipulation, etc. depuis au moins l'Antiquité (en tout cas, on écrit là-dessus depuis vingt-cinq siècles). En revanche, la désinformation apparaît dans les dictionnaires soviétiques et pas avant les années 50.

Toutes les intox qui circulent sur les attentats... et nos conseils pour s'en prémunir C'est désormais la règle : chaque fait d'actualité est l'objet de rumeurs, de faux ou de déformations diverses sur les réseaux sociaux. La vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi n'a pas échappé à ce phénomène de bullshit viral. Voici quelques exemples. Et quelques conseils sur la manière de s'en prémunir.

6 outils pour vérifier les images qui circulent lors des crises Pas facile de faire la part des choses quand l’actualité s’emballe et que les chaines d’info en continu mais surtout les réseaux sociaux démultiplient à l’infini la diffusion des informations et des images. Une image puissante est à elle seule une histoire qui peut se propager à une vitesse phénoménale. L’occasion en cette période sombre de rappeler quelques principes de base que l’on apprend (ou que l’on devrait apprendre) dans toutes les écoles de journalisme avant de diffuser ou reprendre une image: Établir qui en est l’auteur. Corroborer l’endroit, la date et l’heure approximative à laquelle l’image a été prise.

Régionales : ce que signifie la suspension de campagne Claude Bartolone élu président de l'Assemblée nationale, le 21 juin 2012. PHOTO LECARDINAL/CC-BY Se recueillir plutôt que se faire élire. En réaction aux attentats survenus vendredi 13 novembre, les principaux candidats à la présidence de l’Ile-de-France ont annoncé suspendre leur campagne. Cette trêve, qui intervient alors que François Hollande a confirmé lundi 16 novembre la tenue des élections régionales les 6 et 13 décembre, n'est pourtant pas absolue.

Related: