background preloader

60 illustrations pour évoquer les attentats

60 illustrations pour évoquer les attentats

http://linkis.com/outilstice.com/60_illustrations_pou.html

Related:  Ressources pour aborder les événements du 13/11/15Attentats Paris - Novembre 2015

Actualités - Liberté de conscience, liberté d'expression : outils pédagogiques pour réfléchir et débattre avec les élèves Comment parler d'un drame de l'actualité aux élèves ? Quelques principes Moduler son attitude pédagogique selon l'âge des élèves : à l'école maternelle, du début à la fin de l'école élémentaire, au collège...Accueillir l'expression de l'émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité des situations ;Rassurer les élèves : l'école est un espace protégé ; l'évènement s'est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les média en parlent et diffusent plusieurs fois les images ;Etre attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l'évènement : certains élèves peuvent n'en avoir aucune connaissance ; d'autres ne disposer que d'éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées.

La peur est notre ennemie - Mediapart Un vendredi soir d’automne, sous un temps clément. Fin de semaine, temps de sortie, moment de détente. Joies des retrouvailles amicales, des concerts musicaux, des matchs sportifs. Les #MSGU : en cas de crise, sur les réseaux sociaux, adoptez le réflexe citoyen ! Si les médias sociaux constituent un nouveau canal de communication pour la puissance publique, leur utilité ne saurait se limiter à cette fonction. Ils présentent aussi pour elle l’opportunité d’associer les citoyens dans une démarche moins descendante et plus participative, notamment en situation de crise. C’est tout l’objet des #MSGU, ou pratique des Médias Sociaux en Gestion d’Urgence. Il s’agit pour l’Etat de s’appuyer, en cas par exemple de catastrophe naturelle, sur des internautes volontaires et mobilisés, à la fois pour diffuser l’information officielle fiable sur la crise, et remonter de l’information de terrain, via tous les moyens offerts par le web social : tweets, photos géolocalisées, cartes interactives, outils contributifs ... Cette collaboration avec les internautes permet à l’Etat de démultiplier sa surface de diffusion et de captation d’information, et d’être d’autant plus efficace pour sa gestion de crise. Avoir le réflexe #MSGU

Prévenir la radicalisation / SGCIPD Face au basculement de plusieurs centaines de personnes dans l’engagement radical, le Gouvernement a arrêté un plan de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes présenté par le Ministre de l’intérieur en Conseil des ministres le 23 avril 2014. Ce plan qui vise à démanteler ces filières, à empêcher les déplacements générateurs de menaces, à coopérer plus efficacement au plan international contient un volet préventif et d’accompagnement des familles. La radicalisation relève d'un processus pouvant conduire à l'extrémisme et terrorisme. L’action préventive est essentielle. Elle a vocation à se situer en amont afin de repérer les situations, d’anticiper et d’éviter les recrutements et le passage à des actes violents.

Serge Tisseron : Que faire lundi au collège ou au lycée ? Que faire lundi quand on est professeur en collège ou au lycée ? Psychologue, psychanalyste et psychiatre de métier, Serge Tisseron est bien connu des enseignants, notamment pour ses travaux sur les écrans et les jeunes. Il présente les points sur lesquels les enseignants doivent mettre l'accent suite aux fusillades. Lundi matin les enseignants seront en classe avec leurs élèves. Quel conseil leur donnez-vous ? La mort et le meurtre en question L’interdit du meurtre est une règle qui permet de vivre en société. On retrouve d’ailleurs son énonciation à travers des mythes fondateurs ou des récits religieux (cf. le meurtre d’Abel par Caïn dans les religions monothéistes), des préceptes moraux ou religieux (« Tu ne tueras point » est un des dix commandements de l’Ancien Testament) ou des normes juridiques (les États ont un système pénal qui assure, en vertu de lois, la répression des meurtriers). Ceux qui refusent d’accepter l’interdit du meurtre se mettent ainsi à l’écart de ce qui fonde la société.

La chronique de V. Soulé : Comment en parler ? Le questionnement d’une prof sur le vif Que dire à des lycéens qui, des heures durant, auront vu défiler des images d’horreur, entendu les témoignages poignants de survivants ou de parents touchés, seront parfois allés sur les lieux des attentats ? Lourde responsabilité que celle des enseignants qui vont se retrouver ce lundi face à eux. Témoignage. Nathalie Chadefaud est professeure d’histoire-géographie au lycée général et technologique Champlain de Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne), adossé à un lycée professionnel du même nom. Samedi après-midi, encore sonnée, comme beaucoup (1) elle s’interrogeait sur l’attitude à adopter face à ses élèves. Si la tâche paraît a priori plus aisée au lycée qu’en primaire, ce n’est pas si évident.

L’embrigadement Radicalisation, complotisme et réseaux sociaux : comment en parler sans danger Les événements de janvier et novembre 2015 ont placé la notion de radicalisation au cœur des réseaux sociaux numériques : les personnes qui ont commis les attentats se seraient radicalisées en ligne et auraient utilisé les réseaux sociaux pour se former et se coordonner dans leurs actions. Le sujet est délicat car il est porteur de risques de censure ou de diminution des libertés notamment en ligne. Définitions Pour éviter les confusions et les amalgames, il faut bien clarifier les définitions, même si elles ne sont pas stables : la radicalisation peut se définir comme l’adoption de gestes et croyances extrêmes qui remettent en cause les pouvoirs en place et refusent le compromis (politique, religieux…) ;elle se rapproche de l’extrémisme, qui est le reflet d’une doctrine dont les adeptes rejettent toute forme de pluralisme et adoptent des méthodes ayant pour but un changement radical.

Au lycée : Partir de la parole de l'élève Jérome Decuq est professeur d’anglais au Lycée Marcel Cachin de Saint Ouen, en Seine-Saint-Denis. Samedi en début d’après-midi, sans doute comme beaucoup d’enseignants, il s’interrogeait sur ce qu’il allait pouvoir dire aux élèves en les retrouvant en début de semaine. « Je suis prof d’anglais. Je ne suis donc pas le premier concerné. Mais je sais qu’il faudra en parler avec les élèves. Comment je vais m’y prendre ?

Related: