background preloader

«Un kamikaze ne se radicalise pas seul»

«Un kamikaze ne se radicalise pas seul»
Spécialiste des phénomènes de radicalisation, le sociologue franco-iranien Farhad Khosrokhavar, directeur d’étude à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur notamment de Radicalisation (Maison des sciences de l’homme, 192 pp., 2014), analyse pour Libération les profils des auteurs d’attentats-suicides. Jamais il n’y avait eu jusqu’ici d’attaques-suicides en France. Est-ce un tournant ? Jusqu’ici, les attaques jihadistes commises sur le sol français étaient toujours ciblées, visant par exemple Charlie puis la communauté juive, en janvier 2015, ou des militaires français musulmans, comme le fit Merah avant de s’attaquer à une école juive de Toulouse. Nous nous trouvons maintenant face à un terrorisme aveugle, notamment parce que nombre des objectifs sensibles sont protégés, et donc plus difficiles à atteindre. Comment devient-on kamikaze ? Est-ce qu’il y a un parcours type ? Les auteurs d’attaques jihadistes ont grandi en général dans des familles désunies. Marc Semo

http://www.liberation.fr/planete/2015/11/14/un-kamikaze-ne-se-radicalise-pas-seul_1413489

Related:  Tensions et conflitsComprendre les attentats du 13 novembre 2015Daech et terrorisme islamiqueAttentatsDJIHADISME, ETAT ISLAMIQUE

Congo : comment 6 millions de morts peuvent-ils être placés sous silence médiatique ? Un génocide est en cours, plus de 6 millions de personnes (dont pour la moitié des enfants de moins de 5 ans !) ont été massacrées dans l'indifférence générale et avec l'appui des États-Unis et de l'Europe ! Des centaines de milliers de femmes et de filles ont été violées et mutilées par les armées d'occupation. Et tout cela pour une raison principale : s'emparer des richesses minières exceptionnelles dont recèle le sous-sol du pays... On connait la méthode, on amplifie certaines nouvelles et on en dissimule d'autres tout aussi horribles.

Terrorisme, l'impossible éradication de l'« ennemi » C’est bien connu : il est difficile de définir le terrorisme. Pour les juristes, ce terme a la particularité de désigner un but (terroriser) et non une valeur à protéger (l’incrimination de vol renvoie à la protection de la propriété, celle de meurtre au droit à la vie). En fait, il s’en prend tout aussi bien aux personnes, aux biens qu’à la fonction plus générale de l’État de garant de la sûreté, définie par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 comme étant l’un des quatre droits naturels et imprescriptibles de l’homme (la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression). On voit immédiatement qu’il peut y avoir une contradiction entre la sûreté et le droit de résistance à l’oppression. Mais sous la Révolution française, c’est la sûreté qui a légitimé le recours à la terreur contre les ennemis de la révolution.

[carte dynamique] Toutes les attaques de Daech dans le monde Depuis la proclamation du rétablissement du califat le 29 juin 2014, Daech (l'organisation de l'Etat islamique) n'a pas cessé ses attaques, en Syrie et en Irak, où le théâtre de ses actions s'étend avec les ralliements successifs d'autres organisations terroristes, ou ailleurs dans le monde, comme on vient d'en vivre un triste exemple. Pour mieux comprendre l'étendue de l'influence et de la zone d'opération de l'organisation terroriste, le Washington Post a produit, et régulièrement mis à jour depuis, une carte interactive et chronologique de ses frappes. Un outil simple et clair pour mieux appréhender où Daech agit, et à quel rythme. Le djihadisme : des éléments pour comprendre Comme annoncé dans l'Éclairage du 14 novembre, « Pour contribuer à la réflexion après les attentats du 13 novembre 2015 », nous complétons nos propositions de ressources scientifiques pour aider à comprendre et à enseigner. Certaines sont en libre accès : d'autres sont des ouvrages en librairie dont nous présentons la table des matières et les comptes-rendus publiés. Nous remercions tous ceux qui nous ont suggéré des références, et vous invitons à continuer à le faire via la page de contact du site.

« Homeland », de l’attente à l’effroi, par Akram Belkaïd (Les blogs du Diplo, 19 avril 2016) Pour nombre de médias occidentaux, l’affaire est entendue. L’Irak est synonyme de chaos, de guerre « entre chiites et sunnites », d’effondrement d’un Etat et de menace incessante représentée par l’Organisation de l’Etat islamique (OEI). A bien y regarder, on sait peu comment fonctionne (encore) ce pays « libéré » de la dictature de Saddam Hussein par l’invasion militaire américaine de 2003. Les incessantes intrigues politiques à Bagdad, les divisions au sein des diverses factions religieuses chiites, la marginalisation d’une partie des courants sunnites, le rôle, encore très actif, des diplomates américains : tout cela est rarement évoqué quand il s’agit de donner, en quelques mots, le lourd bilan d’un énième attentat.

Dix conflits à surveiller en 2017 Le monde s’ouvre sur son chapitre le plus dangereux depuis des décennies. L’escalade sensible de la violence ces dernières années nuit à notre capacité à faire face à ses conséquences. De la crise mondiale des réfugiés à question de la diffusion du terrorisme, notre échec collectif à résoudre les conflits donne naissance aujourd’hui à de nouvelles urgences et de nouvelles menaces. Même dans les sociétés en paix, la politique de la peur mène à des polarisations dangereuses et à la démagogie. C’est la toile de fond de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, sans aucun doute l’événement le plus important de l’année passée, qui aura des conséquences géopolitiques déterminantes pour l’avenir. Beaucoup a été dit des inconnues de l’agenda de politique étrangère de Trump, mais s’il y a une chose que nous savons, c’est que l’incertitude elle-même peut-être profondément déstabilisante, particulièrement lorsqu’elle implique l’acteur le plus puissant de la scène internationale.

Terrorisme : quatre modèles explicatifs Les analyses ne manquent pas pour tenter de rendre compte des attentats meurtriers des jihadistes. Elles émanent de divers horizons : islamologues, historiens, politiques, psychologues ou experts des mouvements terroristes. Les théories explicatives peuvent se raccrocher à quatre grands groupes. Il est des idées qui tuent. Au 20e siècle, ce fut le cas des idéologies totalitaires (nazie ou communiste). Pourquoi Daech a réussi à supplanter Al-Qaïda INTERNATIONAL - Des paroles aux actes. Un touriste français, Hervé Gourdel, a été enlevé le 22 septembre en Algérie quelques heures seulement après que le groupe de jihadistes de Etat islamique (anciennement appelé Etat islamique en Irak et au Levant et désormais Daesh) qui sévit en Irak et en Syrie a ouvertement menacé la France et ses ressortissants. Dans une vidéo mise en ligne sur Youtube quelques heures après le rapt, les ravisseurs ont posé un ultimatum à la France: ils ont menacé d’exécuter l'otage dans les 24 heures si l'Hexagone ne cessait pas immédiatement ses frappes contre l'Etat islamique. L'enlèvement a été revendiqué par un groupe jihadiste algérien qui se fait appeler "Jund al-Khilafa" (Les soldats du Califat). Actif depuis plusieurs années, le groupe faisait partie de la nébuleuse d'AQMI, la branche d'Al-Qaïda au Maghreb jusqu'à il y a quelques jours. En effet, le 14 septembre, le groupe a fait savoir qu'il prêtait serment d'allégeance à l'Etat islamique.

Affaissement des Etats, diffusion du djihadisme, par Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, octobre 2013) Déjà fragiles et rongés par les conflits où prospèrent des dictateurs corrompus, le Proche-Orient, le Maghreb et leurs marges ont connu, depuis le 11-Septembre et le lancement de la « guerre contre le terrorisme », quatre interventions occidentales majeures, auxquelles s’ajoutent les guerres israéliennes au Liban et à Gaza. Ces interventions ont contribué à l’affaiblissement des Etats et à l’extension des groupes djihadistes. Comme le montre la carte, des combattants traversent les frontières, exportant leurs idées, leurs méthodes d’action, leur savoir-faire. Les conflits attirent des volontaires venus de partout, y compris d’Europe.

Liste des opérations de maintien de la paix Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Carte des opérations de 1948 à 1989. En rouge, les missions terminés, en noir, celles en cours. Les frontières politiques sont celles en 2013.

Related: