background preloader

De Villepin à propos de l'Etat islamique : 6 minutes d'intelligence et de lucidité - vidéo Dailymotion

De Villepin à propos de l'Etat islamique : 6 minutes d'intelligence et de lucidité - vidéo Dailymotion

Financement de l'islamisme radical : un ex-chef de la DST met en cause le Qatar et l'Arabie saoudite L'ancien chef de la DST (Direction de la surveillance du territoire) Yves Bonnet a mis en cause, lundi 8 octobre, l'argent de la drogue, mais aussi celui de l'Arabie saoudite et du Qatar dans le financement de réseaux islamistes radicaux. Dans un entretien publié lundi par La Dépêche du Midi, M. Bonnet estime que ces réseaux posent la question du trafic de drogue, mais, selon lui, "il y aussi le problème de l'argent qui est alloué par des pays salafistes". Les projets du Qatar en France suscitent des interrogations dans la classe politique. >> Lire : "Fonds qatari pour les banlieues : Ciotti inquiet" >> Lire : "Le fonds du Qatar en France suscite de plus en plus de réserves à droite" Une cellule islamiste radicale a été démantelée samedi et l'un de ses membres, un Français de 33 ans de la communauté antillaise, a été tué à Strasbourg après avoir ouvert le feu sur des policiers venus l'interpeller.

Marc Sageman : «Ils ne sont ni fous, ni psychopathes, ils sont idéologisés» Ancien de la CIA, l’Américain Marc Sageman est spécialiste de la sociologie et de la psychologie des terroristes. Né en France, il travaille aussi sur la violence politique dans l’histoire, notamment française. Les événements à Paris lui inspirent la plus grande prudence. «D’expérience, je sais que les informations récoltées au début de l’enquête s’avèrent assez fausses après. Un ou deux ans plus tard, on se rend compte que l’histoire n’était pas du tout celle que l’on croyait.» Dans sa tête, de nombreuses hypothèses : est-ce une action planifiée de l’étranger ou bien des Français qui se sont organisés au nom de l’étranger ? Quelle différence voyez-vous avec les attentats de janvier 2015 ? Ces attaques sont très différentes par leur envergure. Pour la première fois, il y a eu des attaques kamikazes en France… Pas si sûr… D’une certaine façon, Charlie et l’Hyper Cacher étaient des opérations suicides. Pourquoi la France est-elle visée ? Comment s’y prendre ? La France est-elle en guerre ?

Student Captures What Happens When People Are Told They Are Beautiful How would you react if someone told you that you’re beautiful? 18-year-old Shea Glover, a highschool student from Chicago, conducted a social experiment to find out. She posed people in front of her camera and then told them “I’m taking pictures of things I find beautiful.” Show Full Text The responses are touching. “I conducted an independent project which evidently turned into a social experiment regarding beauty,” Glover writes on YouTube. More info: YouTube (h/t: aplus)

Attentat de Nice - Responsables et coupables - L'analyse de François Asselineau Publié le 23 juillet 2016 dans Entretiens d'actualité François Asselineau analyse les causes et les effets de l’attentat de Nice du 14 Juillet 2016, dans un entretien donné le 18 Juillet 2016. 1ere partie : 00:09. Condoléances et rappel du communiqué du 15 juillet 01:25. La 2ème partie sera mise en ligne très prochainement.

Les attentats à Paris révèlent les limites de Daesh Photo FLORENCE, Italie — Comme l’a déclaré le Président François Hollande, la France est bien en guerre contre Daesh. La France considère le groupe Islamiste comme son ennemi numéro un. Elle le combat en première ligne avec les Américains au Moyen-Orient, et comme seule nation occidentale dans le Sahel. Vendredi soir la France en a payé le prix. Au Moyen-Orient, les principaux acteurs ont d’autres adversaires qui leur semblent plus importants. Le gouvernement turc est très clair : son ennemi principal c’est l’irrédentisme kurde. Les Kurdes, qu’ils soient syriens ou irakiens, ne cherchent pas à écraser Daesh, seulement à défendre leurs nouvelles frontières. Pour les Kurdes d’Irak, la menace principale c’est la reconstitution d’un état central fort à Bagdad, qui pourrait contester l’indépendance de fait dont jouit le Kurdistan irakien aujourd’hui. Les Chiites irakiens, malgré les pressions américaines, ne semblent pas prêts à mourir pour reprendre Fallouja. Continue reading the main story

Jeuxvideo.com: des commentaires qui prévoyaient "des attentats le 13 novembre" signalés à la police Le 26 septembre 2014 à 18h19, un sujet est posté sur le forum du très fréquenté site jeuxvideo.com. Son titre: [ATTENTATS] Le 13 novembre. La création de ce “topic” (sujet) est accompagnée d’un message d’un internaute sous le pseudo “Encore1Ban” (depuis banni du site): “Il y aura une série d’attentats à partir de cette fameuse date. Attention à TOUT les transports comme l’avion, train, métro. Et les places publiques (…) J’ai mes sources”. Capture d’écran du forum jeuxvideo.com en cache Google (16 novembre 2015) Le message a été posté dans le sous-forum “Blabla 15-18 ans”, où tous les sujets peuvent être abordés. >> A lire aussi : Plongée dans les forums de jeuxvideo.com : entre horreur et inventivité Le sujet du 26 septembre 2014, qui n’existe plus aujourd’hui, est encore visible en cache sur Google (l’équivalent d’une photographie à un instant “t” de la page d’un site). “Nan j’ai rien à me reprocher c’est tranquille. Un nouveau message fait remonter le topic

Plus que quelques jours pour sauver notre démocratie 173 833 personnes ont signé. Aidez-nous à atteindre 3,000,000 Mise à jour: 12 Juin 2015 Le Parlement européen a reporté son vote sur le projet de traité transatlantique! Ce délai nous donne encore le temps de réunir des milliers de signatures supplémentaires et poursuivre notre pression auprès de toutes les institutions de l'UE. Dans quelques jours, nous pourrions contribuer à empêcher nos dirigeants de remettre à Monsanto, Bayer et à d’autres multinationales les clés de notre démocratie. Selon le futur traité de libre-échange transatlantique (plus connu sous les noms de TAFTA ou TTIP), les multinationales seraient en droit d'attaquer les États en justice devant des tribunaux secrets. En France et partout en Europe, des centaines d’organisations se sont rassemblées et mènent ensemble cette lutte cruciale pour notre avenir. Note: pour être validées par l'Initiative citoyenne européenne, les signatures doivent comporter une adresse complète.

« Monsieur le Président, vous êtes tombé dans le piège ! » David Van Reybrouck, d’expression néerlandaise, est l’auteur de nombreux ouvrages dont Congo, une histoire (Ed. Actes sud), pour lequel il a notamment reçu en 2012 le prix Médicis dans la catégorie « essai ». L’écrivain et historien interpelle le président français sur le champ lexical guerrier de son discours, samedi 14 novembre, lendemain des attentats qui ont endeuillé Paris. Et sur la surenchère que cela pourrait entraîner. Monsieur le Président, Le choix extraordinairement irréfléchi de la terminologie que vous avez utilisée dans votre discours de samedi après-midi [14 novembre 2015], où vous répétiez qu’il s’agissait d’un « crime de guerre » perpétré par « une armée terroriste » m’a interpellé. « Ce qui s’est produit hier à Paris et à Saint-Denis, près du Stade de France, est un acte de guerre et, face à la guerre, le pays doit prendre les décisions appropriées. Destabilisation de la région Les conséquences de ces paroles historiques sont connues. Et pourtant, que faites-vous ?

(1) Sommes-nous en guerre ? Lundi après-midi à Versailles, devant le Parlement réuni en congrès, le Président, solennel, n’a eu aucune hésitation : «La France est en guerre. Les actes commis vendredi soir à Paris et près du Stade de France sont des actes de guerre. Ils sont le fait d’une armée jihadiste qui nous combat parce que la France est un pays de liberté, parce que la France est la patrie des droits de l’homme.» Au moins 129 morts, 352 blessés, des blessures à l’arme lourde, l’état d’urgence prolongé durant trois mois, le congrès lundi à Versailles, les bombes françaises larguées dimanche soir à Raqqa, fief du groupe terroriste ayant revendiqué les attentats de Paris vendredi : à première vue, le tableau semble sans équivoque, donnant raison à François Hollande. Un terme ambigu A travers sa polysémie, le mot est lui-même un piège. Confusion des registres En fait, c’est la nature même de la guerre qui a changé depuis 1945 ainsi que ses règles. Cécile Daumas

Irak : comment Daech fixe les prix de vente des femmes esclaves C'est un document effroyable. L'agence de presse irakienne Iraqinews est parvenue à se procurer une liste établie par l'organisation Etat Islamique, fixant le prix de vente des femmes Yézidis ou chrétiennes en tant qu'esclaves. Selon leur âge, les femmes peuvent être achetées pour un prix variant de 35 à 138 euros. Selon les prix fixés par l'organisation, une fillette âgée de 1 à 9 ans coûterait 200.000 dinars (soit 138 euros), une fille de 10 à 20 ans 150.000 dinars (104 euros), une femme entre 20 et 30 ans 100.000 dinars (69 euros), une femme entre 30 et 40 ans 75.000 dinars (52 euros) et une femme âgée de 40 à 50 ans 50.000 dinars (35 euros). Le document précise par ailleurs qu'il est interdit d'acheter plus de trois femmes, sauf pour les étrangers comme les Turques, les Syriens ou les Arabes du Golfe. Le document tel que publié sur le site Iraqinews.com «Jour de marché des femmes esclaves» (attention, images de propagande)

Tony Blair présente "des excuses" pour l'invasion de l'Irak et reconnaît une responsabilité dans la montée du groupe État islamique par Eléanor Douet Plus de douze ans après le début de l'invasion de l'Irak, l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair a présenté "des excuses" pour cette intervention en 2003, durant laquelle il fut le principal allié de George W. Bush, dans une interview à la chaîne américaine CNN, qui doit être diffusée lundi 26 octobre. Face à Farid Zakaria, commentateur en faveur de l'invasion américaine à l'époque, avant de basculer du côté des opposants, Tony Blair reconnaît également une part de responsabilité dans la montée actuelle de l'organisation État islamique (EI) en Irak et en Syrie voisine. "Je présente des excuses pour le fait que le renseignement était faux.

Attentats de Paris : à la télé, la France a peur, la France est en guerre - Ma vie au poste « Les Français préfèrent la sécurité à la liberté », assène Nathalie Saint-Cricq. Il est 10h20, samedi matin, sur France 2. Les attaques terroristes ont eu lieu il y a moins de douze heures et, déjà, l’union nationale est à l’œuvre. Sur toutes les chaînes, experts, éditorialistes, analystes, présentateurs et reporters relaient la supplique des citoyens pour plus de sécurité et moins de liberté. « Ces questions de rapport entre sécurité et liberté sont déjà dans toutes les têtes des Français, qui ne se sentent plus en sécurité », estime une envoyée spéciale d’iTélé sur les lieux d'une fusillade. Sur BFMTV, Ruth Elkrief dénonce l’irresponsabilité des parlementaires qui n’ont pas voté le projet de loi sur le renseignement. « Le mot “guerre” a déjà été prononcé en janvier mais est-ce que toutes les conséquences ont été tirées ? « Il faut être très prudent, avertissait samedi midi sur iTélé un “spécialiste de la communication de crise”. Que de la gueule.

Related: