background preloader

Comment les réseaux sociaux ont couvert les attentats du 13 novembre

Comment les réseaux sociaux ont couvert les attentats du 13 novembre
Comment souvent depuis quelques années, la couverture des événements en live passe par avant tout par les réseaux sociaux. Avec les six attaques menées à Paris et près du stade de France (provoquant la mort de 128 personnes), un nombre impressionnant de contenus, des photos et vidéos, a été mis en ligne dans les minutes et les heures qui ont suivi les attentats. Et comme lors des attentats de janvier dernier, tout est parti de messages postés par des anonymes sur Twitter. Tout passe par Twitter (ou presque) Un peu avant 21h30, plusieurs explosions retentissent à l’extérieur du stade de France. Dans les tribunes comme sur internet, beaucoup de personnes pensent qu’il s’agit de pétards, même si certains sont déjà inquiets à l’idée d’un possible attentat étant donné le climat qui règne en France depuis le 7 janvier. Concernant les fusillades dans la capitale, beaucoup de personnes ont d’abord eu du mal à croire qu’il s’agissait bien de coups de feu où à déterminer leur provenance exacte.

http://www.slate.fr/story/109925/reseaux-sociaux-attentats-paris

Related:  EMC, Attentats 13/11 : médias et course à l'infoQuelques jours dans les médiasRéseaux sociaux et attentats de ParisRessources compréhension terrorisme et état d'urgenceAttentats du 13 novembre 2015 à Paris | Ressources

Les #MSGU : en cas de crise, sur les réseaux sociaux, adoptez le réflexe citoyen ! Si les médias sociaux constituent un nouveau canal de communication pour la puissance publique, leur utilité ne saurait se limiter à cette fonction. Ils présentent aussi pour elle l’opportunité d’associer les citoyens dans une démarche moins descendante et plus participative, notamment en situation de crise. C’est tout l’objet des #MSGU, ou pratique des Médias Sociaux en Gestion d’Urgence. Il s’agit pour l’Etat de s’appuyer, en cas par exemple de catastrophe naturelle, sur des internautes volontaires et mobilisés, à la fois pour diffuser l’information officielle fiable sur la crise, et remonter de l’information de terrain, via tous les moyens offerts par le web social : tweets, photos géolocalisées, cartes interactives, outils contributifs ... Cette collaboration avec les internautes permet à l’Etat de démultiplier sa surface de diffusion et de captation d’information, et d’être d’autant plus efficace pour sa gestion de crise. Avoir le réflexe #MSGU

Les chaînes d'info ont retenu les leçons de Charlie L'extrême prudence et les appels à la solidarité ont été les fils directeurs des éditions spéciales des chaînes d'info en continu. C'est désormais tristement rodé. Dès la propagation sur les réseaux sociaux des informations sur les attentats multiples qui ont secoué Paris vendredi en début de soirée, les rédactions audiovisuelles se sont mises en mode «édition spéciale». J'étais angoissé et bloqué dans un cinéma, mais j'avais Twitter - Politique - Numerama Twitter n'a peut-être jamais autant mérité son titre de réseau social que ce vendredi soir : malgré la peur, malgré l'angoisse, malgré les rumeurs, il a créé un véritable lien humain en se faisant le premier véhicule de l'information. Vendredi soir nous avions, avec ma copine, choisi d’aller diner au restaurant avant de poursuivre la soirée au cinéma. Comme les bureaux de Numerama sont à deux pas de la place de la République, et que c’est un quartier que nous chérissons, cela a été ma première idée quand elle m’a demandé de choisir un endroit où manger.

Message de Najat Vallaud-Belkacem à la communauté éducative suite aux attentats du 13 novembre À la suite des attentats terroristes du 13 novembre, Najat Vallaud-Belkacem a souhaité s'adresser aux personnels de l'éducation qui prendront en charge les élèves en classe, dès lundi 16 novembre. Pour les accompagner dans ces temps d'échanges, des ressources spécifiques sont mises à leur disposition. La ministre renouvelle son soutien aux enseignants et salue par avance leur professionnalisme et leur mobilisation. Madame, Monsieur, Les attentats terroristes qui ont frappé Paris et la Seine-Saint-Denis ce vendredi 13 novembre ont atteint une nouvelle fois le cœur de notre République et nous ont tous bouleversés. Attaques à Paris : les rumeurs et les intox qui circulent Dans le sillage des fusillades à Paris et en région parisienne, de nombreuses réactions de soutien ont émergé sur les réseaux sociaux, mais aussi des rumeurs et de fausses informations. Le gouvernement a mis en garde contre la propagation de ces rumeurs et édité un guide de bonne conduite, les #MSGU, ou pratique des Médias sociaux en gestion d’urgence. Voici les principales, ainsi que l’explication de leur caractère erroné.

Les rumeurs prolifèrent sur les réseaux sociaux après les attentats de Paris C'est malheureusement presque devenu une habitude lors des événements de cette ampleur, des rumeurs et autres détournements sont largement diffusés sur les réseaux sociaux. Non, cette femme n'a pas échappé à trois attentats La même femme aurait donc échappé à plusieurs si l'on en croit le message qui accompagne un photomontage largement partagé ces dernières heures sur Twitter : la bombe du marathon de Boston, "shooting at school" et les attentats de Paris. © Capture d'écran Twitter

Le gouvernement ordonne à Twitter de bloquer la diffusion des photos du carnage dans le Bataclan Le Monde | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger Le ministère de l’intérieur a demandé dimanche 15 novembre au réseau social Twitter de bloquer, sur le territoire français, l’accès aux photographies prises à l’intérieur du Bataclan après l’attaque terroriste qui a fait des dizaines de morts, deux jours plus tôt. Apparue sur des comptes Twitter proches de la mouvance identitaire dimanche à la mi-journée, une photographie a rapidement attiré l’attention de la police, qui a appelé sur le réseau social à ne pas la diffuser.

Attentats : Facebook et Twitter, des réseaux sociaux parfois salvateurs... et parfois dangereux Dans la nuit du vendredi 13 novembre, Paris a basculé dans l'horreur. Six attaques quasi simultanées ont provoqué une situation dramatique parfois difficile à décrypter, qui risquait à tout moment de dégénérer en panique générale. Si les médias ont alerté en continu une population sous le choc, ils ne sont désormais plus les seuls à véhiculer une information locale en temps réel. Les réseaux sociaux se sont imposés comme des outils majeurs de la communication en situation d'urgence. Retour sur les dispositifs technologiques qui ont permis une telle mobilisation populaire.

Related: