background preloader

DDAY l'Odyssée - Accueil - Réseau Canopé

Related:  galilea2050

Pompéi, sur les traces des Romains Pompéi, sur les traces des Romains, réalisée par Théophile Laylavergne, est une série de 12 vidéos de 4 minutes, coproduite par Gedeon Programmes, France Télévisions, l’INRAP et Réseau Canopé. La série a été construite à partir des rushes du documentaire Les Dernières Heures de Pompéi, de Pierre Stine et Flore Kosinetz, réalisé par Pierre Stine, complétés par des reconstitutions en fiction et images de synthèse. Entre 2018 et 2019, à l’occasion de travaux engagés pour résoudre des problèmes d’infiltration d’eau particulièrement préjudiciables pour les richesses archéologiques du site, de nouvelles fouilles ont été menées à Pompéi, ce qui n’était pas arrivé depuis 70 ans. Le dossier pédagogique, composé de 12 fiches prenant appui sur les différents épisodes de la série, se destine prioritairement à la classe de 6e. Retrouvez des ressources associées pour aller plus loin : Exposition Pompéi au Grand Palais

La bataille de Normandie [ressource] [canopé] La bataille de Normandie : le jour le plus long et tous les autres jours La mémoire collective ne retient de la bataille de Normandie que les images spectaculaires de l'assaut de la pointe du Hoc, le défi technologique du port artificiel d'Arromanches ou, pour la superbe beauté du geste, le bag-piper Bill Millin traversant le pont de Bénouville dans le silence stupéfait des armes. Plus rares sont ceux qui, hors de Normandie ou dans les jeunes générations, connaissent Tilly-sur-Seulles, Sainteny ou Chambois. C'est la bataille de Normandie tout entière qui a permis cette libération. Philippe Lenglart, professeur Améliorer la qualité de vie dans les métropoles Plusieurs disciplines peuvent participer à ce projet pédagogique qui interroge le fonctionnement même de l’établissement et sa politique au regard des déchets, notamment lorsqu’il s’agit d’un établissement labellisé E3D qui mène une politique concertée d’amélioration de son fonctionnement. Différentes actions peuvent être déployées dans la structure scolaire telles que la récupération des piles et du papier en vue de leur recyclage, la sensibilisation au gaspillage alimentaire, l’implantation d’un composteur. En sciences de la vie et de la Terre, seront abordés le devenir de la matière organique et le rôle des destructeurs de matière : pourquoi utilise-t-on les déchets organiques, par exemple le purin des animaux réalisant la collecte dans les jardins maraichers du quartier des Noé ? En sciences physiques, on pourra exploiter la partie de cette vidéo qui évoque la combustion des déchets non recyclables en vue de la production d’énergie et le traitement des fumées résiduelles.

Histoire des arts - Éduscol Communisme et art en URSS (1917-1953)Au Grand Palais à Paris, l'exposition « Rouge. Art et utopie au pays des soviets » retrace les liens entre création artistique et projet de société (Lire la suite >>)MN/Lab : la nouvelle plateforme numérique du Mobilier nationalLe Mobilier national a lancé, le 2 avril dernier, MN/Lab, une nouvelle plateforme numérique de ses collections mobilières et textiles.Les manufactures (Lire la suite >>)Qu'est-ce que la muséologie ?La revue Culture et Musées a consacré en 2013, pour ses 20 ans, un numéro hors-série à la muséologie.

HUMAN, le projet pédagogique En septembre 2015, les États membres de l’ONU ont redéfini 17 Objectifs de développement durable pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous. Le film HUMAN s’inscrit dans l’esprit de ce nouveau programme de développement durable pour 2030. L’éducation au développement durable a une place prépondérante dans les programmes scolaires. Dans cette idée, le film HUMAN propose une approche singulière des problématiques liées aux interactions sociétales, économiques et environnementales en donnant la parole à l’humain. En savoir plus sur le film HUMAN Les 17 objectifs de développement durable (ODD) du programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU - © ONU/project everyone

Classes cooperantes L’origine du projet Le collège Sophie-Germain est intégré à un projet de ville qui valorise la mixité sociale à deux pas du centre-ville de Nantes. Le levier coopératif doit permettre de mettre en valeur les qualités et les compétences propres à chacun pour permettre les réussites de tous. Les objectifs Augmenter les chances de réussite de chacun des élèves : succès à l’examen, orientation choisie et pérenne, degrés de maîtrise de compétence accrus.Développer l’altérité, l’écoute, l’expression langagière et l’argumentation. La mise en place A la rentrée 2014, le collège Sophie-Germain situé à Nantes, a créé des classes coopérantes sur l’ensemble du niveau 6e. Inscrit dans le projet de l’établissement, le levier coopératif est actionné à tous les niveaux : entre les élèves et les enseignants, entre adultes (personnel, parents), entre les parents et leurs enfants et entre les élèves. L’organisation Le dispositif repose en partie sur la cohérence commune des attentes pédagogiques.

Introduction du dossier « 1960, année de l’Afrique » - Pour mémoire - CNDP L’année 1960 a été « l’année de l’Afrique » (sous-entendu : de l’Afrique noire) car elle a vu, au milieu de la surprise et de l’incrédulité des autres continents, 18 colonies de l’Europe accéder en quelques mois à la souveraineté et à la reconnaissance internationale en tant qu’États. Cette vague triomphale, inaugurée en 1957 par l’ancienne Gold Coast, devenue Ghana, marquait une troisième phase de la décolonisation, après l’Asie et l’Afrique du Nord. Beaucoup plus précoce et rapide que ce que les gouvernements et les opinions publiques avaient pu prévoir, cette émancipation, par son caractère négocié et pacifique, est volontiers citée comme modèle de réussite. Dans le cas français en particulier, elle s’oppose avec éclat aux décolonisations violentes et douloureuses de l’Indochine et de l’Algérie. Cependant, elle fut aussitôt mise à l’épreuve. D’abord, le processus d’émancipation était loin d’être achevé. L’année 1960 mérite donc un examen à une double échelle.

Mère-Afrique C’est une œuvre engagée, dénonciatrice, d’un afro-caribéen (métis), qui vit personnellement et culturellement les discriminations raciales. Pour autant la forme et les choix artistiques la distinguent d’un discours de propagande univoque. Les complexités des responsabilités et des vécus sont véhiculées par des choix plastiques de diversité des médiums et techniques, par la juxtaposition (triptyque) et la stratification des images (calque). La réinterprétation des images de publicité et de leurs stéréotypes (souvent utilisées par Hervé Télémaque) en papiers découpés rendent lisibles la citation et la distance (affiche de Paul Colin). L’humour fréquemment utilisé par Hervé Télémaque affleure ici à peine, tant la gravité du propos est grande. La forme sollicite ainsi le spectateur à opérer une réflexion et prise de conscience face à la violence des discriminations dans la complexité de l’histoire, sans réduire le propos à un discours prosélyte.

Commémorer le 80ème anniversaire de l'année 1940 « Le militaire, le chef de la France Libre, l’homme public, le fondateur et le premier président de la Vème République, l’homme de culture et de lettres, tout ce parcours d’engagement au service de la France, des Français et de la langue française sera sous le feu des projecteurs en 2020. Transmettre la mémoire et enseigner l’action de Charles de Gaulle, notamment aux plus jeunes générations, c’est rappeler que l’engagement pour son pays et l’unité nationale sont essentielles. Que la grandeur d’un pays n’est jamais acquise. Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées Résistance, République, Nation, retrouvez ICI le flyer de présentation de l'année mémorielle de Gaulle « De Gaulle 360 » : première journée d’hommage ministériel Le film « De Gaulle » - Au cinéma le 4 mars 2020 Le ministère des Armées a apporté un soutien à la production via la Mission cinéma et industries créatives (MCIC). 17 mai 2020. Retrouvez ici la vidéo de la cérémonie Comme en 40 !

Ciclic Comment définir le cinéma engagé ? Comment le différencier du cinéma militant ou du cinéma de propagande ? Selon la distinction étymologique proposée par Nicole Brenez, l'origine guerrière de l'adjectif « militant » (du latin militare, « être soldat ») désigne un cinéma enrôlé, obéissant à des ordres ou au cahier des charges idéologique d'une organisation politisée. Fondé sur la libre initiative, le cinéma engagé offrirait donc la possibilité d'un contrechamp social via la construction de nouvelles représentations : il s'agit de changer le cinéma pour changer le monde, mais aussi et avant tout le regard du spectateur. Textes : Amanda Robles, docteure en cinéma et réalisatrice, et Julie Savelli, maîtresse de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles. Principales sources bibliographiques (les nombreux articles consultés sur des groupes, mouvements, auteurs, œuvres spécifiques ne sont pas listés ici) :.

Le portrait à l'époque moderne | Panorama de l'art Le genre du portrait occupe une place particulière dans l’histoire de l’art occidental, évoluant avec l’histoire sociale, théologique et plastique. Il est par définition « la représentation d’une personne réelle, spécialement du visage par le dessin, la peinture, la gravure » (Petit Robert, 2015). L’enjeu est donc pour l’artiste de traduire les signaux identitaires de son modèle. Il existe un rapport ancien entre les arts et le pouvoir politique. Des commentaires d'images Des dossiers pédagogiques Téléchargez le dossier pédagogique de l'exposition Rubens. Téléchargez le dossier pédagogique de l'exposition Élisabeth Louise Vigée Le Brun, 1755 – 1842 qui a eu lieu au Grand Palais, Galeries nationales du 23 septembre 2015 au 11 janvier 2016 Des cours en ligne Des vidéos

Histoire du cinéma engagé | Ciclic Comment définir le cinéma engagé ? Comment le différencier du cinéma militant ou du cinéma de propagande ? Selon la distinction étymologique proposée par Nicole Brenez, l'origine guerrière de l'adjectif « militant » (du latin militare, « être soldat ») désigne un cinéma enrôlé, obéissant à des ordres ou au cahier des charges idéologique d'une organisation politisée. Le terme « engagé », venant de « mettre en gage » (ses biens, mais aussi sa foi ou sa parole), renvoie quant à lui à une démarche cinématographique plus risquée et plus personnelle, notamment d'un point de vue formel. Fondé sur la libre initiative, le cinéma engagé offrirait donc la possibilité d'un contrechamp social via la construction de nouvelles représentations : il s'agit de changer le cinéma pour changer le monde, mais aussi et avant tout le regard du spectateur. Bibliographie : cf. la première entrée de la frise en plein écran

L'art dans la Deuxième Guerre mondiale, oeuvres choisies Cet article date de plus de sept ans. Publié le 06/12/2016 06:30 Temps de lecture : 1 min L'art en guerre ? Partager : l'article sur les réseaux sociaux La Quotidienne Culture Musique, cinéma, arts & expos, littérature & BD, mode… Tous les jours, le meilleur de l'actualité culturelle France Télévisions collecte votre adresse e-mail pour vous adresser la newsletter "La Quotidienne Culture". les mots-clés associés à cet article Les arts et la Grande Guerre - Apocalypse 10 destins Parmi les nombreux écrivains engagés dans la guerre, on peut citer les Français Guillaume Apollinaire, Alain-Fournier, Blaise Cendrars, Joseph Kessel, Henri Barbusse, Louis-Ferdinand Céline, Jean Giraudoux, Raymond Dorgelès, Charles Péguy, Jean Giono, Roger Vercel, Louis Aragon, Romain Rolland, l’Américain Ernest Hemingway, qui fut ambulancier en Italie, les Allemands Ernst Jünger et Erich Maria Remarque, les Anglais Harry Fellows et J. R. R. Tolkien, qui ont participé à la bataille de la Somme, le Belge Émile Verhaeren ou encore l’Autrichien Stephen Zweig qui, jugé inapte au combat, fut enrôlé dans les services de propagande. Pour ces hommes, il est nécessaire de témoigner de l’horreur de la guerre. Aux côtés des hommes de lettres, de nombreux autres combattants ont aussi témoigné par écrit de leur expérience, du simple soldat aux plus hauts chefs de guerre tels que Philippe Pétain ou Erich von Falkenhayn.

Related: