background preloader

L'oral, quelles pratiques dans la classe ? La nécessaire parole pour apprendre

L'oral, quelles pratiques dans la classe ? La nécessaire parole pour apprendre
Quels sont les moments de parole dans une classe où est mise en oeuvre une pédagogie basée sur l'expression, la recherche et la coopération ? Le présent dossier fait écho aux travaux du FORUM DE LA RENTRÉE 1999 qui s’est tenu à l’initiative de l’Institut Départemental de l’École Moderne du Haut-Rhin (68), le 28 août 1999 à l’école élémentaire d’Ottmarsheim.* * Dossier paru dans la revue «Chantiers Pédagogiques de l’Est», numéro 307, d’octobre 1999 Chaque année, à la fin des vacances d’été, l’IDEM 68 ((Groupe Freinet du Haut-Rhin) propose une rencontre d’une journée appelée « Forum de la rentrée ». Praticien de longue date ou jeune collègue, militant convaincu ou sympathisant hésitant, voire simple curieux d’une autre pédagogie, chacun peut, dans un climat de coopération et d’entraide, y puiser ce qui lui est nécessaire ou utile pour progresser dans sa pratique. les moments informels Échanges entre les enfants ou entre les enfants et le maître ou autre adulte présent. Les moments institués

http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/15142

Related:  Apprendre la lecture à voix hautePROFESSIONNEL : Langage oral et littératureoralOralProduction orale

Enseigner l’oral à l’école Parmi les trois domaines constitutifs de la maîtrise de la langue que sont le LIRE / DIRE / ECRIRE, la place et l'enseignement du DIRE restent à construire : que fait-on quand on parle ? Peut-on parler de grammaire de l'oral ? Comment construire le passage de la langue orale naturelle de l'élève aux codes de l'écrit ? Quelle est la place et la fonction de l'oral dans les apprentissages ? Quels genres de l'oral enseigner et comment ? Quelles interactions entre oral et écrit ...

oral.html Travailler l’oral en classe (1), chacun est convaincu qu’il faut le faire ... Et pourtant, cela ne se fait guère . À cela deux raisons majeures : Colloque « Didactique de l'oral » - Didactiques de l'oral et éducation communicative implicite Robert BOUCHARD, Gric (Groupe de recherche sur les interactions communicatives) -Université Lumière-Lyon 2 Dans ce papier un peu... masochiste, je vais entreprendre, en tant que didacticien de (dé) limiter l'ambition didactique dans le domaine de l'enseignement de l'oral en langue maternelle, ou, en d'autres termes, de définir ce que me semblent être les limites d'une telle intervention didactique. La didactique de l'oral actuelle se conçoit la plupart du temps comme une proposition de nouvelles pratiques pédagogiques spécifiques (cf. Dolz et Schneuwly, 1999 ou encore plus Maurer, 2001 avec une "importation" de pratiques communicatives inspirées du Fle) sensées venir compléter le dispositif de formation linguistique existant.

Pourquoi l’oral doit-il être enseigné Les programmes scolaires en cours d’élaboration prévoient de donner une réelle place à l’oral et à son apprentissage. Cette décision ne va pas de soi et il s’est élevé des voix pour critiquer cette orientation, avec de plus ou moins bonnes raisons. Je vais donc dans un premier temps tâcher de comprendre les fondements des protestations qui se sont élevées contre la place accordée à l’oral, avant d’exposer les raisons de son apprentissage dans le cadre scolaire, sans en occulter les difficultés. Écrit et oral : rivalité et hiérarchie Considérer l’oral comme un objet d’enseignement peut paraitre incongru dans la mesure où savoir parler procède des acquis spontanés et non des apprentissages organisés. L’homme est génétiquement programmé pour acquérir et utiliser le langage oral.

L’oral, un enseignement impossible ? 1S’il est un domaine où il n’y a pas de consensus dans la société française sur ce qu’il convient de faire, c’est bien le domaine scolaire. Est notamment en question tout ce qui concerne la langue et son enseignement et plus particulièrement tout ce qui concerne l’oral. 2Les enseignants sont l’objet de critiques parfaitement contradictoires et d’injonctions également contradictoires venant tout à la fois du grand public et de l’institution : – On déplore que l’école utilise une langue trop éloignée de celle des élèves au point que cette langue est souvent présentée comme une langue étrangère pour ces derniers, ou même comme une langue morte, et en même temps on accuse les enseignants de parler comme leurs élèves et de laisser ceux-ci utiliser dans la classe la langue de la cité, voire celle de la « rue ». On reproche aux manuels de prendre pour modèle la langue littéraire et en même temps d’écarter les textes patrimoniaux.

Oral - Pratique et enseignement Toutes les actions ont potentiellement une orientation communicative. On l’a dit 1, nous ne pouvons pas ne pas communiquer. Verbalement, par le geste ou l’immobilité, par l’action ou le refus de l’action. Evaluer l'oral - SVT Lyon Objectifs : De connaissance : selon le domaine scientifique correspondant. De capacité et attitude (programmes SVT) : Exprimer à l’oral les étapes d’une recherche, d’une démarche mise en œuvre pour traiter le sujet choisi. (socle 3) Exprimer à l’oral des étapes d’une démarche de résolution : présenter et expliquer l’enchaînement des idées (logique, rigueur, précision du vocabulaire). présenter une observation, une situation, un résultat, une solution sous une forme appropriée :

Quelle place pour l'oral ? Et si apprendre l'oral pouvait faciliter les apprentissages moteurs Guillaume Harent Tout le monde s'accorde à dire que la maîtrise de l'oral est un outil essentiel et une compétence fondamentale pour trouver sa place dans notre société de communication. Il est alors légitime de penser que l'ensemble des maillons de notre système éducatif tente de contribuer à cette préparation.Mais de quel oral parle-t-on ?" L'oral, ce n'est pas uniquement le temps de parole des élèves : c'est aussi l'écoute, les attitudes du corps et la gestuelle, c'est la gestion complexe de relations interindividuelles. "" L'oral, c'est en effet l'écoute tout autant que l'expression, le silence tout autant que la parole, le jeu des regards autant que celui des mots, c'est aussi la gestion des échanges et de la prise de parole " (Rapport de A. Quand on parle d'" oral ", on l'associe immédiatement à une technique qui s'acquiert en français. À l'inverse, les cours " d'action motrice " paraissent loin de cette préoccupation.

La communication orale : pourquoi et comment l’enseigner? À l’école, l’accent est souvent mis (avec raison) sur l’apprentissage de l’écrit par l’entremise de la lecture et de l’écriture. Si l’importance de l’écrit dans l’apprentissage n’est plus à démontrer, il semblerait que le développement du langage oral soit lui aussi déterminant. En France, l’apprentissage de l’oral est de plus en plus présent dans les programmes d’études de l’élémentaire et du collège (l’équivalent du primaire et secondaire au Québec). Dans cet article, Sylvie Plane, chercheuse, professeure et vice-présidente du Conseil supérieur des programmes en France, justifie la place croissante qu’occupe le langage dans les programmes scolaires. Selon elle, l’oral et l’écrit devraient tous deux faire l’objet d’un apprentissage, sans pour autant tomber dans un enseignement magistral de l’oral.

Français - Français cycle 3 -Le langage oral L'oral au cycle 3 : enjeux et problématiques Pourquoi des programmes pour l'enseignement de l'oral ? La présence de l'oral dans les programmes n'est pas une nouveauté, mais les programmes 2016 ambitionnent de définir ce qu'est ou peut être un programme d'enseignement de l'oral (savoirs spécifiques et compétences langagières à construire par les élèves, etc.) en s'appuyant sur les apports de la recherche. Pour aider les élèves à atteindre les attendus de fin de cycle, malgré les contraintes (nombre de locuteurs dans une classe, volatilité de l'oral), un enseignement de l'oral est à dispenser.

Pour une approche intégrée du travail sur l’oral Le vendredi 16 avril 2004. La question de l’enseignement de l’oral ne me semble pas pouvoir être une sous-partie de la didactique du français, à côté de la lecture littéraire, la grammaire ou la production d’écrits, parce qu’elle est toujours englobante par rapport aux autres activités disciplinaires, même s’il ne faut pas confondre interactions et enseignement de l’oral. On conçoit les limites, ne serait-ce qu’en termes d’efficacité et de transfert, d’une didactique techniciste de l’oral, limitée à des séquences épisodiques sans que soient modifiés le régime de la parole scolaire et la place donnée à l’élève. Cela pose des problèmes à la formation : l’oral est un sujet chaud, par sa dimension politique et idéologique, mais aussi parce qu’il engage fortement la personne de l’enseignant, partie prenante de la relation où s’exerce la parole des élèves, son mode d’intervention dans la classe et l’ensemble de son travail quotidien. 1.

Le jeu en classe de langue Le jeu à l’école : une question de culture éducative Thot cursus nous remet en mémoire un très intéressant dossier de la veille scientifique et technologie de l’INRP. Ce dossier (à consulter ici), paru en 2009, s’interroge sur les relations entre jeu et apprentissage à l’école, en soulignant combien la réception des activités ludiques varie en fonction des cultures éducatives. À lire pendant les vacances pour trouver le moyen d’infléchir sa culture éducative si elle est rétive à inclure le jeu Jeu de 7 familles : couleurs et personnages La fonction-langage : une approche du langage oral et écrit L’écriture est un langage. Elle est liée au langage parlé, mais pas identique. Comment apprend-on le lang age, c’est-à-dire l’activité de parler-penser que prolonge celle de lire et écrire ? (D’après un exposé de Laurence Lentin)

Parler d’histoire – une fiche de conversation A2-C2 Parler d’histoire à partir du niveau A2 et d’une manière motivante même pour les apprenants que ça n’intéresse pas, c’est possible avec cette fiche de conversation prête à l’emploi. On continue les fiches de conversation “print’n’teach”, après Ma ville, Mon alimentation et Mon logement (et j’en oublie, sans parler des packs de conversation…) voici une fiche sur le thème de l’histoire. Imprimez et distribuez donc ce document à tous vos apprenants: Telecharger (PDF, 238KB) Les activités 1), 2) et 3) peuvent être préparées à la maison ou discutées de manière spontanée selon le niveau de vos apprenants.

Related: