background preloader

Perversion et structure perverse

Perversion et structure perverse

http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychiatrie/adulte/pathologie/perversion.htm

Related:  Troubles de la personnalité / Troubles mentauxpsychanalyse et tcc tdah dysManipulation & psychopathie

Hystérie, névrose hystérique hysterie - formation pour Infirmier de Secteur Psychiatrique - cours de Mr Giffard - hystérie Histoire de l'hystérie Hippocrate a donné ce nom d'après un modèle de représentation où l'utérus, se mouvant dans le corps, stoppait par moments les transmissions nerveuses. Les crises hystériques, ressemblant à l'épilepsie, entretenaient une "aura" divine autour de leur détenteur.

Manie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il ne faut pas confondre l’état maniaque avec des traits obsessionnels (obsession du ménage et de la propreté par exemple), acception pourtant retenue dans le langage courant. Symptômes et signes[modifier | modifier le code] Un épisode maniaque est caractérisé par une modification de l’humeur, et la survenue de certains symptômes tels ceux décrits ici. Trouble bipolaire ou dépression? Dépression et épisodes maniaques Dans le trouble bipolaire, les phases de dépression alternent avec les épisodes maniaques. Au cours d'un épisode maniaque, le patient est anormalement gai, euphorique. Il a des idées de grandeur, croit qu'il va devenir un grand écrivain, chercheur, homme politique..., parfois ne dort que peu ou plus...

1 personne sur 20 a déjà vécu un ou des symptômes psychotiques Dans une étude menée avec 8580 personnes de 16 à 74 ans, 5.5% d'entre elles avaient déjà vécu des symptômes psychotiques tels que des pensées paranoïdes, des hallucinations, l'impression que les pensées subissent une interférence extérieure ou l’impression de vivre une expérience étrange. Les facteurs qui ont été identifiés comme étant liés à ces symptômes étaient la dépendance à l'alcool ou aux drogues, des événements stressants récents et des habiletés intellectuelles moins développées. Pour ce qui est de la dépendance aux drogues, les symptômes psychotiques étaient le plus souvent liés au cannabis. Cette étude, publiée dans le British Journal of Psychiatry, montre selon l'auteure que les symptômes psychotiques existent dans la population comme un continuum plutôt que comme un critère de diagnostic catégorique. Les personnes rapportant de tels symptômes ont été examinées et seulement une sur 250 a reçu un diagnostic de maladie mentale comme la schizophrénie ou la maniaco-dépression.

La perversion à travers les âges Les pervers font le mal pour le mal, jouissent de l’angoisse qu’ils suscitent chez autrui et défient les normes morales d’une société par leurs conduites « déviantes ». Mais est-on pervers de la même façon au Moyen Âge qu’au XXIe siècle ? Violeur d’enfants, mari manipulateur, homme politique aux mœurs légères… Désormais, pas une semaine sans que le mot « pervers » soit utilisé à tort et à travers dans les médias pour désigner à la vindicte publique des individus dont le comportement déviant scandaleux, grotesque ou abject nous donne à voir dans un miroir grimaçant ce que nous nous évertuons à cacher sans cesse : la part obscure de nous-mêmes (1). Mais où commence la véritable perversion ? L’existence du mot « pervers » est attestée en 1190 et dérive de « pervertere » : retourner, renverser, inverser, commettre des extravagances. Avant l’existence du mot, pouvait-on constater l’existence de la chose ?

Glossaire termes medicaux des troubles de la personnalite, borderline etat limite, bipolaire, ... GLOSSAIRE, Mini dictionnaire de termes médicaux sur les maladies mentaleset le trouble état limite borderline(définitions trouvées sur différents sites) haut ..Panique (attaque de)L'attaque de panique n'est pas un trouble, il est associé dans d'autres troubles. Voir page borderline et somatisation ..Trouble Panique avec AgoraphobieA. À la fois 1 et 2

TDAH, hyperactivité et troubles du comportement : la solution est peut-être dans l'assiette 30mar « Ne tient pas en place », « turbulent », « gère mal ses émotions », « perturbe ses camarades » ou bien à l’opposé : « distrait », « timide », « dans la lune », « tête en l’air », « n’arrive pas à se concentrer », etc. Si vous retrouvez ces remarques dans son bulletin, cherchez dans son assiette, vous y trouverez des éléments de réponse. Une étude faite sur des enfants prouve que les additifs alimentaires nuisent à leur santé, et plus particulièrement sur leurs comportements. Preuve en images. En 1941 sort aux écrans un film d’épouvante : Docteur Jeckyll et Mister Hide, une adaptation filmographique d’une courte nouvelle écrite soixante ans plus tôt par Robert Louis Stevenson. Avez-vous les traits de la triade noire de la personnalité ? FAITES LE TEST Quels seraient les traits qui permettraient de décrire les différentes personnalités des personnes aversives (toxiques) dans les relations interpersonnelles ou sociales ? Des chercheurs tentent de répondre à cette question depuis quelques années. Les psychologues Delroy L. Paulhus et Kevin M.

Le Texte Etranger Trouble aux frontières de l'intime Gérard Wajcman Université Paris 8 Objet de l’association CVP - Être une présence auprès des victimes : développer des groupes de paroles pour les victimes de personnalités toxiques et de harcèlement. Les groupes de parole permettent d’échanger des expériences, des conseils, des points de vue. Pour les victimes c’est sans équivoque le moment où elles se sentent le moins seule.organiser des séminaires pour informer sur les personnalités toxiques, leur comportement, les risques et les conséquencesproposer un soutien individuel avec une écoute active et bienveillante, afin de permettre de se libérer de l’emprise d’une personnalité toxiquemettre en relation avec des professionnels, thérapeutes, juristes… pouvant accompagner une démarche concrète lors de procédures conflictuelles - Être une voix prépondérante, un porte-parole :

Anhédonie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Le mot est un néologisme proposé par Théodule Ribot en 1896 pour désigner l'insensibilité au plaisir. Psychose réactive brève Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une psychose réactive brève (PRB), connue selon le DSM IV-TR en tant que « trouble psychotique bref lié à un ou plusieurs événement(s) stressant(s) », désigne le terme psychiatrique d'une psychose qui peut être déclenchée à la suite d'un ou plusieurs événements stressants liés à la vie ou à l'entourage. Une telle psychose peut durer, selon l'individu qui le subit, d'une journée à quelques mois seulement, et être marquée par des délires, des troubles du langage et des hallucinations, pour finalement revenir à un fonctionnement cognitif normal[1].

Le syndrome entéropsychologique (Gut and Psychology Syndrome) Ce syndrome se trouve à la croisée des fonctions digestives et cérébrales. Cette appellation a été créée en 2004 par le Dr Natasha Campbell-McBride, Neurologue et Nutritionniste, après avoir travaillé avec des centaines d'enfants et d'adultes atteints de pathologies neurologiques et psychiatriques telles que troubles du spectre autistique, déficit d'attention avec ou sans hyperactivité, schizophrénie, dyslexie, dyspraxie, dépression, troubles obsessionnels compulsifs, trouble bipolaire et autres problèmes d'ordre neuropsychologique et psychiatrique. La lecture de l'ouvrage Le syndrome entéropsychologique permettra de mieux comprendre ce syndrome, son étiologie ainsi que ses modalités de traitement par un protocole nutritionnel adapté.

Le neurobiologiste qui a découvert qu'il était psychopathe Je vous avais déjà résumé les grandes lignes du dernier cours de Parlons cerveau IV intitulé « Neuroscience et libre arbitre » qui aura lieu ce mercredi 27 novembre (voir le premier lien ci-bas). En cherchant un article récent pour illustrer ce propos, je tombe sur cette histoire digne d’un titre de livre d’Oliver Sacks. Celle d’un chercheur en neuroscience qui découvre, en analysant les résultats d’une de ses expériences en imagerie cérébrale, que son cerveau a toutes les caractéristiques classiques de celui d’un… psychopathe ! L’histoire remonte à 2005 alors que James Fallon analysait les PET scans de milliers de sujets pour en distinguer des patterns d’activité typique de schizophrènes, dépressifs , psychopathes et personnes souffrant d’Alzheimer . Plusieurs personnes de sa famille, y compris lui-même, avaient participé à cette dernière étude. C’est sur l’une de ces images de cerveau d’un membre de sa famille que Fallon s’arrête, pétrifié.

Related: