background preloader

Le chaos des réfugiés en Allemagne : une stratégie de sortie pour les traîtres

Par Alex S. – Le 3 novembre 2015 – Source Club Orlov Note de Dmitry Orlov L'Allemagne, pays au centre de l'Union européenne avec son économie puissante, est devenue une sorte de trou noir. 70 ans après la chute du nazisme, c'est encore un pays occupé, sous domination militaire et politique des États-Unis. La presse nationale, populairement appelée Lügenpresse [la presse mensongère] fait fidèlement écho à la ligne du parti décidée à Washington. Les politiciens veules de l'Allemagne, risée populaire, passant de Volksvertreter [représentants du peuple] à Volksverräter [traîtres au peuple] ne valent pas mieux. Nous sommes donc incapables de voir ce qui se passe réellement là-bas, comme l'Union européenne est en train, selon les mots du ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergueï Lavrov, de se suicider en laissant entrer les hordes d'invasion du Moyen-Orient. « Ridicule et pathétique! Tout d’abord, regardez le calendrier et l’ampleur du phénomène. Alex S. Related:  UE - Eurozone 3

Bloc-Notes | L’avenir de l’Europe repose sur cette heroine de pacotille Spoutnik-français rend compte le 30 octobre 2015 d’un article du Financial Times, à partir d’entretiens de l’auteur Philip Stephens avec des cadres de la haute direction allemande, notamment dans le parti de la chancelière allemande. La démission de Merkel est aujourd’hui une possibilité catastrophique qui peut survenir d’un jour à l’autre pensent-ils, ces gens interrogés, et cette possibilité entraînerait l’éclatement, c’est-à-dire la fin de l’Europe type-UE-standard. C’est une belle et bonne perspective, due à des gens de l’envergure qui convient. « [Pour l’instant], la chancelière allemande contrôle la situation mais la rumeur enfle, selon laquelle Angela Merkel serait activement poussée vers la sortie par un nombre grandissant de cadres gouvernementaux du pays... » Si la chancelière allemande Angela Merkel est destituée, l'Europe ne tardera pas d'éclater, estime l'éditorialiste du Financial Times, Philip Stephens.

Dix dirigeants européens prédisent la fin de l'UE, selon Politico International URL courte La chancelière allemande, le président français et d'autres politiques européens prédisent la fin imminente de l'Union européenne, constate l'hebdomadaire Politico Europe. Le journal fait remarquer que, sur fond de crise des réfugiés de ces derniers mois, la "rhétorique du Jugement dernier" est devenue courante quand il s'agit de l'avenir de l'Europe. Le chef du Conseil européen Donald Tusk est en tête de la liste. La chancelière allemande Angela Merkel, beaucoup critiquée pour son attitude face à la crise des migrants, et le président français François Hollande figurent également sur cette liste de Politico. "Si l'Europe subit l'échec dans la question des réfugiés, ce ne sera plus une Europe, dont nous avons rêvé", a prévenu Mme Merkel. M.Hollande a mis en garde lui aussi contre la "fin de l'Europe", intervenant devant le Parlement européen le mois dernier. "C'est précisément maintenant qu'il nous faut plus d'Europe", ont-ils affirmé dans leur déclaration commune.

» Catalogne : les positions se durcissent par Romaric Godin Alors que se forme en Espagne comme en Catalogne une véritable union sacrée anti-indépendantiste, les partis sécessionnistes sont déterminés à aller de l’avant. L’heure n’est plus aux demi-mesures. Face à la déclaration commune des deux partis indépendantistes de Catalogne, qui proposent de rompre avec l’ordre constitutionnel espagnol, l’union sacrée contre l’indépendance de la Catalogne est proclamée en Espagne. Le président du gouvernement, Mariano Rajoy, qui tient des consultations depuis plusieurs jours avec les principaux partis du pays, a tenté de former une telle union baptisé « pacte d’Etat. » Avec un certain succès, puisqu’il semble que les trois formations actuellement en tête des sondages : le Parti populaire (PP) du chef du gouvernement, le parti des Citoyens (Ciudadanos ou C’s) d’Albert Rivera et les Socialistes du PSOE ont proclamé leur détermination à combattre la sécession de la Catalogne. La montée de Ciudadanos, signe de l’importance de l’unité Provocations unionistes

» Portugal : le président impose un gouvernement de droite, mais la gauche se rassemble, par Romaric Godin Eh oui, 104 siège sur 230, ils ont gagné, et encore mieux, “se maintiennent au pouvoir” – ce qui va être simple comme on le voit sur le graphique… Le président de la république portugaise a confirmé dans son poste le premier ministre sortant Pedro Passos Coelho. Mais la gauche majoritaire va déposer une motion de censure et a fait le plein de ses voix pour la présidence de la chambre; Le président de la République portugais, Anibal Cavaco Silva, a donc décidé de passer jeudi soir en force. Provoquer une scission au PS Ce dernier se retrouve donc à la tête d’un gouvernement minoritaire soutenu uniquement par l’alliance de droite Portugal à Frente (PàF) qui a obtenu le 4 octobre dernier 38,4 % des voix et 107 des 230 sièges de l’Assemblée de la République, le parlement monocaméral portugais. Utiliser l’euro comme levier Les conditions de la censure Le PS affirme sa détermination Tenir neuf mois Instrumentalisation de l’euro Source : Romaric Godin, La Tribune, 23/10/2015 Le PS divisé

» L’Euro-zone franchit le Rubicon : la gauche anti-austérité se voit interdire le pouvoir au Portugal par Ambrose Evans-Pritchard Une crise constitutionnelle se profile alors que la gauche anti-austérité se voit refuser le droit parlementaire à former un gouvernement que lui donne sa majorité Le Portugal entre politiquement dans une passe dangereuse. Pour la première fois depuis la création de l’union monétaire européenne, un État membre a explicitement pris le parti d’interdire à des partis eurosceptiques d’occuper le pouvoir, au nom de l’intérêt national. Anibal Caravaco Silva, président de la république portugaise, a refusé la constitution d’un gouvernement mené par une coalition de gauche, alors que celle-ci a rassemblé une majorité absolue au parlement portugais, et a obtenu mandat pour mettre en pièces la politique d’austérité léguée par la Troïka UE-FMI. Il a jugé trop risqué de laisser le bloc de gauche ou les communistes s’approcher du pouvoir, répétant que les conservateurs devraient faire bloc en tant que minorité pour contenter Bruxelles et rassurer les marchés financiers étrangers. M. M. Selon M. M.

Espagne: 82.327 chômeurs de plus en octobre! Mais « où qu’elle est » la reprise? C’est une dépêche de l’AFP qui nous apporte la mauvaise nouvelle… vous savez quoi? Le chômage en Espagne remonte et pas qu’un peu! « Le chômage a augmenté en Espagne en octobre pour le troisième mois consécutif avec 82.327 personnes de plus inscrites à l’agence pour l’emploi que le mois précédent, a indiqué mardi le ministère pour l’Emploi. Ceci porte à 4,18 millions le nombre de sans emploi, ajoute le ministère dans un communiqué. Le chômage est reparti à la hausse en août, après six mois consécutifs de baisse, avec la fin des contrats estivaux, en particulier dans les secteurs du tourisme, de la pêche et de l’agriculture ». L’emploi est hyper-cyclique en Espagne!!! Alors pareil ce n’est pas faute de le dire tous les ans. L’Espagne cultive des fruits et légumes qu’il faut ramasser, ranger, peser, emballer, et transporter dans des camions une fois qu’ils ont poussé! A cette période là de l’année on vous fait passer pour un imbécile. Je suis fatigué parfois. Charles SANNAT

« SCANDALE : Faisons barrage à la vente des barrages! » L’édito de Charles SANNAT ! Mes chères impertinentes, mes chers impertinents, Haaaa… la Cop 21 c’est « fabuleusement bien » et ceux qui pensent l’inverse sont des « minables ». Le Président est à la manœuvre, il prend soin de nos émissions carbone… il va même faire signer des accords « contraignants juridiquement » – ce qui ne veut strictement rien dire – à la Chine. Notre Président, oyez, oyez, braves manants et Lucettes de France et de Navarre, est le roi des écolos, le grand phare de l’écologie, la lumière verte du monde, que dis-je… le sauveur de la biodiversité, la manitou des espèces protégées, et le grand gourou de Gaïa la terre nourricière. Donc notre Président qui nous bassine avec son tralala de réchauffement climatique (et non on ne doit pas confondre réchauffement climatique et pollution) et les émissions carbone, puisqu’il faut faire une « économie » décarbonée… et ben vous savez ce qu’il va faire ? Vendre nos barrages c’est vendre la seule et unique électricité réellement décarbonée. Objectif ?

Prise de bec entre deux éminences hongroises Orban vs Soros Le Premier ministre hongrois accuse George Soros d’alimenter la crise des migrants en Europe Viktor Orban, le premier ministre hongrois n’est pas vraiment un pro-migrant. Il a même fait tout son possible pour faire savoir à toute l’Europe que Budapest n’est absolument pas intéressée à accueillir les centaines de milliers de migrants fuyant un Moyen-Orient déchiré pas la guerre. Comme nous le savons déjà, la Hongrie a fermé ses frontières avec la Croatie et la Serbie, ce qui a entrainé une véritable bataille aux frontières dans laquelle personne ne sait plus trop comment diriger des centaines de milliers de réfugiés vers l’Allemagne sans transformer son propre pays en une autoroute de migrants. De son coté, le marionnettiste ukrainien, fraudeur fiscal, milliardaire philanthrope et hongrois de naissance Georges Soros a déclaré que la politique d’Orban empêchait l’Union européenne de répondre efficacement au défi. Qui a raison ? Nous laissons les lecteurs en décider tout en remarquant que :

Bruxelles prévoit l'arrivée en Europe de 3 millions de migrants d'ici à 2017 Par Francetv info avec AFP Mis à jour le , publié le Trois millions de migrants devraient arriver d'ici à 2017 en Europe. Il a estimé que cet impact devrait "augmenter le Produit intérieur brut (PIB) de 0,2 à 0,3% d'ici 2017." Cet effet "de l'arrivée sans précédent d'un grand nombre de réfugiés" en Europe sera "plus important pour les pays d'accueil" et "dépend des politiques d'intégration", a-t-il ajouté. Cette évaluation "vient combattre un certain nombre d'idées reçues et conforter la politique du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker" , a poursuivi Pierre Moscovici. Recevez l’essentiel de l’actualité chaque matin

Les banques enfin autorisées à nous voler... © Dado Ruvic/ Reuters L'argent épargné servira-t-il à renflouer les banques? La DRRB, sous cet acronyme abscons se cache la « Bank Recovery and Resolution Directive » qui autorise les banques à ponctionner les comptes de leurs clients de plus de 100 000 euros. Un « vol pur et simple » selon Oliver Delamarche, expert financier. Il aura fallu que la Commission européenne annonce qu'elle allait poursuivre six pays européens qui n'avaient pas encore transposé dans leur droit national cette directive sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances, pour que beaucoup entendent parler de cette nouvelle mesure européenne. Concrètement cette directive autorise désormais les banques en grave difficulté à solliciter dans l'ordre ses actionnaires, ensuite ceux qui détiennent des obligations émises par la banque et enfin, c'est là la nouveauté, leurs clients disposant d'un compte sur lequel se trouve plus de 100 000 euros. O.D : Nous sommes dans une perpétuelle fuite en avant.

Tell the EU Commission to revoke its approval of new bee-killing insecticide! Wow. A US court just ruled in favour of the bees: a Dow Chemical insecticide that is killing the bees should never have been approved. But the EU approved that same deadly chemical -- sulfoxaflor -- this summer. And to top it all off: EU legislators rubber-stamped the new insecticide using flawed data from Dow itself. Up until now, the EU has been a trailblazer when it comes to protecting the bees - they were the first to put in place a two year ban on neonics. Will you call on the EU Commission to revoke its approval of Dow's bee-killing sulfoxaflor? We've been fighting these deadly neonicotinoids for years, but in the last couple of months we were shocked to learn the situation was even worse than we thought: neonicotinoids aren't just decimating bee colonies -- they're hurting birds too. If we want to save the bees, we need to keep on standing up for them. Tell the EU Commission to revoke its approval of new bee-killing insecticide!

Un pesticide interdit aux Etats-Unis autorisé en Europe …. On se demande si tous ces soi disant « experts » en environnement ont le sens de la logique… L’Union européenne avait décidé, il y a de ça plusieurs années, de limiter l’usage des pesticides de type néonicotinoïde, nocifs pour les abeilles. La mise sur le marché d’un nouveau pesticide très proche vient pourtant d’être validée en Europe, alors que ce pesticide est interdit aux Etats-Unis, pays généralement bien plus permissif à ce niveau. Un scandale que dénoncent plusieurs associations.Les abeilles un peu plus mises en danger par un nouveau pesticideLes néonicotinoïdes toujours épinglés par les associations et les apiculteursLes néonicotinoïdes représentent un danger immédiat pour les abeilles, comme l’a montré une étude parue dans le magazine Science dès 2010.

Related: